Lettres de Jean Joseph Marie FARBOS de LUZAN

Caporal à la 18ème section des infirmiers militaires

 

Mise à jour : Août 2022

Retour accueil

 

 

 

Jean FARBOS de LUZAN

 

1904 deLUZAN Jean (2)

 

 

 

 

 

Catherine nous dit :

« Voilà 2 lettres de Jean FARBOS à sa femme qui décrivent bien la misère des blessés ramenés du front »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Prélude

 

Jean FARBOS de LUZAN, né à Grenade-sur-Adour (Landes). En 1904, il fait son service au 64ème régiment d'infanterie. Réformé au bout de quelques mois pour raison de santé, il est affecté dans les services auxiliaires, puis définitivement à la 18ème section des infirmiers militaire. Il fera toute la guerre dans cette unité. Il est caporal en décembre 1916. Il décède en 1953.

 

 

Jean FARBOS de LUZAN, passé caporal en décembre 1916.

 

1904 deLUZAN Jean 3

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Recopie des deux lettres manuscrites de Jean FARBOS de LUZAN à sa femme :

 

 

 

27 août 1914

 

« Ma Guite chérie,

Je viens de recevoir tes deux lettres à la fois.

Je viens de terminer les pansements. Ah ma chérie quel spectacle...

Nos pauvres blessés n'avaient pas été pansé depuis Dijon le 1er train et depuis Nancy les seconds.

Ils ont mis 48 et 60 heures pour arriver et dans quel état. Ceux de Nancy devaient être soignés quelques jours dans cette ville lorsqu'à minuit il y a eu une alerte, les allemands étaient signalés. Vite on les a empilé dans des wagons de marchandises pêle-mêle.

 

A Dijon on a formé un train sanitaire c'est-à-dire que l'on a disposé des brancards dans des wagons de marchandises et ils étaient un peu moins mal. Nous en avons trois de très malades dont un est presque à l'agonie. Le pauvre garçon a reçu 7 ou 8 balles au bras et à l'épaule et un éclat d'obus dans le ventre.

Un autre que j'ai pansé a reçu une balle qui lui a déchiré l'oreille et lui a cassé un os de la tête. On parle de le trépaner. Si tu avais vu cette plaie c'est abominable. Son oreille était en putréfaction et son pansement était tellement séché qu'il m'a fallu plus de 3/4 d'heure pour l'enlever. Quand j'ai eu fini il m'a dit un merci qui partait du fond du cœur et m'a touché.

 

Il y en a qui ont des plaies affreuses. Ce matin il y en a un qui a le sommet de l'épaule arraché qui s'est évanoui dans mes bras et ensuite a pleuré sur mon épaule comme un enfant etc. etc.

A côté de ceux-là, il y en a qui sont légèrement touchés cependant toutes les blessures aux mains sont très profondes. On a amputé deux doigts à un. On a extrait des balles etc. etc. et nous n'avons pas de vrais chirurgiens.

C'est le fils PHILIPPOT, le fils du docteur de La Bastide qui opère. Il n'a pas l'air maladroit et a bien réussi ce qu'il a tenté mais pour les pansements, il fait horriblement souffrir les patients. Il est très brusque et les blessés m'ont dit qu'ils préféraient être pansé par moi.

 

Le premier train est arrivé à 6 heures ce matin, le second à 7 heures du soir. Nous en attendons un troisième ce soir ou demain.

L'arrivée du train est toujours impressionnante. Quand on pénètre dans ces wagons et que l'on voit ces yeux de fièvre, ces pauvres corps étendus sous des vêtements sales, déchiquetés par la mitraille, la figure et les mains pleines de sang coagulé et que l'on lit dans les regards une supplication de ne pas trop les faire souffrir au moment où on les enlève on se sent étreint au cœur. Le courage et la résignation de tous est admirable et quand on pense à leur souffrance je t'assure que l'on ne ménage pas sa fatigue.

Malgré toutes les plaies affreuses et dégoutantes que j'ai vu pas un seul instant je n'ai été impressionné. »

 

 

 

Une partie du personnel de la 18ème SIM (section des infirmiers militaires), 26 septembre 1914

18ème corps d’armée

 

sectioninfirmiers18 4

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

Mardi 28 août :

 

« J'ai interrompu ma lettre hier. Ce matin nouveau et 3ème train sanitaire. Même spectacle Nous venons de panser les plus grièvement atteints.

Nous avons des hommes de 30 régiments différents peut-être même de 40. Il y en a du 344 et du 257 de Bordeaux et Libourne. L'un d'eux lorsque je me suis approché de lui m'a crié :

« Bonjour monsieur Luzan. »

 

C'était un ancien employé de MOUGAUZY qui est aux Dames de France. Il est légèrement atteint.

Les blessés de ce matin nous affirment que le colonel du 144è Mr GAUTHIER, notre voisin de Bordeaux, a été tué net sur son cheval. Toutefois il vaut mieux ne pas répandre ce bruit tant qu'il n'est pas officiel.

Un autre blessé m'a raconté que le secrétaire du colonel du 344 avait eu le pied arraché par un obus. Il était à son côté et l'a emporté sur ses épaules jusqu'à ce qu'il soit frappé lui-même. Alors il a été obligé d'abandonner son malheureux camarade et lui-même n'a pu finir qu'au prix d'efforts surhumains. Il a une balle dans  ? et on l'opérera aujourd'hui ou demain.

J'aurais des pages et des pages à t‘écrire sur ce sujet. »

 

« Monsieur MARSERAN qui a vu Edouard aurait trouvé un permutant. Ce serait un pharmacien d'ici qui est affecté comme simple infirmier à St-Nicolas. J'attends des nouvelles d'Edouard pour savoir où en sont ses démarches. Il est tant que je m’arrête. Embrasse bien mère et petit René pour moi.

Votre voyage de Bordeaux à Arcachon me ferait bien plaisir amis il est certain que ce sera une dépense. Faites ce que vous voudrez. Je m'arrangerai toujours à aller diner avec vous.

Je t'embrasse ma chérie mille fois sans oublier maman, Louis, tante Angélina. Bonjour aux Arnold.

Je gagne 1 sou par jour.

Ton petit mari qui t'adore.

Jean »

 

 

Une partie du personnel de la 18ème SIM, 1915 ?

 

sectioninfirmiers18 3

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

Je désire contacter le propriétaire des lettres de Jean FARBOS de LUZAN

Lire sa fiche matriculaire

Voir des photos de la 18ème section des infirmiers militaires

Vers d’autres témoignages de guerre 14/18

Suivre sur Twitter la publication en instantané de photos de soldats 14/18

Retour accueil