Correspondance de Joseph GOUZOU

Caporal au 126ème régiment d’infanterie (3ème bataillon)

, puis sergent au 43ème régiment d’infanterie (février 1915)

.

 

Publication : janvier 2023

Mise à jour : janvier 2023

Retour accueil

 

 

Max nous dit :

« J'ai trouvé votre site très intéressant et je vous en félicite.

Nous avons trouvé tout le courrier d'un cousin de mon beau-père parti au service militaire en 1911 et mort dans la Somme en 1916. J'ai tout transcrit sur mon ordinateur et actuellement j'essaie de faire un "livre" sur cet homme en l'illustrant de divers documents qui pourraient intéresser des internautes. Si vous le désirez, je peux vous faire parvenir les fichiers bruts. »

 

 

Prélude

 

Joseph GOUZOU, cultivateur, est né le 18 mars 1891 à Manzac-sur-Vern (Dordogne). A ses 20 ans, il déclare être cultivateur et est incorporé au 126ème régiment d’infanterie de Brives en octobre 1912.

En août 1914, il part à la guerre avec le grade de caporal (acquis en novembre 1913). Le 126ème RI est composé de 53 officiers, 3348 hommes de troupes, 174 chevaux et 55 voitures (hippomobiles)…

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 5 août 1914

Mes chers parents

« Je viens de recevoir votre lettre juste au moment où je voulais me mettre à vous écrire afin de vous donner de mes nouvelles avant de partir, et qui sont très bonnes. Enfin, puisqu’on a eu le malheur que cette fameuse Allemagne vienne encore nous déranger, on va partit venger nos braves de 70. Peut-être que cette fois, ils pourraient se tromper car malgré qu’ils aient dit que notre armée était désorganisée, la mobilisation s’effectue dans les meilleures conditions, et tout le monde demande à partir, jusqu’à des auxiliaires qui ont demandé à passer la visite afin de venir.

Je pense que là-bas, le pays doit se vider car ces jours-ci, il est rentré quelque chose comme soldats ; vous me direz si mes oncles sont partis et où ils sont.

Enfin puisque le jour est venu, il faut l’accepter avec courage et l’espoir que toute la famille reviendra en bonne santé. »

 

« Hier au soir, j’ai vu Léon du Trimour ; eux sont partis ce matin pour Toul afin de remplacer l'active dans le fort. Nous autres, on part, je pense, vendredi soir ou samedi, mais je ne sais pour quelle direction.

Pour la correspondance, vous verrez à la mairie comment on met les adresses ; pourvu que je puisse vous donner toujours de mes nouvelles. »

 

« Mesdames PRIOLO sont venues et m’ont apporté de l’argent. J’ai pris 50F avec ce que j’avais et ce que vous m’avez envoyé, je me trouve d’emporter 140F. Car on ne sait pas bien si on pourra en toucher. Avec ça, j’en ai pour longtemps surtout que peut-être on ne trouvera rien à acheter.

Enfin, je termine avec espoir que vous saurez le supporter avec courage, et que dans quelque temps on se reverra tous en très bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « J’ai laissé aussi à M. PRIOLO ma montre et un petit paquet contenant ma chemise, des mouchoirs propres, mon rasoir, ma pompe de bicyclette, plaque et clef anglaise.

Le soldat qui a ma bicyclette ne va pas partir à la guerre, il vient d’attraper une hernie ; alors je lui ai donné votre adresse ; au cas où il faudrait qu’il vous l’envoie, le prix est un peu fort car je ne pensais pas à tout ce qui arrive. Je la faisais mettre à neuf avec une enveloppe et une chambre à la roue arrière. Le prix est 50f.

Il s’appelle MANIÈRE. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Samedi 8 août 1914

Mes très chers parents

« Ce matin, je suis allé dire bonjour chez M. PRIOLO avant de partir car le moment s’approche. On part ce soir à 10 heures, les autres bataillons sont partis ce matin. (*)

Alors j’ai vu que vous n’aviez encore pas reçu de leurs nouvelles, ni des miennes car ils m’ont fait voir une lettre que vous leur aviez écrite. Au cas où la lettre se serait perdue, je vous renouvelle que je leur emporte 50F. J’espère que vous l’aurez eue quand même, car je vois qu’elles ont beaucoup de retard. Je n’ai reçu la vôtre que jeudi, datée du 2.

Je termine et viens vous embrasser une fois de plus, du cœur, avant de partir, et espère que dans quelque temps, l’on pourra se revoir en bonne santé.

Votre fils qui vous souhaite une bonne santé à tous. »

 

PS : « Vous direz bonjour de ma part à tous les voisins et à mes parents. Je pars avec courage.

Pour l’adresse, mettez : au 126ème, 10e compagnie, 3e bataillon. Par Brive. Vous n’avez pas besoin de timbre. »

 

(*) : Le 3e bataillon partira à 23h34 de la gare de Brive.

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Jeudi 13 août 1914

Mes très chers parents

« Je profite de cette journée de repos afin de vous donner de mes nouvelles qui sont très bonnes pour le moment ; on a très bien fait notre voyage. Ce matin, j’ai cherché Marcel DALBAVIE (*), mais je n’ai pu le trouver. Si vous savez le régiment et la batterie, vous me le direz car on pourrait se trouver. (*)

Je termine car je ne peux vous dire où l’on est, ni ce qu’on fait, mais je ne pense pas voir l’ennemi. Il pourrait et j’en suis sûr, car on a reçu des dépêches que tout va bien, les Allemands se font battre.

Votre fils qui vous embrasse et vous charge de dire bonjour à tous mes parents et voisins pour moi. »

 

PS : « Je compte toujours les jours, encore 40. Tant pis si ce n’est pas fini pourvu que je revienne. C’est toujours ce qu’il faut. »

 

(*) : Marcel DALBAVIE, 25 ans, maréchal-ferrant à Manzac, est au 21ème régiment d’artillerie de campagne. En 1910, il y était second canonnier-conducteur. Il survivra à la guerre, mais décèdera en juillet 1920. Voir sa fiche matriculaire.

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Lundi 17 août 1914

Mes très chers parents

« Je prends ce moment de plaisir afin de vous donner de mes nouvelles qui pour le moment sont très bonnes. Et je pense en recevoir des pareilles de vous tous. Seulement on n’a encore reçu aucune lettre. Je ne puis vous dire où je suis, seulement on n’a encore rien eu, on n’a fait que des marches, et avec un beau temps. (*)

Si vous m’écrivez, vous me direz un peu où sont mes oncles. »

 

« Aujourd’hui, il paraîtrait que les Allemands refuseraient de marcher, mais malgré ça, on les aura quand même car on a une artillerie bien meilleure que la leur. Eux ne peuvent obtenir aucun résultat.

Je termine avec espoir que tout sera vite fini, et que dans quelques mois, on pourra revenir tirer quelques lièvres.

Je vous charge de donner de mes nouvelles à tous mes parents.

Votre petit-fils et neveu qui vous embrasse sans oublier son brave Marcel. » (**) 

 

PS : « Le 15 août a été un peu triste, on a marché toute la journée. »

 

(*) : Le 3e bataillon cantonne à Martincourt (55)

(**) : Le 15 aout, ils sont partis à 3 heures du matin et parcourus 38 km.

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Mercredi 19 août 1914

Chers parents

« Ce matin, je viens de recevoir la lettre que vous aviez faite le 9. J’ai été très content car je commence à trouver le temps long. Ce que j’ai peur, c’est que les miennes aient fait la même chose, et sûrement il a dû s’en perdre.

Enfin, je suis toujours en très bonne santé. On a fait de très longues marches, mais à présent on a un peu de repos. Je ne vous raconte pas grand-chose car je ne peux vous dire où l’on est, ni ce que l’on fait, ce qui nous dénoncerait au cas où l’ennemi trouverait nos lettres. (*)

Tout ce que je pense, c’est que tout se passera bien et que dans quelques mois on pourra se revoir en très bonne santé.

Votre fils qui ne cesse de penser à vous. »

 

PS : « J’ai écrit chez mon parrain, mais au cas où ils ne l’auraient pas reçue, vous leur donnerez de mes nouvelles, ainsi qu’à tous mes parents à qui je n’écris pas faute de papier. Vous excuserez pour moi.

Bonjour à tous les voisins et à Raoul. »

 

(*) : Le 3e bataillon cantonne à Sailly (Ardennes).

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Samedi 29 août 1914

Mes chers parents

« Je viens de recevoir de vos nouvelles. C’est avec plaisir que je vois que vous êtes tous en bonne santé, seulement je comprends que vous n’avez pas reçu mes lettres, pourtant je vous ai écrit souvent, enfin je suis toujours en bonne santé.

J’espère que mes lettres vont arriver et que dans quelques jours on aura le plaisir de se revoir réunis avec tous mes oncles qui m’ont donné de leurs nouvelles. Ils vont tous très bien.

Votre fils qui vous embrasse, ainsi que tous mes parents. »

 

Nota : Entre le début de la mobilisation et le 31 août, le régiment a perdu 237 hommes tués.

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Septembre 1914

Gare de Gigny-Brandonvillers (Marne)

 

Mes très chers parents

« Je viens vous apprendre une nouvelle qui ne va point vous surprendre, car comme moi, vous devez bien vous y attendre ; mais cela ne doit pas vous inquiéter, car je viens d’être blessé avant-hier 10 septembre. Par un éclat d’obus qui m’a attrapé très légèrement à la jambe gauche, me faisant une plaie très légère ; rien de cassé. » (*)

D’ailleurs ce matin, j’ai fait 3 kilomètres à pied pour rejoindre la gare où l’on embarque pour être dirigé sur Orléans où j’espère ne pas rester longtemps car je vais demander à aller à Brive. Je sais que ceux qui peuvent supporter le voyage vont où ils veulent.

Alors comme M. PRIOLO m’avait dit d’aller me faire soigner par lui si j’étais blessé, je croirais manquer envers eux en demandant d’aller à Périgueux (Jean) MASSOUBRO est blessé aussi à 10 minutes d’intervalle. (**)

J’ai passé une nuit à côté de lui, mais comme lui c’est une balle d’obus qui l’a attrapé à la jambe, mais à l’aine droite. Souffrant un peu pour marcher, il a voulu attendre l’ambulance. On s’est quitté comme ça, mais j’espère bien le retrouver ce soir et finir notre campagne ensemble. Il est blessé très légèrement lui aussi. »

 

« Enfin, mes très chers parents, je vous écrirai de nouveau quand je vais savoir où je suis évacué ; tout ce que je vous demande, ne vous faites pas de mauvais sang pour moi, je suis plus heureux où je suis que sur la ligne de feu. J’espère être guéri au moins dans 15 jours et d’aller passer 7-8 jours de repos avec vous ; et en attendant j’espère que les pauvres camarades auront fait de bonne besogne pendant ce temps-là et que tout sera fini. Ils nous en ont fait voir de cruelles, mais à présent on les repousse vite. Dans deux ou trois jours, la France va être vidée de ces salauds et la victoire sera suivie de la paix.

Votre fils qui ne souffre pas du tout, il faut que je voie ma blessure pour le croire. »

 

« Je vous embrasse en attendant de vous voir en bonne santé.

Bonjour à tous mes parents et voisins. Je suis très heureux à côté d’autres. »

 

(*) : Blessé à la jambe droite au combat de Châtelraould (52) durant la bataille de la Marne. Sa blessure n’est pas indiquée sur sa fiche matriculaire.

Les combats de Châtelraould se déroulent du 9 au 10 septembre 1914.

Le JMO (journal des marches et opérations) du régiment indique le 10 : « De nombreux blessés et tués des jours précédents sont à évacuer. L’air de Châtelraould est empirante ; la pestilence commence. Il est urgent d’assainir le champ de bataille ; On s’y emploie (…). »

 

(**) : MASSOUBRO Jean, pupille de la nation, cultivateur aussi, né à Bordeaux, recensé au même village (Manzac) que Joseph GOUZOU, est caporal à cette date au 126ème régiment d’infanterie. Il a 24 ans. Sergent, puis adjudant en janvier 1916, blessé en mars 1916, il sera cité de nombreuses fois dans la correspondance de Joseph.

Voir sa fiche matriculaire.

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Périgueux le 14 septembre 1914, 4 heures du matin

 

Mes très chers parents

« Étant blessé très légèrement à la jambe gauche par l’éclat d’un obus, je viens d’arriver à Périgueux ce matin. Je vous ai écrit une lettre, mais au cas où elle ne serait pas arrivée, je viens vous dire de ne pas vous faire de mauvais sang pour moi car la blessure que j’ai est presque insignifiante. Je ne souffre pas, il n’y a rien de cassé.

(Jean) MASSOUBRO est blessé aussi à la jambe droite. (*) Ce n’est pas grave non plus.

Je ne sais pas où il est, on ne doit pas être venu par le même train.

Si vous voulez me voir, venez. Je ne sais pas encore l’adresse car je fais la lettre en attendant les voitures à la gare. Je vais la mettre à la fin.

Portez-moi une chemise et un caleçon pour changer, ainsi que des bas.

Vous direz bonjour à mes parents et voisins. Je vais bien écrire aujourd’hui.

Votre fils qui vous embrasse en attendant de vous voir. »

 

PS : « Je suis aux casernes d’artillerie. »

 

(*) : Sa blessure n’est pas non plus indiqué sur sa fiche matriculaire.

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Périgueux le 22 septembre 1914

Mes très chers parents

« Je viens vous donner de mes nouvelles qui sont toujours très bonnes. Toujours bien soigné, et je ne souffre pas. Seulement, je viens vous avertir que je ne rentrerai peut-être pas en permission de cette semaine, ma blessure ne guérissant pas très vite et me permettant de rester encore la semaine prochaine. Je vais rester pour me faire soigner, et encore ce ne sera pas complètement guéri dans quinze jours. Je pourrai obtenir une permission de dix jours ; mais ne vous faites pas de mauvais sang pour ça.

Je termine avec espoir que vous êtes tous en très bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. J’espère être là-bas pour couler le vin. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Brive le 4 novembre 1914 (*)

 

Mes très chers parents

« Je prends ce moment de plaisir afin de vous donner de mes nouvelles, toujours très bonnes ; j’ai très bien fait mon voyage. Quand je suis arrivé à Brive, (Jean) MASSOUBRO était parti à Donzenac, canton à une douzaine de kilomètres, car on ne pouvait plus contenir là. Enfin, je lui ai envoyé son paquet. J’ai mangé mon poulet hier au soir avec (Frédéric) CLAMENT (**) et CHAMINADE (***). Il est sorti de l’hôpital mais n’a pas de permission.

Je suis allé ensuite chez M. PRIOLO, il y a Mariette. Ils ont voulu que je couche. Je leur ai donné la bouteille.

A présent, je ne sais pas si je vais rester longtemps ici ; en tout cas, je sais qu’il part un détachement de bleus et de blessés le 10, mais on n’a pas encore désigné les hommes qui doivent partir. Ils vont au camp de Châlons où ils vont rester en réserve pendant une quinzaine.

Enfin, quand je devrai partir je vous écrirai.

Je termine avec espoir que vous êtes toujours en bonne santé

Votre fils qui pense à vous et vous embrasse à tous. »

 

(*) : Après rétablissement, il retourne logiquement à Brive, ville de dépôt de son régiment, en attente de repartir pour le front.

(**) : Frédéric CLAMENT, 20 ans est né aussi à Manzac (Dordogne). Soldat au 126ème régiment d’infanterie, il a été incorporé le 4 septembre 1914. Il est donc en formation à Brive et partira au front fin mars 1915, fera campagne en France et en Italie. Il survivra au conflit, décoré. Voir sa fiche matriculaire.

(***) : Justin CHAMINADE, né en 1894 aussi à Manzac. Soldat au 126ème régiment d’infanterie, il a été incorporé aussi le 4 septembre 1914. Il est donc en formation à Brive et partira au front début février 1915. Nous en reparlerons plus loin dans les lettres Voir sa fiche matriculaire.

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Brive le 9 novembre 1914

Mes chers parents

« Je viens de recevoir votre lettre ce soir avec beaucoup de plaisir. Je peux vous dire que je suis en très bonne santé ; je ne sais pas quand je vais partir. Ces jours-ci, il y a 4 détachements, le 2° part demain et le 4° samedi ; je vous dirai que (Jean) MASSOUBRO est sergent. (*)

J’étais proposé moi aussi, mais ce n’est pas sorti de cette fois ; ce qui me vaut davantage, car si j’avais été nommé, je serais parti, et avec ça commence l’instruction des réfugiés de la classe 1915. Peut-être qu’avec ça, je vais rester quelque temps. Je suis avec un sergent réserviste qui était avec moi, dans ma section à la guerre et qui a été blessé. C’est lui qui m’a proposé ayant été chargé lui-même de l’instruction. On a 48 hommes à instruire par compagnie. On est 2 caporaux et un sergent. Je peux dire que si je reste là, j’aurai de la chance.

Enfin, mes chers parents, n’y comptez pas de trop, car on peut être relevés d’un jour à l’autre.

Je termine avec espoir que vous êtes tous en bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « À la 28ème compagnie, 26ème d’infanterie, Brive, Corrèze. Je suis très content du prospectus. Je vais en faire venir au cas où je partirais.

Bonjour à Raoul et à tous les voisins.

CLAMENT (Frédéric) va partir probablement jeudi ou samedi. (Jean) MASSOUBRO n’est pas parti, il n’est pas encore apte ; moi je l’étais par le médecin (et je ne le suis pas par le chef de ma compagnie). »

 

(*) : Il sera nommé sergent le 11 novembre 1914.

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Brive le 11 décembre 1914

Mes chers parents

« Je viens vous donner de mes nouvelles qui sont toujours très bonnes. Ce matin, j’en ai reçu de vous tous avec plaisir dans la lettre de mon parrain.

On vient de recevoir la barrique ce matin. On ne l’a pas goûté, mais je pense qu’ils vont le trouver bon. Il sera toujours meilleur que celui que nous buvions.

On m’a payé mes effets personnels. J’ai touché 22F, ce n’est pas beaucoup mais il vaut mieux que rien. Quand on m’aura payé le vin, je vous enverrai l’argent, mais peut-être que dans quinze jours.

Je ne vois pas grand-chose à vous dire. Je suis toujours en bonne santé, et espère que vous êtes tous de même.

On attend toujours la paix et ensuite la classe.

Votre fils qui vous embrasse à tous. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Brive le 17 décembre 1914

Mes très chers parents

« C’est avec beaucoup de plaisir que je viens de recevoir votre lettre, en voyant que vous êtes tous en très bonne santé ; seulement ce que je vois, c’est que vous n’avez pas confiance en moi. Je vous ai toujours dit que lorsque je partirai, je vous l’écrirai. Et je vois que vous ne le croyez pas.

Malgré que l’on ait payé nos effets, on ne paie pas quand même. C’est justement à cause qu’il n’y avait pas de départ, et que l’on usait nos habits que le commandant de dépôt a donné l’ordre de nous les payer à tous.

Cette semaine, j’ai reçu des nouvelles de tous mes oncles ; PAUL et DÉLUBRIAC ne se font pas trop de mauvais sang ; mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU) (*) est toujours en bonne santé. Pour moi, ça va aussi ; j’espère aller vous voir à Noël ou au 1er de l’An pour 24 heures. Je ne le croyais pas il y a 2 mois.

Nos jeunes de la classe 1915 rentrent ces jours-ci. Si c’est moi qui ai le bonheur de les avoir, j’en ai bien pour 2 mois de plus. Peut-être qu’en attendant, il se fera quelque chose, il faut l’espérer ; et puis d’ailleurs les froids seront passés.

Je ne vois pas grand-chose à vous dire. Le vin est arrivé, on le trouve très bon.

Votre fils qui vous embrasse à tous. »

 

PS : « Vous direz bonjour à tous les voisins et parents. (Justin) CHAMINADE m’a dit que la mémé était à Manzac dimanche. J’en suis très content. Je ne pouvais le croire. »

 

(*) : Pierre FOURGEAU, son oncle, âgé de 36 ans à cette époque, est soldat au 93e régiment d’infanterie territoriale. En mai 1917, il passera au 272e régiment d’infanterie territoriale. L’oncle BOULENZOU serait, en effet, Pierre FOURGEAU. Ce nom et prénom ont été rajoutés volontairement dans le texte, entre parenthèses, au moment où les lettres ont été dactylographiées dans les années 1970. Mais pourquoi ce changement de nom ?

Plusieurs indices dans la suite des lettres donne à penser que cela est juste : Sa tante Louise FOURGEAU (née HIVERT) et son frère Émile FOURGEAU (FOURJOU).

 

Orthographié FOURGEAU, FOURGEAUD, FOUJOU et FOURGEOU….

 

ATTENTION : l’orthographe de cette famille Pierre FOURGEAU-Marie BOULANGER s’écrit différemment pour tous les fils :

FOURGEOU Élie né en 1876. Voir son acte de naissance - Voir sa fiche matriculaire.

FOURGEAU Pierre né en 1878. Voir son acte de naissance -  Voir sa fiche matriculaire.

FOURJOU Émile né en 1884. Voir son acte de naissance  -  Voir sa fiche matriculaire.

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Brive le 23 décembre 1914

Chers parents

« Je viens de recevoir votre lettre avec beaucoup de plaisir, en voyant que vous êtes tous en très bonne santé. Je comptais aller vous voir pour deux ou trois jours, seulement il n’y a que 24 heures. Et je ne peux même pas partir vendredi, on est de garde de jeudi à vendredi 10 heures.

Probablement que je partirai samedi, mais je ne puis vous dire par quel train ; si je ne suis pas arrivé à 5 heures chez nous, vous pourriez venir à 8 heures à St Astier. Si je ne suis pas à ce train, n’y comptez pas.

Je pense que ma mémé est guérie. Vous leur direz bonjour ; je vais bien leur écrire ce soir.

Vous me direz si DAMON est toujours à Besançon.

Je ne vois pas grand-chose à vous dire pour le moment. J’espère aller vous voir avant longtemps, mais ne vous y fiez pas de trop, vous savez comment ça marche.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour aux voisins et à Raoul. Dimanche, j’ai dîné chez M. PRIOLO. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Brive le 30 décembre 1914

Mes chers parents

« En l’honneur du nouvel an, je viens vous offrir mes meilleurs vœux et souhaits de bonheur. J’espère que le mauvais temps que nous traversons et qui nous empêche d’être réunis en ce beau jour, ne durera pas et l’année que nous allons commencer ne se passera pas sans que nous ayons le bonheur de nous réunir après une bonne paix.

Dimanche je suis rentré tôt. Je suis toujours en bonne santé, et espère que vous êtes tous de même. »

Votre fils qui vous embrasse et ne cesse de penser à vous.

 

PS : « Bonne année à Raoul et à tous les voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

1915

Aux armées le 1er janvier 1915

« Voilà ce premier jour de l’An arrivé ; j’espère que l’année que je commence ne se terminera pas en étant dans la tranchée.

Hier, j’ai eu les deux paquets avec le bon poulet, et les bonnes choses que vous m’avez envoyées. Tout était en très bon état ; mais c’est trop d’affaires. Enfin je vous remercie.

Je suis en parfaite santé et espère que vous êtes de même. Ici, le temps n’est pas trop mauvais. On dirait qu’il va pleuvoir.

Aujourd’hui, on nous a bien soignés. Comme supplément, on a eu du fromage, des pommes –deux par homme- ; une bouteille de champagne pour quatre et un cigare.

Hier, j’ai eu des nouvelles de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU). Il est en parfaite santé.

Plus grand chose, je termine en vous désirant en bonne santé à tous. (*)

Votre fils qui pense à vous. »

 

PS : « Bonjour à mes parents, aux voisins et MICHET. Je vous envoie le calendrier 1915 pour vous faire voir à peu près ce que je veux. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Mardi 5 janvier 1915

Mes Chers parents

« Je viens vous donner de mes nouvelles qui sont toujours très bonnes, et vous demander des vôtres, qui j’espère sont de même. Voilà 2 ou 3 jours que j’attends une lettre ; mais probablement que pendant ces fêtes, il doit y avoir eu tellement de correspondance que ça doit être perdu.

Jeudi dernier, j’ai envoyé la barrique à chez DÉLUBRIAC. (Jean) MASSOUBRO voulait l’emmener mais depuis la guerre, on ne veut plus accepter les fûts comme avant pour 2 sous. Ils veulent gagner davantage.

Je vous dirai que demain je reviens à ma compagnie, la 28ème. Je laisse la classe 14 et je prends la classe 1915 qui est affectée à la 2ème compagnie. A la mienne, on a 600 jeunes. On va avoir de quoi s’amuser. Enfin, peut-être qu’avec ça je resterai encore quelques jours.

Je ne vois pas grand-chose de nouveau.

Je termine en vous désirant une bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Brive le 13 janvier 1915

Chers parents

« Je viens vous donner de mes nouvelles, toujours très bonnes. Je suis toujours à l’instruction où j’espère rester encore quelques jours. Malgré que nous ayons un peu de travail, je suis toujours mieux que là-bas. J’ai reçu des nouvelles de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU), il est toujours en bonne santé.

(Jean) MASSOUBRO m’a dit qu’il était allé manger les crépaux (?). J’espère bien partir à la foire de Manzac, mais en ce moment, on n’a pas de permissions à cause de la fièvre scarlatine.

Je ne vois pas grand-chose à vous dire. Je pense que vous êtes en très bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse à tous. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Brive le 25/1/1915

Mes chers parents

« C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai reçu votre lettre, en voyant que vous êtes toujours en très bonne santé. J’ai reçu le mandat. Je vous remercie. J’en avais bien encore, enfin, ce n’est pas perdu pour ça. J’ai acheté un caoutchouc avec des manches. C’est bien un peu cher : 30F ; mais avec ça, il peut pleuvoir que je ne risquerai pas me mouiller. Je n’ai pas trouvé à vendre l’autre.

Ici, il fait un peu froid, il est tombé de la neige. J’ai reçu des nouvelles de tous mes oncles, ils sont tous en bonne santé.

Je ne pense pas aller vous voir de quelques jours ; pas de permissions à cause de l’épidémie de scarlatine et rougeole ; heureusement que nous autres, les anciens ne risquons pas grand-chose.

Je ne vois pas grand-chose à vous dire. Je suis en très bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Brive le 31 janvier 1915

Mes très chers parents

« Je fais réponse à votre aimable lettre que j’ai reçue avec beaucoup de plaisir en voyant que vous êtes tous en très bonne santé. Je suis très content de voir que vous avez fait un peu d’argent, car je vois que si vous n’aviez recours qu’à votre fils, vous ne seriez pas beaucoup heureux. Enfin, il faut espérer que cette vie changera, mais je ne sais malheureusement pas quand. Enfin, que voulez-vous, pour moi je ne suis pas trop malheureux. Surtout à côté de beaucoup d’autres qui sont pères de famille ; et qui se trouvent dans les tranchées. Donc prenons patience.

Il est en train de se former une nouvelle armée ; chaque brigade forme un bataillon que l’on appelle «bataillon de marche». Le nôtre part lundi formé des 126ème et 100ème. Ils sont 1 000 hommes, ce qui fera une petite armée de 50 000 hommes. (*)

Moi, je ne pars encore pas de cette fois.

 

Cette nuit, il est tombé beaucoup de neige. Je ne compte pas partir encore en permission. Enfin, j’irai toujours vous voir avant de partir.

Je ne vois pas grand-chose à vous dire. Je termine en vous désirant une bonne santé à tous.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

(*) : C’est exact, le « bataillon de marche du 43e régiment d’infanterie » (43e régiment d’infanterie dont va faire partie Joseph GOUZOU en février), est créé début 1915. Le bataillon (composé d’environ 1000 h.) part le 13 janvier 1915 dans la Marne pour son instruction (Oiry, St Hilaire-au-Temple, etc.). 30 % de son effectif intègre réellement le 43e RI au front mi-mars. En avril, le reste du bataillon de marche intègre le 322e régiment d’infanterie, où il formera son 6e bataillon.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Brive le 7 février 1915

Chers parents

« Je viens de recevoir votre lettre avec beaucoup de plaisir en voyant que vous êtes toujours en très bonne santé, car c’est la principale des choses. J’ai reçu aussi le mandat, je vous remercie.

Je croyais partir dimanche, mais je crois bien que je ne pourrai pas. Enfin, je suis toujours en bonne santé. Je crois que (Justin) CHAMINADE part mardi (*), mais ne dites rien, chez lui le sauront bien assez tôt, surtout si parfois il y avait un contrordre. Je crois bien moi aussi que le moment arrivera peut-être bientôt, à présent que le beau temps va revenir. Cette semaine, ça va faire 800 hommes qui partent. Enfin à présent, quand ils voudront, j’ai passé une bonne partie de la mauvaise saison.

Je ne vois pas grand-chose à vous dire. Je suis toujours en bonne santé et espère que vous êtes tous de même.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

(*) : Il partira le mardi 9 février (source : sa fiche matriculaire)

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Brive le 20 février 1915

Mes chers parents

« Je prends ce moment afin de venir vous donner de mes nouvelles toujours très bonnes, et espère que ma lettre vous trouvera à tous en très bonne santé.

Dimanche, on a très bien fait notre voyage ; nous avons été assez tôt à la gare. Je pense que mon père et Raoul n’ont pas dû beaucoup se mouiller, car du temps que nous soyons allés à Périgueux, je n’ai pas vu tomber d’eau.

Toute la semaine, nous avons mangé des provisions que j’avais emportées. Il en reste encore un peu. Tout était très bon.

Cette semaine, il est parti 600 hommes, ce qui fait 2 000 depuis 15 jours. Je reste encore cette fois ; mais je crois bien que si on demande toujours, ce sera bientôt mon tour, et même peut-être passé.

Je ne vois pas grand-chose à vous dire. Je suis toujours en bonne santé et c’est ce que je vous désire à tous.

Votre fils qui vous embrasse. »

Retour au front au 43e régiment d’infanterie : Verdun, Champagne,

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

28 février 1915

Cher monsieur

« Je viens ainsi qu’à toute la famille vous donner de mes nouvelles, toujours très bonnes. Me voilà arrivé en arrière des tranchées depuis le 25 – à 9 heures du soir ; mon régiment n’était pas là, il n’a été relevé que le lendemain, après 12 jours de tranchées.

Hier, j’ai été affecté à ma compagnie, la huitième. J’ai très bien réussi car j’ai comme commandant de compagnie un bon capitaine qui est là depuis le début de la campagne, ce qui est rare en ce moment. Je ne crois pas rentrer dans les tranchées de 7 à 8 jours. On est en train de vacciner les hommes du corps (*) ; avec ça on va pouvoir un peu s’habituer à cette vie de pirate et au grondement du canon. On est à environ 6 kilomètres des lignes de bataille, et depuis que nous sommes là, le canon n’a pas cessé de tonner une seconde, si bien la nuit que le jour. C’est juste là que l’on veut faire une trouée si c’est possible.

Enfin le temps n’est pas trop mauvais, mais malgré ça, la vie n’est pas la même qu’à Brive. On a comme logement des cabanes creusées dans le sol et recouvertes de terre.

Je termine avec espoir que bientôt, nous aurons pu débarrasser le territoire belge et le nôtre, et alors revenir vous voir avec une paix éternelle.

Recevez Monsieur l’assurance de mes sentiments les plus dévoués. »

J. GOUZOU

Au 43ème d’infanterie, 8ème compagnie, secteur 143

 

PS : « Bonjour à la bonne Marie, à la femme de chambre et au chauffeur. Si vous voyez le sergent HENNEQUIN, vous lui direz bonjour pour moi. Vive Beauséjour. » (**)

 

(*) : Du corps d’armée.

(**) : La 8e compagnie se trouve au fortin de Beauséjour en Champagne.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

27 février 1915

Mes chers parents

« Nous voilà arrivés depuis deux jours derrière les tranchées.

Le temps……. ……. ……… …. … …. … .. .. ..matin. Je .. .. .. .. .. compagnie … .. .. .. .. bien réussi .. .. .. capitaine qui est le commandant de la compagnie. Il m'a l'air très prudent. Je ne crois pas que l’on rentre dans les tranchées avant 15 jours, car on va vacciner les hommes du corps. Il a été remplacé par le 2ème corps.

Il fait un beau temps. On n’est pas mal, on se trouve à la droite du 12ème corps, en face de Beauséjour.

Je termine avec espoir que cette vie se terminera avant longtemps et que bientôt nous pourrons nous revoir tous en bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

Au 43ème régiment d’infanterie 8ème compagnie secteur n° .. .. … … … …

Par le bureau … … … … ……… de Paris.

 

« Avant de partir ……………………………. Ma montre chez ………….. laissé mon paquet à (Jean) MASSOUBRO car il doit le remettre à M. PRIOLO.

Je n’ai pas pris d’argent à M. PRIOLO et ne m’en envoyez pas, car on ne trouve pas beaucoup à acheter. J’en ai même de trop, surtout qu’à présent, je dois toucher 17f 20 tous les dix jours.

Bonjour aux voisins »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

3 mars 1915

Mes très chers parents

« Je viens vous donner de mes nouvelles toujours très bonnes. Je pense rentrer dans les tranchées dans deux ou trois jours. Ici le temps est superbe.

Voilà déjà 8 jours que je n’ai pas reçu de vos nouvelles, ce qui est long. Enfin, j’espère que vous êtes toujours en très bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Vous donnerez de mes nouvelles …………………………………. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

4 mars 1915

Mes chers parents

« Je viens vous donner de mes nouvelles toujours très bonnes. Avant-hier, on est rentrés dans les tranchées. On a été relevés hier au soir pour 24 heures. On y revient ce soir et dans 2 jours, on va probablement revenir au repos. Pour le moment, ce n’est pas trop terrible. Je termine avec espoir que vous êtes comme moi en très bonne santé.

Votre fils qui pense toujours à vous. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

15 mars 1915

Mes chers parents

« Je fais réponse à votre lettre que je viens de recevoir hier. J’ai été très heureux de voir que vous êtes tous en très bonne santé.

Je vais vous dire que nous avons été relevés depuis avant-hier des tranchées, on nous a amenés en auto en arrière de Châlons (*) où nous devons rester au repos au moins jusqu’à la fin du mois.

Là, on est très bien.

Tout ce qu’il faudrait, c’est que ça puisse durer. Vous me demandez si je connais quelqu’un. Je suis venu avec vingt sergents de Brive. On était 3 de la 28ème. Nous sommes restés ensemble à la 8ème du 43ème. Hier, il en est encore arrivé d’autres de Brive. Hier, je suis allé à la messe. Presque tous les soirs, on va aller au salut. Je suis avec des gens bien plus religieux que dans notre pays. Cela me fait beaucoup plaisir. Quant aux Pâques, je compte bien pouvoir les faire avant de retourner aux tranchées.

Si vous voulez, envoyez-moi un petit paquet de ce que vous voudrez, quelque chose qui puisse au moins se conserver 4 ou 5 jours. Pas de chocolat, on trouve celui que l’on veut. Je n’ai pas besoin non plus d’effets de corps. Je suis avec un adjudant, chef de section, qui reçoit de temps en temps, et il me donne de tout ce qu’il a. C’est pour ça que je vous en demande ; ce sera meilleur de l’avoir reçu de sa famille que de l’avoir acheté.

Je ne vois pas grand-chose à vous dire. Je termine en vous désirant une bonne santé à tous.

Vous direz bonjour à mes parents, aux voisins et à Raoul, le veinard d’être si jeune.

Votre fils qui pense à vous tous et vous embrasse de loin ; toujours avec l’espoir de venir vous retrouver avant peu. »

 

(*) : Ils sont à Chepy, à quelques km au sud de Châlons-en-Champagne.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

18 mars 1915

Mes chers parents

« Je viens en cette belle journée où je termine mes 24 ans, vous donner de mes nouvelles qui sont toujours très bonnes. Pour le moment, nous sommes au repos pour quelques jours. Hier j’ai reçu des nouvelles de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU). Il est toujours en bonne santé. Je suis très content de savoir mon oncle en permission, car il est bien mieux que par-là, malgré qu'on ne soit pas mal.

Le temps est superbe. Ce soir, comme je trouve l'occasion, Je vais boire un verre en pensant à vous pour fêter mes 24 ans.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Dimanche 21 mars 1915

Mes chers parents

« Je viens vous donner de mes nouvelles toujours très bonnes. Aujourd’hui, je croyais aller faire mes Pâques. Il a fallu changer de cantonnement. On est partis ce matin à 5 heures. On a 35 km à faire en deux jours, ce qui n’est pas beaucoup. On est arrivés à côté du village où nous devons coucher ce soir à huit heures par un superbe soleil. On doit y rentrer ce soir à 5h pour repartir demain matin pour le nouveau cantonnement où nous resterons encore quelques jours. (*)

Si on fait ça, c’est que lorsqu’on reviendra aux tranchées, nous ne reviendrons pas dans le même secteur. Alors on se poste en face du nouveau, pour laisser la place aux nouveaux corps. On était au sud-est de Châlons, et on se poste au sud-ouest. Je ne sais pas bien le temps de repos, mais on ne reviendra pas avant les premiers jours d’avril. En ce moment, on passe du bon temps.

Vendredi matin, j’ai pu aller à la messe. Je suis allé faire mon devoir.

Cette semaine, j’ai reçu des nouvelles de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU). Il est toujours en bonne santé.

Je termine en vous désirant une bonne santé à tous.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. Donnez-moi l’adresse d’Émile FOURGEAU (**). Comme je me trouve à côté du 12ème corps, je pourrai peut-être avoir l’occasion de le voir. »

 

(*) : Le régiment est à Vouzy (51)

(**) : Rappel : Émile FOURGEAU (FOURJOU) est le frère de Pierre FOURGEAU (Joseph GOUZOU le dira dans une lettre datée du 16 janvier 1916).

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

27 mars 1915

Chers parents

« Je viens vous donner de mes nouvelles qui sont toujours très bonnes. J’ai reçu le petit paquet qui m’a bien fait plaisir. Tout était en bon état. J’ai reçu en même temps la lettre recommandée avec les dix francs. Si j’attendais à vous écrire, c’est que j’attendais d’avoir reçu l’autre paquet. Mais comme il va mettre plus longtemps que le premier, peut-être que vous trouveriez le temps long.

Par la poste, les paquets d’un kilo arrivent comme les lettres, en trois jours.

Pour l’argent, ne m’en envoyez plus. Je dépense à peu près mon prêt, par conséquent, ce n’est pas utile que je m’en encombre. Pour les paquets, quand je partirai aux tranchées, je vous écrirai. Comme on les reçoit tous les jours, alors vous m’en enverrez par la poste, mais attendez que je vous l’écrive.

Nous sommes toujours en repos. Le temps est superbe. J’ai reçu des nouvelles de mes oncles ; ils sont en très bonne santé.

Je suis toujours en bonne santé et espère que vous êtes de même.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le 1er avril 1915

Chers parents

« Hier, j’ai reçu le colis avec plaisir. Les gaufres étaient très bonnes ainsi que le chocolat. Je vous remercie beaucoup. D’alcool de menthe, je n’en avais pas beaucoup besoin. J’ai le flacon que j’avais acheté avant de partir et qui est à peine entamé ; et celui que vous m’aviez envoyé, je l’avais donné à un camarade. Enfin, celui-là, je le garde ; mais on n’en use pas beaucoup, car on ne fait pas beaucoup de marches et il ne fait pas très chaud. Des mouchoirs, j’en avais assez. Les chaussettes servent toujours ; mais comme linge, ne m’envoyez rien, on en touche suffisamment.

Ce soir, nous sommes relevés ; nous allons à 15km en arrière pour 15 jours. (*)

Le temps n’est pas trop mauvais, ces jours-ci, il tombe quelques averses.

J’ai toujours des bonnes nouvelles de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU).

Vous me dites que CLAMENT (Frédéric) et FRUCHOU sont en permission. Tant mieux. Moi aussi, je compte bien y aller vers la fin du mois. Mais comme je vous ai dit déjà, n’y pensez pas trop, c’est tellement vite changé qu’il vaut mieux ne pas s’y attendre.

Ici, toujours la même chose : quelques coups de canon, mais front toujours calme.

Pas grand-chose pour le moment. Je suis toujours en bonne santé et espère que vous êtes tous de même. En attendant le plaisir de se voir, recevez de votre fils ses meilleurs sentiments d’amitiés. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents, à Raoul et aux voisins. Tant mieux que vous ayez fini de rentrer les récoltes. Il paraît que la guerre doit être finie en octobre. »

 

(*) : Le régiment est à Dugny (55).

(**) : Le seul FRUCHOU de Manzac est Henri FRUCHOU. Voir sa fiche. Est-ce-lui ?

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Lettre au crayon

Samedi 10 avril 1915

Mes très chers parents

« Vous m’étonnez beaucoup en me disant que vous ne recevez presque pas de nouvelles parce que je vous écris tous les 2 ou 3 jours ; mais les correspondances ne marchent pas très bien. La lettre chargée que vous m’aviez envoyée le 25 mars est arrivée le 7 avril. Je n’ai encore pas reçu le 2ème colis.

Enfin malgré ça, le principal est que je suis toujours en bonne santé. Je vous avais dit que l’on rentrait dans les tranchées ; mais nous n’y sommes restés qu’un jour, juste pour faire une attaque (*), et nous sommes revenus en arrière. On est à 1km500 de Verdun dans une caserne (**), et depuis 2 jours. On va probablement y rester encore une dizaine de jours. En attendant, il faut espérer que cette vie va se terminer et que bientôt, je pourrai revenir auprès de vous.

Je termine en vous désirant une bonne santé à tous.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour aux voisins et à mes parents. »

 

(*) : L’attaque du 5 avril a coûté au régiment 511 hommes tués ou blessés. (JMO)

(**) : À la caserne Chevert

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre au crayon

13 avril 1915

Mes chers parents

« Hier au soir, j’ai reçu le colis que vous m’aviez envoyé le 21 mars. Si j’avais su que ça mette si longtemps, je n’en aurais pas demandé car il commençait à être abîmé. La bouteille de cassis était cassée et les quartiers d’oie étaient presque pourris, ce qui n’est pas surprenant avec le temps humide qu’il vient de faire. Enfin, on a pu profiter des œufs, des pommes. Le vin était très bon et on a repassé le pâté dans la graisse que tout le monde a trouvé fameux. J’ai reçu aussi les dix francs depuis 4 jours ; mais je vous prie, ne m’en envoyez plus. J’en gagne plus que je ne puis en dépenser, surtout lorsque je vais revenir dans les tranchées, car depuis plus d’un mois, on a fait qu’une journée d’attaque, le lundi de Pâques. Alors ça ne va probablement pas durer.

Depuis 5 jours, nous sommes dans des casernes à 1 500m de Verdun. Je termine avec espoir que nous aurons la paix avant longtemps et venir vous trouver en bonne santé. Votre fils qui vous embrasse à tous. »

 

PS : « La santé est très bonne. J’espère que la vôtre est de même. Bonjour à Raoul et aux voisins. Je crois que nous allons changer de secteur mais non pour l’adresse. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

16 avril 1915

Mes chers parents

« Hier, je viens de recevoir vos lettres datées du 8 et 10 avril ainsi que le colis. Ce qui me surprend, c’est de voir que vous me dites que vous ne recevez pas de nouvelles ; il faut que les lettres s’égarent car j’écris souvent. Vous dites que la dernière était datée du 15. Pourtant depuis, je vous en ai envoyé au moins 10. C’est vrai que depuis le 29, on a été en marche et on ne recevait même pas les vôtres. Alors, je donnais mes lettres à n’importe qui en passant dans les villages, soit les artilleurs ou le génie qui peut-être souvent les perdaient au lieu de les donner au vaguemestre. Enfin, malgré ça, vous devriez en recevoir quelques-unes unes.

Le colis parti du 21 mars est arrivé seulement 3 jours avant l’autre que vous m’aviez envoyé le 8 avril. J’ai reçu aussi les deux lettres recommandées avec dis francs chacune. Je vous prie, ne m’en envoyez plus car j’en ai assez, avec 34 sous que je gagne par jour.

Si je vous ai dit que l’on change de secteur, c’est le secteur de front, mais jamais de secteur postal, le numéro postal est toujours le même.

J’avais avec moi deux soldats du pays : un de Grignols, VEYSSIÈRE dit « Cariolet » (*), et un de Montanceix, NEYSSENSAS. (**) Mais ils ont été blessés tous les deux le 5 avril.

Je vous renouvelle aussi, si parfois la lettre est perdue, que j’ai pu faire mes Pâques le jour des Rameaux.

En ce moment, nous sommes au repos à 1500m de Verdun dans une caserne. J’ai un bon lit, voilà déjà 6 jours. Je pense y rester encore quelque temps.

Le temps est superbe, il fait un beau soleil.

Vous donnerez de mes nouvelles chez mon parrain. Je leur ai pourtant écrit, il y a deux jours.

Je suis toujours en très bonne santé et espère que vous êtes tous de même.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Les boudins, les grillons et le quartier étaient très bons. Hier, on a pu faire une bonne collation avec. »

 

(*) : VEYSSIERE Ludovic de Grignols a bien été blessé le 5 avril 1915 (éclat d’obus à la tête). Il venait d’arriver au 43e RI après une première blessure en novembre 1914 (éclat d’obus au doigt et à la jambe gauche). Il sera blessé une troisième fois le 24 juin 1916 (éclat d’obus jambe droite) et une quatrième en novembre 1916 (éclat d’obus épaule droite). Il survivra à la guerre et gardera des « corps métalliques » dans le tibia droit et la cuisse gauche.

Voir sa fiche

 

(**) : NEYSSENSAS Adrien a bien été blessé le 5 avril 1915 (fracture de l’humérus gauche). Né à Saint-Aquilin, il habite à Montanceix, tout à côté. Il sera fait prisonnier en mars 1916 et interné en Allemagne à Dülmel. Rapatrié en février 1919. Voir sa fiche.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre au crayon

19 avril 1915

Mes chers parents

« C’est toujours en bonne santé que je vous écris. J’ai été encore surpris d’apprendre que vous ne recevez pas de nouvelles, car je vous envoie au moins une lettre ou carte tous les 4 ou 5 jours. Je reçois pourtant toutes les vôtres et fais réponse à chacune. On est dans les tranchées depuis deux jours. Je pense que nous allons être relevés ce soir ou demain et revenir en arrière.

Le temps est superbe, ce qui fait que malgré que l’on ait de bien longues journées à passer, on n'est pas trop malheureux.

Enfin, j’espère que bientôt je pourrai revenir auprès de vous tous, où nous pourrons jouir d’une vie meilleure. Je termine en vous désirant que ma lettre vous trouve en très bonne santé comme elle me laisse.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à mes parents et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre au crayon

24 avril 1915

Mes chers parents        

« C’est étant toujours en bonne santé que je vous écris. Avant-hier, j’ai reçu de vos nouvelles, ainsi que de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU). Il est au repos tout près de Dunkerque.

Nous changeons encore de place. Nous sommes dans le train depuis ce matin. Je ne puis vous dire la direction. Je vous écrirai dans deux ou trois jours. (*)

Votre fils qui vous embrasse. »

 

(*) : Le régiment s’est embarqué le 24 avril dans 3 trains en gare de Givry-en-Argonne, pour être débarqué dans 3 gares dans la Marne (Fismes, Muizon, Jonchery).

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Lundi 26 avril 1915

Mes très chers parents

« Avant-hier, je vous ai envoyé de mes nouvelles étant dans le train, mais craignant que ma carte-lettre se perde. Je viens de nouveau vous dire que je suis toujours en bonne santé. Nous sommes arrivés avant hier au soir à minuit au cantonnement nouveau où nous sommes encore. Le secteur ne sera pas je pense trop mauvais. »

 

« Vous me demandez si j’ai besoin de quelque chose. Je vous demanderais de m’acheter, si vous le trouver, une flanelle, et de me l’envoyer avec une chemise, le tout ne fera point plus d’un kilo. Au cas contraire, faites deux paquets afin de pouvoir l’envoyer par la poste. Alors quand je l’aurai reçu, je pourrai vous expédier l’autre complet pour le faire laver. Avec ça, tous les dix jours, je pourrai vous en envoyer à laver, les colis postaux ne mettant pas plus de 4 jours.

Ici, je lave bien, mais à force ce n’est pas bien propre. Surtout que bientôt on pourra nous appeler les pouilleux. Je n’en ai encore pas, mais ce ne sera point long car beaucoup d’hommes en ont. Malgré que ce ne soit pas ça qui nous empêchera de revenir au pays, et il ne faut pas croire que nous soyons malheureux. Ce qui fait ça c’est que la paille où nous couchons quelque fois n’est pas changée tous les jours. Où nous avons attrapé ça, c’est aux casernes Chevert tout près de Verdun. »

 

« Au cas où la lettre se serait perdue, je vous rappelle que j’ai reçu tous les colis envoyés ainsi que les deux lettres recommandées. D’argent, je n’en ai pas besoin. J’ai assez de bas, ne m’envoyez que ce que je vous ai demandé dans la 1ère page.

Hier, j’ai pu aller à la messe. Dimanche dernier, j’ai été faire une prière pour mes chers cousins qui faisaient leur 1ère communion, et dans une église démolie par les boches à 1 kilomètre de la ligne de feu. J’espère qu’eux aussi auront pensé à moi, que leurs prières seront exaucées et que je pourrai avant longtemps revenir auprès de vous tous.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents, à Raoul et aux voisins. Vive notre plus belle cathédrale bombardée. » (*)

 

(*) : La cathédrale de Reims.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le 27 avril 1915

Mes chers parents

« Un mot pour vous dire que je suis toujours en parfaite santé. Je suis toujours dans la tranchée par un temps superbe ; il fait très chaud. J’attends toujours cette permission.

Ici, toujours la même chose. Le secteur calme. Pas grand-chose à vous dire.

J’espère que vous êtes toujours en parfaite santé. En attendant le plaisir de passer quelques jours auprès de vous, recevez de votre fils ses meilleures amitiés. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents, à Raoul et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

27 avril 1915

Mes chers parents

« C’est étant toujours en très bonne santé que je vous écris ; hier, j’ai reçu le colis. Rien n’était gâté ; le poulet était très bon. Sur la lettre d’aujourd’hui, vous me demandez si j’ai du vin ; on trouve presque celui que l’on veut à 50 centimes ne m’en envoyez pas, ce serait le payer 2 fois, car celui que nous achetons est très bon, c’est tous des vins qui viennent du midi. Nous sommes très bien nourris et nous trouvons à acheter presque partout. Tout ce qui nous manque en ce moment, c’est vous le savez : la paix. Enfin, nous ne souffrons pas, espérons que le reste viendra. En ce moment, nous sommes dans un secteur des meilleurs à ce qu’il paraît. On vient relever un corps qui est là depuis 5 mois.

Je termine avec espoir que vous êtes toujours en très bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse à tous. »

 

PS : « Merci des belles fleurs de muguet. Je vois d’ici le bel endroit où elles ont été cueillies. J’ai reçu en même temps des nouvelles de mon parrain et d’Émile FOURGEAU (Émile FOURJOU). »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon - Carte postale militaire

1er mai 1915

Mes chers parents

« C’est étant en très bonne santé que je vous écris. Hier, j’ai reçu de vos nouvelles ainsi que de mon parrain. Je vous envoie un petit colis dans lequel j’ai mis des gants et un cache-nez. J’espère bien que vous n’aurez pas besoin de me le renvoyer et d’être là-bas avec vous à la saison du froid. On était au repos depuis huit jours. Demain nous allons relever le 127ème qui est dans les tranchées. Le temps est superbe.

Je termine avec espoir que vous êtes toujours en bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse à tous. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Lundi 3 mai 1915

Chers parents

« C’est étant toujours en bonne santé que je vous écris. Hier, j’ai reçu le colis avec les chemises et flanelle ainsi que le pâté et sardines. Je vous envoie une chemise et flanelle que j’ai posées ce matin. Quand vous le recevrez, vous pourrez faire bouillir la flanelle au cas où il y aurait quelques œufs de grenadiers car avant-hier, j’en avais trouvé. Vous attendrez que je vous demande avant de me renvoyer car l’autre complet que j’ai gardé, je l’ai fait laver à l’eau bouillante par une bonne femme du village où nous sommes. Avec ça, tout est propre ; maintenant, je vais pouvoir laver quelques jours à l’eau froide.

Nous ne rentrons pas dans les tranchées avant la fin de la semaine. Ici le temps est superbe. Il fait même chaud de trop. Aujourd’hui, le temps change un peu, je pense qu’il va pleuvoir.

Je termine avec espoir que vous êtes tous en bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Hier, je suis allé à la messe. Tous les soirs, on va au salut. Nous sommes cantonnés à 20 mètres de l’église. » (*)

 

Nota : Ce lundi 3 mai, la dégradation du sergent DEMENE suite à un conseil de guerre a eu lieu devant les 2e et 3e bataillons. Elle n’a donné lieu à aucun incident (JMO).

(*) : Le village de Pévy

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre

Le 6 mai 1915

Mes chers parents

« Je viens vous donner de mes nouvelles toujours très bonnes. Hier, je n’ai pas eu de lettre venant de vous. J’espère que vous êtes toujours aussi en bonne santé.

Avant-hier, j’ai eu la plaisir de trouver dans la lettre un billet de 5f. Je vous remercie.

Aujourd’hui, je vais vous envoyer mon tricot et mes gants avec l’espoir que je n’aurai pas besoin de vous les réclamer pour l’hiver prochain. Car il faut croire que quand l’été sera passé, tous en aurons assez et voudrons faire une paix.

Pas grand-chose qui puisse vous intéresser ; ici, tout est calme, il fait assez beau temps. Recevez mes chers parents l’assurance de mes meilleures amitiés. »

 

PS : « Envoyez une flanelle. Bonjours à mes parents et voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

8 mai 1915

Chers parents

« C’est étant en très bonne santé que je vous écris. Hier, j’ai reçu votre paquet ainsi que la lettre recommandée avec 10f. Je vous remercie beaucoup, seulement, je vous renvoie l’argent. Je mets 30f dans la lettre, il me reste assez pour mon service. On touche notre prêt régulièrement tous les dix jours. J’envoie aussi mon tricot de laine ; ne m’envoyez rien jusqu’à ce que je vous le demande.

Quand vous aurez reçu, vous me le direz. J’ai assez de bas et de mouchoirs. On en touche assez souvent.

Vous pourrez laver le tricot au cas où il y aurait des œufs de petites bêtes, car c’est là principalement que ça aime être. »

 

« Il y a déjà quelques jours que je n’ai pas reçu de nouvelles de BOULENZOU (Pierre FOURGEAU), mais ça ne m’étonne pas, car lorsqu’on change de place, la correspondance est très difficile.

On n’avait pas encore relevé le 127ème. Il avait demandé à rester 12 jours dans la tranchée. On y va ce soir ; nous serons 4 jours en 1ère ligne, 4 jours en 2ème et 4 dans un village ; puis on revient à l’arrière. On n’avait plus eu un secteur pareil. Depuis 12 jours, le 127ème n’a encore pas un blessé. J’espère que ça va être calme pour nous aussi. Je vous écrirai quand je serai dans la tranchée.

Je termine avec espoir que vous êtes tous en bonne santé. Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à mes parents, à Raoul et aux voisins. Je suis très content de rentrer dans la tranchée pour pouvoir me reposer ; à l’arrière, on nous fait faire des marches tous les jours.

Le temps est superbe. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Mardi 11 mai 1915

Chers parents

« Voilà 3 jours que je suis dans la tranchée. Comme je vous l’avais dit, je viens vous donner de mes nouvelles toujours très bonnes. Ici, on est très tranquilles, on ne se croirait pas à la guerre, on ne tire pas un coup de fusil, ni on ne reçoit d’obus. On ne reçoit pas d’obus, on a des souterrains profonds de 2 à 3m où on peut dormir en sécurité. C’est très curieux à voir. Où je suis, on est deux : l’adjudant et moi. On a une table, chacun son petit tabouret, et de la paille à volonté, c’est à dire une belle petite chambre de guerre.

Ce n’est plus le même adjudant. L’autre est blessé depuis le 5 avril. Celui-là a un an de moins que moi, il était fourrier quand je suis arrivé ; il a été nommé depuis un mois. »

 

« Vous me direz si vous avez reçu le tricot et la lettre recommandée avec 30F.

La lettre faite, avant la carte du … que j’ai reçue ce matin, n’est encore pas arrivée. Vous voyez que ce n’est pas toujours régulier. J’ai reçu un petit paquet venant de ma tante Louise (FOURGEAU).

Je termine avec espoir que vous êtes toujours en bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Je vous envoie une fleur cueillie à côté de la tranchée. Les vignes doivent être bien belles. Nous sommes en 1ère ligne, nous serons relevés demain soir pour aller en 2ème. (*)

Bonjour aux voisins et à Raoul. »

 

(*) : Le 2e bataillon est au bord du canal de la Marne à l’Aisne, secteur du Godat.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

19 mai 1915

Chers parents

« C’est étant toujours en bonne santé que je vous écris. Hier, j’ai reçu le paquet. Tout était en bon état, les pigeons étaient très bons. Je suis toujours dans la tranchée, voilà le 11ème jour. Nous sommes relevés demain soir, ce qui ne nous tarde pas beaucoup, car on ne dirait pas qu’où nous sommes, c’est la guerre. D’hier et aujourd’hui, je n’ai pas entendu un seul coup de canon. C’est la 1ère fois depuis que je suis sur le front que je vois des journées si calmes. Enfin, malgré ça, nous partirons quand même, demain soir, à l’arrière pour douze jours.

Avant-hier, je suis allé à la décoration de mon colonel. Les compagnies qui étaient dans la tranchée ont délégué 1 sergent, 2 caporaux et 4 hommes pour les représenter. Alors c’est moi qui y suis allé. Ça se passait à 6km en arrière. Ça nous a fait une permission de 24h. On est partis le soir à 6 heures et on est revenus le lendemain à la même heure. »

 

« Je viens de recevoir une lettre de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU). Il me dit qu’il est dans un bon secteur et en bonne santé.

Tous ces jours-ci, les communiqués sont bons. Les Anglais et nos troupes ont avancé beaucoup dans le Nord. Il faut espérer que ça ira bien et qu’avant longtemps, nous pourrons peut-être avoir le plaisir de débarrasser notre pays.

Je ne vois pas grand-chose à vous dire. Je termine avec espoir que vous êtes tous comme moi en très bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à mes parents, à Raoul et aux voisins. Je pense que l’Italie va se mettre en guerre contre l’Autriche, ce qui nous aiderait un peu. Depuis que le 12ème corps a attaqué dans l’Alsace, je n’ai rien reçu d’Émile CLAMENT. Serait-il blessé ? » (*)

 

(*) : Émile CLAMENT est le frère de Frédéric CLAMENT précédemment cité dans les courriers.

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

21 mai 1915

Chers parents

« Nous voilà relevés depuis hier au soir. Nous sommes au repos à 6km de la ligne. On est très bien, on a tout ce qu’on veut acheter. J’ai reçu votre carte qui m’a bien fait plaisir de voir que vous êtes toujours en très bonne santé.

J’ai écrit chez M. PRIOLO pour ma montre. Quand je l’aurai reçue, je vous le dirai. C’est tout ce que j’avais chez eux. Souvent, on est embêté de ne pas savoir l’heure, surtout nous, les gradés.

Je ne vois pas grand-chose à vous dire. Ici, c’est toujours la même chose. Il paraît que dans le Nord, tout va bien. (**)

Je pense que l’Italie va marcher.

Je termine en vous désirant toujours la même santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à mes parents, à Raoul et aux voisins. J’ai reçu des nouvelles d’Émile CLAMENT. Et DAMON, est-il toujours à Besançon ? Je ne connais plus son adresse, surtout son petit nom. »

 

(*) : Le bataillon est au repos à Pévy (51)

(**) : L’offensive en Artois vient de se déclencher.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Crayon - Carte-lettre militaire

Dimanche 23 mai 1915

Chers parents

« Je ne laisse passer ce jour de fête sans venir vous donner de mes nouvelles qui sont toujours très bonnes. Je n’ai pu assister à la messe. J’étais de garde au poste de police du village. Ici, nous sommes au repos depuis trois jours. J’ai été relevé à midi. Demain, je vais si je peux…………… que dieu qui est le……….. jusqu’à le………………… depuis le……………… que le ………………… ce matin par téléphone que l’Italie a ordonné la mobilisation générale. Alors, elle va être en guerre au moins avant 2 jours. Il faut espérer qu’elle va nous donner un bon coup de main et que bientôt ces sales boches seront obligés de demander grâce. Je termine avec espoir que vous êtes tous en bonne santé. Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « DAMON doit avoir changé. Les lettres du mois de janvier me reviennent. Bonjour à tous les voisins et Raoul. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre au crayon

Mes chers parents

« Hier, j’ai reçu votre lettre et le paquet, en même temps. Le paquet était en bon état, et le poulet que nous avons mangé le soir même était très bon. Les fraises aussi. Seulement, n’en envoyez pas, car les paquets sont tellement secoués que quand ça arrive, elles sont abîmées.

Avant-hier, j’ai reçu de FOURGEOU (Elie) de Beaulieu. (*) Il m’avait mis 3 boîtes de pâté et une de sardine.

J’ai reçu des nouvelles de mon oncle BOULENZOU hier (Pierre FOURGEAU). Il est toujours en très bonne santé, et dans un bon secteur. Je suis très content de voir que vous pouvez faire votre travail.

Ici, le temps est superbe aussi. Seulement pour nous, le travail ne marche pas plus vite pour ça, et si c’était partout comme où je suis, il y en aurait pour longtemps. On entend à peine dix coups de canon par jour, et aucune fusillade. Ça change beaucoup des premiers jours quand je suis arrivé à Beauséjour.

Voilà le 11ème jour que nous sommes en arrière. Nous reviendrons dans la tranchée demain soir pour 12 jours et dans le même secteur. Je ne vois pas grand-chose à vous dire. L’Italie marche bien.

Je termine en vous désirant toujours une bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

(*) : Beaulieu en Corrèze. C’est indiqué sur sa fiche matriculaire. FOURGEOU Élie né en 1876.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le 1er juin 1915

Chers parents

« C’est toujours en bonne santé que je vous écris. J’ai reçu de vos bonnes nouvelles ainsi que de tous mes parents, hier et ce soir. Ce qui fait grand plaisir, j’espère que Dieu continuera à protéger notre famille comme on l’a déjà été depuis longtemps, et qu’une fois la paix, nous aurons ce grand bonheur de pouvoir tous nous retrouver en bonne santé.

Notre rentrée dans la tranchée a encore été retardée. Je pense que nous irons demain soir pour quelques jours. Comme on ne peut dépenser d’argent lorsqu’on est dans les tranchées, et que le prêt marche quand même, je vous renvoie celui que je viens de toucher ce soir. Ne croyez pas que je me prive, le contraire, je dépense beaucoup, mais comme tous les dix jours, j’ai mes 17F20, et que la moitié du temps on se trouve dans la tranchée, ça nous fait de l’argent.

Je ne vois pas grand-chose à vous dire. J’espère que vous êtes toujours en bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents, à Raoul et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

« J’envoie 5F à mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU) pour boire un verre à la santé de mes galons que nous n’avons pu arroser ensemble (ne dites rien).

Je viens répondre à votre lettre du 8 juin que j’ai reçue avec plaisir en apprenant de vos bonnes nouvelles. Moi aussi la santé va bien.

Très content de voir que là-bas le temps n’est pas le même qu’ici car il est très mauvais pour les récoltes. IL pleut et il fait froid.

Je crois qu’aujourd’hui, il va faire beau.

Alors mon oncle devra revenir aussi puisque ce n’est pas la paix. Vivement le 17 si ce que disait ma mémé est juste. Je ne vois pas grand-chose en ce moment …………………… tranquille pas beaucoup ………………… et pas dur de trop. Je désire ………………….

Votre fils                                …………………………… aime et vous embrasse tous. »

 

PS : « Bonjour aux parents et voisins. Je pense à la …………………………………… »

 

(*) : Il est passé sergent en novembre 1914.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

Carte-lettre au crayon

Le vendredi 4 juin 1915

Mes chers parents

« C’est étant en très bonne santé que je vous écris. On est dans la tranchée depuis avant-hier au soir 23 heures. La compagnie est réserve du bataillon, car à chaque fois, on ne met que 3 compagnies sur quatre en 1ère ligne. Nous nous trouvons à huit cents mètres de la ligne ; on est très bien dans de bons cagibis. Le secteur toujours bien tranquille. On travaille 5 heures par jour, 3 heures le matin et 2 heures le soir, soit pour faire des souterrains, soit pour faire nos cabanes ou des boyaux de communication à l’arrière. En ce moment, ce n’est pas la guerre pour nous ; je demanderais de finir la campagne à cet endroit.

Le temps est superbe, il fait même trop chaud.

La semaine dernière, je me trouvais en plein dans le pays des asperges. On a pu en manger tous les jours. On les payait 8 sous le kilo. J’ai aussi pu trouver du lait. On est à peu près bien placés pour nous ravitailler, les civils sont encore à 4km de la 1ère ligne.

Aujourd’hui, je reçois des nouvelles de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU). Il est très bien placé lui aussi.

Je ne vois pas grand-chose à vous dire pour le moment. Ce matin, j’ai reçu votre carte. Ce que je vous souhaite, c’est d’être toujours en très bonne santé. Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à mes parents, aux voisins et à Raoul. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre au crayon

Lundi 7 juin 1915

Mes chers parents

« Je viens vous donner de mes nouvelles toujours très bonnes.

Ce matin, en relisant quelques lettres, j’ai vu que vous me demandez si j’avais reçu le cœur que vous m’avez envoyé. J’ai pensé que peut-être, je n’avais pas répondu à cette question. Si je ne l’ai fait, c’est de l’oubli car il m’a fait grand plaisir. Je le porte sur ma poitrine. D’ailleurs, vous pouvez le voir sur la photographie que je vous ai envoyée. (*)

Quand je vous ai envoyé la carte où je suis, je venais de la recevoir et n’ai pu vous donner de détails. C’est un groupe des sous-officiers de ma compagnie. Vous voyez que j’ai là de bons camarades. Il n’y a là que la moitié. Ce sont ceux avec qui je mange quand nous sommes au repos. Comme on est nombreux, on fait deux popotes. Là, j’ai l’air un peu triste, mais ne croyez pas que je sois malheureux pour ça. Ce qui le fait, c’est d’avoir posé mon képi. On dirait que je suis au tribunal entre des gendarmes.

Ce matin, j’ai reçu une lettre de mon oncle Paul et de mon parrain. Je pense que mon oncle va partir en permission.

Je termine en vous désirant une bonne santé. Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Je suis là pour 20 jours. On est très bien. Le temps est superbe ! Il fait très chaud mais on ne travaille pas la journée.

Bonjour à mes parents, à Raoul et aux voisins. »

 

(*) : Dommage que la photo ne soit pas parvenue jusqu’à nos jours !

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre au crayon

Jeudi 10 juin 1915

Chers parents

« Je réponds à la carte où vous me demandez si je trouve à acheter. Je vous l’ai déjà dit, mais je le renouvelle au cas où la lettre se serait égarée. Nous sommes très bien nourris ; on touche assez à manger ; et si on veut acheter, on trouve à volonté, seulement comme je vous l’ai déjà dit, on est la moitié du temps dans la tranchée où l’on ne dépense presque rien. Si ce n’est que l’on emporte dans le sac car avant chaque départ, on fait quelques provisions.

Pour le linge, je n’en ai pas besoin. J’ai fait laver mes deux complets pendant les 13 jours où nous sommes restés à l’arrière. Et là on est à côté d’un canal (*) et d’un ruisseau ou on a pu laver à volonté. Je n’ai besoin de rien. J’ai encore trois paires de bas de laine très fine. Ils ne sont pas trop chauds. J'ai balancé mon caleçon hier. Je ne vais plus en prendre à cause de la chaleur. J’ai assez de mouchoirs. D’ailleurs, les correspondances marchent très bien à présent. Quand j'aurai besoin de quelque chose, je vous l'écrirai. J'ai reçu des nouvelles de tous mes ……………………………. »

« A suivre page n°3 (absente) »

 

PS : « Le secteur est toujours bien tranquille. »

 

(*) : Canal de la Marne à l’Aisne

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le 11 juin 1915

Chers parents

« Je venais juste d’envoyer la lettre hier au soir quand j’ai reçu la vôtre avec le paquet qui m’a fait un grand plaisir. Tout est en bon état et très bon, seulement vous m’en envoyez trop souvent. Si l’alcool de menthe n’est pas envoyé, ne m'en envoyez pas ; j’en ai un flacon que j’avais acheté en partant de Brive que je n’ai encore pas débouché. L’eau-de-vie, c’est la même chose, on en touche un petit verre par jour que je ne bois pas. J’ai le flacon que vous m’avez envoyé dans mon sac et que je conserve au cas où j’en aurais besoin.

Chose qui m’a surpris, c’est de voir que mon oncle DÉLUBRIAC ne vous donne pas de ses nouvelles. Il m’écrit pourtant souvent à moi. C’est vrai que pour écrire à tout le monde, il faut avoir le temps ! ……

Hier, on a eu de l’orage qui nous a donné un peu d’eau qui a fait du bien car il faisait très chaud.

Ici, toujours la même chose, secteur très tranquille.

Vous direz si vous recevez beaucoup de mes lettres.

(Jean) MASSOUBRO m’a écrit hier en me demandant ce que je deviens. Il me dit qu’il a écrit 3 fois sans réponse. Pourtant, j’ai écrit à chacune de ses lettres.

Je vous écris une lettre tous les 2 ou 3 jours.

Je termine en vous désirant tous en bonne santé à tous.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Samedi 13 juin 1915

Mes chers parents

« C’est étant toujours en très bonne santé que je vous écris. Je suis en 1ère ligne depuis hier, pour le même nombre de jours comme à passer en 2ème.

On est très tranquilles, les boches ne nous embêtent pas trop ; on a un très bon ‘gourbi’ : c’est le nom de notre maison souterraine. On y est à trois : l’adjudant et le sergent qui est à la section avec moi.

Vous me demandez si j’ai des camarades sur lesquels je puis compter. Je peux vous répondre que oui. Jamais je n’en avais trouvé de meilleurs. Il se trouve même beaucoup d’hommes de la contrée, des départements voisins qui ne sont pas meilleurs que les autres ; il y en a des bons et des mauvais dans tous les pays. J’en ai un qui est de Coursac dans ma compagnie. Il s’appelle DUMAS. Il a un an de plus que moi. Il travaillait à la scierie qui se trouve à côté du charron et aubergiste SIQUIER. C’est un brave garçon. Il était avec moi déjà depuis longtemps que je n’en savais rien. Il était venu avec les deux qui ont été blessés le 5 avril, VEYSSIÈRES (Ludovic) et NEYSSENSAS (Adrien).

Il y en a beaucoup d’autres de Brive, Tulle, Terrasson, Bergerac, Sarlat, St Yriex, enfin des environs. Ils viennent des régiments de la division : 50, 108, 126, et 100.

Quant à ceux qui sont sur la carte, il n’y en a qu’un de La Force, c’est celui qui est à ma gauche, un engagé du mois d’août, il est tout jeune, de la classe 1916. Les autres sont de Lille, Roubaix et Calais. Le sergent-major qui se trouve en avant de celui de La Force est parisien. Alors, vous voyez qu’il y en a un peu de partout. »

 

« Je trouve que les récoltes sont beaucoup avancées. Il se trouve un champ de blé entre nous et les boches qui sont à 350m. Il est tout en épis. Avant-hier, j’ai goûté des cerises qui se trouvent à la lisière d’un bois où l’on était pendant 20 jours. Elles sont bien mûres. Le temps est magnifique. On a eu de l’orage pendant 2 jours, ce qui ne nous a pas fait de mal, malgré que nous ne demandions pas l’eau. A présent, il s’est remis à la chaleur.

Je termine en vous désirant une bonne santé à tous. Pour moi, je n’ai encore pas connu la guerre. Pour la santé, je suis aussi bien qu’avant de partir. Votre fils qui vous embrasse »

 

PS : « Bonjour à mes parents, aux voisins et à Raoul. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 16 juin 1915

Mes chers parents

« Reçu votre lettre ce matin, je viens vous faire réponse et vous dire que je suis toujours en très bonne santé.

Hier, j’ai reçu un petit colis envoyé par ma tante Louise. Je vois que le travail marche très bien. Je suis très content, car au moins vous avez des récoltes, vous aurez de quoi vivre. Pour moi si ce n’était ……………………… des idées vers le pays, je …………………………………  ………reux.

J’ai mon fourrier qui vient de m’apporter des cerises bien mûres ; vous voyez que nous avons à peu près ce que nous voulons, peut-être n’en avez-vous pas encore mangé ? Et moi, c’est la 5ème fois.

Ici, toujours la même chose, secteur tranquille.

Je termine en vous désirant une bonne santé à tous.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « J’ai reçu une lettre de DAMON. Vous ne m’aviez pas dit que Louis était malade. Vous me …………… ce qu’il a et comment …………………… . Bonjour aux voisins ………………………. . »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 19 juin 1915

Mes chers parents

« J’ai reçu votre aimable lettre m’annonçant que vous êtes toujours en bonne santé. Ce matin, j’ai reçu le colis annoncé dans la lettre. Je vous remercie beaucoup. Vous m’aviez dit que c’était trop grillé, mais je viens de défaire le paquet et j’ai vu que c’était superbe. Et ça a l’air bon parce que le parfum me le dit.

Il est dix heures, on va manger dans demi-heure, la soupe arrive à la demie. On va faire un bon dîner aujourd’hui. Je mange avec mon chef de section qui est l’adjudant et l’autre sergent qui est avec moi dans la section ; car je ne sais pas si vous le savez, on est 2 sergents dans chaque section, chacun sa demi.

Vous me dites si j’ai besoin de caleçons ou d’autres effets. Je vous remercie. Je n’ai besoin de rien, vous savez que j’écris assez souvent et que quand j’en aurai besoin, je vous demanderai.

J’ai reçu des nouvelles de mon oncle DÉLUBRIAC. Il me donne souvent de ses nouvelles.

On est relevés dans 3 ou 4 jours pour aller au repos.

Ici, le secteur est toujours calme.

Plus grand chose à vous dire si ce n’est que je suis toujours en bonne santé. C’est tout ce que je vous souhaite.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. Je venais de me faire raser. J’ai mis de l’eau de Cologne, me voilà propre pour mon dimanche malgré que nous ne les connaissions pas beaucoup. Tous les jours sont les mêmes. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le lundi 21 juin 1915

Mes chers parents

« Quelle surprise ce matin à la distribution, encore un paquet. Enfin, ici, on ne refuse jamais. Je vous remercie. On a déjà commencé à manger les gâteaux et une orange délicieuse.

Je pense être relevé demain pour quelques jours de repos. Alors, comme à ce moment nous avons tout ce que nous voulons, n’envoyez rien, on a beaucoup plus de plaisir à recevoir lorsqu’on est dans la tranchée, surtout quand on y reste vingt jours.

Vous me demandez aussi si j’ai besoin de caleçons. Si je voulais en avoir, on distribue assez souvent ; mais comme il fait chaud, je n’en prends pas, surtout que nous prenons des pantalons de velours qui sont très doux.

J’ai été très heureux de voir que mon oncle a pu venir en permission. Il va pouvoir aider à faucher, surtout qu’il doit avoir 15 jours d’après ce que j’ai vu sur les journaux.

Je ne vois pas grand-chose à vous dire. Je suis toujours en bonne santé et j’espère que vous êtes tous de même.

Recevez de votre fils ses meilleurs sentiments d’amitié. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins.

On va pouvoir faire la bombe pendant les dix jours de repos. Je viens de toucher l’argent des 2 prêts : du 1er au 20, ce qui fait 34F40 sur lesquels je n’ai pas un sou de dépense, et l’autre dû va être échoué avant de revenir du 20 au 30.

Juste je vois que c’est jeudi la fête de St Jean. Je viens offrir à mon père mes vœux d’heureuse fête. Je serai au repos, je pourrai la fêter aussi. Espérons que l’année prochaine, on la passera ensemble. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le 25 juin 1915

Mes chers parents

« Voilà le 3ème jour que nous sommes relevés des tranchées pour 10 jours. Nous sommes très bien à 12km de la ligne. On peut acheter tout ce qu’on veut. On a bien réussi, juste lorsqu’on est arrivés, il s’est mis à pleuvoir, et tous les jours depuis. Plus d’un mois que nous n’avions pas eu d’eau.

Ici, les récoltes sont superbes. Je pense que là-bas c’est la même chose. Nous sommes dans un très beau pays. (*)

Je ne vois pas grand-chose si ce n’est que ça commence à être long, ce que je n’ai pas besoin de vous dire.

La santé est toujours très bonne, j’espère que vous êtes tous de même.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

(*) : Toujours au repos à Pévy (51)

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le 28 juin 1915

Chers parents

« Je viens vous donner de mes nouvelles toujours très bonnes. Suis toujours au repos, encore 5 ou 6 jours ; et on revient aux tranchées, toujours dans le même secteur. Ici, rien de nouveau, toujours calme.

C’est jour-ci, il est tombé un peu d’eau, sans presque faire d’orage. Les récoltes sont superbes ; à ce que je vois, il pleut davantage là-bas.

A ce que vous me dites, mon oncle doit probablement repartir demain. Quand n’aurons-nous pas besoin de penser à repartir ?

Si LÉODY marche à peu près, il va bien repartir, car on nous en envoie qui sont bien mal arrangés. Malgré que lui, ce soit dans les jambes, ce qui est le plus mauvais.

Ce serait pourtant malheureux après avoir tant souffert.

Ici, on ne se dirait pas à la guerre ; pourvu que ça dure ! Ce qui se pourrait car mon corps d’armée est l’un de ceux qui ont été les plus éprouvés pendant les 8 premiers mois. Quand je suis arrivé, mon régiment était très mal placé et décimé complètement. Aussi j’ai bien réussi à rentrer là-dedans, car à cette heure je profite de bon repos.

Le 126ème qui n’avait rien fait du mois de septembre jusqu’en février, a été très éprouvé ces derniers temps. Je le sais par MAGNE qui y est encore depuis le début et m’écrit souvent.

Je ne vois pas grand-chose à vous dire. Je suis toujours en bonne santé et j’espère que vous êtes tous de même.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. J’ai reçu des nouvelles de DAMON, (Jean) MASSOUBRO et Émile CLAMENT. Tous sont comme moi en très bonne santé, et bientôt ne refuseraient pas la paix. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 30 juin 1915

Mes chers parents

« J’ai reçu votre colis avant-hier ; nous avons mangé les œufs à trois : mon adjudant et le sergent qui est avec moi dans la section. Ils étaient excellents. J’ai reçu la carte qui me les annonçait hier. Je suis toujours au repos et en très bonne santé. (*)

Il fait un temps superbe ; je ne sais pas quand nous rentrerons dans les tranchées.

J’espère que vous êtes tous en bonne santé ainsi que tous mes parents.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

(*) : La 8e compagnie est à Long Voisin, hameau à côté de Ventelay (51)

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 2 juillet 1915

Mes très chers parents

« Je vais vous donner de mes nouvelles qui sont excellentes pour le moment. Mais ce qu’il faudrait, c’est qu’après un an de cette triste vie, on veuille bien faire la paix ; ce qui malheureusement n’est encore pas. Qui aurait dit l’année dernière qu’on ne passerait pas la frairie ensemble, et pourtant nous voilà bien éloignés. Et encore, nous n’avons pas beaucoup à nous plaindre car parmi toute la France, combien de familles sont bien plus malheureuses.

Hier, j’ai passé une journée à peu près bonne. Je suis allé manger le poulet que vous m’aviez envoyé. Avec un camarade, on avait acheté de quoi faire un bon repas. On avait du bon vin, des confitures, quelques boîtes de sardines, du fromage et des gâteaux. Mais malgré tout ça, quelque chose manquait, c’était votre compagnie. Enfin, il ne faut pas y penser. Espérant que bientôt ça viendra et que nous vivrons heureux, car je pense, la vie sera bien bonne. Quand même, je ne suis pas malheureux.

Pas grand-chose à vous dire, je termine car je suis de jour et le vaguemestre est là pour me donner les lettres de la compagnie.

Votre fils qui vous souhaite une bonne santé et vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins sans oublier tous mes parents. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon, carte postale militaire

Le 2 juillet 1915

Mes chers parents

« Deux mots pour vous dire ce qui se passe. La santé excellente, je suis toujours au repos, avec un temps superbe. En face de nous, le secteur est toujours tranquille. J’ai reçu des nouvelles de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU). Il est en bonne santé.

Je termine en vous désirant une bonne santé à tous.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon, carte postale militaire

Le 4 juillet 1915

Chers parents

« Me voilà revenu dans les tranchées depuis hier au soir. Il était minuit quand nous sommes arrivés. On se trouve au repos 12 kilomètres en arrière. On est là pour une période de 10 à 12 jours. Le secteur toujours ………………  calme, on ne se croirait pas à la guerre si on ne pensait pas que l’on est éloigné des siens. Enfin, ça c’est un détail à part pour le moment, il ne faut pas y penser ; surtout que l’on doit commencer à s’y habituer, voilà déjà longtemps que ça dure. Attendons le jour de délivrance avec patience, courage et confiance qu’il viendra avant longtemps.

Pour cette période, je me trouve chef de section, mon adjudant est resté à l’arrière pour une instruction de 15 jours afin de passer sous-lieutenant, ce qui ne me donne pas davantage de travail.

J’ai eu des nouvelles de LÉODY. Il me dit qu’il a 15 jours en plus. Tant mieux, on est bien assez ici.

Vous me dites qu’il pleut tous les jours. Ici, on n’a pas d’eau. Le temps est superbe.

Pas grand-chose de plus. Je termine en vous désirant toujours une bonne santé. Votre fils qui vous embrasse ainsi qu’à tous ses parents. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon, carte postale militaire

5 juillet 1915

Mes chers parents

« Ce matin, je viens de recevoir le paquet que vous m’avez envoyé. On a mangé un morceau de poulet pour notre dîner. Il était très bon ainsi que les noix. Ca été une petite fête. Le sergent qui est avec moi dans le cagibi avait reçu un petit colis de sa mère aussi, dans lequel il y avait quelques gâteaux. On a mangé tout ça ensemble. Il en reste pour ce soir et demain matin.

Votre lettre est arrivée hier au soir. J’ai eu en même temps des nouvelles de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU). Il est en bonne santé.

Ici, tout va bien, le temps est superbe et la santé bonne. Je termine en vous désirant de même. Votre fils vous embrasse. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon, carte postale militaire

Mes chers parents

« Ce matin, je viens de recevoir le paquet que vous m’avez envoyé. On a mangé un morceau de poulet pour notre dîner. Il était très bon ainsi que les noix. Ca été une petite fête. Le sergent qui est avec moi dans le cagibi avait reçu un petit colis de sa mère aussi, dans lequel il y avait quelques gâteaux. On a mangé tout ça ensemble. Il en reste pour ce soir et demain matin.

Votre lettre est arrivée hier au soir. J’ai eu en même temps des nouvelles de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU). Il est en bonne santé.

Ici, tout va bien, le temps est superbe et la santé bonne. Je termine en vous désirant de même. Votre fils vous embrasse. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le 11 juillet 1915

Mes très chers parents

« C’est avec plaisir que je vais répondre à votre lettre, laquelle m’annonce que vous êtes tous en bonne santé. Je vois que vous êtes toujours en avant pour le travail. C’est bien malheureux de voir si éloigné à ne rien faire, et dire que là-bas, il y a tant de travail. Enfin, c’est une chose secondaire, lorsqu’on sera rentré, on travaillera. Je vais vous dire que je suis toujours en bonne santé, et dans un très bon secteur.

Vous m’étonnez en me disant qu’Émile n’a eu que 2 jours. Chez nous, il en est parti depuis deux jours, mais ils ont 8 jours, plus les 2 jours de voyage au-delà de 400km.

Si j’avais eu 6 mois de présence au front, j’aurais pu partir ; mais comme vous dites, 8 jours sont si vite passés que je préfère rester, car on doit être plus embêté après qu’avant. Vous dites aussi que le pauvre DUPUY est bien malade. C’est bien malheureux et juste au moment du travail. Enfin, j’espère qu’il va aller mieux.

Je ne vois pas grand-chose. J’ai reçu des nouvelles de mes oncles. Ils vont tous bien. Je termine en vous désirant une bonne santé. Votre fils qui vous embrasse ainsi que tous ses parents. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

11 H ½ du 14 juillet 1915

Mes chers parents

« Enfin, voilà cette journée que l’on croyait si terrible à passer qui est encore plus calme que les autres. On prétendait que les boches pour nous la souhaiter allaient nous bombarder. Et je crois d’après ce qui s’est passé depuis hier soir, que c’est eux qui avaient peur d’une attaque générale. Car ils n’ont pas dormi beaucoup toutes les 5 minutes, ils lançaient des fusées éclairantes afin de voir en avant de leurs tranchées si on n’allait pas les embêter.

Je pense que nous sommes relevés ce soir. Je vous le dirai quand on va l’être !

Tant mieux que le temps soit beau. Cette nuit, il est tombé de l’eau sans faire orage. C’est un temps superbe pour les récoltes.

Je suis toujours en bonne santé et espère que vous êtes tous de même.

Votre fils qui vous embrasse ainsi que tous ses parents. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. Vous donnerez de mes nouvelles à Louis DUPUY. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre au crayon

Le 15 juillet 1915

Mes très chers parents

« Nous voilà relevés des tranchées depuis hier au soir. Il était 1h 1/2 ce matin, quand nous sommes arrivés au cantonnement. Il est 11h ½. Je viens juste de me lever pour déjeuner. Nous sommes ici au repos au moins pour 15 jours, tout le régiment a été relevé. La journée d’hier s’est très bien passée ; malgré qu’on se soit trouvé dans la tranchée, on nous a payé un bon repas. On a eu 1 litre de vin par homme, des gâteaux, 1 cigare, ce qui nous fait oublier pendant un instant que nous sommes à la guerre.

Pas grand-chose à vous dire, j’espère que vous êtes tous comme moi en très bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse ainsi que tous ses parents. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

Le 16 juillet 1915

Mes chers parents

« Hier au soir, j’ai reçu une lettre et le colis avec les pêches qui m’ont fait beaucoup plaisir malgré que toujours secouées quoiqu’elles aient été bien emballées, elles se trouvaient presque cuites. Ce matin, j’ai mangé le quartier d’oie qui était fameux. Mon camarade le sergent a trouvé ça à son goût, ainsi que les grillons de l’avant-dernier paquet. Vous direz merci à Maria de ses bonnes pêches.

C’est avec beaucoup de chagrin que j’ai appris la mort du pauvre DUPUY ; c’est bien malheureux surtout que DAMON n’a pu être là. Enfin, je vois que la vie est bien dure. Que vont faire ces pauvres femmes ?

Tant mieux que vous ayez presque fini de rentrer les blés. Vous devez avoir beaucoup de travail pour aider les autres. Je suis au repos depuis hier matin. Je termine avec espoir que vous êtes tous comme moi en très bonne santé. Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins ainsi qu’à tous mes parents. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre

Le 17 juillet 1915

« Mon cher oncle (Jean HIVERT au 9ème Hussard, 3ème peloton, 12ème escadron, Chambéry Savoie)

Je vais te donner de mes nouvelles qui sont toujours bonnes. Je suis à l’arrière pour quelques jours ; on n’est pas mieux que dans les tranchées, il faut travailler toute la nuit à construire des tranchées. Ce qu’il y a, c’est qu’on peut se ravitailler un peu mieux. Tu dois savoir que le pauvre DUPUY est mort.

J’ai reçu des nouvelles de GENEBRIÉRAS, tout le monde est en bonne santé. Il paraît que si on peut revenir, on va pouvoir nettoyer les fusils, car on ne voit que du gibier. C’est vrai qu’on ne trouve point de poudre ; depuis si longtemps qu’on tire sur les boches.

Pas grand-chose à te dire. J’espère que tu es comme moi en très bonne santé.

Ton neveu qui t’embrasse. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le 20 juillet 1915

Mes chers parents

« Très heureux d’avoir reçu de vos bonnes nouvelles, je réponds à votre lettre avec plaisir, car c’est les meilleurs moments que l’on puisse passer. Je suis en très bonne santé, toujours en arrière. Nous resterons au moins 15 jours pour faire des tranchées de 2ème ligne, et je pense qu’après nous aurons quelques jours de repos. J’ai eu tout de même la chance d’avoir ce bout de galon qui m’évite bien des corvées. Avec ça, je suis à peu près heureux, malgré qu’ici personne ne soit malheureux.

C’est tout de même bien malheureux qu’il pleuve toujours ; il doit rester bien du foin à couper. Et les vignes sont-elles belles ? Ici, le vin a diminué de 5 centimes, on le paye 0F55 le litre.

J’ai reçu des nouvelles de mon oncle DÉLUBRIAC. Il va bien. Je n’ai rien reçu de Paul depuis qu’il est en train de travailler ; peut-être que la correspondance ne marche pas très bien.

Tant mieux que mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU) vienne en permission. Je crois que DÉLUBRIAC va partir aussi. Si dans un mois, il y en a encore, je pourrai partir aussi, 8 jours c’est bon à prendre. Pour 2 ou 3 jours je ne m’en irai pas, car c’est trop long (court ?) et on n’a pas le temps de se voir bien que je sois bien content d’aller faire un tour. C’est vrai que si c’est comme dit CHERY, on aura fini. Peut-être ce sera vrai ? Quel bonheur si on voit arriver ce beau jour. Je pense que la vie sera bonne après ! Malgré que depuis trois mois, on ne soit pas mal.

Je termine avec espoir que vous êtes en bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse ainsi que tous ses parents. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre

Le 24 juillet 1915

« C’est avec plaisir que je vais vous donner de mes nouvelles qui sont très bonnes. Je suis toujours à l’arrière, on a du travail pour 15 jours pour construire des tranchées. Après on doit aller quelques jours au repos, je crois vous l’avoir déjà dit, mais je pense que ça doit être souvent la même chose que je vous répète. On est très bien, on est dans un bois, on y travaille 8 heures par jour.

J’ai été très content de voir que vous avez fini de serrer vos récoltes. C’est malheureux que les vignes ne soient pas belles. Bientôt un an que cette vie dure. Vivement que l’on ait plus d’argent en Europe, car c’est la seule chose qui terminera la guerre, ou du moins c’est mon idée.

Pas grand-chose à vous dire pour le moment. Ce que je vous désire, c’est d’être tous en bonne santé comme moi.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre

Le 26 juillet 1915

Mes chers parents

« Hier, j’ai reçu le paquet qui m’a fait bien plaisir. Les pigeons étaient très bons ainsi que les noix. J’ai été bien content de recevoir la belle photographie : vous êtes très bien réussis, mais vous n’avez pas l’air gai. Espérons que bientôt cette terrible vie finira et que nous pourrons revenir ensemble afin de passer des jours meilleurs.

Ici, toujours la même chose. Je suis encore à l’arrière et en bonne santé. J’ai reçu des nouvelles de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU). Il est en très bonne santé.

Pas grand-chose de nouveau, je vous désire à tous une bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins ainsi qu’à tous mes parents. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre au crayon

Le 29 juillet 1915

Mes chers parents

« Hier soir, j’ai reçu votre lettre qui naturellement m’a beaucoup fait plaisir malgré que nous ne soyons pas ensemble. On est quand même bien heureux que les correspondances marchent si bien. J’ai vos lettres en trois jours. Je crois que les miennes pour vous parvenir mettent un jour de plus. J’ai été bien content de recevoir une lettre de mon oncle faite à Manzac. Au moins, lui a quelques permissions.

Vous me dites que (Jean) MASSOUBRO vous a écrit et qu’il raconte qu’il se soigne bien. Et bien, moi aussi. A chaque fois que nous allons à l’arrière, nous en profitons, et ne croyez pas que je voudrais me priver de quelque chose. Mais quant à l’argent, j’en gagne suffisamment. Vous me demandez si j’en ai besoin. Je vous remercie, vous devez savoir que j’ai 34 sous par jour. Je ne vous cause pas de la permission de mon oncle car il m’avait dit qu’il ne compatit pas partir. C’est tout de même malheureux……………………. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le 31 juillet 1915

« Je viens vous remercier d’avoir eu la bonté de m’envoyer un bon poulet que j’ai reçu hier au soir. J’en ai mangé ce matin : il est excellent. J’aurais bien préféré le manger avec vous, mais puisqu’en ce moment ça nous est impossible, il ne faut pas y penser et être content de notre sort, qui n’est pas des plus malheureux, tant que nous pourrons correspondre et être en bonne santé. Espérons que bientôt viendra ce beau jour où nous pourrons nous réunir. Alors, le temps passé ne sera rien et sera vite oublié.

 

Mes chers parents, voilà l’anniversaire de cette terrible journée. Je suis heureux de pouvoir dire un an de guerre ; car avec les dépenses énormes qu’ont faites les puissances en état de guerre, ça ne peut plus durer longtemps. Ayons confiance et espérons que bientôt, nous verrons nos ennemis ne plus trouver d’argent et être obligés de céder. (Pour moi, c’est le seul moyen d’avoir la paix).

J’ai reçu aussi votre lettre avec les 5f. Je vous remercie mais je vais vous dire encore une fois que c’est inutile de m’envoyer de l’argent, vu que j’en ai davantage que je n’en dépense. Vous savez que lorsqu’on reste vingt jours dans la tranchée, on ne dépense presque rien, alors quand je sors mon prêt ça marche quand même.

Je suis bien content de voir que mon oncle Paul est en permission. Et que vous avez fini de couper les foins.

J’ai eu des nouvelles de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU) hier au soir. Il est en bonne santé. Je me trouve depuis 15 jours à 7km environ de lui, mais impossible de se voir. Et dans 4 jours, je vais repartir, nous allons pour 15 jours au repos, ce qui sera bien mérité car on travaille tous les jours à faire des tranchées. On part les matins à 1h1/2 et nous rentrons à 11h.

J’ai eu des nouvelles de DAMON ; il me dit qu’il compte partir en permission dans un mois. Pour moi, je ne peux rien vous dire. Il vaut mieux en avoir une et ne pas s’y attendre, que de trop y croire et ne pas partir.

Hier, j’ai eu des nouvelles de MAGNE. J’ai eu la chance de ne pas revenir au 126ème. En ce moment, il se trouve à côté d’Arras.

Pas grand-chose à vous dire. Je suis toujours en parfaite santé et espère que c’est de même pour vous tous.

Votre fils qui vous embrasse sans oublier tous ses parents.

Bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le ? août 1915

Mes très chers parents

« C’est avec plaisir que je vais faire réponse à la lettre que j’ai reçue hier en soir. Je vois avec joie que vous êtes toujours tous en bonne santé, c’est pour moi un grand bonheur. Très content aussi que mon oncle ait obtenu 10 jours de plus.

Vous dites que mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU) va venir en permission. Tant mieux, surtout que nous pourrions nous rencontrer. Moi, je compte bien partit dans une quinzaine. Huit jours, ce n’est pas grand-chose, mais on aura le plaisir de se voir et de causer ensemble. En attendant, peut-être que viendra la paix.

Nous sommes au repos depuis 2 jours. On est très bien. Je pense que nous allons y rester une quinzaine ; on va pouvoir se soigner. Nous sommes à 20km du front. (Réserve d’armée)

Et LÉODY, est-il reparti ? Il m’a écrit quand il repartait pour 15 jours. Je ne lui ai pas fait réponse et à présent je ne connais pas l’adresse.

Pas grand-chose de nouveau. Ici, toujours la même chose. La paix avec impatience est attendue par nous tous.

Toujours en bonne santé, espère que vous êtes de même.

Votre fils qui vous embrasse et qui avant longtemps viendra auprès de ceux qu’il aime. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents, à Raoul et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le 10 août 1915

Mes chers parents

« Hier j’ai reçu le bon colis que vous m’avez envoyé. Tout était en très bon état. Les gâteaux ainsi que le fromage étaient délicieux. L’eau de Cologne et la boîte de pâté y étaient aussi. La veille, j’avais reçu de ma tante Louise (Fourgeau) des pêches qui étaient très bonnes. Je lui ai écrit en même temps qu’à vous pour la remercier.

Quant aux fruits, ne m’en envoyez pas, on est dans un pays où il y en a beaucoup ; on peut avoir ce qu’on veut, et pas cher. Je suis bien content que tous mes oncles aillent en permission, moi aussi, je compte toujours partir.

 

Hier, j’ai par hasard rencontré le fils CHASTANET Joseph. On a pu passer la journée ensemble. Nous, on se trouvait de faire une halte dans un bois où l’on est restés de 10h du matin à 8h du soir. Vers midi, j’étais en train de dormir à l’ombre d’un chêne quand il est venu me réveiller. Il avait demandé juste à des hommes qu’il a entendu parler le patois, s’il y en avait beaucoup de la Dordogne. Le premier qu’il a trouvé était de ma section et lui a donné mon nom. Voilà comment on se trouve à la guerre. On a été bien contents ; on a pu boire un litre de vin blanc ensemble.

Lui est bien heureux, il est dans les aérostiers. Ce sont des ballons captifs qui se trouvent à une dizaine de kilomètres de la ligne, et qui servent étant dans l’air de postes d’observation. Au moyen de jumelles, ils aperçoivent tout ce qui se passe jusqu’à 20 km. (*)

 

Je vais samedi dans le village où il se trouve. A l’instruction du tir où tous les hommes passent, on y reste 4 jours chacun.

Si vous voyez ses parents, vous pouvez dire qu’il est en très bonne santé.

Pas grand-chose à vous dire, je suis toujours en bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

(*) : CHASTANET Jean-Marie Joseph né en 1890, était bien au 3e groupe d’aérostiers au début août 1914. À ses 20 ans, il était Zouave et a fait son service militaire au Maroc de 1911 à 1913. Voir sa fiche

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre au crayon

 

Le 15 août 1915

Mes chers parents

« Je vais vous donner de mes nouvelles qui sont très bonnes pour le moment. Je n’ai pas eu des vôtres depuis 6 jours; mais probablement que je dois avoir des lettres arrivées, que j’aurai dans 3 jours. Comme je vous ai dit, je suis à l’instruction du tir où tous les hommes doivent passer 4 jours. Je suis là depuis vendredi soir avec CHASTANET. Aujourd’hui, nous avons eu tir jusqu’à 9h, et après repos. J’ai pu assister à la messe de dix heures dans une ambulance qui se trouve dans le village où nous sommes.

Les censures sont supprimées. On peut envoyer à nouveau les lettres fermées. Ça a duré 4 jours. Pas grand-chose. J’espère que vous êtes tous en parfaite santé ; votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le 18 août 1915

Mes biens chers parents

« Me voilà depuis hier au soir 10h rentré dans ma compagnie que j’avais quittée 4 jours pour les tirs. Juste elle venait de rentrer dans la tranchée, dans le secteur que nous avons quitté le 14 juillet, toujours le même très calme.

Pendant que je n’étais pas là, une nouvelle liste de permissionnaire a été faite de 30 hommes que l’on envoie chaque fois au bureau du commandant. Cette fois, je suis inscrit et compte partit dans une quinzaine au plus. Nous n’avons plus que 6 jours, mais on a les délais de route en surplus.

Le jour du 15 août, je suis allé à la messe avec CHASTANET. On a passé 4 jours ensemble.

Pas grand-chose de nouveau. J’étais bien content en arrivant car j’ai trouvé 2 de vos lettres.

Quand vous le saurez, vous me direz où est mon oncle Paul (HYVERT).

J’ai reçu que DÉLUBRIAC était en permission par Raoul.

Je termine avec espoir que vous êtes tous en très bonne santé. Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « A bientôt. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte postale militaire-Crayon

Le 20 août 1915

Mes chers parents

« C’est avec beaucoup de plaisir que je vais vous donner de mes nouvelles qui sont toujours très bonnes.

Ici toujours la même chose. Le secteur toujours calme.

Hier, j’ai reçu votre lettre avec l’adresse de mon oncle. J’ai écrit en même temps qu’à vous.

Je termine avec espoir que vous êtes tous comme moi en parfaite santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à Raoul et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Crayon

Le 22 août 1915

Mes chers parents

« En attendant de pourvoir partir aller vous dire bonjour et vous embrasser, je vais vous donner quelques nouvelles toujours très bonnes. Nous sommes toujours dans la tranchée et bien tranquilles ; je ne sais pas quand je vais pouvoir partir, j’attends chaque jour ; mais comme la liste était du 25, et 6 seulement de partis. Peut-être qu’il y en a encore pour quelques jours. Enfin s’il n’arrive rien. J’y serai toujours dans 20 jours au plus tard.

Hier, j’ai reçu des nouvelles des nouvelles de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU). Il est en parfaite santé.

Pas grand-chose de nouveau.

Je suis en parfaite santé et bien tranquille.

En attendant le plaisir de vous trouver à tous en parfaite santé, recevez mes meilleures amitiés.

Votre fils. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents, à Raoul et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le 25 août 1915

Mes chers parents

« Je vais vous donner de mes nouvelles qui sont toujours bonnes. J’espère que vous c’est de même.

Je suis toujours dans la tranchée où l’on est très bien. Le temps est superbe, il fait même un peu chaud.

La section se trouve de réserve de compagnie. On est tranquilles. On n’a que quelques corvées.

J’ai reçu des nouvelles de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU). Il est en bonne santé. Pas grand-chose à vous dire. Je termine en vous désirant une bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents, à Raoul et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Dimanche 6 septembre

Mes très chers parents

« Enfin, je suis content car je viens d’apprendre par Angèle (BARTELOME) que cette fois vous avez reçu de mes nouvelles. Ce qui m’ennuyait beaucoup car j’avais peur que vous ne puissiez les recevoir. Enfin, je suis toujours en bonne santé et espère que vous êtes tous de même. J’ai reçu des nouvelles de mes oncles, mais je ne leur ai pas fait réponse faute de papier car on vient de prendre la provision que j’avais dans mon sac. Il me reste ce bout que j’ai détaché d’une lettre que j’avais dans ma poche.

Si vous m’écrivez, mettez chaque fois une moitié de feuille et une enveloppe dans la lettre au cas où je ne pourrais pas en trouver. Vous donnerez de mes nouvelles à tous mes parents et voisins. Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Je viens de laver ma chemise que j’avais depuis 3 semaines. J’espère que dans peu de temps je pourrai changer plus souvent. Je ne vous donne pas de nouvelles, vous devez les savoir mieux que moi. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le 9 septembre 1915

Mes chers parents

« Me voilà arrivé depuis 5 heures ce matin à la gare. J’ai passé la journée dans le village où j’avais déposé mes affaires. Ce soir, on repart à 9h pour rejoindre les compagnies ; mon bataillon se trouve au repos ce qui ne me fait pas de peine, car avec ça je vais pouvoir dormir. Pas grand-chose de nouveau ; ici toujours même chose, toujours calme.

Je termine en vous embrassant.

Votre fils. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le 14 septembre 1915

Mes chers parents

« Je vais répondre à votre lettre que j’ai reçue avec beaucoup de plaisir. Je vous remercie de la belle médaille que vous avez bien voulu m’envoyer. J’en ai une aussi de ma tante Louise (FOURGEAU).

J’ai reçu des nouvelles de mon oncle Paul (HYVERT) et BOULENZOU (Pierre FOURGEAU). Ils sont toujours en bonne santé.

Nous sommes relevés ce soir des tranchées. Le temps est superbe et le secteur toujours calme.

Pas grand-chose à vous dire ; je suis en parfaite santé et espère que vous êtes tous de même.

Votre fils qui vous embrasse à tous. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins. »

 

(*) : C’est exact, Le 2e bataillon est relevé des tranchées de 1e lignes.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Au crayon

Le 18 septembre 1915

Mes chers parents

« C’est avec plaisir que ce matin j’ai reçu votre carte m’annonçant votre bonne santé. Moi aussi, je vais bien. Je me trouve en repos. Nous faisons des travaux et sommes relevés tous les deux jours ; nous sommes dans un bois où par un temps superbe comme nous avons, on est très bien.

L’autre jour, j’ai très bien fait mon voyage. J’étais avec NADAL de la Tabate et le beau-frère de Lacueille qui demeure à Montanceix. En passant à La Cave, j’ai pu voir Marie VIDAL. A Périgueux, j’ai été voir Léody, on a bu un verre ensemble.

Après avoir acheté mes guêtres aux Nouvelles Galeries, je lui ai repris mes molletières. J’ai pris ma montre chez LESTRADE. Mon bras est complètement guéri. Il ne m’en est pas poussé d’autres.

Ici, toujours la même chose, le secteur est calme. Pas grand-chose à vous dire si ça n’est que je vous désire une excellente santé à tous.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à mes parents et aux voisins. J’attends toujours cette paix avec impatience. Envoyez-moi une chemise, celle que j’avais a été mangée par les rats pendant que j’étais en permission. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 21 septembre 1915

Mes chers parents

« Je viens de recevoir de vos nouvelles, ainsi que votre paquet avec les bonnes choses. Tout était très bon ; il n’y avait que les raisins qui avaient un peu souffert.

Ici, toujours même chose. Rien de nouveau, on rentre ce soir dans la tranchée pour 3 ou 4 jours. Je vous donnerai de mes nouvelles avant de sortir. Ce matin, j’ai assisté à une messe qui a été pour notre bataillon. J’ai été avec beaucoup de mes camarades faire la communion que je n’avais pas renouvelée depuis Pâques.

Pas grand-chose à vous dire, je suis en parfaite santé et espère que vous êtes tous de même.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à mes parents et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 22 septembre 1915

Chers parents

« Étant dans la tranchée, je viens vous accorder de mes nouvelles toujours très bonnes.

Ici, rien de nouveau. Toujours calme.

Nous avons un temps merveilleux.

Je termine avec espoir que vous êtes comme moi en parfaite santé.

Votre fils qui ne cesse de penser à vous tous. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 25 septembre 1915

Mes chers parents

« Je vais vous donner de mes nouvelles, toujours bonnes. Depuis hier matin, je me trouve relevé des tranchées. A présent, on est relevés tous les 2 ou 3 jours. On fait des travaux.

Ici, rien de nouveau. Le temps est toujours beau. Pas grand-chose, je termine en vous désirant une bonne santé à tous.

Votre fils qui vous embrasse à tous. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

Le 27 septembre 1915

Mes chers parents

« C’est avec plaisir que je vous accorde de mes nouvelles ; toujours bonnes.

Le temps n’est pas mauvais.

Je termine en vous désirant une bonne santé à tous.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 28 septembre 1915

Mes chers parents

« Je réponds à vos lettres que j’ai reçues hier avec plaisir, rien de plus consolant et de plus gai que le moment où l’on peut lire les bonnes nouvelles de ceux que l’on aime.

J’ai reçu aussi les deux colis. Tout était en bon état. Le quartier d’oie, les noix et le chocolat très bon.

J’ai vu avec plaisir que vous avez un peu de blé, car l’année est très mauvaise.

J’espère que vous pourrez faire un peu de vin aussi. Le temps va pour mûrir les raisins. Ne m’envoyez pas encore mon tricot, il ne fait pas froid. Quand j’en aurai besoin, je vous le demanderai. Je suis bien content que vous m’annonciez que peut-être mon oncle va pouvoir partir en permission.

Ici, rien de nouveau. Je me trouve dans la tranchée en ce moment.

On vient de nous annoncer hier une victoire. 18 000 prisonniers et 30 canons. Il faut espérer que tout marchera bien et que bientôt notre pays délivrer, je pourrai revenir auprès de vous.

Toujours en parfaite santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 1er octobre 1915

Chers parents

« Je vais vous donner quelques nouvelles toujours bonnes. Après avoir passé 2 jours dans la tranchée, nous revenons ce soir au repos pur deux jours aussi. Ici, ce n’est pas trop dur, on ne se trouve pas où ça barde, un peu plus d’activité d’artillerie, les opérations marchent toujours bien, et nous attendons le jour où une trouée sera faite afin de pouvoir marcher en avant nous aussi, car c’est le moment d’en finir.

Je suis très content de voir que vous avez un peu de vendange. Quand nous allons pouvoir revenir, nous aurons pour boire.

Ici, il est tombé un peu d’eau pendant 2 jours. Hier et aujourd’hui, le temps est superbe.

J’ai reçu des nouvelles de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU). Il va très bien ainsi que DÉLUBRIAC. Donnez-moi l’adresse de Paul (Hyvert). Je ne reçois plus de ses nouvelles et ne puis lui écrire l’ayant perdue en permission.

Je suis en parfaite santé et espère que vous êtes tous de même.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à mes parents et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

Aux armées, le 2 octobre 1915

Chers parents

« C’est avec plaisir que je viens de recevoir votre aimable lettre m’apprenant de vos bonnes nouvelles.

Ici, rien de nouveau. Secteur calme. Le temps est superbe, je suis toujours en arrière.

Toujours en bonne santé, j’espère que vous êtes tous de même.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 3 octobre 1915

Mes chers parents.

« Je réponds à votre lettre que j’ai reçue hier au soir, datée du 29.

Ce n’est pas avec plaisir que j’ai vu que les nouvelles n’arrivent pas, car vous devez vous faire de mauvaises idées. Vous devez savoir qu’à chaque mouvement, les correspondances sont arrêtées. Enfin, je suis toujours en parfaite santé et espère que depuis le 29, vous devez en avoir reçu.

Ici où je me trouve, pas de mouvement, rien que des bombardements ; et en ce moment tout est calme.

Au cas où quelques-unes unes de mes lettres seraient perdues, je vous renouvelle que j’ai reçu les deux colis, tout était en bon état. Pour le tricot et l’imperméable, je n’en ai encore pas besoin. Je vous dirai quand je pourrai le prendre. Surtout, n’achetez rien avant que je ne vous le dise. »

 

« Je crois que nous avons fait du bon travail en Champagne et dans le Nord (*), mais en ce moment c’est stationnaire. Espérons que bientôt nous reprendrons et que la victoire sera complète, et nous amènera cette paix tant demandée.

Nous avons eu de l’eau pendant deux ou trois jours, mais en ce moment le temps est magnifique. Je me trouve sorti de la tranchée.

Je termine avec espoir que vous êtes comme moi en parfaite santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

(*) : Les offensives de Champagne et d’Artois ont été des échecs.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 5 octobre 1915

Mes chers parents

« Très heureux d’avoir reçu de vos nouvelles et de voir que vous avez pu recevoir des miennes ; deux de vos lettres sont arrivées hier, une du 30 et l’autre du 1er. Je me trouve toujours en arrière. Cette fois on a 6 jours. A présent, on va être relevés tous les 4 jours. Où je me trouve, rien de nouveau ; on vient de reprendre nos sacs que nous avions déposés il y a huit jours. Mais en Champagne, ça barde plus que jamais et j’espère que cette fois, ce sera la déroute pour l’ennemi.

Le temps n’est encore pas trop mauvais.

Pour le gilet de laine, je n’en ai pas besoin. Je vais en avoir un demain. Plus tard, quand il fera bien froid, je vous le demanderai peut-être.

L’argent, je n’en ai pas besoin, je dépense juste mon prêt. Malgré que nous soyons dans les bois, nous allons tous les jours nous ravitailler dans un village voisin.

Donnez-moi l’adresse de mon oncle Paul (Hivert).

Hier, j’ai été voir CHASTANET (Jean-Marie Joseph), nous sommes à 1 500 m l’un de l’autre. (Jean) MASSOUBRO se trouve à 4 ou 5 km. Je ne l’ai encore pas vu.

Je termine avec espoir que vous êtes tous comme moi en parfaite santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 7 octobre 1915

Mes chers parents

« Je réponds à votre lettre du 2 que j’ai reçue avec plaisir en apprenant de vos bonnes nouvelles. Moi, je suis en parfaite santé. Nous allons ce soir aux tranchées, nous sommes en réserve, à 800m de la 1ère ligne ; on doit y rester 6 jours. A présent, on fait les relèves tous les 6 jours. En Champagne, l’action continue, on entend depuis 2 jours une canonnade terrible.

J’ai encore de la chance, ici, tout est calme.

Pas grand-chose, j’espère que vous êtes tous en parfaite santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à mes parents et aux voisins.

Tant mieux que vous ayez reçu mes lettres ! Je crois que c’est encore une fois arrêté ; quand vous en recevrez, dites-le-moi. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 9 octobre 1915

Mes chers parents

« Je réponds à votre lettre du 5 que je viens de recevoir à l’instant. J’ai été très heureux de voir que vous recevez de mes nouvelles.

Depuis avant-hier, je me trouve dans la tranchée où je suis très bien. La compagnie se trouve de réserve ; on est à proximité d’un village où on peut se ravitailler. Le temps est superbe ; couvert, mais il n’est pas froid.

Je crois que vous êtes en avant dans vos travaux. C’est malheureux de se voir ici à ne rien faire et vous savoir avec tant d’ouvrage. Enfin, j’espère que ça ne durera pas toute la vie, et que bientôt on se retrouvera tous ensemble.

Pas grand-chose, je suis en parfaite santé et vous désire de même à tous.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Ici, rien de nouveau. Je ne sais pas quand nous arriverons à Berlin ! Probablement que nous aurons la paix avant. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

Le 10 octobre 1915

« C’est avec plaisir que j’ai reçu de vos bonnes nouvelles. Je m’empresse de vous donner des miennes très bonnes aussi.

Troisième jour de tranchées. Ici secteur très calme.

Recevez de votre fils ses meilleurs sentiments d’amitié.

Je vous embrasse à tous. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

Aux armées le 12 octobre 1915

Mes très chers parents

« C’est avec plaisir qu’hier au soir, j’ai reçu votre paquet. Tout était en bon état. J’ai mangé des noix, très bonnes. Je suis toujours dans la tranchée. Depuis 2 jours, on est en 1ère ligne.

Le service vient d’être rétabli : on fait sur 12 jours : 4 jours de repos, 4 de réserve et 4 de 1ère ligne. Le secteur est très bon, tout est calme. Cette fois-ci, nous n’irons encore pas à Berlin ! ….

Nous avons un temps magnifique, on se croirait au printemps. J’espère que là-bas c’est pareil pour faire vos semailles.

Je termine avec espoir que vous êtes comme moi en parfaite santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Je n’ai besoin de rien. J’ai reçu des nouvelles de mon oncle Paul (HIVERT). »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 14 octobre 1915

Mes chers parents

« Quelques nouvelles. Ma santé est toujours bonne.

Je suis toujours dans la tranchée ; au lieu d’être relevés ce soir, on reste encore 2 jours, ce qui fera 6 jours. Le secteur est toujours calme et le temps splendide.

Avant-hier, j’ai eu 2 de vos lettres ainsi que des nouvelles de mes oncles. Ils vont bien.

Je termine avec espoir que vos êtes en parfaite santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées le 15 octobre 1915

Mon cher oncle

« Je profite de ce moment de tranquillité en étant dans ma sape, à 3 mètres sous la terre, pour te donner quelques nouvelles toujours bonnes.

Je suis dans la tranchée depuis déjà 8 jours. Ici tout est calme et on n'est pas trop mal car le temps est superbe ; mais ce n’est pas avec plaisir que je vois arriver l’hiver.

Enfin espérons que tout se passera bien, et que nous serons là-bas pour faire le vin de 1916. Cette année, j’aime tout autant rester là, il n’y en a presque pas, alors ça fait des économies !

Depuis ce matin, on entend ce canon qui gronde sur notre droite ; Quand est-ce que je pourrai dormir tranquille ?

Hier, j’ai reçu des nouvelles de mes parents ; tout le monde est en bonne santé.

Je termine en te désirant que tu sois comme moi en parfaite santé.

En attendant de tes nouvelles, reçois de ton neveu ses meilleures amitiés. »

 

PS : « Vive la classe. Le moral est très élevé. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 16 octobre 1915

Mes très chers parents

« Hier, encore une lettre, c’est un peu de travail, mais on est bien heureux lorsqu’on peut recevoir une lettre de ceux que l’on aime. Je n’ai encore pas reçu le paquet signalé depuis avant-hier ; probablement, je l’aurai ce soir.

Voyant l’hiver arriver, malgré qu’encore il ne fasse pas froid, je viens de vous demander de m’envoyer mon gilet de l’année dernière, les gants et une paire de bas. A pareille époque l’an passé, j’étais là-bas, enfin ces jours heureux reviendront.

Ici, rien de nouveau, le secteur très calme, le temps et superbe, un peu de brouillard jusqu’à 8h du matin. Ce soir, nous sommes relevés, on est restés 6 jours. Je ne sais pas pour combien on s’en va.

Je termine en vous désirant une bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Si le paquet était trop lourd, laissez les bas. A ma mère, merci pour la petite commission, toujours du travail ! »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 17 octobre 1915

Mes très chers parents

« Hier, je viens de recevoir une de vos lettres ainsi que le bon paquet.

La poire n’était pas gâtée, le beurre est excellent aussi. Quand j’aurai goûté le poisson, je vous dirai s’il est bon.

Je suis bien content que le temps est beau et que vous pouvez travailler.

Nous voilà relevés depuis hier ; nous sommes en arrière dans un bois (*) pour une huitaine de jours. Rien de nouveau, toujours calme ; le temps est superbe.

Toujours en bonne santé et j’espère que vous êtes tous de même.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « bonjour à mes parents et aux voisins. »

 

(*) : La 8e compagnie se situe en seconde ligne, secteur des « Tuileries », au nord de Reims.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

Le 18 octobre 1915

 

Chers parents

« C’est avec plaisir que je viens vous accorder de mes nouvelles, toujours bonnes.

Ici, toujours même chose, secteur calme.

Je termine en vous désirant une bonne santé à tous.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées le 19 octobre 1915

Chers parents

« Je viens à l’instant de recevoir 2 de vos lettres, une du 15 et l’autre du 17. Très heureux de vous savoir en bonne santé.

C’est avec plaisir que j’apprends que le temps est beau et que vous pouvez faire votre travail ; mais quant à croire que c’est en vous amusant, je n’y crois point. Je sais bien le travail que vous avez.

Je pense que le fameux Louis (FOURGEAU) doit faire un grand écolier. Si mon oncle (Pierre FOURGEAU) a le bonheur de pouvoir revenir en permission, je pense qu’il sera bien content.

Ici rien de nouveau. Le secteur est calme. Je suis pour encore 4 ou 5 jours en arrière.

Toujours en bonne santé, j’espère que vous êtes tous de même.

Votre fils qui ne cesse de penser à vous. »

 

PS : « Damon m’a écrit avant hier. Il m’a dit qu’il pense partir en novembre.

Bonjour à mes parents et aux voisins. Avez-vous reçu mes molletières ? Je les avais données à Léody.

Je n’ai pas besoin de chemise : j’en ai 3. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

20 octobre 1915

Mes chers parents

Je prends ce moment de plaisir afin de vous donner quelques nouvelles toujours bonnes.

Toujours en parfaite santé. Secteur continue à être calme.

Votre fils qui vous embrasse.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather
Carte-lettre militaire

Le 23 octobre 1915

Mes chers parents

« Je vais vous donner quelques nouvelles toujours très bonnes. J’espère que ma présente carte vous trouvera tous en bonne santé.

Toujours au repos, dans le bois. Je ne sais pas quand nous allons aux tranchées ; le secteur est toujours calme. Nous avons un temps superbe, les matins il commence à geler blanc. Nous ne sommes pas mal couchés, on a une couverture et de la paille. Les abris sont très bons.

Pas grand-chose toujours en bonne santé et c’est ce que je vous désire.

Votre fils qui vous embrasse tous. »

 

PS : « Bonjour à mes parents et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 25 octobre 1915

Mes chers parents

« Hier, j’ai reçu les 2 paquets, un avec le gilet et une bonne pomme, et l’autre avec les gants et le fromage qui est excellent. Je l’ai eu assez tôt, le temps n’est encore pas beaucoup froid. On a eu de la gelée pendant 3 ou 4 jours, hier il avait gelé un peu …………………………………temps se remet ……………………… Les gants sont assez bons, ne m’en achetez pas, car je ne les porterai pas encore. Pour l’imperméable, attendez encore quelques jours. Vous me direz comment sont ceux de Chantefoin, et le prix si vous le savez. J’ai suffisamment de bas en ce moment. Quand j’aurai besoin de quelque chose, je vous le demanderai assez tôt. Vous voyez qu’il ne faut pas longtemps pour que ça vienne. »

 

« Voilà le 9ème jour que nous sommes en arrière dans ce bois. On est pas mal, nous sommes à 3km des lignes. On fait de l’exercice (sous bois) tous les jours. Je ne sais pas quand nous revenons aux tranchées. Je pense que le service d’hiver va être bien organisé et ne sera pas trop dur.

La brigade qui fait division avec nous est en grand repos pour 25 jours depuis le 21 au soir. Probablement qu’une fois revenue, ce sera notre tour. Pas grand-chose de nouveau, ici toujours très calme.

Les permissions marchent très bien. Si la guerre n’est pas finie, je pourrai peut-être revenir en janvier. Je vous dis ça sous toutes réserves.

Je termine en vous désirant une bonne santé à tous.

Votre fils qui vous embrasse à tous. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

Aux armées le 26 octobre 1915

Chers parents

« C’est étant toujours en parfaite santé que je prends le plaisir de vous donner quelques nouvelles.

Toujours en deuxième ligne, secteur toujours calme. Le temps est superbe.

Ce matin, j’ai vu Henri LACOSTE qui se trouve au 127ème. Je n’ai pu lui causer longuement.

Je termine avec espoir que vous êtes tous en bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

(*) : Henri LACOSTE, né en 1894, originaire du même village (Manzac) que Joseph GOUZON, est au 127e régiment d’infanterie depuis mars 1915.

Il survivra à la guerre après être blessé 4 fois (en août 1916, en octobre 1916, en août 1917 et en août 1918). Il sera re-mobilisé en septembre 1939. Lire sa fiche matriculaire.

Jeudi 28 octobre 1915

Mes chers parents.

« Je réponds à votre lettre du 25 que j’ai reçue hier, très heureux de vous savoir en bonne santé. Vous me parlez de la fête de la Toussaint, de prier pour nos chers morts. J’y pense bien souvent ! Ce jour-là, je me trouverai dans la tranchée, mais ce ne sera pas ça qui nous empêchera de prier pour nos chers parents, et pour tant de camarades tombés depuis un an.

Nous sommes rentrés hier dans la tranchée. Nous avons changé de secteur. On se trouve à trois km de l’ancien, mais encore meilleur. Nous avons relevé des territoriaux. Jamais je n’avais vu une nuit aussi calme, pas un seul coup de canon ni coup de fusil. On est là pour au moins 10 jours.

Je suis très bien, j’ai un cagibi à moi seul (belle petite chambre de campagne). 4 mètres de profondeur où ils peuvent envoyer des 150. J’ai une table pour écrire, un banc, un lit en treillis avec de la bonne paille. Heureusement que je n’ai pas peur des rats, on en a des gros comme des lapins.

Le temps n’est pas froid. Ce matin, un peu de brouillard, l’après-midi, on va avoir le soleil. »

 

« Je suis bien content de savoir mon oncle DÉLUBRIAC en permission. Ce sera bientôt le tour de BOULENZOU (Pierre FOURGEAU) je pense.

Je termine avec espoir que vous êtes toujours tous en bonne santé. Votre fils qui vous aime et vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à mes parents et voisins. »

 

(*) : La 8e compagnie du 43e régiment d’infanterie a relevé la 12e compagnie du 35e régiment d’infanterie territoriale (JMO). Elle part aux tranchées du Luxembourg.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

Chers parents

« Toujours en parfaite santé. Ici, rien de nouveau. Le temps n’est pas mauvais, mais un peu humide.

J’espère que vous êtes tous en parfaite santé. Votre fils qui vous embrasse. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

30 octobre 1915

Très chers parents

« Hier au soir, j’ai reçu deux de vos cartes avec beaucoup de plaisir.

Très heureux de vous savoir en bonne santé. Je vois avec plaisir que vous avez pu semer. J’espère qu’à la prochaine moisson, je serai là.

Je suis toujours en parfaite santé. Le secteur où nous sommes est très calme. Le temps est superbe, le peu d’eau qui est tombée avant hier l’a radouci.

Je suis bien content de savoir mon oncle DÉLUBRIAC en permission. Je voudrai bientôt entendre dire que BOULENZOU (Pierre FOURGEAU) est venu aussi ; il ne va point attendre longtemps, en ce moment, ça va très bien.

Voici la fête de la Toussaint après-demain. Malgré que je sois dans la tranchée, je n’oublierai pas nos chers parents.

Pas grand-chose à vous dire. Je vous désire être tous comme moi en parfaite santé.

Chers parents, recevez de votre fils ses meilleures amitiés.

Je vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à mes parents et aux voisins. DAMON m’a écrit qu’il pensait partir dans les premiers jours de novembre. Merci pour les belles cartes. »

 

5ème armée-1er corps d’armée-1ère division-1ère brigade-43ème régiment d’infanterie-8ème compagnie

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

31-10-15

Mes chers parents

« Hier au soir, j’ai reçu votre lettre du 27.

Je vois avec plaisir que vous êtes toujours en parfaite santé.

Vous m’annoncez un colis. Je ne l’ai pas encore eu. Je vous écrirai quand je vais l’avoir.

Aujourd’hui dimanche ; voilà demain cette grande fête de la Toussaint. Comme d’habitude, le temps est brumeux, pas froid encore de trop ; enfin, c’est la saison qui arrive.

Je vois que vous avez appris qu’une division du 1er corps était partie en Serbie. C’est vrai, mais c’est une division volante qu’on a formée au printemps dans laquelle se trouve en effet un régiment de notre corps avec son régiment de réserve ; mais depuis ce temps-là, ils ne dépendent plus du corps. (*)

Ne vous faites pas de mauvais sang sur ça. On ne prendra jamais les anciens corps, ce ne sera que des divisions nouvellement formées.

Le secteur est toujours bien calme.

Je termine avec espoir que vous êtes tous comme moi en parfaite santé.

Celui qui ne cesse de penser à vous.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

(*) : Le 1e corps d’armée comprend à cette date les 1e, 2e et 122e divisions d’infanterie (DI). La 122e DI (créée en juin 1915) a été désignée pour faire partie de l’armée d’Orient en octobre 1915. Pour info, le 43e régiment d’infanterie fait partie de la 1e DI.

Joseph GOUZON appelle la 122e DI « division volante », car elle ne faisait pas partie de la formation originelle du 1e corps d’armée

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Fête de la Toussaint

Mes chers parents

« Voilà midi. J’arrive de manger, comme tous les jours car on est à quatre qui mangent au bureau qui se trouve à 200m de la ligne de tir. Alors je prends ce moment afin de vous donner de mes nouvelles. Ce matin étant tranquille et suis dans mon abri. J’en ai profité pour lire quelques prières en l’honneur de la fête de nos chers morts.

Cette journée est bien calme, jusqu’à présent. Le temps n’est pas froid, il est même un peu lourd et il tombe par instant quelques gouttes d’eau.

Hier j’ai reçu une lettre de mon oncle Paul. Très longtemps que je n’avais pas de ses nouvelles. Il est toujours en bonne santé..

Je termine avec espoir que vous êtes tous en parfaite santé.

J’oubliais de vous dire que ce matin j’ai reçu votre bon paquet en arrivant de prendre le service à 6h. J’ai mangé un morceau de quartier d’oie avec appétit. Et il est très bon. Ainsi que les biscuits et les noix. Le chocolat y était aussi.

Quand vous aurez l’occasion d’aller à St Astier, achetez-moi une boîte de cette poudre que j’ai apportée en venant de permission. Depuis je n’ai pas eu de poux. Rien ne presse, j’en ai encore la moitié de la boîte.

Votre fils qui ne cesse de penser à vous et vous embrasse. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

3 heures du matin 3 novembre 1915

Mes chers parents

« Etant de service de minuit à 6 heures, je viens dans mon abri m’asseoir un moment, et en profiter pour faire réponse à deux de vos lettres que j’ai reçues hier au soir, une du 28 et l’autre du 29.

Je suis bien heureux de voir que vous êtes toujours en parfaite santé. Tant mieux que vous ayez fini de semer.

Vous dites que vous avez des gants, mais ne les envoyez pas. Je n’ai encore pas pris les autres, ils sont dans mon sac et j’attends qu’il fasse plus froid. Ils seront assez bons pour l’hiver ; et quand ils seront usés, je vous écrirai. Le passe-montagne va très bien, mais il ne fait pas encore assez froid ; ainsi que les caleçons. J’en ai une paire que je n’ai pas encore prise. Ils sont en toile, mais ils seront assez chauds pour mettre le temps de vous les demander. N’envoyez jamais d’effets sans que je vous le demande, on serait encombré.

Pour le caoutchouc, envoyez quand vous voudrez, rien ne presse. Pour la couleur, ça m’est égal, noir serait préférable, mais il n’y a aucune importance. Faites à votre idée. Ce qui est important, c’est le poids, le plus léger possible ; (il ne faudrait pas non plus avoir la légèreté, qu’il soit trop fragile). Tout ça, c’est pour vous donner une idée ; mais c’est vous qui achetez, faites, ce sera toujours bien.

Pas grand-chose. Je termine en vous désirant être tous comme moi en parfaite santé ; votre fils qui ne cesse de penser à vous.

Je vous embrasse. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

2-11-1915

Chers parents

« La santé est toujours bonne. Espère que vous êtes tous de même.

Votre fils qui vous embrasse. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

4 -11-1915

Mes chers parents

« C’est étant toujours en parfaite santé que je vous écris.

Toujours dans la tranchée : secteur très calme ; le temps est magnifique.

Pour le caoutchouc (*), la longueur est 1m20.

Plus grand chose. J’espère que vous êtes tous en parfaite santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

(*) : Un imperméable.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 6 novembre 1915

Mes chers parents

« Je vais vous donner quelques nouvelles toujours bonnes. Voilà midi et demie. J’attends la relève pour 2 heures. Nous allons en deuxième ligne pour une dizaine de jours. Le petit village où on sera se trouve à 3 kilomètres de la ligne.

Le temps est superbe, les nuits sont un peu fraîches, mais dans le jour, c’est un temps magnifique.

Très probablement que nous ne reviendrons pas aux tranchées au moins d’un mois. La 1ère brigade qui fait division avec nous est au repos pour 25 jours. Elle va rentrer le 15. Si c’est comme l’on dit, nous, on va y aller pour la même période à son retour, mais ce n’est pas officiel, on ne sait jamais rien, car les ordres sont vite donnés et vite changés.

Je ne vois pas grand-chose de nouveau. Je suis toujours en parfaite santé et espère que vous êtes tous de même.

Recevez de votre fils qui ne cesse de penser à vous ses plus doux baisers. »

 

PS : « Ma chère mère, avant de m’envoyer mon imperméable, tu seras bien aimable de bien vouloir coudre les boutons ; car quand on achète quelque chose, ce n’est jamais solide. Et puis pendant ce temps, ton fils se reposera.

Bonjour aux voisins et naturellement à mes chers parents. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 7 novembre 1915

Mes très chers parents

« Me voilà arrivé au repos depuis hier au soir dans ce petit village. On est très bien. La première fois que je couche dans un lit depuis que je suis là. Naturellement, je n’ai pas de draps, mais un bon sommier et un matelas ; avec notre couverture, on est à deux, on va être bien couchés pendant 10 jours.  

Ce matin, j’ai vu LACOSTE Henri ; il m’a dit qu’il partait ce soir en permission. Vous allez très probablement le voir. Il m’a dit que PLAZANET (*) qui est de ma classe est au 127ème aussi, à la 12ème compagnie. Je pourrai le voir très probablement avant longtemps. En ce moment, il se trouve aux tranchées.

Tant mieux que DAMON se porte bien. Je voudrais que bientôt vous puissiez m’en dire autant de mon oncle. Enfin, il faut espérer que ce sera avant longtemps.

Le temps est superbe. Rien de nouveau. Je suis en parfaite santé et espère que vous êtes de même.

Votre fils qui ne cesse de penser à vous et vous embrasse bien fort à tous. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins. »

 

(*) : PLAZANET Joachim, originaire du même village (Manzac) que Joseph GOUZON, est au 127e régiment d’infanterie depuis mars 1915. Blessé grièvement le 4 octobre à Lihu (Somme) à la région temporale, il décède à Creil le 16 octobre 1916. Voir sa fiche matriculaire.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

8-11-15

Chers parents

« Toujours en parfaite santé. J’espère que vous êtes tous de même.

Je vous remercie du bon paquet que j’ai reçu hier.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

3h le 9 novembre 1915

Mes chers parents

« C’est avec plaisir que je fais réponse à votre lettre du 6 que je viens de recevoir à l’instant.

Très heureux de vous savoir tous en parfaite santé.

Moi, je suis toujours au même endroit, on est très bien, on se trouve dans une maison abandonnée. On fait un bon feu, malgré qu’il ne fasse encore pas froid. Le temps est brumeux, couvert depuis 2 jours.

Tant mieux que vous ayez fini de semer.

Plus grand chose, je termine en vous désirant toujours la même santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et aux voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Encre

5h du soir mercredi le 10 novembre 1915

Mes chers parents

« Avant de manger, je viens vous donner quelques nouvelles toujours très bonnes. Le temps n’est encore pas froid, un peu humide.

Toujours en repos et en bonne santé. D’après ce que je viens d’apprendre aujourd’hui, je pense que nous n’irons pas comme j’avais dit, en repos pour 21 jours ; nous allons très probablement faire brigade avec des territoriaux (*), et on resterait dans ce secteur. J’en suis bien content.

J’espère que vous êtes en parfaite santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

(*) : Le 14 novembre, le 25e régiment d’infanterie territoriale passe sous les ordres du général commandant la 1e brigade d’infanterie (dont fait partie le 43e régiment d’infanterie).

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

Le 11 novembre 1915

Mes très chers parents

« C’est étant en parfaite santé que je vous écris. Je suis toujours au même endroit. Rien de nouveau. Tout est calme. Le temps est beau, un peu brumeux.

J’espère que vous êtes tous en bonne santé.

Recevez d’un cœur qui vous aime ses meilleurs baisers. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

Le 12 novembre 1915

Mes chers parents

« Je viens à l’instant de recevoir votre aimable lettre qui m’a beaucoup fait plaisir, en voyant que vous êtes toujours comme moi en santé parfaite.

Vous m’annoncez le colis, mais il n’arrivera que ce soir 9 heures et les lettres seront parties. Demain, je vous dirai si je l’ai.

Plus grand chose, toujours au repos. Le temps est humide, mais pas beaucoup froid.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 13 novembre 1915

Mes chers parents

« J’ai reçu hier au soir l’imperméable. J’en suis très content, il va très bien. Je suis très content de la couleur et du poids ; ça doit coûter de l’argent. Dans la prochaine lettre, si ça ne vous fait rien, dites-moi le prix.

Nous sommes toujours au repos. Aujourd’hui, il tombe de l’eau, mais il ne fait pas froid. Enfin, en ce moment, nous sommes très bien.

Je tiens à vous avertir au cas où vous auriez l’idée de m’envoyer quelque chose de ne pas me faire parvenir de chemises, flanelles et caleçons ; pour le moment, j’ai assez de tout ça ; ce qui me faudrait, c’est des bas ; on m’en a pris une paire qui séchait. Des flanelles, j’en ai trois. Un de mes hommes qui n’en porte pas avait reçu un paquet de Paris dans lequel il en a trouvé une. Alors il m’en a fait cadeau, que je lui ai bien payé, mais je n’ai pu refuser. Les chemises et caleçons, j’en ai à la compagnie.

Toujours en bonne santé, espère que vous êtes tous de même. Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Crayon. Carte-lettre militaire

14-11-15

Chers parents

« La santé est toujours bonne ; j’espère que pour vous c’est même chose.

Celui qui pense à vous et vous embrasse.

Votre fils. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 15-11-15

Mes chers parents

« Je viens vous donner des nouvelles toujours bonnes. Toujours au repos. Le temps veut se mettre au froid, ce qui vaudrait mieux que l’humidité qu’il fait.

J’ai eu votre bon paquet ce matin. Tout était en bon état.

Rien de nouveau. J’espère que vous êtes toujours en bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Mardi 16 novembre 1915 9h du soir

Mes chers parents

« On vient ce soir de reprendre les tranchées pour 6 jours. Je suis installé depuis les 3 heures à la même place que la dernière fois. J’ai le même gourbi. Je suis très bien. Comme je suis de service jusqu’à minuit, je prends ce moment à répondre à votre lettre que j’ai reçue ce soir.

Vous dites que MAGNE de St Astier va venir. Ne lui donnez rien, car en ce moment on ne se voit pas souvent. Nous, on est deux compagnies détachées à droite du secteur du régiment. On se trouve comme si nous étions à Manzac et les autres à Bruc.

J’ai eu aujourd’hui une lettre de mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU) avec plaisir. Il me dit qu’il pense partir avant peu. Tant mieux, c’est bien son tour.

Le temps est superbe. On a un beau clair de lune. La semaine passée, il est tombé de l’eau. Mais je crois que nous allons réussir pour nos six jours, il gèle un peu, mais il ne fait pas froid de trop. »

 

« Ce soir, nous avons mangé le poulet, il était excellent, ainsi que les poires. Plus grand chose. Je suis en parfaite santé et espère que vous êtes tous de même. Dieu veuille que l’on reste là pour l’hiver, ce n’est pas la guerre.

Recevez de votre fils qui vous aime ses plus doux baisers. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 18 novembre 1915

Mes très chers parents

« Puisqu’on n’a pas le bonheur de vivre ensemble, je vais, ce qui est un plaisir pour moi, vous donner de mes nouvelles. Elles sont toujours bonnes. Je suis dans la tranchée pour 6 jours, déjà 2 de faits et lundi soir on revient pour 6 jours au repos.

Le temps est beau mais un peu froid. Je préfère bien ça que la pluie. Dans les tranchées, on n’a pas froid, le vent ne peut nous trouver. Enfin ça commence bien un peu à être long. Je crois qu’on joue en ce moment aux petits soldats. Enfin du courage et de la patience, nous aurons la victoire (après on sera bien plus heureux).

Plus grand chose. Je pense que bientôt vous pourrez voir arriver mon oncle BOULENZOU.

Je termine avec espoir que vous êtes tous comme moi en parfaite santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

21-11-15

Mes chers parents

« Ce matin, je viens de recevoir une lettre et le paquet que vous m’avez envoyé. Tout était en très bon état et bon. Vous me demandez si j’ai assez de bas ; pour le moment cela suffit.

Je suis bien content que mon oncle puisse partir. Moi, je suis encore dans la tranchée. Demain soir, très probablement que nous irons pour 6 jours au repos. Le temps n’est pas trop mauvais, rien qu’un peu de froid auquel on est déjà habitués.

Pas grand-chose, tout est calme.

Je suis en très bonne santé et espère que ma lettre vous trouvera de même à tous.

Recevez de votre fils qui vous aime ses meilleurs baisers.

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins. J’espère que quand ma lettre va arriver, mon oncle sera là. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 22 novembre 1915   2h du soir

Mes chers parents

« En attendant l’heure de la relève, je viens vous donner de mes nouvelles qui sont toujours très bonnes. Alors on s’en va ce soir au repos pour 6 jours. Nous avons un temps magnifique. La nuit, il fait un beau clair de lune et gèle même fort ; aujourd’hui nous avons un beau soleil.

Plus grand chose. J’espère que vous êtes tous en parfaite santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à mes parents et voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Encre

Le 24-11-15

Mes chers parents

« Je réponds à votre lettre d’hier que j’ai reçue avec plaisir en voyant que vous êtes tous en bonne santé.

Depuis avant-hier, je me trouve au repos. Je suis dans le même cantonnement. Le temps n’est pas mauvais, toujours un peu froid ; nous sommes là jusqu’à dimanche au soir.

Pas grand-chose. J’espère que vous êtes tous comme moi en parfaite santé.

Recevez de votre fils qui ne cesse de penser à vous ses meilleures amitiés. »

 

PS : « J’ai eu des nouvelles de mon oncle Paul (HIVERT), il est en bonne santé. Bonjour à tous mes parents et voisins. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte postale militaire

25-11-15

Mes chers parents

« C’est étant toujours en parfaite santé que je vous écris. J’espère que vous êtes tous de même.

Ici, rien de nouveau, secteur toujours calme. Le temps n’est pas froid de trop.

C’est avec plaisir que j’ai appris que mon oncle était en permission.

En attendant le plaisir de lire de vos bonnes nouvelles, recevez de votre fils ses meilleurs baisers. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 26 novembre 1915

Mes chers parents

« Je suis toujours en parfaite santé et espère que vous êtes tous de même.

Toujours au repos, nous revenons dimanche soir aux tranchées. Le temps n’est pas froid de trop. Et puis, on s’habitue petit à petit.

Je pense que mon oncle BOULENZOU (Pierre FOURGEAU) devait être bien content de revoir sa famille d’abord comme tous.

J’ai eu une lettre du tailleur. Il me disait qu’il pensait aller le voir.

Ici, rien de nouveau. On attend ce beau jour de la paix avec impatience.

J’espère que vous êtes tous comme moi en parfaite santé.

Votre fils qui vous aime et vous embrasse. »

 

PS : « J’ai entendu dire qu’André SEYRAT était mort. Est-il vrai ? »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 28 novembre 1915   15h45

Mes chers parents

« Me voilà revenu dans la tranchée, installé déjà depuis 2 heures ; même endroit que la fois dernière. Le secteur toujours calme.

Je suis en parfaite santé. La température n’est pas très chaude, il gèle fort mais on est bien vêtus. On n’a pas froid, et dans les tranchées le vent ne sait nous trouver.

Je n’ai pas besoin de chemises ni de flanelles. J’avais un caleçon bien chaud que j’ai touché à la compagnie. Je viens de le mettre ce matin. C’est le premier ; dans une dizaine de jours, vous pourriez m’en envoyer un autre afin de pouvoir changer.

Nous avons touché des galoches et des chaussons. J’ai un deuxième tricot dans mon sac que j’ai eu aussi à la compagnie. Vous voyez que nous ne sommes pas si malheureux que l’on pense.

Plus grand chose. J’espère que vous êtes tous comme moi en bonne santé.

Recevez de votre fils qui ne cesse de penser à vous ses meilleurs sentiments d’amitié. »

 

PS : « J’espère que ma marraine est toujours en bonne santé.

Et Mariette de Périgueux, comment va-t-elle ?

Bonjour à tous mes parents et voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

29-11-15

« Santé bonne

Bons baisers de votre fils. »

Le 30 novembre 1915

Mes chers parents

« Je réponds à votre lettre d’hier que j’ai eue avec plaisir en apprenant de vos bonnes nouvelles. Moi, je me trouve en parfaite santé aussi. Aujourd’hui, nous avons un temps magnifique. La nuit, il est tombé de l’eau.

Je n’ai pas eu le paquet, il va arriver ce soir.

Plus grand chose. Je vous désire une bonne santé à tous.

Votre fils qui ne cesse de penser à vous. Je vous embrasse. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

1 décembre 1915

Mes chers parents

« C’est étant en très bonne santé que je vous écris. J’espère que vous êtes tous de même.

Ici, rien de nouveau. Secteur calme, le temps n’est pas froid de trop.

Recevez de votre fils ses meilleurs baisers. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 3 décembre 1915

Mes très chers parents

« C’est avec plaisir qu’hier j’ai encore reçu de vos bonnes nouvelles. Vous dites que mon oncle n’était pas trop chagrin de falloir repartir. Tant mieux.

Ce matin, j’ai eu le colis avec le réchaud et les pastilles qui m’ont fait beaucoup plaisir. Je viens d’essayer l’appareil, il brûle très bien. La nuit prochaine, je vais faire du chocolat.

Ici, depuis 2 ou 3 jours, le temps n’est pas très beau, il pleut beaucoup, mais ne fait pas froid. Ne m’envoyez pas mon passe-montagne.

Enfin demain soir, nous allons au repos pour 6 jours. Toujours même endroit. (*)

Dimanche, je vais encore pouvoir assister à la messe. J’y étais dimanche dernier aussi ; et si on ne se trouve pas là, le dimanche, nous l’avons dans la semaine. De manière qu’à chaque repos, on puisse y assister.

Je n’ai pas eu le 2ème colis. Sitôt que je vais l’avoir, je vais l’annoncer.

Plus grand chose, je suis toujours en parfaite santé et espère que vous êtes tous de même.

Depuis que j’ai des sabots et des chaussons, je ne prends plus mes souliers.

En attendant ce beau jour qui doit nous remettre ensemble, recevez de votre fils qui vous aime ses meilleurs baisers. »

 

PS : « Ma chère mère, dis-moi si ma grand-mère de Genebriéras a eu une bague. Je pense que c’est la même grosseur que pour toi.

Bonjour à tous les voisins et parents. »

 

(*) : Le régiment se trouve toujours secteur La Neuville – Maison Bleue. Voir la carte.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Dimanche le 5 décembre 1915

Mes très chers parents

« C’est avec plaisir qu’hier j’ai eu votre lettre m’apprenant des bonnes nouvelles. Moi, la santé est bonne aussi. Depuis hier, je suis au repos pour 6 jours, encore mieux que les autres fois. Je couche avec mon fourrier, dans un bon lit.

J’ai eu aussi les deux paquets dans lesquels j’ai trouvé de bien bonnes choses. Ce matin, on a mangé les boudins qui étaient excellents. Les pommes et poires aussi. Demain, je mangerai le quartier d’oie.

Vous me causez du prêt. On n’est pas diminués de beaucoup : 1 sous par jour seulement. Vous voyez que ce n’est rien. Je n’ai pas besoin d’argent.

Je viens à l’instant de recevoir la carte du 2 sur laquelle vous me demandez si j’ai besoin de gants. Je n’en ai pas besoin, ni d’alcool, merci !

Je suis bien content de la photo. J’espère que bientôt, nous n’aurons plus besoin de tout ça. »

 

« Plus grand chose. Je vous désire une bonne santé à tous.

Votre fils qui ne cesse de penser à vous tous.

Je vous embrasse »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins.

Quand vous m’enverrez encore un paquet, mettez mon rasoir et blaireau. Je me raserai moi-même, ce sera plus propre que de se faire raser après tous les hommes de la compagnie. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

7-12-15

Mes chers parents

« La santé est toujours bonne. J’espère que vous êtes tous de même.

Recevez de votre fils ses meilleurs baisers. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 8 décembre 1915

Mes chers parents

« Un moment de plaisir afin de venir vous accorder de mes nouvelles toujours bonnes.

J’espère que vous êtes tous de même.

Ici, le temps n’est pas froid, encore un peu d’eau, mais en ce moment je me trouve au repos. On n’a pas à se mouiller. Et il ne faut pas croire qu’on soit exposés tout le temps au mauvais temps. Tout ce qui est le plus grave, c’est de se voir éloigné de ceux que l’on aime. Sans ça, pas malheureux du tout.

Enfin, espérons que cette vie se finira avant longtemps.

Plus grand chose. Je vous désire une bonne santé à tous.

Votre fils qui vous aime et ne cesse d’y penser. »

 

PS : « Chère mère, envoie-moi le cantique de Minuit chrétien.

Bonjour à tous mes parents et voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 9 décembre 1915

« Mes biens chers parents

Un moment de plaisir afin de venir vous donner de mes nouvelles toujours très bonnes.

J’espère que vous êtes tous de même.

Ici, le temps est toujours pluvieux. Demain nous revenons aux tranchées. Lundi, je vais très probablement aller passer 15 jours à un cours de sous-officiers qui se fait en arrière. On y va deux à chaque fois et c’est mon tour pour lundi. On y est très bien, ce sera toujours 15 jours de passés.

Je vous envoie un bout de papier sur lequel vous verrez un coin du village où nous habitons. J’espère que vous reconnaîtrez ce soldat. Je ne mets pas son nom. En ce moment il n’est pas malheureux de trop.

Plus grand chose. J’espère que vous êtes tous en bonne santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 10 décembre 1915   20 heures

Mes très chers parents

« C’est avec beaucoup de plaisir que je viens de recevoir de vos bonnes nouvelles. Je me trouve en très bonne santé aussi. Me voilà installé depuis les 4 heures du soir dans la tranchée. Le secteur toujours calme. Le temps n’est pas mauvais, un peu de boue car tous ces jours-ci, il est tombé de l’eau. Mais j’espère qu’il va s’arranger à mesure que la lune va prendre sa force.

Je pense rester que deux jours. Très probablement que lundi comme je vous l’ai dit, je vais m’en aller pour 15 jours. Je n’ai encore pas d’ordre.

Vous m’annoncez un paquet, ça va bien ; pour les caleçons que j’ai, c’est de la laine, ils sont très chauds. Sitôt que je vais l’avoir reçu, je vous écrirai.

Je n’ai pas besoin d’alcool. Je vous le demanderai assez tôt, n’en achetez pas d’autant qu’on en vend ici.

Vous me causez aussi de la prochaine permission, ce n’est pas encore venu. De la façon dont ça marche, je ne repartirai pas avant le mois de mars.

Enfin, j’espère que d’ici là on aura du nouveau.

Je viens d’avoir des nouvelles de mon oncle BOULENZO ; il est en parfaite santé.

J’espère que vous êtes tous de même et le désire de tout cœur ;

Recevez de votre fils ses plus doux baisers. »

 

PS : « Le phénomène de Bitou a de la chance. Bonjour à mes parents et voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

Joseph GOUZOU part en formation

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Lundi le 13 décembre 1915

Mes très chers parents

« Me voilà arrivé depuis hier au soir à ce cours de sous-officiers. Je suis toujours en parfaite santé. Après avoir tombé de l’eau pendant quelques jours et hier même de la neige, voilà le temps qui se remet au froid, ce qui sera bien mieux que la boue.

Ici, je pense passer quinze jours tranquilles. On est très bien couchés. Je crois que ça ne va pas être dur.

Hier, j’ai eu le bon colis. Je suis très content des caleçons et bas ; la paire que j’ai est en laine aussi. Le morceau d’enchaut était excellent.

J’ai eu hier des nouvelles de DAMON. Il va très bien. Plus grand chose à vous dire. J’espère que vous êtes toujours en parfaite santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à mes parents et amis. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Encre

Aux armées le 14 12 1915

Mes très chers parents

« C’est avec plaisir que ce soir je viens de recevoir le colis avec un bon poulet, le rasoir, les lacets et le savon. En même temps, j’ai eu deux de vos lettres. Quel bonheur lorsqu’on reçoit des bonnes nouvelles de ceux à qui l’on ne cesse de penser. Vous me demandez si j’ai besoin de quelque chose. Vous voyez que je ne me gêne point, et vous m’envoyez même beaucoup trop de caleçons. Je n’en aurai pas besoin de longtemps. En ce moment, j’ai tout ce qui me fait besoin. Je suis bien content d’avoir mon rasoir, car quelques hommes ont des eczémas à la figure, ce que je ne tiendrais pas à attraper.

Voilà les 16 heures. On vient de rentrer au cantonnement où nous sommes très bien logés. Ce cours n’est pas dur de trop, ça va faire quelques jours de repos.

Je ne vois pas grand-chose, j’espère que vous êtes tous en bonne santé.

Votre fils qui ne cesse de penser à vous.

Je vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 16 décembre 1915

Mes très chers parents

« J’arrive juste de l’exercice et les lettres vont partir. Mais avant je vais vous donner de mes nouvelles qui sont très bonnes. J’espère que vous êtes tous de même.

Ici, on n’est pas embêtés du tout. J’ai des officiers très instruits et intéressants.

Je termine, demain, je vous écrirai plus longuement.

Votre fils qui vous aime et vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins. Le temps n’est pas mauvais. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées le 18-12-1915

Mes chers parents

« Hier au soir, j’ai été voir ma compagnie qui était rentrée des tranchées depuis avant-hier, et j’ai eu le plaisir de recevoir deux de vos lettres qui m’annoncent vos bonnes nouvelles.

A présent, je les reçois où je suis. Je suis en bonne santé et bien tranquille.

Pour Noël, n’envoyez rien, plutôt pour le 1er janvier si je dois recevoir quelque chose. Ne faites pas la bêtise d’envoyer par la gare.

Pas grand-chose, le temps est toujours humide.

J’espère que vous êtes tous en parfaite santé. Votre fils qui vous embrasse. Bonjour à mes parents et voisins. »

 

PS : « Ce soir, je vais manger avec les sous-officiers de ma compagnie. Je me trouve à 3km d’eux. Comme ils se trouveront dans la tranchée le jour de Noël, on fait le réveillon avant. J’ai eu des nouvelles de mon oncle BOULENZOU. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées le 19-12-1915

Mes chers parents

« Aujourd’hui dimanche, nous avons repos et j’en profite afin de vous donner de mes nouvelles qui sont très bonnes.

J’espère que vous êtes tous de même. Il est midi, je viens de la messe qui a eu lieu comme d’habitude en plein bois et en plein air.

Aujourd’hui, nous avons un temps superbe, un beau soleil avec un vent froid.

Je suis très content de savoir que vous faites un peu d’argent et que vous n’êtes pas malheureux de trop. Je suis bien content aussi que (Jean) MASSOUBRO a été mangé avec vous. Il m’a écrit de là-bas.

Tant mieux que mon oncle Paul (HIVERT) ait espoir de partir en janvier. Pour moi, je ne pense pas partir de trois mois. Il faut espérer qu’à ce moment-là, on aura peut-être cette paix que l’on demande depuis si longtemps. Enfin, en ce moment, nous ne sommes pas malheureux. Pendant que nous serons dans ce secteur, on n'est pas à plaindre.

Je ne vois pas grand-chose à vous dire. J’espère que vous êtes toujours en parfaite santé.

Recevez de votre fils qui vous aime ses meilleurs baisers. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées, le 22-12-1915

Mes chers parents

« Voilà ce Noël qui arrive et on se trouve encore dans une situation plus mauvaise que l’an dernier, car le Noël 1914, on a eu le plaisir de le passer ensemble. Et cette année, on va être bien éloignés, mais non du cœur. J’espère que Jésus aura pitié de tant de pauvres malheureux qui souffrent et attendent ce beau jour de délivrance. Ayons toujours du courage et prions dieu.

Ici, il pleut toujours. J’espère que vous êtes tous comme moi en parfaite santé.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées, le 22-12-1915

Mes très chers parents

« Je réponds à votre lettre que j’ai eue hier avec plaisir. Je vois que vous êtes toujours en bonne santé.

Malgré les mauvais passages que nous traversons, on est tout de même protégés jusqu’à présent. Moi de mon côté, jamais je n’avais été en si bonne santé. J’espère que ça continuera jusqu’à la fin de cette triste vie, et que bientôt nous serons tous réunis.

Tant mieux que Chéri soit venu en permission. Vous dites que l’année dernière on ne pensait pas être si éloigné. Moi, je ne pensais pas être dans la Marne à cette époque. Enfin, il faut se soumettre à beaucoup de choses. Vous dites qu’Henri le facteur va partir ; à mon avis, il est français comme tout le monde.

Toujours en cours et à peu près tranquille. Le temps est toujours humide.

J’ai trouvé dans votre lettre 5F qui m’ont fait beaucoup plaisir. Merci, mais je tiens à vous avertir que j’ai suffisamment de mon prêt.

Plus grand chose. J’espère que vous êtes toujours en parfaite santé.

Votre fils qui ne cesse de penser à vous tous et vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents et voisins.

Quand vous aurez l’occasion de m’envoyer un petit colis, ayez soin de mettre une boîte de pâte pectorale comme celle que j’ai reçue il y a quelques jours. C’est très bon pour le rhume.

Tant mieux que mon cousin Louis soit guéri. (Louis FOURGEAU) »

 

(*) : Fils de Pierre.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 24-12-1915

Mes chers parents

« Voilà Noël qui arrive. Ce soir, je vais à ma compagnie qui se trouve sortie des tranchées depuis 2 jours. Nous devons faire un petit réveillon et chanter Minuit chrétien ensemble. J’aimerais bien mieux être auprès de vous tous. Enfin, c’est ainsi. Espérons que ce beau jour viendra ; malgré la guerre, je ne suis pas malheureux de trop.

Ce soir, j’ai vu l’aumônier. Demain matin, je dois aller à la messe de 6h ½. Unissons nos prières et dieu nous protégera.

Pas grand-chose, je suis en parfaite santé et espère que vous êtes tous de même. Votre fils qui pense à vous. »

 

PS : « Aux cours, on a repos 48h. Pour remplacer la journée de Noël, on reste un jour en plus. Je rentre à ma compagnie mercredi soir. Bonjour à tous mes parents et voisins. De votre fils ses meilleurs baisers. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées le 27-12-1915

Mes chers parents

« Je vais vous donner quelques nouvelles toujours bonnes. J’espère que vous êtes aussi tous en bonne santé.

Ici, toujours même chose, le temps humide.

Quand vous aurez l’occasion d’avoir un petit calendrier, envoyez-le-moi, car ici, ça sert beaucoup. Souvent, on ne connaîtrait pas les dimanches des autres jours.

Je termine en vous désirant une bonne santé à tous.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte postale illustrée courante portant l’inscription rajoutée « Heureuse année » ! ! !

Le 28-12-1915

Mes très chers parents

« A l’approche de ce nouvel an, je viens vous offrir mes meilleurs vœux de bonne année et de bonheur. J’espère que la nouvelle année va permettre d’avoir la paix et de nous réunir pour une vie heureuse.

Je suis en parfaite santé et espère que vous êtes tous de même.

Recevez mes meilleurs baisers.

Votre fils »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées le 29-12-1915

Mes très chers parents

« C’est étant toujours en parfaite santé que je vous écris. J’espère que vous êtes tous de même.

C’est avec plaisir qu’hier au soir, j’ai reçu votre bon colis. Les boudins sont très bons. Je n’ai encore pas mangé le pigeon ; il est bien beau.

Je suis sûr qu’il sera excellent aussi. Mais tout ça serait bien meilleur mangé avec ses parents. Je vous remercie aussi du bon rouge et du bonbon.

Ce cours finit aujourd’hui. Demain, je rejoins ma compagnie qui est à la tranchée depuis hier au soir.

Nous avons eu beaucoup de boue ; mais depuis deux jours, le temps est superbe, il ne gèle pas, on se croirait au printemps.

Plus grand chose. J’espère que vous êtes toujours en santé parfaite, c’est tout ce que je vous désire.

Recevez de votre fils qui ne cesse de penser à vous ses meilleures amitiés. »

 

PS : « Bonjour et bons souhaits de bonheur à tous les voisins ainsi qu’à Michet, de qui j’espère faire la connaissance. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 30-12-1915

Mes très chers parents

« Voilà mes quinze jours terminés, j’ai même fait deux jours de plus pour remplacer les fêtes de Noël.

Je suis rentré à ma compagnie depuis ce matin qui est aux tranchées depuis avant-hier. Il était 10h du matin quand j’ai rejoint (Je suis bien perfectionné).

Ici, c’est toujours assez calme. Le temps est superbe. Je suis en parfaite santé, espère que vous êtes tous de même.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à tous mes parents, voisins et Michet »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées le 31 décembre 1915

Mes chers parents

« En ce dernier Jour de l’An, je viens vous donner quelques nouvelles qui sont très bonnes. J’espère que l’année 16 que nous allons commencer demain sera meilleure et plus gaie que celle que nous terminons aujourd’hui.

Ce qu’il faut demander à dieu, c’est qu’il nous donne cette paix attendue depuis si longtemps et qu'il nous protège comme on l'a déjà été.

Ici, rien de nouveau, le secteur est calme ; le temps superbe pour la saison.

Je suis en parfaite santé et espère que vous êtes de même.

Votre fils pour la vie. »

 

PS : « Bonjour à mes parents, aux voisins et Michet. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées, le 3 janvier 1916

Mes bien chers parents

« Je vais vous donner de mes nouvelles qui sont toujours bonnes. J’espère que vous êtes aussi tous en bonne santé.

C’est aujourd’hui la relève, nous allons au repos pour 6 jours. Nous avons un temps très beau, nous n’avons pas de froid ; ce qui est embêtant, c’est qu’il pleut un peu de trop ; mais voilà la lune qui va être nouvelle, peut-être que le temps va se mettre au froid, ce qui tout de même serait meilleur que la pluie. Le secteur est très calme. Si on peut passer là l’hiver, on est bien tranquilles.

Hier, nous avons fini le poulet ; il était très bon ; on était à quatre, car dans ma section, on est 3 sergents depuis 3 semaines et l’adjudant. Ils ont trouvé très bon et m’ont chargé de vous remercier pour eux.

Pour les pastilles, ne vous faites pas de mauvais sang ; je ne suis pas enrhumé, ce n’est que pour la nuit quand je suis de service, ça fait passer le temps. J’ai reçu celles que vous m’aviez envoyées et je n’avais encore pas fini la 1ère boîte.

Toujours des bonnes nouvelles de mes oncles. Je pense que Paul doit arriver bientôt ; mais ça ne marche pas vite. Je ne pourrai jamais venir avant 3 mois, et encore il faut que ça aille bien.

Enfin les permissions, c’est bien beau, mais il vaudrait encore mieux la paix.

Je termine en vous désirant une bonne santé à tous.

Votre fils qui ne cesse de penser à vous tous, et vous embrasse. »

 

PS : « Bonjour à mes parents, les voisins, et le brave MICHET qui j’espère saura bien me remplacer en vous soulageant dans vos travaux.

Ma chère mère, tu voudras bien me dire si la bague d’Elia irait à ma marraine. Je pense qu’il faudrait plus grand.

Nous avons demain soir un beau lièvre à manger. La veille du premier janvier, j’en ai fait tirer deux à mon lieutenant. Ils étaient à côté de mon gourbi le soir à la tombée de la nuit. Il a bien voulu nous en donner un. Ici, on ne voit que du gibier. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées, le 4 janvier 1916

Mes chers parents

« En faisant réponse à votre aimable lettre d’hier et datée du dernier janvier, sur laquelle j’ai trouvé toujours de bonnes nouvelles. Je viens vous donner des miennes qui sont pareilles.

Toujours en 1ère ligne ; nous avons un temps merveilleux. Rien de nouveau, tout est calme.

Tant mieux que le Luno aime bien à suivre les lièvres, car j’espère bien qu’à la fin de l’été, je serai rentré pour en tirer quelques-uns uns car ils doivent vous dévorer depuis 2 ans que personne n’en tue.

Je pense bien être là aussi pour manger les pois que vous venez de semer. Si le temps est le même là-bas, ça doit bien aller pour pouvoir les mettre en terre.

Vous demandez encore une fois si j’ai besoin d’effets ! Merci, j’ai tout ce qu’il me faut en ce moment. Quand j’en voudrais, je vous l’écrirai.

J’ai des bonnes nouvelles de mes oncles. Je pense que DÉLUBRIAC va revenir en permission ; tant mieux.

Plus grand chose. Je désire à tous une santé parfaite. Votre fils qui pense à vous. »

 

PS : « Bonjour aux parents et voisins.

Merci de la feuille de géranium, elle sent très bon. J’aurais bien voulu pouvoir l’arracher moi-même ! Je vois chère mémé avec plaisir que tu penses toujours à tes beaux bouquets. Vivement que tu puisses me commander pour que je les arrose. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées, Le 5 janvier 1916

Mes très chers parents

« Je viens vous remercier du bon colis que j’ai encore reçu ; vous m’envoyez beaucoup trop de choses ; surtout d’argent, je n’en ai pas besoin.

Je n’ai pas goûté le pâté, il a l’ait fameux ; mais je le conserve pour la tranchée où je reviens dans 4 jours. Je pense qu’il va se conserver. Je vous remercie aussi du bon fromage et des pastilles.

Depuis 2 jours, nous sommes en repos, toujours même village. Le secteur est très calme ; le temps n’est pas mauvais de trop. Très content de savoir que mon oncle vient en permission.

Plus grand chose, j’espère que vous êtes tous en bonne santé.

Recevez de votre fils ses meilleurs sentiments d’amitié. »

 

PS : « Bonjour à mes parents et voisins, ainsi qu’à Michet. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées, le 6 janvier 1916

Mes chers parents

« C’est étant en parfaite santé que je vous écris. J’espère que vous êtes tous de même.

Après 3 jours de repos, nous revenons ce soir à la tranchée ; nous changeons de secteur, nous rejoignons notre régiment qui se trouve à trois km de nous. Le secteur est celui que nous avons occupé pendant l’été ; il est aussi tranquille que celui que nous quittons.

Je termine en vous désirant une bonne santé à tous. Recevez mes meilleures amitiés.

Votre fils. »

 

PS : « Bonjour à mes parents, les voisins et MICHET. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées, le 7 janvier 1916

Mes très chers parents

« Me voilà depuis hier au soir 8 heures dans un nouveau secteur à la droite du régiment. (*)

Nous avons pris la place de compagnies du 127° qui, lui, appuie à droite. Le secteur est encore bien meilleur qu’où j’étais. Il est plus propre, les tranchées sont pavées avec de briques. L’eau se trouve à proximité de mon abri, une belle source. Je voudrais bien que nous puissions y passer l’hiver.

J’ai mangé ce matin du bon pâté ; mes camarades l’ont trouvé excellent ainsi que le bon fromage.

Le temps est toujours à la pluie ; chaque jour, il tombe quelques averses.

Je ne vois rien de nouveau. Je suis en parfaite santé et vous désire de même à tous.

Votre fils qui vous aime. »

 

PS : « Bonjour à mes parents, aux voisins et MICHET.

Je suis très content que ce brave homme soit un bon aide pour ma marraine, qui, elle, travaille beaucoup trop ; si c’est ainsi, vous ne saurez assez le récompenser.

Bonne fête pour les 45 ans de ma bonne mère. Dimanche je penserais particulièrement à toi avec espoir passer une partie de la 46ème avec vous.

Pendant que je fais ma lettre, j’ai mon camarade qui fait un bon brûlot. Chaque jour, on a à l’ordinaire de l’eau-de-vie très forte ; alors pour pouvoir l’avaler, on y met le feu. Ca nous donne un peu de nerf et nous réchauffe.

Malgré qu’on soit bien, une fois la paix, je ne me rengagerai pas ! ! ! »

 

(*) : Secteur du Godat (51)

 

0.jpg

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées, le 8 janvier 1916

Mes chers parents

« C’est étant en très bonne santé que je vous écris. J’espère que vous êtes tous de même. Ici rien de nouveau, nous avons un temps superbe.

J’ai eu des bonnes nouvelles de mes oncles.

Je termine en vous désirant une bonne santé à tous.

Votre fils qui ne cesse de penser à vous.

Je vous embrasse. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Carte-lettre militaire

8 –1-1916

Mes chers parents

« C’est étant toujours en santé parfaite que je vous écris. J’espère que vous êtes tous de même.

Ici, rien de nouveau, secteur calme. Le temps est superbe, on dirait qu’il va faire froid.

Plus grand chose. Je termine et vous envoie mes meilleures amitiés. »

 

PS : « Bonjour aux voisins et parents. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées, le 9 janvier 1916

Mes chers parents

« Je viens vous donner de mes bonnes nouvelles. J’espère que vous aussi, vous êtes tous en bonne santé.

Toujours en 2ème ligne et par un temps superbe.

Ici, rien de nouveau.

Je termine en vous désirant une bonne santé à tous.

Votre fils qui vous embrasse. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Le 9 janvier 1916

Mes très chers parents,

« Je ne laisse passer cette journée de dimanche sans venir vous donner quelques nouvelles, toujours très bonnes. Je vais en même temps vous remercier de la bonne pintade que j’ai reçue hier au soir. Ce matin, nous en avons mangé, elle est excellente. Ce soir, j’ai ramassé des pissenlits pour faire une salade pour manger avec ; nous en avons des superbes dans cette terre remuée. Justement, c’était une luzernière. Je suis très content de mon carnet, je pourrai le garnir en mettant mon travail de chaque jour.

Merci aussi de ce que vous avez mis dans la lettre.

Je n’ai pas besoin de bas. Je pensais vous avoir parlé de vin. On a chaque jour un bon quart. Et on trouve à acheter celui que l’on veut, mais pas bon marché. A présent, dans chaque régiment, on a une coopérative, une espèce de cantine où on peut l’avoir à 0,75f le litre.

En cette journée d’anniversaire de ma mère, j’aurais bien voulu être auprès de vous. Certainement la pintade aurait été mangée avec plus de goût. Enfin, il faut se soumettre à beaucoup de choses.

Espérons que l’année prochaine, nous pourrons être réunis.

Ici, rien de nouveau. Le temps est superbe, on a un peu de lune.

Je termine en vous désirant une bonne santé à tous.

Votre fils qui vous embrasse de cœur. »

 

PS : « Bonjour aux parents, voisins, ainsi que MICHET que je voudrais bien connaître. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Aux armées, le 11 janvier 1916

Mes chers parents

« Je réponds à votre aimable lettre que j’ai eue hier. Je suis très content quand je peux lire de vos bonnes nouvelles ; chaque soir, c’est pour moi une distraction et un bonheur quand j’écris mes lettres. Mais en revanche les ……………… en ai pas, sont bien …………. Je vous remercie de m’écrire ………………………………………… se passe sans la ………………………………

Je n’ai pas les pieds dans l’eau. J’ai mes galoches et mes chaussons aux pieds tout le temps, et où nous sommes, on n’a pas de boue.

Si ce n’était si long, en n’est pas malheureux, moi encore moins que les hommes, mon service n’est pas si dur, n’étant pas oblige de rester immobile comme le font les sentinelles.