Correspondance de Georges GRAUX

Lieutenant-colonel des 135e et 60e régiments d’infanterie

 

Mise à jour : octobre 2020

Retour accueil

 

Titre : Georges GRAUX du 135e régiment d’infanterie. - Description : Georges GRAUX du 135e régiment d’infanterie.

 

Georges GRAUX du 135e régiment d’infanterie.

 

Sophie nous dit :

« En navigant sur votre site, je me suis décidée à transcrire les quelques lettres que ma grand-mère avaient conservées de son père officier supérieur mort en 1915 en l’agrémentant d’extrait de récit et des photos de famille. Alors je me permets de vous envoyer le résultat et d’en faire profiter les internautes.

Toutes mes félicitations pour votre site des plus documentés avec une navigation des plus aisée.

Cordialement »

Sophie S.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Prélude

 

Georges GRAUX est né à Rennes le 6 juin 1860. Il a la vocation militaire, entre à St Cyr (1881 – 1883), promotion « Égypte » et sort dans l’infanterie. En 1889 il est détaché au service géographique de l’armée pour établir des levers topographiques en Algérie et réalise en parallèle un album de photographies.

Puis Amiens, St Nazaire au 65e d’infanterie, capitaine au 41e à Reims, Major à Sedan au 147e, chef de bataillon au 88e d’Auch.

Georges est lieutenant-colonel au 135e d’Angers au début de la guerre.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Lieutenant-Colonel GRAUX à sa fille Marcelle GRAUX

Tours, le 9 juin 1914

 

« Ma chère petite Marcelle,

Je te remercie bien de ta gentille lettre qui m’a fait grand plaisir. Je suis très content que la vareuse que ta maman t’a achetée te fasse plaisir et t’aille bien. Teuteur va être magnifique et ici, pour le 14 juillet, il a la croupe quadrillée, il va faire crever la jalousie les autres chevaux de fantassins.

Au revoir, à samedi soir, ma chère petite fille ; je t’embrasse de tout mon cœur.

Ton papa qui t’aime bien tendrement. »

 

Lieutenant-Colonel GRAUX à sa fille Marcelle GRAUX

Tours, le 18 juin 1914

 

« Ma chère petite Marcelle,

Je n’ai plus qu’une seule feuille de papier qui me sera nécessaire demain pour écrire à ta maman. Aussi ne t’étonne pas si je t’envoie un vilain bout de papier.

J’espère que la maîtresse que t’enverra Monsieur le Curé te plaira mieux que Melle CAPIN et que vous n’aurez plus d’aigreurs ensemble. De son côté, je suis certain qu’elle sera contente de toi, parce que tu travailles bien et que tu es une bonne petite fille, intelligente et douce.

Nous verrons la procession dimanche prochain sans nous déranger ; mais comment faudra-t-il décorer la maison ? Mr le Curé a dû le dire.

Embrasse pour moi ta maman et Renée et à bientôt ma chère petite fille.

Ton papa qui t’aime bien tendrement. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

En 1914, le colonel DE BAZELAIRE commande le 135ème régiment d’infanterie, entièrement composé de Bretons et d’Angevins. Le lieutenant-colonel GRAUX est son second, le capitaine PONS adjoint au colonel et le lieutenant HURAULT chargé des détails.

Le régiment est composé d’un état-major et de 3 bataillons chacun composé de 4 compagnies. Soit un total de 185 sous-officiers, 3138 caporaux et soldats accompagnés de 194 chevaux et mulets

Le régiment fait partie de la 18ème division du général LEFÈVRE et de l’IIème armée.

Le régiment quitte Angers pour l’Est le 5 août 1914, soit deux jours après la déclaration de la guerre de l’Allemagne à la France. Il débarque en Lorraine dans la région de Pont-Saint Vincent avec la 18eme division d’infanterie à laquelle il appartient. En suit une série de marche et de déplacements vers la Belgique, Nancy, Charleroi, puis Sedan.

 

 

Description : composition - Copie

Composition de l’état-major du 135e régiment d’infanterie au 5 août 1914 (JMO)

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Lieutenant-Colonel GRAUX, 135e infanterie, à Madame GRAUX, 13 rue Hoche Angers

9 août 1914

« Rien de nouveau : tout va toujours très bien – santé excellente – Beau temps. Mais obligation de mettre toutes les lettres ouvertes.

Bons baisers à toutes trois. »

 

Le régiment se trouve à Neuves-Maisons près de Nancy.

Lieutenant-Colonel GRAUX, 135e infanterie, à Madame GRAUX, 13 rue Hoche Angers

15 août 1914

« Je suis obligé d’envoyer mes lettres ouvertes, ce qui m’empêche de te dire bien des choses.

Je suis en excellente santé ainsi que le colonel et tous les officiers du Régiment. Personne ici n’a encore reçu de nouvelles d’Angers ; mais un postier m’a affirmé que nous en aurions demain, un gros paquet venant d’arriver. J’ai hâte de savoir comment vous supportez les grosses chaleurs (*) que nous subissons ces temps-ci.

 

Je suis toujours employé comme chef des trains régimentaires de la 18e division (**) : c’est une mission difficile et assommante, mais où je ne cours aucun danger, puisque je me trouve presque tout le temps à 10 ou 15 kilomètres en arrière des troupes. N’aie donc aucune inquiétude pour moi ; c’est comme les manœuvres, fatigantes à cause de la chaleur. Je ne sais combien de temps encore j’assurerai ce service.

Je t’ai écrit plusieurs fois, surtout au début ; je ne sais si tu as reçu mes lettres. Je n’ai pu et ne pourrai sans doute te télégraphier, mais le service postal va, dit-on commencer à fonctionner régulièrement.

 

Si vous souffrez trop de la chaleur, il faudra aller chez Berthe (***), quitte à revenir à Angers plus tard. J’ai dormi hier dans un excellent lit que je compte retrouver ce soir : cela repose bien. Nous mangeons très convenablement et l’appétit est excellent. Donc tout va bien.

Tachez de vous réunir entre femmes et jeunes filles : cela vous distraira ; vous aurez des nouvelles plus fréquemment les unes par les autres. En traversant l’autre jour la ville de ta jeunesse, j’ai bien pensé à toi ! Nous n’en sommes qu’à une dizaine de kilomètres.

Je t’embrasse de toute mon âme.

Mon alcool à brûler est parti aussi !! La chaleur a fait couler toute ma brillantine dans ma cantine !!! »

 

« J’ai encore un instant et je reprends ma lettre.

Comme nous n’avons le droit de rien dire, pas même l’endroit où nous sommes, toi seule comprendras : Nous étions d’abord au sud de la dernière garnison de ton père (Nancy ?) ; puis nous l’avons traversée (accueil des plus touchants, fleurs, médailles, boissons, tabac pour tous) maintenant nous sommes à une quinzaine de kilomètres au Nord. Partout nous sommes admirablement accueillis par la population, qui nous donne tout ce qu’elle peut nous donner et redoute surtout le retour des Prussiens. Mais voyant ce qu’elle voit, on sent qu’elle a confiance (et nous aussi…).

 

Le colonel est très gentil pour moi. Nous sommes 12 officiers à la popote de l’état-major. Chacun emporte le soir de quoi déjeuner sur le terrain et le soir nous nous réunissons généralement. C’est comme en manœuvre et nous avons beaucoup de peine à faire croire à nos troupiers qu’ils sont en guerre : ce sera ainsi, je le crains, tant que nous n’aurons pas vu le feu. Nous aussi d’ailleurs…

Je mange ici d’excellentes mirabelles, dont vous vous régaleriez. Il y a aussi des pommes blanches délicieuses. Nous n’avons aucune nouvelle du régiment de réserve, il n’est point de notre côté. (****)

Soigne-toi bien, pour que je te retrouve en bonne santé : il le faut. N’hésite pas à consulter et surtout ne te fatigue pas et ne t’inquiète pas. Je t’ai dit ma confiance absolue en mon retour : je l’ai toujours. Ne t’étonne pas si tu ne reçois pas de lettres : je ne puis trouver parfois un instant. Tout mon cœur est avec vous. Je sens que je vous reverrai, vous que j’aime plus que tout au monde, et toi, mon amour, par-dessus tout. J’ai emporté trop d’argent, car nous ne dépensons guère. Je t’en renverrai, si possible […]

 

[Sur le côté de la lettre]

Je ne sais quand je pourrai t’écrire aussi longuement. Dis-moi ce que devient Gabrielle (*****). Je serais heureux de te savoir avec elle.

 

(*) : Les températures mensuelles ont été supérieures aux valeurs saisonnières sur la quasi-totalité du pays. Les 13 et 14 août ont été les journées les plus chaudes du mois avec plus de 30°C.

(**) : Il parle de l’ensemble des trains : trains régimentaires et trains de combats.

Train régimentaire (un par régiment) : ensemble des moyens d’un régiment destinés à fournir ce qui est nécessaire aux unités pour subsister. Commandé par l’officier d’approvisionnement, il comprend une trentaine de voitures hippomobiles. (Voitures à fourrage, à viande, forgerie, ambulances…).

Trains de combats (un pour le régiment, un pour chaque bataillon) : ensemble des moyens d’un régiment destinés à fournir ce qui est nécessaire aux unités pour combattre. Commandé par l'officier de détail, il comprend (pour un régiment entier) une quarantaine de voitures hippomobiles. (Munitions, nourriture, cuisines, bagages…).

(***) : Berthe GERGON (1862 – 1918) une des sœurs de Marthe mariée à Paul BOHARD.

(****) : Le 335e régiment d’infanterie (d’Angers aussi) se trouve à cette date secteur est de Nancy.

(*****) : Gabrielle GERGON (1872 – 1957), la sœur de Marthe.

Lieutenant-Colonel GRAUX 135e infanterie à sa fille Marcelle GRAUX

15 août 1914

« Ma chère petite Marcelle

Je ne sais quel jour de la semaine est aujourd’hui, mais c’est comme dimanche. Que faites-vous en ce moment ?

Moi je me repose et cause un peu avec vous trois. Tu trouves peut être à te rendre utile, car je sais que tu y es toujours disposée. Teuteur n’a point maigri, il réclame toujours son sucre quand je monte dessus, mais je n’en ai point à lui donner. Volga est très gentil et se remplume plutôt.

Continue à dessiner, je pourrai constater tes progrès à mon retour. Il y aurait des scènes intéressantes à faire si j’avais mon appareil photographique.

Je t’embrasse bien tendrement, ton papa qui t’aime. »

Lieutenant-Colonel GRAUX, 135e infanterie à Madame GRAUX, 13 rue Hoche Angers

16 août 1914

« Je t’ai déjà envoyé un mot ce matin, mais je viens de recevoir ta première lettre, celle datée du 9 août. Je ne puis te dire la joie et l’émotion que j’ai ressenties ! Je savais bien que tu m’avais écrit, mais rien ne venait jusqu’à moi : nous étions d’ailleurs tous dans ce cas et personne au régiment n’avait reçu aucune lettre. J’avais reçu avant-hier d’Anna (*) une lettre très gentille, datée du 4 août et adressée à Angers. Elle m’annonce que son dernier, Robert, va s’engager dans l’artillerie et elle prie Renée de lui envoyer de nos nouvelles.

Je suis toujours en arrière avec les trains régimentaires de la division : ne t’inquiète donc pas ; je ne cours aucun danger et me porte à merveille, j’ai un appétit formidable, comme à 20 ans ! Je viens de déjeuner dans une maison frontière où je me suis régalé d’excellentes mirabelles et d’une potée (lard aux choux et pommes de terre).

Partout nous sommes accueillis de la façon la plus touchante ; on nous donne tout, sans grandes phrases, simplement ; il n’y a plus guère que les femmes et les enfants « ils ne viendront pas, monsieur ! Nous avons confiance. Oh cet empereur et son fils ! Qu’on nous le livre à nous, les mères de famille ! » etc, etc...

C’est une horrible chose que la guerre ; et j’ai seulement entendu le canon et la fusillade dans le lointain !

Quel beau pays, quelle nation que la nôtre : nous ne pouvons pas ne pas être vainqueurs… Les Allemands commettent mille horreurs : nous en voyons de bien près et je note tout cela… Que de choses j’aurai à te conter !

Ma chérie, aie confiance. Je t’embrasse comme je t’aime : de toute mon âme. »

 

[Sur le côté de la lettre]

« Que j’ai du plaisir à relire ta lettre. Mais combien j’ai de la peine de te savoir inquiète sans motif. Encore une fois, ne t’inquiète pas, je ne cours aucun danger. Nous devons remettre nos lettres non fermées ne pas dire où nous sommes ni rapporter aucun événement militaire. Je regrette d’être éloigné du régiment, mais j’en ai chaque jour des nouvelles par l’officier d’approvisionnement.

Envoie la lettre de MIQUEUR (**) à la même adresse que la mienne. Ajoute « compagnie hors rangs »

Au revoir ma chérie et Vive la France !

 

(*) : Anna GRAUX (Rennes 1857, Nantes décembre 1924), sœur aînée de Georges épouse Christophe Dano St Cyrien, 7 enfants dont Robert (1897, mort pour la France en 1918).

(**) : Ordonnance de Georges GRAUX.

 

« Je n’ai rien à faire en ce moment : mes trains sont partis ravitailler les troupes, les autres sont à chercher des vivres : tout fonctionne bien. Je n’ai pas vu le Colonel depuis 3 jours, mais je sais qu’il est bien, ainsi que tous les officiers du régiment : nous n’avons eu aucun engagement. Mes précédentes lettres ont dû te fixer sur le point où nous sommes : je ne puis te dire rien de plus. J’espère que, puisque j’ai reçu une première lettre, je vais maintenant en recevoir. Si tu savais le bonheur que m’a causé cette 1ere lettre ! J’en ai pleuré de joie… Ma chérie, sois forte, aie confiance ! Je sais combien tu es vaillante, courageuse et patriote, et cela me fait beaucoup de bien. Pour moi, le moral est excellent, la santé parfaite et je te supplie de ne pas t’inquiéter.

L’officier payeur, le lieutenant HURAULT, avec lequel je suis généralement et qui est très gentil, m’a dit que la délégation de solde que j’ai faite en ta faveur ne part que du 17 août, parce que j’avais touché au départ d’Angers, une quinzaine en avance (comme tous). Tu toucheras donc peu au 1er septembre ; mais ici, je ne dépense guère (50F environ depuis mon départ), je t’enverrai donc 300F dès que je le pourrai, car tu pourrais te trouver à court. »

 

« Tous ces jours ci, il faisait terriblement chaud et vous avez dû en souffrir à Angers. Hier nous avons eu un orage avec pluie violente ; aujourd’hui le temps est rafraichi et couvert. Puisque la lettre m’est parvenue c’est que l’adresse est suffisante : demande d’ailleurs aux autres dames. Il faut que je te quitte pour adresser un mot aux filles : elles sont ta consolation en ce moment, songe si tu étais seule ! Je continuerai à t’écrire chaque fois que je pourrai, mais parfois ce ne sera qu’un mot. Il te suffira… » [Partie manquante]

 

[Repris sur les côtés de la lettre]

La chaleur a dû te fatiguer : donne-moi bien exactement des nouvelles de ta santé.

Au cas où tu n’aurais pas reçu mes lettres précédentes, voici où nous sommes : à une dizaine de km. Au nord de la ville qui t’est chère. C’est-à-dire la dernière garnison de ton père (*).

Je ne puis me décider à finir ma lettre : il me semble que c’est notre conversation qui cesse et que je m’éloigne de vous.

Je ménage mon papier. Dis à Renée que je veux qu’elle joue du pianola : elle oublierait et ne pourrait m’en jouer à mon retour

Dis-moi si tu as pu toucher les coupons au crédit Lyonnais et les 800f de la banque de France.

 

(*) : Nancy

Lieutenant-Colonel GRAUX à sa femme

16 août 1914

« Rien de nouveau. Tout va bien. Santé excellente. Je suis toujours en arrière avec les trains régimentaires de la division.

Hier soir, nous avons eu un orage avec une grosse pluie pendant 2 heures : cela a rafraichi le temps.

Je vous embrasse bien fort

Je n’ai encore reçu aucune lettre de toi depuis mon départ. J’espérais en avoir hier ou ce matin, mais comme je suis en arrière, je serai sans doute servi le dernier : j’ai bien hâte d’avoir de vos nouvelles. Toujours plein d’espoir et de confiance.

Mille baisers. »

 

Titre : Lieutenant-colonel GRAUX du 60e régiment d'infanterie. - Description : Lieutenant-colonel GRAUX du 60e régiment d'infanterie. Chtimiste.com

Lieutenant-colonel GRAUX

Lieutenant-Colonel GRAUX à sa famille

17 août 1914

« Je reçois à l’instant vos lettres datées du 11 – bien heureux

Rien de nouveau. Je suis toujours au même endroit avec les mêmes fonctions. Je suis toujours en excellente santé, mais il pleut depuis hier sans discontinuer. C’est triste. J’attends de vos nouvelles avec impatience.

Je vous embrasse toutes bien tendrement. »

Lieutenant-Colonel GRAUX à sa femme

19 août 1914

« Toujours en excellente santé. Tout va bien. Le temps s’est remis au beau, moins chaud. Nous quittons la région où nous nous trouvions pour une destination inconnue.

Demain nous allons nous embarquer à la ville qui t’est chère. Nous allons sans doute opérer dans le pays ami et allié que nous avons visité ensemble en 1907. Embrasse bien les filles pour moi. Éloigné du régiment, je n’ai encore reçu que 2 lettres de toi.

Mille baisers. »

 

Le régiment s’est embarqué en chemin de fer à Nancy le 19 août à partir de 23h et est débarqué à Sedan le 20 août jusqu’à 13h. (JMO).

Lieutenant-Colonel GRAUX à sa femme

21 août 1914

 « Comme je te le disais hier, nous sommes venus nous embarquer à la ville qui t’es chère à 3 heures du matin et nous avons débarqué à 1 heure de l’après-midi à notre garnison de 1906 – 1909 – souvenirs.

Ce matin nous repartons pour aller plus loin.

Toujours en excellente santé, mais sans nouvelles de vous : Depuis le départ 2 lettres seulement datées du 9 et 11 août. J’espère que vous êtes bien.

Je vous embrasse tendrement. »

Lieutenant-Colonel GRAUX à sa femme

22 août 1914

« Je viens de t’expédier une carte postale (non illustrée) – tout va bien. Toujours sans nouvelles de toi depuis 5 jours. T’ai annoncé que nous avions quitté ville aimée de ta jeunesse pour venir environs ville de notre garnison 1906-09. Sommes maintenant en pays ami et allié – merveilleusement reçus : des fleurs, des acclamations. Avons ensemble été nous promener en voiture non loin d’ici pour visiter château très vieux et très curieux.

Reçois-tu mes lettres ? T’écris presque chaque jour : hier 2 fois Je n’ai encore reçu que 2 lettre de toi. Bien cruel.

Tous officiers du régiment en excellente santé. Je mange comme à 18 ans- Fais dans chaque lettre résumée des précédentes (peut-être pas arrivées à moi)- vous embrasse toutes les 3, bien tendrement. »

 

Lors du premier contact avec l’ennemi, dans la région de Bièvre (Belgique), le 23 août 1914, le 135ème régiment subit de lourdes pertes (17 officiers, près de 1500 hommes tués, blessés ou disparus). Le colonel De BAZELAIRE qui commande le régiment est blessé par éclat d’obus (hist.)

Lieutenant-Colonel GRAUX à sa femme

25 août 1914

« Tout va bien. Je suis toujours en excellent santé.

Bons baisers à vous trois »

Lieutenant-Colonel GRAUX à sa femme

26 août 1914

« Tout va bien. Excellent santé »

Lieutenant-Colonel GRAUX à sa femme

28 août 1914

« Tout va bien. Excellent santé »

Lieutenant-Colonel GRAUX à sa femme

29 août 1914

« Tout va bien. Excellent santé.

Bons baisers à vous trois. »

 

Le 29 août, le colonel GRAUX remplace le colonel DE BAZELAIRE, blessé, resté jusque-là à son commandement.

Lieutenant-Colonel GRAUX à sa femme

30 août 1914

« Tout va bien. Je suis toujours en excellent santé.

Bons baisers à vous trois. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

Le 135eme établi dans la région de FAUX est attaqué le 30 août à 7 heures. L’artillerie allemande appuie son infanterie par un feu d’une violence extrême qui cause de lourdes pertes.

Pressé de plus en plus par des forces supérieures, le régiment est obligé de se retirer ; un ordre du Général de brigade survient à cet instant, ordonnant une contre-attaque, pour arrêter des éléments du 12eme corps Saxon qui menacent de déborder. Le régiment décimé n’a plus que 2 compagnies disponibles, la 4ème et C.H.R. Le Colonel GRAUX n’hésite pas un instant, donne l’ordre d’attaque et part en avant, entrainant ses deux compagnies, qui chargent héroïquement avec le drapeau. Mais la violence du feu ennemi les oblige à s’arrêter après quelques centaines de mètres, et même à se replier pour sauver le drapeau lacéré par les balles et les obus.

Le régiment cette journée perd 11 officiers et 1100 hommes.

Les hommes qui restent, accablés de chaleur ou de fatigue, ont perdu ou déposé leurs sacs lors de cet affrontement et ne peuvent plus exécuter une nouvelle contre-attaque.

La poussée allemande diminue d’intensité. La retraite se poursuit sans trop de difficultés. Sur la Marne une marche forcée de plus de 5 heures permet le passage à Condé-sur-Marne dans la nuit du 3 au 4 septembre.

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Lieutenant-Colonel GRAUX à sa femme

3 septembre 1914

« Toujours en excellent santé. Vous embrasse. »

Lieutenant-Colonel GRAUX à sa femme

4 septembre 1914

« Je suis toujours en excellente santé, mais sans nouvelles de vous depuis 15 jours. Je ne sais si vous recevez les miennes ; Je vous écris cependant presque chaque jour. Ne t’inquiète pas en tout cas malgré les bruits qui pourraient circuler

Bons baisers à vous trois. »

(Rajouté à la dernière minute)

« Je reçois 3 lettres des 25, 27 et 28 août bien heureux ! »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

Le 5 septembre au soir le régiment occupe la ligne Vert-la-Gravelle, Toulon-la-Montagne. Ce même jour à 21 heures, un officier de cavalerie vient d’apprendre que des cavaliers ennemis stationnent dans le château de Vert-la-Gravelle. La 12ème compagnie attaque immédiatement, et tombe sur une batterie montée, au lieu et place de cavaliers. Elle s’empare du château et bientôt du village. Les Allemands ont eu juste le temps de retirer les canons.

Le 6 au matin, le régiment est violemment attaqué par des forces supérieures soutenues par une puissance artillerie. Le 135eme refoulé à travers les marais de St-Gond se reconstitue, le soir, au sud du Mont Août.

Les pertes sont de 12 officiers et 634 hommes.

 

LA BLESSURE

 

Le 9 septembre au matin, violente canonnade ; le régiment est engagé côte 166 (nord de Fère-Champenoise) et bientôt le combat devient très meurtrier. L’artillerie se démasque subitement, prenant les mitrailleuses d’enfilade. Le lieutenant-colonel GRAUX et son adjoint le capitaine PONS sont blessés et fait prisonniers. Tous les chefs de bataillons sont morts ou blessés. C’est le capitaine SANCERET qui commande le régiment. Le colonel GRAUX parvient à regagner les lignes françaises la nuit suivante. (*)

Le capitaine PONS est mort quelques heures après sa blessure.

Ces combats font partie de la première bataille de la Marne du 5 au 12 septembre 1914, qui bloqua une partie de l’armée allemande et arrêta l’avancée de la IIème armée vers Paris.

 

(*) : D’après les notes de Marcelle, sa fille, il a la plèvre transpercée et 3 côtes cassées. Son père aurait revêtu un uniforme allemand pour s’enfuir de la zone allemande puis l’a abandonné avant de regagner les lignes françaises. Le port d’un uniforme ennemi est considéré comme un acte de traîtrise à l’époque.

 

Citation à l’ordre du jour (article du 27 novembre 1914).

Le général commandant le 9eme corps d’armée cite à l’ordre du corps d’armée le lieutenant-colonel GRAUX du 135eme régiment d’Infanterie. Blessé le 9 septembre d’une balle dans le flanc et étant tombé entre les mains de l’ennemi, réussit à s’évader pendant la nuit et rejoignit, en se trainant, les lignes françaises.

 

Le 29 décembre 1914, le lieutenant-colonel GRAUX est nommé à la tête du 60ème RI.

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Télégramme pour Mme GRAUX 13, rue Hoche à Angers du 12 septembre 1914

Orléans - 8941 26 12 11h23 admis :

Suis actuellement hôpital Orléans très légèrement blessé. Je quitte Orléans aujourd’hui quatorze heures pour arriver Angers soirée.

GRAUX

Lieutenant-Colonel GRAUX 60e d’Infanterie à Mademoiselle Marcelle GRAUX, 13 rue Hoche, Angers

 

30 décembre 1914

Ma chère petite Marcelle,

« Je viens te rappeler que je compte sur toi, sur ton bon petit cœur, pour mettre un peu de fête dans la maison. Égaie ta sœur, distrais ta maman ; tu peux être sûre que de loin j’entendrai votre rire et que j’en serai réconforté : rien ne me fera plus de plaisir ; la jeunesse doit être gaie et quand tu te sentiras triste, prends sur toi…

La maison où j’habite a été occupée pendant 2 jours par les Allemands : ils ont volé toutes les couvertures, les édredons, conserves, confitures, vin.

Puis les Anglais sont restés 3 semaines ici : le Général FRENCH a habité la chambre où je suis. On ne se plaint pas trop des Prussiens, qui n’ont rien brûlé, ni brisé (sauf les portes des armoires) – Quant aux Anglais, on les a trouvés un peu sans-gêne.

Je t’embrasse, ma petite fille chérie, de tout mon cœur et bien tendrement. »

Lieutenant-Colonel GRAUX 60e d’Infanterie à Mademoiselle Marcelle GRAUX, 13 rue Hoche, Angers

4 janvier 1915

Ma chère petite Marcelle,

« Je te remercie bien de ta gentille lettre qui m’a fait d’autant plus de plaisir que c’est la première que je recevais.

Tu me dis que tu es dans des transes horribles parceque (*) tu dois aller chez Madame DE LA TAILLE où tu dois trouver une petite fille. Il ne faut pas être timide à ce point et il faut prendre sur toi car tu serais malheureuse plus tard et que cette fille te sera peut-être une gentille amie.

J’espère que tu vas faire des progrès en dessin : tu me montreras tout ce que tu auras fait en mon absence : numérote tes dessins de façon que l’on puisse se rendre compte des progrès que tu ne manqueras de faire.

Je t’écris au coin de mon feu : il est 9h du soir et je vais me coucher. Bonne nuit ma chère petite fille ; je t’embrasse bien tendrement.

Ton papa que t’aime. »

 

(*) : « Parceque » attaché dans la lettre

Lieutenant-Colonel GRAUX 60e d’Infanterie à Mademoiselle Marcelle GRAUX, 13 rue Hoche, Angers

7 janvier 1915

Ma chère petite Marcelle,

« Je suis contente de savoir que ton vase t’ait fait plaisir, quant à tes chocolats, je ne regrette pas de n’y point goûter. Il fait très doux ces temps-ci mais beaucoup de pluie ; aussi n’ai-je pas eu encore besoin de mettre mes affaires en papier. Je les réserve pour quand il fera réellement froid.

J’envoie à ta maman le menu de notre déjeuner de ce matin chez le général (*) : tu pourras voir que nous ne sommes pas bien malheureux.

Je suis encore sans nouvelles de MIQUEUR (son ordonnance) et de mes chevaux : j’ai bien hâte de les voir arriver et je compte qu’ils m’arriveront en bon état.

Ta maman me dit que tu étais en peu enrhumée : j’espère que cela va mieux maintenant, car il ne faut pas être malade.

J’embrasse bien fort et bien tendrement ma petite fille chérie et te recommande encore de mettre un peu de gaîté dans la maison.

Ton papa qui t’aime. »

 

(*) : General FAËS commandant de la 14eme division à laquelle appartient le 60eme R.I.

Lieutenant-Colonel GRAUX 60e d’Infanterie à Mademoiselle Marcelle GRAUX, 13 rue Hoche, Angers

10 janvier 1915

Ma chère petite Marcelle,

« MIQUEUR m’a remis tantôt ta gentille lettre avec le dessin des chevaux : ils sont trèstrès bien et je t’en félicite. Je regrette que ton rhume t’ait empêchée de prendre ta leçon de dessin, mais j’espère que ce ne sera rien et que tu es maintenant guérie.

Les pauvres chevaux sont arrivés ici tout à fait abrutis : ils étaient depuis le 3 janvier dans le même wagon ! C’est toi qui aurais été malade ! Ils ne sont pas arrivés en très bon état : Volga est devenu un peu poussif ; Électeur, qui est resté 3 semaines sans pouvoir sortir de son écurie était devenu tellement gros qu’un abcès s’est fourré à son jarret postérieur : cet abcès a crevé, il a perdu beaucoup de sang et engendré une plaie qui est maintenant en bonne voie de guérison. Le vétérinaire m’a dit de ne pas le monter d’ici une huitaine de jours. Il est maintenant plutôt maigre comme Volga ; mais je pense qu’il ne va pas tarder à se remplumer.

Je n’ai pas trouvé dans ta lettre la petite fleur que tu me disais y mettre.

Je suis bien content que ta grippe soit terminée. Pour moi, je suis toujours en excellente santé aujourd’hui, il a fait un soleil magnifique, mais je crois que le temps va se rafraîchir ; aussi ai-je mis pour la 1ere fois mes chaussons en papier. Je ne trouve pas d’ailleurs qu’ils me donnent bien chaud.

Je t’embrasse bien tendrement ma petite fille chérie

Ton papa qui t’aime »

 

« Nous n’avons ici que du sucre cristallisé de sorte que je n’ai pu donner à Électeur un morceau de sucre. Ces jours-ci je vais continuer à monter celui que je monte depuis que je suis ici. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

Le 8 janvier 1915, l’infanterie française déclenche une attaque secteur de Crouy (Aisne) vers l’éperon 132. Au nord-est de Soissons, le village de Crouy constitue une position importante et violemment disputée. Bientôt ses maisons croulent sous la tempête de feu, ainsi que celles des villages environnants : Pommier, Bucy-le-Long, Missy-sur-Aisne. Cependant, grossie par les pluies torrentielles des derniers jours, l'Aisne, qui coule à l'arrière de nos positions, vient d'accuser tout d'un coup une montée de niveau des plus inquiétantes.

Subitement, dans la nuit du 11, son cours déborde. La situation de nos troupes sur la rive droite va devenir d'autant plus aventurée que la force du courant emporte les ponts de bateaux.

Les Allemands contre attaquent puissamment les 11 et 12 janvier. L’artillerie allemande pilonne les positions française rive droite de l’Aisne et l’éperon 132 où se trouve une partie du 60e régiment d’infanterie. L’état-major du régiment est en sécurité, pense-t-il, dans une grotte abris du Petit-Bois. Les grottes (ou creutes) sont nombreuses dans ce secteurs.

 

Le JMO dit : « à partir de 7h30, bombardement effroyable d’artillerie de tout calibre (…). On voit les obus, tombant dans les tranchées, projeter en l’air des corps qui retombent déchiquetés. (…) ».

Beaucoup d’hommes et de blessés se réfugient dans la grotte.

JMO : « Vers 10h, sous les obus de 210, la grotte s’effondre ensevelissant tout le personnel présent, 6 officiers et 12 ou 13 hommes, dont le lieutenant-colonel qui en tombant écrasé crie Vive la France (…). Ils ne peuvent être dégagés vers 11h30. »

Les Français sont en retraite vers l’Aisne qui est en crue. De nombreux hommes meurent noyés ou sont fait prisonniers.

Les 13 et 14, tout le front à l’est de Soissons est en retraite.

 

Lire le JMO ici. Attention, le JMO originel a certainement été détruit dans la grotte, il s’agit de JMO brouillon.

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

15 janvier 1915 - Extrait d’une lettre de MIQUEUR, ordonnance du colonel GRAUX

Le 13 au soir, il a disparu vers Soissons.

Je ne peux l’affirmer, d’après moi il serait prisonnier. Quand je suis allé retrouver mon colonel je suis resté une dernière journée avec lui.

Espérons qu’il est prisonnier et blessé, je ne sais rien depuis le 13 on ne l’a pas vu.

Mon Colonel qui était si bon pour moi et pour tout le régiment, ils étaient très contents de lui.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

 

Le 12 janvier 1915, le Colonel GRAUX est mort à Crouy, lors de l’éboulement de la grotte où était installé le PC du régiment, provoqué par un obus de 210 allemand, cote 132 (près de Cuffies). Enterré dans la Nécropole nationale « le bois Roger » commune d’Ambleny à côté du Capitaine André GRAUX (son neveu, le frère d’Henry GRAUX) du 1er RTM mort à Crouy le 8 janvier 1915 [carre G tombes 1 et 2]

 

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

Je désire contacter le propriétaire du carnet de Georges GRAUX

Voir des photos du 135e régiment d’infanterie

Vers d’autres témoignages de guerre 14/18

Suivre sur Twitter la publication en instantané de photos de soldats 14/18

Retour accueil