Carnet de guerre d'Agricol DARIER, du 159e RI durant 14/18

Carnet de guerre d'Agricol DARIER

armurier au 159e régiment d'infanterie

 

 

 

Le 159e RI est un régiment d'infanterie alpine formé à 4 bataillons. Initialement affecté à la défense des Alpes, avec 2 bataillons de Chasseurs, il est finalement affecté à 44e division d’infanterie, de l'Armée d’Alsace, après que la neutralité de l’Italie s’est révélée, mi-août 1914.

 

Agricol DARIER était armurier, logiquement affecté au train de combat du 159e RI, donc théoriquement en arrière des premières lignes, mais pas à l'abri des bombardements ou aux remplacements en tranchées.

Le train de combat était l'ensemble des moyens nécessaires à un régiment pour plusieurs jours de combat : vivres , munitions, armurerie, forge, cuisine roulante, outils, ambulance...(une cinquantaine de voitures hippomobiles)

 

Merci à Violette pour le carnet de son grand-oncle : son blog : http://romieu.canalblog.com/

Merci à Patrick, Christophe pour la recopie.

 

 

 

Pour une meilleure compréhension du récit, le texte a été volontairement modifié : noms de lieux corrigés, ponctuation retouchées, orthographe corrigée.

Didier

 

 

Campagne 1914

Du 1er Août au 15 j'ai été mobilisé à Briançon.

Le 15

 A 2h du matin, départ pour la frontière de l'est mais à Savines

Nous avons un tamponnement, nous avons 2 morts et 38 blessés. (1)

Mon voyage se poursuit par Grenoble, Chambéry, Bain, Dôle, Besançon, Baume-les-Dames, Montbéliard, Héricourt et enfin Belfort, nous y sommes arrivé le dimanche à 8h du soir.

Maintenant voilà les noms des pays où nous avons cantonné 

(1) : Le 15 août, le 159e RI embarque dans 5 trains. Le 2ème train subit un accident à Savines-le-Lac à 05h30, occasionnant 25 blessés. 8 blessés plus sérieusement sont dirigés vers les hôpitaux de Gap et de Grenoble

Le 17

A Boron

Le 18

Départ à 5h du matin.

A 8h nous passons la frontière.

Les routes sont boueuses, il pleut et c'est par un temps triste que nous arrivons à Saint-Ulrich, c'est notre 1er cantonnement en Allemagne.

Le 19

Au matin, départ.

Nous nous mettons en route de bonne heure, les personnes que l'on rencontre nous font fête.

Vers 9h nous arrivons devant Altkirch que nous traversons sans aucun accident, mais à 4 km plus loin, nous commençons à entendre la fusillade.

Le régiment commence à prendre position et nous avançons très lentement.

Enfin à 11h on aperçoit les premières patrouilles allemandes, ce sont des Hulans. Le régiment prend alors contact et la bataille s'engage sérieusement.

 

La journée a été dure pour nous, nous avons laissé sur le champ de bataille 800 hommes morts ou blessés. (*)

Comme officiers morts dans cette journée, nous avons eu le général Pellissier, commandant la division, tué d'un éclat d'obus, le commandant Ducret du 4ème Bataillon, 4 capitaines et 8 lieutenants.

Mais malgré les pertes que nous avons eu, les allemands sont repoussés.

 

Voilà comment s'est passé pour moi la journée où j'ai reçu le baptême du feu.

Le JMO indique les pertes : 7 officiers tués, 10 blessés, 1 disparu et 700 hommes tués, blessés ou disparus.

Le 20 et 21 août

Nous nous sommes maintenus sur les positions et le 21 au soir nous recevons l'ordre de retourner en arrière, nous sommes remplacés par une division de réserve.

Au retour, nous arrivons à Foussemagne, village français qui se trouve à 700  mètres du poteau frontière.

Le 22 août

Départ de Foussemagne à 2h du soir, nous arrivons à Mortvillards (?)  à 7h, et à 9h nous nous embarquons, mais à Saint-Laurent, une gare après Épinal, nous avons un tamponnement, la 11ème compagnie est complètement anéantie, nous laissons 82 morts et 87 blessés. (*)

Enfin, nous débarquons à Bruyères (Vosges)

Le train du 3ème bataillon est tamponné par un train d’artillerie, près de Saint-Laurent d’Epinal.

Dans cet accident, le bataillon perd 85 tués et 75 blessés.

Le 24 août à 5h du matin

Nous passons la journée dans les casernes du 158ème.

Toute la journée, le canon a tonné.

Le 25 août

Le régiment part à 6h du matin pour aller prendre position, mais le chef armurier et moi nous partons à 11h, mais à 5 km avant Autrey, nous nous arrêtons pour passer la nuit, nous couchons dans un champ avec la pluie sur le dos toute la nuit.

Nous voyons défiler des pleines voitures de blessés.

Le 26

Nous arrivons à Autrey, nous y passons la nuit avec la pluie sur le dos, nous étions en pleine forêt.

Le 27

Passé la nuit à Saint-Benoît-la-Chipotte, le combat ne s'arrête pas de la nuit. (*)

 (*) Le régiment subit encore de nombreuses pertes au combat de Sainte-Barbe. Il semble avoir eu des moments de panique, avec une partie du 97e RI, le mot n’étant pas prononcé dans le JMO, mais on le ressent au travers du récit.

Le 28

Retour à Autrey, le combat continu.

Le 29

Nous passons la journée à Frémifontaine, dans le bois.

Là, nous y restons jusqu'au 3 septembre.

Le 3 septembre

Départ de Frémifontaine. Nous arrivons à Saint-Benoît-la-Chipotte à 11h du soir, nous finissons la nuit dans un bois. Il ne fait pas chaud.

Le 4

Départ de Saint-Benoît-la-Chipotte pour Fraispertuis mais nous ne pouvons y rester, les Allemands bombardent le pays.

Nous quittons Fraispertuis à minuit pour aller à Frémifontaine.

Le 6

Départ de Frémifontaine pour Pierrepont.

Le 8

Départ avec le chef armurier et Biot pour Épinal chercher de la graisse d'arme, nous revenons le 9 septembre.

Dans la nuit, le chef armurier tombe malade et 6h après il était mort.

Le lendemain, on l'enterre au cimetière de Pierrepont-sur-l'Arentèle.

Le 11

Départ de Pierrepont à midi pour Grande Suie, nous passons la nuit la pluie sur les reins et couchés dans un marais.

Le 12

Marche en avant, nous faisons 28 km et nous arrivons à Etival-Clairefontaine à 7h du soir.

Les nouvelles sont bonnes, les Allemands battent en retraite en abandonnant leurs armes et leurs munitions.

Depuis le 12 que nous sommes à Etival-Clairefontaine, nous sommes aujourd'hui le 24, il est 10h du matin et l'on vient de recevoir l'ordre de partir en avant, nous partons pour Moyenmoutier, un village 4 km plus avant.

Les Allemands eux, se sont retranchés à Senones, le dernier village français avant la frontière. Il est question que nous devons embarquer mais ce n'est pas officiel.

Nous voilà à Moyenmoutier.

Depuis midi on est cantonné dans le château, nous entendons très bien la fusillade mais c'est relativement calme.

Le 24, 25, 26 et 27

Nous menons une vie tranquille, le régiment est dans les tranchées mais nous avons relativement peu de pertes.

Le 28

Journée mémorable.

Le régiment reçoit l'ordre de se replier, nous devons embarquer mais comme toujours pour une direction inconnue.

Nous nous mettons en route à 6h du matin, nous marchons toute la journée, toute la nuit et nous arrivons enfin à Thaon-les-Vosges, le lendemain à 10h du matin, après avoir parcouru 59 km coupé seulement de 3h de grande halte de 11h du soir à 2h du matin.

Noté que le régiment sortait des tranchées à 1h de l'après-midi.

C’est exact, le JMO indique que les hommes ont parcourus 60 km, à pieds, par nuit noire, sous une pluie fine, dans la brume vosgienne, avec leurs équipements complets et qu’ils arrivent à l’extrême limite de fatigue à la gare de Thaon. Entre le 27 à 16h et le 29/09 à 9h00, le régiment a fourni 5h de combat et 18h de marche.

 

Le train part de Thaon-les-Vosges, nous voyageons toute la journée toute la nuit.

Le lendemain à 5h du matin on s'arrête dans une gare pour boire le jus.

Depuis je ne quitte plus la portière car on doit passer à Paris et je veux voir le plus possible.

 

Enfin à 11h du matin on commence à voir la tour Eiffel puis c'est Montmartre que l'on aperçoit. Nous passons à Saint-Denis, Pantin, Villeneuve-Saint-Georges etc., etc., enfin on prend la ligne de ceinture et nous faisons une entrée sensationnelle à Paris à midi.

Nous y restons 1h.

Le monde se bat pour nous apporter de quoi manger.

Enfin nous repartons.

Nous arrivons à Creil à 4h du soir, là nous prenons la campagne du Nord à 6h.

Nous passons à Amiens et le lendemain 30 septembre nous arrivons à Arras.

En arrivant on nous conduit à la caserne Levy.

Tout le régiment y est, on ce case tant bien que mal, le matin vers les 8 heures, je sort en ville avec le chef pour faire des achats pour l’ordinaire, les habitants d’Arras nous entoure et c’est à qui nous feras boire ou manger.

Jamais depuis que nous sommes en campagne nous avions été reçus comme ça.

Mais le soir tout le régiment part prendre position à Monchy à 6 km en avant d’Arras mais il est surpris par les Allemands, nous avons de grosses pertes.

Le train de combat, nous sommes restés à la caserne Levy.

Le 2, 3, 4, 5

Je mène une vie tranquille, la vraie vie de garnison.

Mais le 6 au matin,

Les Allemands commencèrent le bombardement de la ville, nous sommes obligés de quitter la caserne précipitamment et c’est sous une véritable grêle d’obus, tout flambe et s’écroule autour de nous que nous quittons la ville.

Jamais jusqu’à présent je n’avais été émotionné comme ce jour là dans les rues.

Tout le monde courait en s’appelant.

Ici une vieille femme, les cheveux blancs, les yeux hagards appelait à grands cris ses petits.

Plus loin une jeune maman qui est à genoux par terre devant son petit qu’un éclat d’obus vient de tuer.

Mais ce qui m’a le plus émotionné, c’est une marmite qui tombe  sur la place du théâtre démolit complètement la maison de Félix Potinet, tue une dizaine de personnes.

Celui-là je l’ai vu tomber à 20 mètres de moi, jamais je n’ai ressenti une commotion pareille.

Tout à coup, je vois arriver une jeune femme en courant et qui pleurait, elle vient vers moi et me dit qu’elle vient d’être blessé et elle me montre son cou, la malheureuse avait une affreuse entaille.

Je la conduis à un magasin et je file le plus promptement possible.

J’étais resté avec Oreille  un secrétaire comme arrière-garde pour faire serrer le convoi.

Enfin, c’est miracle que le convoi n’ait pas été touché.

Nous quittons enfin la zone dangereuse et nous allons à Anzin-Saint-Aubin distant de 2 km.

Là, les 6, 7, 8

Le canon ne s’arrête pas de tonner nuit et jour.

Le soir on voit Arras qui flambe.

Jamais je n’ai vu chose pareille, c’était beau et sinistre, les flammes montaient au moins à 10 m du dessus des maisons et on entendait continuellement le sifflement lugubre des obus qui tombaient sur la ville.

Du 7 octobre jusqu’au 17

Nous restons à Anzin-Saint-Aubin.

Le combat est plus violent que jamais, le régiment a été obligé de se réfugier devant Saint-Laurent, un faubourg d’Arras.

Le 17 à 3 heures de l’après midi

Nous recevons l’ordre de partir, nous devons aller à Sainte-Catherine, un faubourg d’Arras.

Nous sommes mal logé et en plus de çà les obus allemands nous passent continuellement sur la tête, car ils tirent sur nos batteries qui sont en arrière de Sainte-Catherine, la zone est extrêmement dangereuse pour nous et le convoi car nos 180 mulets sont parqués et les aéroplanes allemands ne font que survoler le parc.

Nous restons à Sainte-Catherine le 18, 19, 20, 21, 22 et 23 octobre.

Le 21 octobre, à 17h30, un ordre arrive de la brigade pour « reprendre coûte que coûte et quelles que soient les pertes » des positions perdues dans l’après midi. « Le capitaine commandant la 3ème compagnie, impressionnable s’était replier sans attendre le choc » et « les Allemands peu gênés par cette résistance insuffisante, prennent pied dans la tranchée ».

Trois sections seront perdues (2 prisonnières et une détruite) dans cette affaire.

Le 23

Nous étions en train de dormir quand à 11 heures du soir nous recevons l’ordre de partir.

A minuit nous quittons Sainte-Catherine.

A 2 heures du matin, nous arrivons à la ferme Baudimont à 2 km d’Arras, nous finissons la nuit la route à fumer des pipes.

Le 24, à 6 heures du matin

Nous nous mettons en route pour Duisans, un village à 7 km d’Arras, nous y arrivons à 8 heures du matin.

Nous sommes bien cantonnés, on est dans une école, mais malheureusement on n’y reste pas.

Le lendemain 25

Un dimanche nous recevons l’ordre de retourner à Anzin-Saint-Aubin.

On se met en route à 7 heures du soir, nous y arrivons à 10 heures.

Il pleut.

Le lendemain 26

Les Allemands commencent à bombarder le pays.

Dans une ferme, un obus tue 14 zouaves dont un capitaine et en blesse 28.

Un autre tombe sur le poste de secours du 1er bataillon du régiment et l’anéanti complètement. Un autre tombe en plein sur un brancard porté par 2 infirmiers du 159e, dessus il y avait un zouave blessé et bien on ne retrouvera rien d’eux.

Ils étaient tous en bouillie.

Je vous assure que l’on n’est pas tranquille à chaque obus que l’on entend venir.

On se demande si nous n’allons pas le prendre sur la tête et c’est dans cet état d’esprit que nous passons le 23, 27, 28, 29, 30.

Le 31 à 8 heures du matin

Nous recevons l’ordre de retourner à Duisans.

Enfin on respire, nous nous mettons en route, mais nous avons fait 3 km que nous sommes bombardés ; heureusement que c’est leurs 77mm sans quoi nous y restions tous. Nous nous mettons à l’abri derrière une ferme et ½ heure après nous repartons en ayant soin de longer le talus.

Les Allemands nous voyant plus, cesse leur bombardement.

Nous arrivons enfin à Duisans. Encore une fois nous l’avons échappé belle. Nous avons la chance de retrouver notre cantonnement, quelle joie, nous souhaitons d’y rester le plus possible.

Le 1er novembre, jour de la Toussaint

Je pense bien à vous tous.

Si la guerre n’était pas arrivée nous serons tous réunis. Ici il fait un temps triste, il pleut et il fait froid. Ici, on entend très bien la canonnade mais nous sommes trop loin pour entendre la fusillade.

Enfin la journée finie et sur la tombée de la nuit, la pluie commence à tomber.

Le 2

Le temps est à la pluie, il fait froid. Il vient d’arriver des fusils en réparation et je vais me mettre au travail.

Toute la journée, j’ai travaillé et à 8 heures du soir je me couche.

Quand est-ce que cette guerre sera finie ?

Les 3, 4, 5, 6, 7, 8

Nous sommes à peu près tranquilles. Nous ne risquons plus les obus.

Tous les jours on travaille un peu, enfin, c’est supportable.

Mais le 9, le lieutenant Pirat reçoit l’ordre du général commandant la division que tout le train de combat devait aller 24 heures dans les tranchées.

On nous divise alors en 4 groupes. Je fais partie du 1er groupe.

Nous quittons Duisans le 9 novembre à 5 heures du soir.

Nous arrivons devant Saint-Nicolas à 6 heures ½, là, on nous donne une trousse de cartouches, soit 8 paquets, puis en route pour les tranchées.

En quittant Saint-Nicolas, on commence à prendre le boyau, nous marchons à la file indienne en faisant le moins de bruit possible, ça dure environ 1,5km.

Tout d’un coup on tourne à droite, on fait à peu près 500m et nous arrivons aux tranchées. En arrivant, un lieutenant désigne Brillet et moi comme sentinelles et il nous mène à notre emplacement, c’est à peu près à 30m en avant de la tranchée et une dizaine à droite.

Nous y restons 1h, on y voit pas grand-chose, il y a le brouillard  et de temps en temps vous entendez quelques coups de fusils.

Enfin, on vient nous relever et je finis la nuit dans la tranchée, mais je ne peux pas dormir de la nuit tellement que j’ai froid aux pieds.

Mais nous sommes tranquilles jusqu’à midi.

Dans la matinée, on fait des tranchées mais les Allemands ne peuvent nous voir car le brouillard est toujours aussi épais.

Vers le midi, il se dissipe, les boches en profitent pour attaquer.

La fusillade dure à peu près ½ heure, mais nous nos 75 et 220 y mette le haut-là et tout rentre dans l’ordre.

L’après-midi a été calme et le soir à 8 heures nous étions relevés.

Nous faisons les 9 km qui séparent Saint-Nicolas à Duisans le plus vite possible et nous y arrivons à 10 heures du soir tous sains et saufs.

Que je plains donc ces pauvres malheureux qui sont continuellement dans les tranchées, qui endurent le froid et risque une balle à chaque instant, réellement ce n’est pas une vie et ça serait bien temps que ça finisse.

Malgré ça, ils sont tout contents de leur sort et ne se plaignent pas. Mais moi qui y suis pas habitué, il me semble que je n’y resterais pas, aussi je peux m’estimer heureux d’avoir mon emploi.

Jamais je n’aurais cru qu’il me rendrait un pareil service.

Nous restons à Duisans le 10, 11, 12, 13, 14, 15.

Le 16

Nous quittons ce pays. Nous allons à Frévin-Capelle, un village à 8 km de Duisans.

Nous y arrivons à midi, il fait un temps épouvantable, il pleut en plus de ça, un vent qui vous traverse.

Nous sommes cantonnés dans une ferme, nous couchons dans une écurie. Quel changement avec Duisans.

Nous gelons de froid.

Mais les gens de la ferme sont bien gentils, ils nous ont cédé une cuisine, comme ça on peut se chauffer un peu.

Après souper, comme j’étais de garde, la mère me voit et elle m’a invité à venir boire le café. J’ai donc passé la soirée avec eux. Elle m’a raconté qu’elle avait un fils au régiment et qu’il était actuellement en Belgique.

Moi, j’ai un peu parlé de vous et je vous assure que ça m’a fait plaisir et à 9 heures du soir, je suis été me coucher.

Le 17 et 18

Toujours le même temps, il fait un froid du diable et il pleut.

Nous n’avons pas grand-chose à faire, le régiment a changé de secteur, il occupe La Targette, 8 km avant nous.

Ici, nous avons relativement peu de pertes, mais les hommes souffrent beaucoup du froid.

Le 19 à 7 heures du matin

La neige fait son apparition, elle tombe toute la journée et avec ça, il fait un vent terrible. Jamais je n’ai vu le vent si fort.

C’est vrai que rien ne l’arrête, c’est plat comme un billard et nous sommes qu’à 45 km de la Manche.

L’après midi, nous avons le nouveau colonel Desvoys qui doit venir nous voir. On ce fait propre le plus possible.

A 3 heures, il arrive nous passer en revue, il est content. Il nous demande alors si nous serions contents de démolir quelques boches, le lieutenant lui dit que nous y sommes allés ; ça à l’air de lui faire plaisir.

Puis voilà textuellement ce qu’il nous a dit.

« C’est bien mes enfants, il faut tenir jusqu’au bout, en attendant le moment que j’espère est proche où nous chasserons ces cochons chez eux. »

Puis il nous fait un petit speech nous disant qu’il était fier de commander le 159e car c’était un régiment d’élite et que c’était grâce à lui si Arras n’avait pas été pris.

Mais ce qui ne se doute peut être pas c’est que pour la défense d’Arras, le 21, 22 et 23 octobre, il est tombé 1 300 hommes du régiment, sans compter les Sénégalais qui eux dans une nuit en ont perdu 900 et 60 officiers.

Voyez par là qu’Arras nous a coûté cher.

Le 20

Toujours le même temps froid, il ne neige plus, mais on ne pas ce tenir droit tant c’est gelé. Toujours pas beaucoup de travail.

Je me suis couché à 6 heures car j’ai pris la garde de 11 heures à minuit.

Le 21

Même temps qu’hier.

Dans la nuit, 3 hommes ont eu les pieds gelés dans les tranchées (1)

Vers 8 heures du soir, nos batteries ont anéanti un convoi de ravitaillement boche. Nous nous attendons d’un moment à l’autre à un coup de chanffrin.

 (*) Le JMO signale une météo pluvieuse depuis le début novembre, puis chute de neige importante le 20, forte gelée les 20 et 21.

Une distribution de thé chaud a été décidée trois fois par nuit pour les tranchées (que la nuit).

Le 22

Toujours le même temps. Que je plains les malheureux qui sont dans les tranchées. (*)

Rien de nouveau au régiment, c’est calme.

Comme c’est aujourd’hui dimanche, il y a une messe à 9 heures pour les soldats morts, il y avait que des soldats dans l’église.

Tous les officiers y assistaient, c’est un curé qui est mobilisé comme brancardier qui a dit la messe.

Il a fait un sermon épatant. Je vous assure que c’était impressionnant à voir tout ces soldats droits dans cette église où l’on n’entendait pas un bruit, si ce n’est que le sifflement des obus que les Boches envoyaient sur le bout du village.

Enfin, la messe finie, nous sommes rentrés au cantonnement tout chose, ça nous avait tout émotionné. Le soir j’ai pris la garde de 8 à 9, il faisait un froid de loup.

(*) Il a raison, lui qui est au chaud ! Le JMO indique qu’avec le léger radoucissement un certain nombre de parapets et de tranchées se sont écroulées.

Le lundi 23

Il fait froid mais il ne pleut pas.

Le matin, j’ai un peu travaillé et l’après midi, je suis allé à Saint-Eloi au bureau de commandement chercher le matricule des mulets de la 4ème section de mitrailleuse. A Saint-Eloi, il y avait 2 tours de 74 m de hauteur.

Du haut, on voyait Lille, Saint-Pol et les Allemands les ont complètement démolies avec leurs marmites (*). Je suis rentré à Frévin-Capelle, le soir à 6 heures.

(*) Ce n’est pas tout à fait vrai : Les tours étaient déjà ruinées avant 1914 :

La Révolution française impose la fermeture de toutes les abbayes. Le dernier abbé du mont Saint-Éloi sera guillotiné deux ans plus tard. En 1793, les bâtiments de l'église sont démantelés et transformés en carrière de pierre

Afin d'éviter la destruction des derniers vestiges de l'abbaye, l'État et le département rachètent les deux tours de la façade occidentale. En 1914-1918 : Des tirs d'artilleries prennent pour cible les tours, utilisées comme poste d'observation. Ces tirs détruisent en 1915 le dernier étage, ramenant la hauteur à 53 mètres

Le mardi 24

Même temps qu’hier. J’ai travaillé toute la journée.

Sur le front, c’est calme.

Le 25

Je suis été à Aubigny, c’est un petit pays à 3 km de Frévin.

Le chemin de fer y passe, c’est sur la direction de Boulogne-sur-Mer. J’ai été acheté de la toile émerie.

Dans la soirée, la pluie c’est remise à tomber, il fait froid.

Le 25

Le temps est gris, il pleut. Il est arrivé un détachement des jeunes de la classe 14 ils sont 280. (*)

La journée a été calme, quelques escarmouches sans importance.

(*) C’est presque exact : le JMO indique l’arrivée d’un officier et de 299 hommes de la classe 14 (20 ans)

Le 27

J’ai travaillé toute la journée après mes fusils mais c'est un travail car les fusils que l'on répare en ce moment ce sont des fusils que l'on ramasse d'entre les tranchées et ils sont tout rouges et plein de terre car ce sont les fusils des hommes qui vont en patrouille et qui tombent blessés ou morts.

Le 28

Le régiment a attaqué, mais nous avons peu de pertes, par contre les boches ont fait 4 contres attaques qui ont toutes été repoussées avec beaucoup de pertes, l'attaque s'étant faite à 6h du matin.

Le reste de la journée a été calme.

Sur le soir, il a plut, j'ai pris la garde de 11h à minuit, il ne fait pas chaud.

Le 29

Ce matin il pleut.

J'ai travaillé après des fusils en réparation pour la 11ème Compagnie.

C'est calme, même trop calme, sûrement qu'il se prépare quelque chose.

Le 30

Dès le matin il arrive de l'artillerie, nous nous attendons à prendre l'offensive.

Cet après-midi il est arrivé une division de cavalerie, je crois que ça ne va pas tarder à chauffer.

Même temps, il pleut.

Le 1er décembre

Ce matin en me levant, j'ai vu arriver le 1er d'artillerie avec des pièces de 155 long, ils viennent de Dunkerque et n'ont pas encore battue car ils étaient pour la défense de la ville.

Il est arrivé 36 pièces. Je crois que sous peu, nous allons assister à un concert plutôt lugubre.

Ces pièces vont se mettre en batterie en avant du village, 2 km en avant de Frévin-Capelle. Sur le front aujourd'hui c'est calme, pas d'attaque.

Mais toujours la pluie, quelle purée, on est sale comme des cochons. (*)

(*) Le JMO indique : « Le ravitaillement fonctionne d’une manière parfaite. Les hommes sont abondamment pourvus d’effets chauds provenant d’envoi nombreux. Cependant les effets d’habillement et en particulier les pantalons et chaussures nécessitent un remplacement urgent »

Cela me parait évident pour des hommes qui pataugent dans l’eau et la boue !

Le 2

L'artillerie est en train de faire les plates-formes mais le terrain ne s'y prête pas, les champs sont tout détrempés et les plates-formes

C'est vrai que le canon n'est pas léger : 6700 Kg.

A la tombée de la nuit, le 226ème d'infanterie a attaqué, ils ont pris Carency mais ils ont eu 480 hommes hors de combat.

Toujours la pluie.

J'ai pris la garde de 11h à minuit.

Le 3

Aujourd'hui il est arrivé 8 bataillons de Chasseurs à pieds de renfort ce qui confirme mon idée. Je crois que nous ne tarderons pas à prendre l'offensive.

Cet après-midi, les 155 ont commencés à cracher, ça fait un ? raffut. Parait qu'ils tirent sur les ouvrages boches.

Je viens d'apprendre à l'instant qu'ils viennent de démolir une batterie de 240, tant mieux c'est toujours ça de moins.

Aujourd'hui je n'ai pas beaucoup travaillé car avec le chambard que l'on entendait ça ma enlevé le goût de continuer les réparations des armes.

Je suis toujours en bonne santé et malgré la pluie et le froid je ne me suis pas encore enrhumé.

Le 4

Ce matin il vient d'arriver 3 bataillons de chasseurs alpins, le 54ème, le 24ème et le 7ème.

On ne sait plus où se loger tellement qu'il y a de la troupe.

Ce matin de bonne heure, on a fusillé 5 civils à St-Eloi, ils ont été pris comme espions, paraît qu'ils renseignaient les boches sur le mouvement des troupes et l'heure de la relève, ça fait que les boches en profitaient pour nous arroser de marmites toujours le même temps.

Encore la pluie.

Le 5

Calme complet.

Nous avons beaucoup de travail. Suis toujours en bonne santé.

Le 6

Enfin aujourd'hui il ne pleut pas, mais par contre il fait un vent épouvantable.

Rien à signaler sur le front.

Le 7

Aujourd'hui nous avons aperçu le soleil mais pas longtemps, dans la soirée la pluie a recommencé à tomber.

Toujours beaucoup de travail.

Le 8

Ce matin, je suis allé à Acq réparer des fusils à la 8ème Compagnie. Les hommes ont bon courage mais rouspètent tous contre cette maudite pluie. (*)

J'ai vu Polycard, il est toujours en bonne santé quoique maigre.

J'ai bien parlé de notre beau temps à Briançon et de toi maman, ça m'a bien fait plaisir. J'espère qu'il s'en tirera sain et sauf mais comme il m'a dit ce n'est malheureusement pas fini et j'ai le temps encore de me faire tuer.

J'ai dîné avec lui et je suis rentré à Frévin-Capelle, le soir à 4h.

(*) Le JMO indique à la date du 8 au 15 décembre : « Les pluies intenses rendent à peu près intenables les tranchées, la circulation dans les boyaux est très pénibles (…) » et « La situation de la troupe est rendue pénible par les pluies persistantes ; les hommes n’arrivent plus à faire sécher leurs effets. Le moral se maintient néanmoins excellent »

Le 9

Toujours la même vie. Je continue à travailler.

L'artillerie a donné toute la nuit mais je ne sais pas le résultat.

Le 10

Journée calme, temps clair.

Les aéros volent toute la journée aussi on se tient cachés le plus possible. J'ai pris la garde de 7 à 8 heures du soir.

Le 11

Aujourd'hui le régiment a reçut l'ordre de rentrer tous dans les tranchées, tous les cuisiniers, ordonnances, enfin tous les hommes n'ayant pas un service à assurer sont rentrés dans les tranchées.

Le drapeau qui était à St-Eloi chez le Colonel, on nous l'a apporté car le bureau de commandement y est aussi.

Le colonel et Barbot, le général lui-même, il a renvoyé son ordonnance avec ses deux chevaux chez nous en lui disant de ne pas revenir avant qu'il le fasse appeler.

La fameuse attaque est enfin arrivée.

Tant mieux mais combien vas-t-il encore tomber de pauvres malheureux. Chez nous, le lieutenant nous a fait emballer nos outils. Nous sommes prêts à partir.

Enfin, il faut attendre les événements.

Le 12

Rien de nouveau, nous sommes là à attendre, c'est calme.

Le 13

Comme hier, la journée s'est écoulée sans changement, seul le canon a tonné.

Il pleut.

Le 14

Sans changement, je ne sais pas ce qu'ils attendent pour attaquer.

Le 15

Toujours rien.

Le régiment est toujours au complet dans les tranchées.

Voilà 4 jours qu'ils y sont et toujours pas d'attaque.

Le 16

Paraît que le Général Joffre est ici et qu'on l'attendait pour mener l'attaque.

Pour aujourd'hui, rien encore.

Les copains et moi nous attendons les événements en fumant des pipes car on ne peut plus travailler, tout est emballé.

Le 17

Rien encore, ce n’est peut-être pas pour cette année.

Le 18

Le régiment viens de recevoir l'ordre de se replier, l'attaque n'a pas lieu encore, ça n'a servi qu'à faire passer 6 jours et 6 nuits à tout le régiment.

Aujourd'hui nous avons remonté notre boîte, et se remettre au travail.

Le temps est toujours à la pluie.

Le 19

La journée a été calme, duel d'artillerie dans la soirée.

Le 20

Au matin les Boches ont fait 2 attaques qui ont été repoussées avec de grosses pertes pour eux.

Le reste de la journée a été calme.

Le 21

Rien de nouveau.

Je crois que nous passerons l'hiver à Frévin-Capelle.

Le 22

La 5ème compagnie nous a apporté des fusils à réparer. Nous avons eu beaucoup de travail.

Toujours la même vie.

Il pleut.

Le 23

Rien de nouveau.

A part quelques coups de canon. On ne se croirait pas en guerre.

Le 24

La journée m'a paru longue.

J'ai le cafard.

Dire que si cette guerre n'était pas arrivée, nous serions en train de passer de bonnes fêtes tous réunis.

Enfin vivement que ça finisse et si j'ai le bonheur de revenir, on ce rattrapera.

Le 25 (*)

Jour de Noël.

Aujourd'hui je n'ai pas travaillé. Je suis resté dans l'endroit qui nous sert de chambre toute la journée.

J'avais le cafard.

(*) : Des fraternisations entre soldats Français et Allemands ont existés dans ce secteur à cette date.

Il est curieux qu'Agricol ne les ai pas sus et mentionnés dans son récit.

Pourtant les fraternisations ont été plutôt massives et dans plusieurs régiments de la 70e division voisine, et dans les rangs anglais.

Elles ont été relatées dans certains journaux de marche des régiments et dans des carnets de guerre de soldats présents.

Voir ici quelques documents officiels d’époque relatant les faits.

Le 26

Ce matin, je me suis remis au travail, mais sans goût. Je pense à vous tous et voudrais bien être parmi vous.

Le 27

La journée a été calme, aucune attaque de part et d'autre.

On attend.

Le 28

Ce matin, il pleut, notre artillerie tire sur leurs tranchées et les démolissent, mais toujours pas d'attaque.

Le JMO indique : « une tempête qui marque cette nuit » (…) « créneaux et parapets s’affaissent en boues dans les tranchées garnies d’eau et de boue liquide jusqu’a-à mi-jambe, en certains endroits jusqu’au genou » (…) « Malgré les couvre-pieds et toile de tente utilisés en guise de manteaux, les hommes sont entièrement trempés et le vent d’ouragan les soumet à un refroidissement violent »

Le 29

Suis allé à Aubigny chercher de l'acide.

Rien de nouveau sinon qu'il fait froid.

Le 30

Toujours la même vie, on commence à s'abrutir, voilà trop longtemps que nous sommes dans le même patelin.

Sur le front, c'est calme.

Le 31

Journée calme.

Dans la soirée, légère fusillade mais notre 75 y arrête le haut là.

Le 1er janvier 1915

Voilà le 1er jour de l'année, chère maman Louise et Christine, je pense bien à vous ainsi qu'au Fernand et l'Emile.

Je souhaite que nous soyons tous en bonne santé et que la campagne se termine le plus tôt possible.

Sur le front la journée a été calme.

Le 2

Toujours comme la veille, nous avons beaucoup de travail.

Le 3

Je viens de voir arriver le 158ème, j'ai bien regardé si je voyais l'Edmond, je ne l'ai pas vu, ça m'aurait bien fait plaisir de le voir, mais je ne désespère pas car il est dans notre secteur et un jour ou l'autre je le verrai.

Le 4

Ce matin il pleut, pour changer.

Toujours la même chose.

Le 5

Rien de nouveau.

Le 6

Ce matin, on nous a distribué des pantalons bleus comme mes bleus que je travaille, ce n'est pas malheureux, les autres sont tous déchirés.

Le 7

Rien à signaler si ce n'est qu'il pleut.

 

 

Contacter le propriétaire du carnet

Vers d'autres carnets ou témoignages de guerre 14/18

Retour accueil