A notre grand-père, Joannès DESSERTINE

Caporal au 372ème Régiment d’Infanterie

Ses petits-enfants : Michèle, Henriette, Christiane, André, Françoise et René

 

 

 

Retour accueil

 

 

 

Si vous constatez des erreurs de noms de lieux ou de villages, merci de me contacter pour corrections éventuelles.

Merci : cliquez ici

 

 

 

 

 

Le corps expéditionnaire français en Macédoine

Octobre 1915-Janvier 1917

 

 

 

Départ pour la campagne d’Orient

 

Le 30 septembre 1915

À 10 h du soir départ de Manspach (Alsace).

Après 21 h de chemin de fer, arrivée au camp de la Valbonne le 2 octobre. Départ de la gare de Meximieux.

 

Jeudi 7 à 9 h du matin, nous passons à la gare des Brotteaux à Lyon, puis sans arrêt St Fons ensuite Vienne, Péage du Roussillon, St Rambert d’Albon. Passage à Valence à 3 h puis Montélimar 4 h en gare d’Orange, 7 h du soir Avignon. C’est 9 h, Tarascon pas d’arrêt.

 Voici Arles, Marseille 2 h 15 du matin. La Ciotat 4 h. Arrivés à Toulon 6 h du matin.

Arrivée au port de Toulon.

 

Vendredi 8

Nous montons dans le navire à 8 h. Nous devons partir ce soir à 4 h et prendre la haute mer. Il est 5 h, la musique joue dans le navire « Indiana » qui fend les eaux. Les côtes de France disparaissent, la nuit arrive nous nous couchons.

 

Samedi 9

Nous apercevons à notre droite les montagnes de la Corse et à gauche l’Italie. A midi, nous longeons les côtes de la Sardaigne, nous sommes en face de Bastia en Corse, la mer est belle. Le « Lorraine » est en avant de nous. Nous longeons le détroit de Bonifacio.

 

Dimanche 10

La mer est houleuse, nous sommes en face de Naples, voyons les côtes de la Sicile, nous sommes en face de Malte.

Nous voyons en face Bizerte (Tunisie), les îles de la Sicile. Nous longeons de loin les côtes d’Afrique, la journée est belle, la mer est toujours houleuse.

 

Lundi 11

Il fait chaud sur le navire, nous longeons toujours les côtes d’Afrique, nous ne voyons que le ciel et l’eau. Nous voici dans la zone dangereuse.

 

Mardi 12.

Enfin nous approchons des côtes de la Grèce, nous traversons les îles qui forment la Grèce, nous sommes dans la mer Egée. Nous longeons toujours les côtes. Le temps est chaud.

En ce moment, nous sommes entre la Morée et la Crète à peu près en face d’Athènes mais nous ne pouvons la voir.

 

Arrivée à Salonique

 

Mercredi 13.

Nous sommes en vue de l’endroit où nous devons débarquer. La mer est bonne, une forte bise souffle.

Mercredi midi, nous sommes en rade de Salonique, nous sommes entrés dans le port. Quel beau coup d’œil que la vue de la rade de Salonique.

Mercredi midi, nous sommes ancrés en rade de Salonique nous attendons les chalands pour nous mener à terre. 2 h nous voici sur le port, la musique joue, nous défilons dans les rues de Salonique et nous arrivons 2 h après au camp situé à droite de Salonique : les rues sont mal entretenues, les maisons, les habitants sont sales. 7 h nous avons monté nos tentes dans le camp.

 

Jeudi 14

7 h du matin, la nuit a été bonne mais sur le matin il faisait froid. A côté de notre camp sur la droite, nous avons le camp anglais. Hier au soir nous n’avons rien mangé et ce matin point de jus.

 

Vendredi 13, samedi 14

Nous faisons de l’exercice le matin et le soir. Nous voyons les soldats anglais, grecs. Que de monde, il en arrivait sans cesse. Il pleut aujourd’hui quel triste temps.

 

Dimanche 17

Nous faisons de l’exercice et des corvées.

 

Lundi 18 à 6 h du soir, la section va à Salonique pour charger au port 13 wagons de munitions, fil de fer pour la Serbie. Nous sommes de retour le mardi matin à 7 h.

Repos pour la journée.

 

Mardi 19

Où nous sommes, le camp se nomme Zeitenlick.

 

Mercredi 20

Il a plu toute la journée. J’ai eu une permission pour aller à Salonique.

 

Jeudi 21

Nous nous préparons à partir pour la Serbie, nous levons nos tentes, il est 3 h de l’après-midi. Nous quittons le camp et restons 4 h à attendre dans une plaine aux environs, d’un quai d’embarquement et à 9 h ½ du soir nous embarquons.

 

Vendredi 22

9 h au matin nous arrivons à la gare Kermp-Kanuja, nous allons longer le territoire grec, ensuite nous entrons en territoire serbe, ce pays parait pauvre comme le territoire grec. Il y a bien du sol fertile mais guère.

Il y a beaucoup de montagnes très hautes.

Nous longeons la vallée du Vardar. Quel triste pays que la Serbie, des villages perdus dans les montagnes aux maisons basses et beaucoup de démolies.

Près de la frontière grecque, on voit un cimetière où sont tombés il y a trois ans des braves soldats serbes. L’on voit aussi un grand nombre d’anciennes tranchées qui ont servies il y a 3 ans. Nous voyons des soldas serbes vêtus comme des grecs mais ils sont mal chaussés mais se sont des soldats terribles, leur regard est farouche. Il est 9 h ½, nous avons quelques kilomètres à faire avant d’arriver à notre but.

Dans ce pays, il n’y a pas de grandes cultures, des marais beaucoup, quelques vignes par ci par là mais mal entretenues.

C’est un pays de misère.

A 11 h : nous voilà enfin arrivés à l’endroit où nous devons cantonner.

De la gare où nous sommes partis près de Salonique pour arriver à Krivolak, il y a 100 km et nous sommes en plein pays serbe ou autrement dit l’ancienne Serbie qui était il y a 3 ans occupée par les Turcs. On voit de nombreux cimetières, résultat des terribles combats qui se sont passés il y a 3 ans. Des villages détruits où il ne reste que quelques maisons debout.

C’est affreux de voir ces ruines. Nous avons fait 5 km en quittant la gare où nous avons débarqué pour aller dans un pays qui s’appelle Negotin et qui est à droite de la vallée du Vardar. Nous sommes au sommet des collines, logés sous nos tentes à coté du village occupé par les habitants serbes, gens travailleurs mais très pauvres car la guerre les a ruinés.

Il y a bien des terrains cultivés mais que de surfaces incultes, car le monde manque. Aujourd’hui nous avons entendu le canon, les sentinelles serbes sont parmi nous sur les collines où gardent les ponts et voies de chemin de fer. Ce sont de bons soldats et solides gaillards. Dans tous les environs où nous sommes il y a de grandes montagnes mais souvent rocheuses et rien n’y vient rien, aucun arbre ne peut y pousser, ni l’huile non plus.

Il y a autour des villages de jolis jardins bien entretenus, il y vient de beaux légumes choux, poireaux, piments, concombres etc.. et l’on voit aussi quelques arbres fruitiers. On trouve dans les environs des anciennes tranchées de la guerre des Balkans en 1912.

Nous avons débarqué à la gare Demiret-Kapyas pour venir ici. Nous sommes allés à Kavalas.

 

Camp de Nekrotines

 

Samedi 23

Nous sommes au camp de Nekrotines.

Les environs sont bien cultivés. Il y a de nombreux troupeaux de moutons. Il y a de nombreuses montagnes aux environs. Dans les coteaux, il y a quelques vignes. Des cultures d’opium qui viennent d’être semées. Nous sommes de garde au poste de police du camp de Nekrotines.

Nous voyons passer des cultivateurs allant travailler. Ils passent avec des ânes portant le repas de la journées et les semences. Deux bœufs les suivent pour labourer.

Le temps reste couvert, pas de soleil, le temps reste doux. A 5 h du soir, on fait l’appel et l’on présente le drapeau comme aux colonies.

 

Dimanche 24

Réveil à 5 h. Il a plu toute la nuit. Ce matin il y a messe dans une cour en ruines en bas du camp. A 2 h nous avons quartier libre jusqu’à 5 h nous pouvons visiter ce village Negotin. Nous avons visité le pays. Que le pays a souffert de la guerre. Des maisons démolies incendiées. Il y a 4 cimetières catholiques, orthodoxes, juifs et musulmans. Il y a encore beaucoup de sujets turcs et bulgares dans ce pays. Nous ne sortons qu’avec nos armes. Nous devons aujourd’hui aller en reconnaissance à 30 - 38 km.

 

Lundi 25

Il y a fait hier un peu de soleil mais aujourd’hui le temps reste couvert.

Nous sommes partis faire une réquisition à 8 km. De Negotin il y a fait beau, nous avons vu beaucoup de gens aller travailler aux champs.

Ils sèment le blé avant de labourer. Ils sont tous armés dans leurs champs car ils ne sont pas en sécurité. Nous avons vu de nombreux troupeaux de moutons. En revenant, nous avons apporté des fagots d’herbe sèche pour mettre sous nos tentes afin d’être plus au sec. Hélas quelle triste vie.

 

Mardi 26

Ce matin il pleut et toute la nuit il a fait de même. Il fait mauvais sous nos tentes. Il fait un grand vent. Il ne fait pas chaud.

 

Mercredi 27

Ce matin, réveil à 5 h nous sommes partis travailler sur une route à 3 km de Negotin. Voici 2 jours que nous mangeons du biscuit. La cuisine roulante nous a apporté notre repas.

Nous sommes sur les bords du Vardar qui a beaucoup grossi par les pluies. Aujourd’hui le temps est beau, ce n’est pas dommage. Nous sommes en train de réparer la route allant à Negotin. A un endroit le Vardar ayant inondé la route les autos passent sur les lignes des chemins de fer. Il faut être en guerre pour voir cela.

 

Jeudi 28

Toujours au même endroit, nous avons eu corvée de lavage. J’en ai profité pour acheter une épaule de mouton. Je l’ai fait cuire. Il fait depuis hier un vent épouvantable. Le temps est chaud et sec.

 

Vendredi 29

Il fait du vent, il y en a eu toute la nuit.

 

Samedi 30

Nous sommes partis ce matin travailler dans le village de Negotin dans ce quartier qui est démoli, à faire des emplacements pour mettre les tentes à travers ces ruines de la guerre. 11 h nous venons de manger la soupe. Nous sommes alertés et nous partons immédiatement pour aller à Krivolak, gare où nous avons débarqués en arrivant, car toute la nuit et la journée l’artillerie et les fusillades ont tiré sur les crêtes en avant de cet endroit. Mais comme nous n’avions pas pris nos sacs noirs sommes revenus à Negotin.

 

Dimanche 31 octobre.

Ce matin le temps est couvert il fait bon mais il y a un brouillard épais il ne reste plus que 2 compagnies du régiment, toutes les autres sont parsemées de ci de là. Il a plu ce soir.

 

Lundi 1er novembre

Il y a ce matin à l’occasion de la Toussaint une messe dans le camp. Hier au soir le canon et la fusillade ont fait rage de 9 à 10 h et cette nuit il y a eu des rafales. Ce matin tout est calme. Le temps est beau, le soleil donne.

Il fait chaud nous sommes après faire des travaux de nivellement dans le pays Negotin à l’emplacement des maisons dévastées et démolies. Ce soir nous avons fait corvée de lavage.

 

Mardi 2

Ce matin nous quittons le camp et nous allons dans une colline comme soutien d’artillerie à 4 km de Negotin sur les bords du Vardar. Nous cantonnons dans une colline sur une montagne. Il n’y a à cet endroit pas un arbre ni une bûche d’herbe. Ce n’est qu’un terrain aride. Le vent a repris force. Le temps n’est pas si beau qu’hier.

 

Mercredi 3

Nous avons passé une bonne nuit dans notre nouvel emplacement.

Le vent recommence à souffler mais nous sommes à l’abri dans le ceux de la montagne. Midi. Nous sommes partis en reconnaissance cet après-midi, nous avons fait 20 km aller-retour à la nuit nous étions vannés.

 

Jeudi 4

Nous avons passé une bonne nuit. Comme le vent a été fort ce matin, il fait une pluie battante. Le canon a tonné toute la nuit. Il fait des éclairs et des coups de tonnerre.

Quel triste temps. 11 h, cet après-midi, le temps s’est remis au beau. Nous sommes partis faire une route à 5 km de l’endroit où nous cantonnons nous sommes rentré à 5 h du soir.

 

Vendredi 5

 Nous sommes partis à 6 h du matin travailler sur la route à 5 km de notre camp.

Aujourd’hui l’artillerie a tonné très fort et cherche à tirer sur la gare de Krivolak. Il y a fait une journée splendide et chaude. Quelle belle journée de soleil pour la saison. Nous sommes de retour à 6 h du soir.

Nous avons touchés 3 cm de vin.

 

En position au mont Kara-Hodzali

 

Samedi 6

Nous sommes partis de l’endroit où nous étions ce matin et nous sommes allés à Krivolak.

Il faisait très chaud, avons fait la soupe ici à midi nous sommes partis en traversant le Vardar avec une barque nous avons marché tout l’après-midi à travers les montages par des chemins rapides et abrupts, il faisait très chaud, on a rôti mais nous sommes arrivés à la nuit au sommet de la montagne. Nous avons couchés dans des trous comme des tombes avec nos tentes dessus à Kara-Hodzali.

 

Dimanche 7

3 h du matin nous partons de l’endroit où nous avons passé la nuit.

Nous partons occuper les tranchées de 1ère ligne. Les tranchées bulgares sont à 600 mètres dans un terrain montagneux et rocheux. Ce matin tout est calme, quelques coups de canon, il fait beau temps.

 

Lundi 8

 La nuit s’est assez bien passée. Nous avons fait une fusillade assez nourrie hier au soir avec de 9 à 10 h quelques coups de canons et jusqu’au matin échanges de coups de fusils. Midi, nous venons de manger la soupe, les Bulgares nous envoient des obus. Nous avons touché comme repas riz et un bout de viande, du vin, chocolat et figues. Il fait beau temps mais la nuit n’a pas été chaude, il y a fait froid mais la journée il fait un beau soleil.

 

Mardi 9

La nuit a été calme. La montagne où nous sommes s’appelle Kara-Hodzali. Il fait un beau soleil. Ce matin il y avait un brouillard très épais, nous améliorons nos tranchées, nous profitons du brouillard pour échanger quelques coups de fusil.

 

Mercredi 10

La soirée d’hier a été calme. A 10 h du soir il y a eu une forte fusillade et la nuit s’est bien terminée.

Il a tombé une radée d’eau dans la nuit.

Comme menu riz mouton et quart de vin. Depuis 9 h du matin à notre gauche, le canon et la fusillade font rage à 15 km mais ça cogne fort sur les bords du Varda. Dans notre secteur tout est calme, le temps reste beau. 3 h de l’après-midi à notre gauche à une dizaine de km, l’artillerie a tapé dur, çà n’a été qu’un roulement de tonnerre toute l’après-midi, un roulement épouvantable.

 

Jeudi 11

La nuit a été calme. Il y a un peu de bise ce matin. L’artillerie a tonné fort encore toute le journée. Ils lancent des obus sans compter.

 

Vendredi 12

Cette nuit tout a été calme mais la température s’est bien refroidie, il fait un froid sauvage. Nous avons reçu des obus mais pas un, nous a touché. Le temps reste beau.

 

Samedi 13

La nuit a été calme, le temps reste beau mais les nuits sont fraîches. Nous sommes toujours sur les mêmes montagnes.

A notre gauche à une dizaine de km les canons ne cessent de tonner. La journée a été calme, quelques coups de fusil de part et d’autre.

 

Dimanche 14

 La nuit a été calme mais à notre gauche toujours les mêmes roulements de canons et de fusillade. Toute la journée le canon et la fusillade font rage. Depuis 3 jours cela dure.

La nuit a été calme mais les nuits sont froides. Dans la journée il fait beau temps, les Bulgares ont tiré quelques obus.

 

Lundi 15. La nuit a été calme mais de la tranchée en face, nous recevons constamment des balles. Le temps est toujours beau, il fait une belle journée de soleil.

 

Mardi 16

Cette nuit, les Bulgares ont tiré toute la nuit, nous avons mis les fils de fer en avant.

La nuit a été calme mais pas chaude, c’est aux pieds que l’on a le plus froid. L’engagement qui a duré 3 jours et 3 nuits dont on entendait le bruit, le communiqué nous apprend que les Bulgares ont essayé de forcer nos lignes, ils ont 6000 tués.

Ils nous envoient quelques obus et les coups de fusil ne manquent pas, sur le soir les obus rappliquent.

 

Mercredi 17

La nuit a été calme, la bise a été froide et forte. Il n’y a eu cette nuit que quelques coups de fusils.

Les Bulgares nous tirent toujours sur notre tranchée, dans nos créneaux ils ont cassé nos fusils. Toute la journée, les coups de fusils des Bulgares nous encaissons, la tranchée reçoit sans cesse des balles.

 

Jeudi 18

La nuit a été calme mais très froide, il a gelé ce matin. Nous avons eu froid toute la matinée. Les Bulgares tirent toujours des balles sur nos tranchées. Midi, il fait soleil, ce n’est pas dommage car il faisait froid ce matin. Nous recevons des balles et quelques obus.

 

Vendredi 19

La nuit a été calme et pas aussi froide. Toujours des coups de fusils d’en face, ces salauds ne nous laissent pas la paix, ils nous envoient quelques obus. A 3 h ¼ nous avons lancé des torpilles sur cette tranchée qui nous tirait constamment dessus.

Les coups ont bien porté nous n’avons plus entendu un seul coup de fusil.

 

Samedi 20

La nuit a été très calme, le temps assez beau.

Ce matin, il pleut et ça fait une boue épaisse dans les tranchées. Nous avons tiré quelques torpilles sur le soir sur la tranchée qui nous tirait dessus, le calme est complet, plus de coup de fusil. Il fait bon ce soir.

 

Dimanche 21

La nuit a été calme avec un beau clair de lune. Pas un coup de fusil, ce n’est pas dommage car pendant plus de 12 jours, ils nous tiraient dessus. Cet après-midi, les Bulgares cessent de nous arroser d’obus. Le soir a été calme.

 

Lundi 22.

Tout s’est bien passé cette nuit, les Bulgares ont dû se fusiller entre eux car on a entendu une fusillade à 1 h du matin et ils ont envoyé des obus. Le restant de la nuit a été calme.

Il a gelé fort ce matin. Il y avait un beau clair de lune. La journée a été calme, nous avons envoyé quelques torpilles.

 

Mardi 23.

La nuit a été calme mais il fait froid. Il a gelé fort ce matin mais dans la journée, le soleil donne. Nous recevons quelques coups d fusil. Les Bulgares nous envoient un certain nombre d’obus mais pas de blessés.

 

Mercredi 24.

La nuit a été très calme mais froide. Dans la nuit il y a eu une forte fusillade à notre droite. En face de nous quelques coups de fusil et aussi des coups de canons. Il fait très froid sur le matin, il a gelé, il y a du brouillard épais.

C’est calme dans la matinée.

 

Jeudi 25.

La nuit a été calme et très froide. La journée a été assez belle avec un peu de brume. Quelques coups de canons à 10 h et le soir à 4 h. Nous avons couché dans notre nouvelle tranchée.

 

Vendredi 26.

La nuit a été calme, sans lune et ce matin à 6 h, la neige tombait. Quel triste temps que d’être dans les tranchées par des temps de neige. Cette nuit j’étais au petit poste. Quelle triste nuit, les pieds pleins de neige, les effets tout mouillés et gelés. La neige tombe toujours.

 

On quitte le mont Kara-Hodzali

 

Samedi 27

La neige tombe toujours, il fait froid. On nous a retiré une couverture, rendu les outils. Nous nous préparons à évacuer la montagne de Kara-Hodzali, mais quel temps affreux.

Nous sommes malheureux d’être dans ces pays et sans abri par des temps pareils. La neige tombe, quel sale temps.

 

Dimanche 28

La nuit a été très froide. Que nous sommes malheureux avec ce mauvais temps, nous n’avons fait qu’un repas sans vin. Hélas, on ne mange pas, piètre appétit et nous gelons de froid.

 

Lundi 29.

 Hier au soir à 10 h, on nous a relevé et fait changer de tranchée mais que nous avons froid et que de neige. Ce matin à 6 h, je me suis fais porter malade, les yeux me font mal avec ce froid. On m’envoie à Pepeliste en face de Krivolak.

 

Mardi 30.

J’ai passé une bonne nuit dans la grange. On est mieux que dans les montagnes de Kara-Hodzali.

 

Mercredi 1er Décembre.

Ce matin à la visite, j’étais mieux. Je rentre à ma compagnie ce soir qui doit revenir de Kara-Hodzali. Qu’il y a fait froid durant 4 jours.

 

Jeudi 2.

Ce matin, ma compagnie est venue à Pepeliste et ma section est restée en place sur Vardar à 6 km. Nous restons donc avec ceux de Pepeliste. Les Bulgares envoient quelques obus sur Kara-Hodzali.

 

Retraite sur Demir-Kapou

 

Vendredi 3.

Le temps s’est radouci, ce n’est pas dommage. La neige reste. Nous devons quitter Pepeliste ce soir à 5 h, ce n’est pas trop tôt et nous devons aller pas étapes à Demir-Kapou.

 

Samedi 4.

Nous sommes arrivés à 10 h du soir après 11 km par des chemins affreux, de la boue jusqu’aux genoux.

Nous passons à 800 m des lignes. On marche avec le plus grand silence et sans fumée. Nous faisons ce matin la soupe, nous étions vannés et nos effets pleins de boue. Le temps est doux et couvert.

Notre retraite jusque là s’est bien effectuée. Nous devons reprendre notre marche demain.

 

Dimanche 5.

Nous partons ce matin à 6 h par des chemins affreux à travers les champs pleins de boue

Nous passons ensuite près de Demir-Kapou que nous laissons à gauche, nous longeons le Vardar, nous suivons la ligne du chemin de fer, nous passons par les Portes de Fer, nous traversons de hautes montagnes par des petits chemins.

Enfin à 6 h du soir nous arrivons à la station de la gare de Stroumitza.

Nous passons la nuit sous nos tentes montées en toute hâte. Il y a eu du brouillard toute la journée et la nuit est froide. Nous avons fait 25 km.

 

Arrivée à Gievgelü

 

Lundi 6

Nous repartons ce matin à 2 h, nous continuons à suivre les lignes de chemin de fer, la route est meilleure mais la marche est pénible. Nous faisons la grande halte à 8 km de Gievgelü où nous devons arriver ce soir.

Voici 3 jours que nous marchons (1 nuit et 2 journées) : 18 km + 25 + 25 = 68 km en territoire serbe pour arriver à Gievgelü à la frontière grecque. Nous sommes vannés. Jamais on n’a fait d’aussi longue marche.

Aujourd’hui le temps est beau et il fait plus chaud que sur la montagne de Kara-Hodzali. Mais en arrivant du coté de la frontière grecque, le temps devient plus doux, la campagne est plus belle et mieux cultivée. Nous voyons de grands champs de mûriers et citronniers. Nous sommes arrivés à Gievgelü à 7 h du soir. Nous étions fatigués, nous avons traversé des ruisseaux et passé par des mauvais chemins.

Nous passons la nuit dans des baraquements serbes.

 

Puis Stroumiza

 

Mardi 7

Nous nous levons à 7 h. Nous sommes éreintés et vannés. Nous pensions rester aujourd’hui en repos mais à 9 h nous avons l’alerte et on se prépare à partir. Nous étions las, nous reprenons de nouvelles routes dans la même direction où nous sommes venus en appuyant sur la gauche. Nous suivons les montagnes, des gorges, des ravins, la marche est pénible et nous en rotons de plus en plus.

A 8 h du soir nous arrivons dans le pays de Stroumiza à 15 km de Gievgelü. Nous étions fatigués car cela fait 3 jours et 1 nuit que nous marchons et presque sans nourriture. Enfin, nous nous couchons et ce n’est pas dommage. Nous sommes logés dans des maisons qui restent debout. Nous sommes venus ici pour faire un nouveau front et soutenir la retraite et faire quelques travaux de défense.

 

Mercredi 8

Ce matin il fait beau temps, nous pouvons faire la soupe. Nous achetons des poules et nous faisons la bonne soupe. Ce n’est pas dommage car il y a longtemps que nous n’avons mangé chaud. Le temps est beau, nous passons une bonne journée.

 

Et Gievgelü

 

Jeudi 9

Ce matin à 5 h nous reprenons la route de Gievgelü à travers ces montagnes et ces pays perdus.

Nous avons à faire 20 km. Nous sommes arrivés à midi à Gievgelü. Nous sommes vannés et fatigués de tant faire de marches, nous sommes logés dans des baraquements serbes où nous étions avant-hier. Le temps est beau. Il y avait du brouillard ce matin.

 

Vendredi 10

Nous avons passé une bonne nuit bien tranquille à Gievgelü et ce matin nous repartons à 4 km plus loin dans un petit pays où nous sommes arrivés à 11 h à Bogodoroka.

 

Samedi 11

Nous avons passé la nuit dans ce pays Maritano.

Il n’y a pas un civil, tout est évacué. Nous logeons dans les maisons qui restent debout. Nous devons repartir plus loin. Dans ce pays il se cultive beaucoup de maïs, il y a de grands marais. On y cultive aussi du riz mais en ce moment personne ne travaille, c’est le désastre.

 

Et passons la frontière grecque - Bekirli

 

Dimanche 12

Nous sommes partis des Maritano à 5 h, nous nous dirigeons à la frontière grecque. Hier toute le journée, la fusillade n’a pas arrêté à un dizaine de kilomètres mais la nuit a été calme. Nous sommes arrivés à 12 h du matin à Bekirli en pays grec à 20 km de la frontière serbe. Nous passons par de mauvais chemins à travers d’immenses plaines arides. Il fait un épais brouillard, ce matin le temps est beau.

 

Lundi 13

Nous partons de Bekirli à 8 h, nous passons à travers les montagnes sans routes ni chemins.

A 1 h, notre compagnie s’arrête pendant que le régiment continue sa retraite. Nous sommes installés en petits postes sur la hauteur de ces montagnes.

 

Mardi 14

Nous sommes toujours aux avants postes en petits postes sur cette montagne. La bise est très forte, on a froid.

 

Mercredi 15

Après une nuit de petits postes à 4 km de la frontière grecque entre Bekirli et Calotinas, enfin 8 h du matin, nous quittons enfin la montagne que nous occupons depuis 3 jours e nous rejoignons le bataillon. Nous faisons 19 km à travers des mauvais chemins et en traversant des rivières. Nous nous arrêtons dans une plaine et montons nos tentes. Nous sommes en plein territoire grec. On dit que les Bulgares n’ont pas traversé les frontières.

 

Jeudi 16

Nous repartons à 8 h du matin. Il pleut.

Les terrains sont pleins d’eau. De la boue jusqu’aux genoux.

Jamais nous n’avons eu aussi mauvaise route. Nous en rotons. On en a marre et il pleut dur. Quel temps de misère. Enfin à 5 h du soir nous arrivons dans un pays où il n’y a plus une seule maison debout. Nous dressons nos tentes sous la pluie dans le terrain mouillé et plein d’eau.

Quelle triste nuit nous passons.

Nos effets tout mouillés et point de bois pour faire du feu.

Quelle misère !

 

Arrivée au lac Doiran

 

Vendredi 17

La nuit s’est passée tout de même et ce matin à 6 h nous repartons encore à travers des montagnes et un pays aride et toujours de la boue et de l’eau, des rivières à traverser, quelle vie,nos sacs sont lourds et nos couvertures toutes mouillées.

A 1 h nous faisons la grande halte au bord d’un lac. Nous avons déjà fait 12 km. Nous sommes vannés, fatigués, esquintés. Enfin à 3 h nous arrivons dans un pays.

Nous logeons dans des ruines, nous sommes vannés. Nous avons fait 15 km.

 

Samedi 18

Nous avons passé une nuit assez bonne. Nos couvertures sont encore humides. Ce matin il fait du brouillard, le temps est humide et pas chaud. Enfin nous approchons de Salonique, ce ne sera pas dommage.

Nous avons fait 25 km et sommes arrivés dans un pays. Nous sommes campés dans une plaine, sous la tente, sur la terre humide, nous avons un peu de paille.

 

Dimanche 19

Ce matin, il y a du brouillard, le temps est humide, quel triste temps. Repos.

Lundi 20

La nuit a été assez bonne mais le temps est humide. Il y a encore un brouillard épais ce matin. Quel triste temps de misère. Dans tout le camp, il y a une boue épouvantable.

 

Mardi 21

Cette nuit, il a plu, quelle boue et quel temps humide, du brouillard sous nos tentes, la paille pourrit car le sol est détrempé. Voici 8 nuits que nous sommes dans ce camp.

 

Mercredi 22

Nous avons changé de camp car il y avait trop de boue. Voici 4 jours que nous sommes dans ce camp.

 

Jeudi 23

Hier le temps a été froid et ce matin, le temps est couvert ; il va encore pleuvoir.

 

Noël 1915

 

Vendredi 24

Les nuits sont froides mais depuis 2 jours, il fait un beau soleil. Ce soir, il y a une messe en plein air.

 

Samedi 25

Voici 3 jours qu’il fait un beau soleil, les nuits sont froides, nous sommes toujours dans le même camp. Nous devons changer de place et aller à 2 km sur le bord d’une rivière à côté de village Kjorzine.

 

Dimanche 26

Nous avons passé une bonne nuit dans notre nouveau camp. Ce matin à 6 h nous avons été faire des tranchées à 3 km du camp. Le temps est beau, un beau soleil.

 

Lundi 27

Nous allons aujourd’hui faire des tranchées. Nous avons été aidés par des soldats serbes. Nous avons travaillé ensemble. Il a fait une belle journée.

 

Mardi 28

La journée a été splendide. Nous avons été travailler toute la journée à faire des tranchées.

 

Mercredi 29

 Nous sommes partis ce matin et nous restons la journée. On a apporté à manger, le lieu est beau, la bise souffle mais le temps est sec. Les travaux pressent.

 

Jeudi 30

Nous partons travailler aux tranchées. Le temps est beau, il fait une belle journée de soleil.

 

Vendredi 31

Même travail qu’hier, nous posons des réseaux. Belle journée.

 

Nouvel An 1916

 

Samedi 1er janvier 1916.

Ce matin, le temps a changé. Il pleut, nous devons aller à une prise d’arme. Elle n’a pas eu lieu à l’occasion du jour de l’an. Nous avons touché 2 oranges, 1 quart de vin, 1 cigare, 3 noix, 1 bout de jambon en plus de l’ordinaire ; Nous avons eu repos.

 

Dimanche 2

Nous sommes partis au travail, comme d’habitude, nous passons des fils de fer.

 

Lundi 3

Nous continuons le même travail, il fait une bise froide.

 

Mardi 4

Nous faisons des réseaux de fil de fer. Il fait toujours de la bise.

 

Mercredi 5

Nous continuons à faire les tranchées et les réseaux. Il fait toujours une bise très froide.

 

Jeudi 6

Toujours le même temps. Nous faisons des réseaux. On mange le repas de 10 h sur place.

 

Vendredi 7

On continue toujours notre travail ; Il fait toujours du vent froid.

 

Samedi 8

Ce matin le temps est beau. Il y a fait une splendide journée. Nous posons toujours de réseaux de fil de fer.

 

Dimanche 9

Nous sommes allés au travail à 8 h. Il y a fait une splendide journée. Nous posons les réseaux. Sur le soir il y a plu.

 

Lundi 10

 Ce matin le temps a changé. La bise est froide. La bise souffle. Le temps change vite.

 

Mardi 11

Ce matin le temps a été très beau. Belle journée de soleil. Nous continuons nos travaux de défense.

 

Mercredi 12

Le temps a changé. Ce matin il a gelé blanc très fort et la bise froide est revenue. Continuons à faire nos réseaux.

 

Jeudi 13

Toujours du vent. Nous continuons nos travaux.

 

Vendredi 14

Ce matin le temps est nuageux ; le temps est plus calme. Toujours des réseaux.

 

Samedi 15

Ce matin, le temps a changé. Nous avons été surpris de voir de la neige et une bise froide souffle. Quel triste temps. Nous ne sommes pas allé au travail.

 

Dimanche 16

Nous sommes allés au travail. La neige fond. La bise souffle mais le soleil donne.

 

Lundi 17

Nous continuons les travaux de réseaux. La journée est belle. La bise souffle moins.

 

Mardi 18

Il fait aujourd’hui une belle journée de soleil. Continuation des travaux de défense.

 

Mercredi 19

Ce matin le temps est couvert, la bise souffle. Nous continuons nos réseaux de fil de fer.

 

Jeudi 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31.

Nous continuons les réseaux et les tranchées.

 

Un zeppelin survole Salonique

 

Mardi 1er février

Cette nuit un Zeppelin survole Salonique et met le feu à une caserne grecque. Il a passé sur notre camp. Je l’ai vu mais il était haut. On voyait un objet noir se glisser dans la nuit. On entendait le bruit du moteur.

 

Mars, avril.

 

Mercredi 3 mai

On parle de notre départ.

 

Jeudi 4

Préparatif au départ.

 

Ali-Hodzalar et Sari-Göll

 

Vendredi 5

Départ pour Ali-Hodzalar.

Réveil à 3 h ¼ , départ à 4 h. et arrivée à Sari-Göll à 2 h par une chaleur étouffante. On en a roté et beaucoup d’hommes ont calé. Nous avons fait 23 km.

Aussitôt arrivés nous montons nos tentes. Nous voyons passer des Anglais, des Italiens. Nous sommes à côté de la gare de Sari-Göll.

 

Samedi 6

Nous avons un réveil ce matin à 2 h ½ et nous sommes partis à 3 h. Ce matin il faisait bon marcher mais le soleil s’est montré et il faisait chaud. Nous sommes arrivés à Kukutch à 8 h et nous nous sommes arrêtés pour finir la journée à 10 h du matin à Alexsia à 20 km. Nous avons monté notre camp et demain nous devons avoir repos. Nous couchons à Alexsia.

 

Dimanche 7

La nuit a été bonne. Hier soir des Boches ont survolé notre camp. Ce matin à 7 h un avion nous a lancé une bombe à 300 m de nos tentes.

 

Lundi 8

Réveil à 4 h. Nous allons faire des travaux sur les routes. Nous avons été survolé par 2 avions Boches. Les habitants d’Alexsia évacuent le pays. Il fait beau aujourd’hui. Il a passé aujourd’hui 5 Bulgares et 3 Russes le soir encore un déserteur bulgare.

 

Mardi 9

Beau temps, nous continuons nos travaux sur les routes. L’après-midi nous avons repos.

 

Mercredi 10

Nous sommes partis à 4 h d’Alexsia.

Nous devons faire 20 km à travers les montagnes et des routes tortueuses. On en rote, les chaleurs nous assomment. Enfin à midi nous arrivons à Popovo au sommet d’une montagne en face le lac Doiran et nous voyons très bien la ville de Doiran.

Nous sommes en petits postes et surveillons la vallée au bas de Doiran.

A 4 h une patrouille de cavaliers s’est avancé dans le village mais au premier coup de feu a fait demi-tour. Ils ont 2 blessés ainsi que des chevaux.

 

Jeudi 11

La nuit a été calme. Sur notre montagne, nous avons assez bien dormi.

A midi, nous sommes toujours en position au-dessus du village Popovo. A 4 h nos quittons la montagne où nous étions postés et nous revenons du côté d’Alexsia et nous campons à 4km. Nous avons fait une longue marche pour arriver jusqu’ici. Nous arrivons à 10 h du soir. 15 km.

 

Vendredi 12

Nous avons repos aujourd’hui. Nous sommes au milieu d’une plaine campés sous nos petites tentes. Il n’y a que le 5ème bataillon.

 

Samedi 13

Ce matin nous avons eu le réveil à 1 h et nous devons faire 20 km à travers les montagnes sans routes par des sentiers à travers les rochers. Nous en avons roté. Enfin nous sommes arrivés à 11 h du matin à Todorovo et nous sommes campés dans les bois sous nos tentes.

 

Dimanche 14

Nous changeons de place à 500 m plus haut. Nous occupons la crête d’une montagne. Il fait beau temps.

 

Samedi 15

Nous avons passé une assez bonne nuit en petits postes au sommet d’une montagne. 5 h du matin, tout notre dernière section part en reconnaissance sans sac. Nous en avons roté.

Nous sommes arrivés à Socolovo et pris position. Nous y avons passé la journée. Nous avons quitté nos positions à 3 h et sommes allés près de la vallée de Butkova près du village de la gare de Puroy.

 

Le 16

Nous partons et arrivons sur une crête en face de Poret dans la vallée de la Butkova. Nous sommes à 60 km de Demirisar qui est à droite.

 

Mercredi 17

Nous sommes au sommet d’une crête en avant poste. Aujourd’hui il pleut quel triste temps.

 

Jeudi 18

Nous faisons toujours des tranchées au sommet de notre montagne. Cet après-midi il a plu, quel triste temps. Nous sommes toujours assez tranquilles.

 

Vendredi 19

Nous faisons des tranchées. Aujourd’hui il pleut, quel triste temps. Calme assez tranquilles.

 

Samedi 20

Je suis de garde depuis hier en petits postes au sommet d’une crête pour 4 jours. Aujourd’hui il fait beau temps. Toujours tranquilles, nous sommes en face de la gare de Poret et nous voyons très bien la plaine.

 

Dimanche 21

Aujourd’hui il y a repos pour toutes les divisions. Je suis toujours en petits postes en face de Poret ; Il fait beau dans la journée mais les nuits sont froides. Tout est assez calme pour le moment.

 

Lundi 22

 La nuit a été bonne. Nous sommes toujours en petits postes. Tout est assez calme sauf du coté de Doiran où on entend le canon.

 

Mardi 23

Calme sur tout le secteur. Il fait chaud dans la journée. Nous sommes toujours aux avants postes. Il se rend des soldats bulgares tous les jours.

 

Jeudi 25

Ce matin j’ai été envoyé en patrouille avec 3 hommes conduire 20 individus grecs dans un village à 7 km de nos lignes et mis entre les mains du 371ème. Nous sommes de retour à 1h, on en a roté avec la chaleur.

 

Vendredi 26

Nous continuons à faire nos cabanes en feuillage. A 1 h les dernières sections sont parties pour escorter un convoi jusqu’à la gare de Poroï à 5km de nos lignes. Il faisait chaud et on en a roté à traverser ces ruisseaux et ces marais.

 

Samedi 27

Nous continuons nos cabanes. L’après-midi nous faisons un chemin pour faire passer des pièces de 75.

 

Dimanche 28

Cette nuit il a plu et cette après-midi aussi. Nous recevons l’ordre de nous préparer à partir et à 5 h nous avons contre-ordre. Il pleut il fait des orages.

 

Lundi 29

Nous faisons des tranchées et des chemins tous les jours. Quelques fusillades du côté de Poroï. Il fait de chaudes journées de soleil.

 

Mardi 30

Toujours tranquilles, nous faisons des chemins à travers les bois.

 

Mercredi 31

Il fait bon les nuits. Continuons les travaux de chemins, tranchées etc, etc.. Toujours assez tranquilles.

 

Jeudi 1er juin

Nous faisons des tranchées de ci, de là.  Tout est assez calme pour le moment.

 

Vendredi 2

Il fait bon. Même travail. Les Bulgares ont lancé quelques obus sur les avants postes de Poroï.

 

Samedi 3

Nous continuons nos travaux. Temps beau.

 

Dimanche 4

Nous avons repos aujourd’hui. Tout est calme. Il fait beau.

 

Lundi 5

Il fait chaud. Nous faisons des tranchées. C’est assez calme.

 

Mardi 6

Nous continuons les travaux. Les Bulgares ont tiré des obus sur Poroï.

 

Mercredi 7

Nous continuons les travaux de tranchées mais il fait chaud.

 

8, 9, 10, 11 juin. Nous continuons nos travaux de défense depuis plus d’un mois. Il fait un soleil de plomb. Degrés de chaleur : 40, 50 ,58 °C.

 

Le 20 juin

Nous sommes partis en reconnaissance à Gadnikg et sommes partis à 1h du matin. Nous avons ramené des xxx et un homme tout nu paraissant fou.

 

Le 21, 22, 23

Continuons les travaux de défense.

 

Le 24

Depuis 4 h du matin, les bulgares arrosent de plus d’un millier d’obus les positions en avant de Poroï. Jamais ils n’avaient tant tiré d’obus.

 

Le 25

Toujours calme.

 

Le 26

Idem.

 

Le 27

Les Bulgares envoient des obus sur un emplacement.

 

Le 28, 29, 30

RAS

 

Le 1er juillet

Calme sur tout le front.

 

Jusqu’au 31

Forte chaleur tout juillet : 60, 65 °C.

 

Le 1er août

Toujours calme.

 

Du 2 au 17

Chaleur forte. Toujours sur les mêmes positions, assez tranquilles.

 

Le 18

Nous partons à 3h du matin pour renforcer une attaque sur Poroy. Toute la journée violent bombardement.

Journée très chaude. Nous sommes en réserve en face Madnig près de la ligne. A 7 h du soir nous repartons sans avoir été obligé d’intervenir et nous nous retirons à nos anciennes positions.

 

Le 19

Très calme mais il fait chaud. Nous devons quitter nos emplacements.

 

Le 20

A 5 h du matin nous quittons nos positions où nous sommes restés 3 mois. Nous passons à Todorovo et campons à 5 km plus loin dans les ravins.

 

Le 21

Nous travaillons à faire des routes sous la montagne pour le ravitaillement. Il fait de chaudes journées.

 

Le 23

Nous continuons le même travail que la veille.

 

Le 24

Nous continuons les travaux.

 

Le 25

Même travail. On pensait partir à 5 h du soir. Nous partons à Podorova, nous marchons jusqu’à 9 h et passons la nuit sous les arbres et le lendemain.

 

Le 26 à 3 h du matin nous repartons et arrivons à Sugorb à 7 h du matin par de bien mauvais chemins. On arrive vannés, esquintés.

Nous avons repos la journée sous les arbres. Nous sommes repartis à 7 h du soir de Sudoeb et nous avons gravi la montagne pendant 3 h pour arriver aux positions que nous devons occuper.

 

Dimanche 27

La nuit a été calme dans notre nouvelle position. Les Bulgares occupent les pitons en face de nous.

 

Lundi 28

La nuit toujours calme mais du coté de Doiran le canon tonne sans cesse. Il fait très chaud sur notre montagne mais les nuits sont froides.

 

Bataille de Doiran

 

Mardi 29

Très calme dans notre secteur mais du côté de Doiran bombardements. On dit que nous allons être relevés cette nuit par des Italiens. Les Bulgares envoient des obus sur nos ravitaillements. A 8 h du soir on me désigne pour aller en patrouille avec 2 hommes en avant de nos postes et jeter des proclamations écrites en langue bulgare que les français étaient relevés par des Italiens etc, etc…

 

Mercredi 30

La nuit a été calme. Les Italiens ne sont pas arrivés ce soir pour cette nuit.

A minuit les Italiens arrivent, ils prennent notre position. Nous quittons cette montagne à minuit et arrivons à Sergovo.

A 1h ½ nous prenons nos sacs et à 2 h nous partons. Mais quel chemin, que des pierres on trébuche en marchant cela fatigue.

Nous traversons plus de rivières. Enfin à 6 h ½ nous arrivons à Todorova. Nous faisons le jus et à 7 h nous repartons dans les montagnes pour aller au moulin d’Adzay ; Nous montons au sommet. Il fait très chaud, on en rote, enfin on arrive à 9 h ½.

Nous avons fait 25 km pendant la nuit. Nous campons dans nos bois. Nous devons repartir demain.

 

Jeudi 31

 

Vendredi 1 septembre. Nous repartons à 3 h du matin. Nous marchons tout le matin par de mauvais chemins et ensuite nous trouvons la nouvelle route et quelle poussière cela fait.

Enfin nous nous arrêtons à 11 h du matin, nous sommes vannés. Nous campons sur nos montagnes à 6 km de Sebdgz, nous avons fait 15 km et demain nous repartons.

 

Samedi 2

Aujourd’hui nous avons repos. Il a plu cette nuit et fait de l’orage. Nous devons repartir.

 

Dimanche 3

Nous sommes repartis ce matin mais en petites étapes, 5 km. Nous campons au bas d’un ruisseau. Il fait chaud.

 

Lundi 4

Nous sommes toujours campés. Aujourd’hui nous avons repos. Il fait chaud le jour mais les nuits sont froides.

 

Mardi 5

Nous avons eu repos toute la journée. Il fait chaud. J’ai eu la fièvre hier.

 

Fièvre, malade, retour sur Salonique, hôpital temporaire et retour en France

 

Mercredi 6

Nous devons repartir aujourd’hui à 3 h en 3 étapes pour aller à Sari-Göll. A midi je suis évacué, me fait porter malade. Nous continuons à Cnefsi où nous arrivons à 9 h.

 

Jeudi 7

Partis en (… ?) et ensuite à embarquons à Sari-Göll, nous devons arrivés à Salonique ce soir.

Tout le long on a bu lait, thé. Nous entrons dans l’hôpital temporaire n°3, tente 14 8ème division le 7 septembre.

J’ai bien dormi, je peux au moins me reposer car j’en ai besoin.

 

Vendredi 8

Je n’ai encore pas passé de visite.

Rentrés au dépôt le 18 septembre.

Le 19 je suis exempté de service.

 

 

Parti pour la France le 2 janvier 1917. Traversée sur l’André Leboy

 

 

 

 

 

Contacter le propriétaire de ce carnet

 

 

Retour accueil                retour page précédente