Carnet de campagne d’Henri BOURGUIGNON

du 163ème régiment d’infanterie en 1914

 

 

Publication : Avril 2024

Mise à jour : Mai 2024

Retour accueil

 

 

 

Prologue

Michèle M. nous dit en 2017 :

« Je reconstitue les années de guerre d'un ancien soldat du 163è régiment d'infanterie (Henri Bourguignon) à partir des carnets qu'il a laissés. Lieux mal orthographiés, hésitations car aucune "démarche " ne leur était indiquée... J’ai besoin de documents pour m'y retrouver.

Veuillez trouver ci-joint ce que j'ai commencé à écrire pour les éditions Harmattan. Rédaction pour sa fille qui a à présent 86 ans et voudrait voir le livre relatant ses écrits sortir avant sa propre disparition ... )

Pour la publication sur votre site, j’en ai parlé à Madame Coquillat qui est la fille du soldat en question, Henri Bourguignon et, pour sa part, elle est d’accord.

C’est elle qui m’a confié les notes de son père. Elle possède également des documents authentiques : citations, photos etc. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

Introduction

 

Henri BOURGUIGON est né en février 1889 à Bras (Var) à ses 20 ans, il déclare être cultivateur et fait son service militaire au 2ème régiment d’artillerie de montagne. En août 1914, à 25 ans, il intègre le 163ème régiment d’infanterie.

Le 163ème régiment d’infanterie est un des rares régiments constitués à quatre bataillons (de quatre compagnies chacun). Au départ de Nice, en août 1914, il est composé de 4510 hommes et 187 chevaux.

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

Remerciements

 

Merci à Michèle pour le carnet.

Merci à Philippe S. pour les corrections éventuelles et certaines recherches.

Nous avons ajouté du texte en bleu pour la compréhension de certains termes et pour aller « plus loin » dans l’analyse du récit.

Pour une meilleure lecture, j’ai volontairement ajouté des chapitres, sinon le reste est exactement conforme à l’original.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

Août 1914

15 août 1914

C'était au cœur d'un été comme on les aime en Provence. Le ciel avait tendu sa toile d'un bleu éblouissant de lumière et de pureté, bien décidé à ne pas changer de décor en ce jour béni.

C'était un 15 août, fête de la vierge. Au retour de la messe à laquelle chaque semaine, la famille toute entière  se rendait par tous les temps, nous avions retrouvé Magdeleine, ma promise (*), et ses parents autour de la grande table dressée sous les arbres de leur jardin. Pour l'occasion, on avait sorti la nappe blanche et les assiettes de porcelaine.

L'atmosphère était aux rires et aux plaisanteries. Dans les vignes, les grappes déjà lourdes et pleines de promesses annonçaient une belle vendange en dépit de l'orage qui, la veille seulement, avait endommagé une de nos plantations. Une seulement, car nous possédions plusieurs terrains situés tout autour du village, et cette sorte d'intempérie, toujours très localisée en été, sévissait en un point, épargnant les alentours.

 

(*) : Il se mariera en 1919 avec Augustine Victorine Magdeleine SIMIAN

 

Après le copieux repas arrosé du petit vin rosé de notre cru, nous, les hommes, avions bavardé à l'ombre des mûriers pendant que les femmes faisaient la vaisselle dans la décontraction d'une fin de festin. De la cuisine aux fenêtres grandes ouvertes nous parvenaient les éclats de rire de Magdeleine que les autres femmes de la maisonnée ne cessaient de taquiner.

Plus loin dans l'écurie, on pouvait percevoir les trépignements et renâclements d’impatience du cheval que l'un de nos domestiques préparait pour la rituelle promenade à Barjols.

Pour l'occasion, les beautés du village arboraient des robes si serrées qu'elles avaient du mal à respirer. Oui, je dis bien « beautés » car ce jour-là, la plus insignifiante des jeunes-filles savait se faire jolie, sinon gracieuse.

« Pour être belle, il faut souffrir » était le leitmotiv que j'entendais depuis ma plus tendre enfance, alors que, accroupi contre le mur de la chambre des parents, je découvrais avec émerveillement la transformation hebdomadaire de ma petite maman toute simple en papillon de dentelle à la taille si fine que Papa pouvait l'entourer de ses deux mains.

 

Nous possédions une charrette pour les travaux journaliers. Cependant, les dimanches et jours de fête, c'est la calèche qu'on sortait pour aller rendre visite aux parents ou pour nous promener avec nos amis le long des allées de Barjols ou sur les remparts de Monfort-sur-Argens.

Encore une belle journée à engranger dans nos mémoires comme la plus belle de nos récoltes... Mais pourquoi la cloche de l'église s'affole-t-elle soudain? Qui sont ces gens qui crient, qui remontent l'allée en courant, l'air hagard ?

Coup de tonnerre dans le ciel sans nuage. C'est la mobilisation générale.

 

Personne, jusque-là, n'avait pris conscience de la gravité de la situation, car les nouvelles ne nous parvenaient que par bribes et souvent, avec beaucoup de retard, de la ville. Déclarée le 3 août, la guerre semblait irréelle car les troupes allemandes n'avaient jusque-là occupé que la ville de Blamont, là-bas vers la frontière. C'est le 14 août que s'est effectivement mise en route l'avancée de l'ennemi vers l'intérieur.

Quand je comprends enfin ce qui se passe, j'ai du mal à me reconnaître. Où et comment je me suis changé, je ne sais plus mais je me vois soudain dans la glace de la grosse armoire, vêtu d'une chemise de grosse toile et d'un pullover, d'un pantalon de velours côtelé et de mes chaussures de chasse. Ce garçon qui me regarde avec stupéfaction tient à la main une feuille de route.

 

Moi, Henri Bourguignon, fils de notable, futur propriétaire terrien de mon état, je fais à présent partie de la 1ère compagnie du 163ème régiment d'infanterie, secteur postal 107. Le jour-même, mon régiment se rendra à Toulon où on me donnera l'uniforme que je devrai porter, puis à Nice d'où il partira pour Belfort.

J'avais été formé au maniement des armes et aux arts de la guerre, entraîné à la marche et à l'endurance pendant les deux ans de service militaire que j'avais accomplis en Corse (*). J'étais également un excellent chasseur, ce qui représentait, dans ce cas précis, un atout de taille. D'autres, plus jeunes que moi et pas encore initiés aux jeux de la guerre, allaient également grossir les rangs de l'armée sans aucune formation.

Quant à moi, je suis là, comme des milliers d'autres, à partir au combat, « fleur au fusil ». Comme des milliers d'autres on risque de me retrouver un jour dans ce « vallon rempli de lumière, un trou rouge au côté droit ». (**)

Adieux aux gens que j'aime, déchirement de la séparation, de cela je ne me souviens plus. Tout a été si rapide, le brouillard dans les yeux de Magdeleine, l'étreinte désespérée de ma mère, la grosse patte velue de mon père sur mon épaule, tout cela, je veux l'oublier car à présent, je suis un autre homme, un soldat ordinaire dans une drôle de guerre qui se révélera l'une des plus meurtrières de l'histoire.

 

(*) : Au 2ème régiment d’artillerie de montagne

(**) : Le texte exact est « Tranquille, il a deux trous rouges au côté droit », tiré du ‘’dormeur du val’’ d’Arthur Rimbaud.

 

19 au 31 août 1914

Le régiment arrive à Belfort le 19 août. (*)

C'est à peine si nous avons été nourris et pourtant, nous devons aussitôt nous mettre en route alors que notre estomac crie famine. Et dire qu'hier encore je plaisantais sur les qualités culinaires de ma fiancée...

L'après-midi même, dès trois heures, nous livrons notre premier combat à Tagolsheim. Baptême du feu, chance du débutant : Après neuf heures d'une lutte acharnée, nous réussissons à repousser les Allemands au-delà du talus du chemin de fer. Nous devons dès lors nous mettre à compter nos premiers blessés tout en remerciant le ciel de nous avoir épargnés, comme le feront, de leur côté, nos ennemis : « Gott mit uns »

La 6è compagnie qui, pour sa part, avait mené une attaque à la baïonnette, a, nous l'apprendrons plus tard,  subi de lourdes pertes. (**)

 

(*) : Les quatre trains qui transportent le 163ème régiment d’infanterie arrivent le 17 août à Belfort. (JMO).

(**) : Le combat de Tagolsheim (68) a eu lieu le 19 août, le régiment a perdu plus de 200 hommes tués, blessés et disparus.

 

Deux jours plus tard (le 23 août), rassemblement et départ pour une destination inconnue. On nous embarque dans un train à destination de St-Dié. Personne ne sait quel sera notre point de chute mais nous avons déjà appris à obéir sans poser de questions, trop heureux d'être sains et saufs alors que nous avons laissé en arrière, aux bons soins du capitaine de la 10è compagnie, un nombre non négligeable de nos camarades. Tout semble tellement irréel.

Demain matin, sûrement, je serai réveillé par le chant du coq de notre basse-cour car tout cela n'est qu'un mauvais rêve. Epuisé, affamé, je m'endors enfin, dans le vacarme des roues qui s'entrechoquent dans leur course folle vers un destin des plus improbables.

À cinq heures du matin, nous traversons Epinal.

C'est effectivement à St-Dié que nous débarquons en fin de journée. (Le 24 août)

Nous passons la nuit dans la caserne des chasseurs à pied. Bref repos déjà hanté par le souvenir tout neuf des vilaines blessures infligées à nos premiers soldats. Nous sommes également tourmentés par la faim qui nous taraude car nous n'avons pas encore pris le rythme de notre ascétisme.

 

À l'aurore du jour suivant, le 26 août (le 25 août), nous quittons St-Dié pour la région du bois Anglemont où la bataille fait rage depuis la veille.

Dès trois heures, de l'après-midi, nous prenons part au combat que nous livrerons sans relâche pendant cinq jours. Une nuit en sentinelle, puis nous nous emparons du bois et parvenons à atteindre l'orée du village. Cependant, les bombardements sont si intenses que devons battre en retraite pour prendre position dans la lisière sud du bois.

Nuits sans sommeil. Nous dormons à même le sol dans les champs, puis sur la route de Baccarat.

À Janmenil, on nous donne de la soupe.

Deux semaines à peine et nous sommes déjà devenus des robots. Nous ne connaissons pas nos pertes qui, à l'issue du combat, le 30 août, s'élèvent à 470 soldats, dont 8 officiers. Cela, je ne le saurai que bien plus tard. Il est préférable de ne pas savoir.

Le 30 août

Nous prenons la direction de Brû. Nous progressons par petits groupes. Nous terminons ce premier mois de guerre par une halte dans un petit bois où nous passons la nuit. Le ciel est beau, limpide, les étoiles se font la chasse, mais les rossignols se sont tus. Je prends mon carnet, j'écris les faits, les dates, machinalement. Je ne sais pas tout mais ce que je sais, je veux le transmettre. J'ai compris que je ne survivrai peut-être que par la mémoire. Il faut que le monde sache comment, en si peu de temps, des hommes jeunes et plein d'entrain se sont transformés en être poilus, velus et sales, lorsqu'ils n'ont pas été décimés.

 

Poilu, l'étais-je vraiment, moi, si jeune, presque imberbe il y a quelques jours encore, dans les balbutiements de ma vie d'homme ? J'étais costaud, certes, et travailleur mais, tous les soirs, à l'issue d'une journée de labeur, aussi rude fût-elle, je retrouvais la table familiale, la soupe chaude et l'affection des miens.

Je préfère ne plus penser, oblitérer les souvenirs qui me font encore plus mal que la faim et la peur qui me creusent le ventre. J'écris, je note, je m'accroche au moindre fait, au moindre nom et je le note, même si je l'ai mal compris. À présent mon objectif est de rester en vie pour tout consigner afin de pouvoir le transmettre à ceux qui ne savent pas, à qui on ne dira pas tout, à qui on cachera peut-être les vilaines choses de cette vie absurde.

Même si je meurs, on trouvera au fond de mon paquetage, la trace écrite de ma volonté féroce de raconter aux enfants de ceux qui ont survécu, ce que nous avons subi, tous ces jours, toutes ces années peut-être, car nous ne savons pas encore où nous allons et ce qu'il adviendra de nous.

Avec un peu de chance, je reviendrai vers les miens. Il incombera alors à ma descendance de faire revivre le passé à travers le dédale de mes notes maladroites.

Septembre 1914

L'ennemi s'est replié de vingt kilomètres dans les Vosges, dans la région de St Benoît-la-Chipotte. C'est là que nous devons nous rendre, à leur poursuite.

Le 1er septembre, nous avançons dans le sous-bois de St Benoît. Nous installons notre campement pour la nuit sur la route du col de la Chipotte. Les Allemands nous ont laissé un cadeau en oubliant une chèvre qui nous donne son lait. Nous avons bien besoin de forces car les jours qui suivront seront difficiles.

Dès quatre heures du matin, le 3 septembre, une bataille s'engage. Nous devons adopter une position de défensive et, avec l'aide des coloniaux des 5e et 6e compagnies, nous faisons feu sur les Allemands qui remontent le ravin, musique en tête, au son des fifres et tambour battant. Si peu de jours et déjà, l'horreur nous est familière : Ce soir dans mon carnet, je me contente de noter que tout près de moi, le sergent-fourrier (*) a été tué d'une balle dans la tête. Comme ça, tout bêtement, sans lui laisser le temps de finir la phrase qu'il avait commencée.

 

(*) : Il doit s’agir du sergent-fourrier Tanciédo FRATICELLI (seul fourrier tué ce jour et les suivants). Voir sa fiche.

 

La bataille de la Chipotte ne se terminera que le 24 septembre. C'est donc à cet endroit que nous passons la plus grande partie du mois.

Nous avançons toujours dans ce bois où il est difficile de s'orienter. Nous parvenons à capturer un officier allemand à qui nous dérobons sa carte d'état-major. Cela constitue un outil précieux car elle est annotée. Mais voilà que je m'égare dans ces fourrés et que je perds ma compagnie de vue. Par chance, je retrouve les coloniaux et le caporal Bastik. Leur colonel me place alors dans une escouade repliée dans le bois de St Benoît.

La bataille fait rage depuis plusieurs jours et nous passons nos nuits couchés derrière les batteries de soixante-quinze qui crachent le feu sans relâche car les Allemands sont toujours là, bien ancrés au col de la Chipotte.

 

Le 9 septembre, nous levons le camp pour partir en direction de la ferme des Hauts Chênes. Nous campons dans les bois. Sur notre route nous croisons d'autres sections, celle de l'adjudant (Alexis) BOURgeAUD ou encore du caporal Vève. Ensemble nous buvons le café et nous nous réchauffons au contact humain alors que ceux que nous appelons à présent « les Boches » nous canardent à tout va.

Plusieurs jours s'écoulent dans le vacarme des canonnades de l'ennemi et des gros calibres des coloniaux à qui leur colonel a ordonné de riposter.

 

Le 11 septembre, le bataillon est détourné.

En partant, les soldats abandonnent sur place cinq pains que nous nous dépêchons de récupérer et que nous distribuons entre nous. Tristes noces de Canna. Acte d'autant plus précieux que je partage religieusement ma part avec mes amis de longue date Henri Ambard et PAUTRIER. (*)

 

(*) : Henri Louis AMBARD, né en 1888 à Bras (comme Henri), au 163ème régiment d’infanterie, sera blessé à Flirey en juin 1915 (cuisse et jambe gauche) alors qu’il se trouvait dans une mine travaillant à la compagnie du génie. Il survivra à la guerre. Croix de guerre avec étoiles de bronze et d’argent – Puis médaille militaire. Voir fiche matriculaire.

 

Marius Gabriel Séraphin PAUTRIER, né en 1888 à Bras, au 163ème régiment d’infanterie, sera blessé deux fois à Flirey en juillet 1915 (main gauche) puis en décembre 1915 (thorax). Il passe au 217ème régiment d’infanterie en août 1916. Caporal en décembre 1917. Il survivra à la guerre. Médaille militaire en 1928. Voir fiche matriculaire qui est très curieusement à côté de celle d’Henri AMBARD.

 

Cette nuit-là, nous campons aux environs du village de Cerfontaine. Au petit jour, nous repartirons vers une destination inconnue.

C'est peut-être cela le plus difficile : avancer en fonction des ordres, car on ne nous explique pas la démarche, les stratégies, on « n'a pas le temps pour ça, » et en plus, on n'est pas des têtes, on ne comprendrait pas...

Comme annoncé, les compagnies sont rassemblées le lendemain matin pour une marche en direction de Saint-Blaise. Nous y dormirons dans des granges. Petit bonheur fragile : ce soir-là, nous trouvons du lait à boire.

 

Voilà un mois que nous avons quitté notre village. J'ai la sensation d'avoir vécu une éternité. J'ai par ailleurs l'impression que le passé s'estompe dans ma mémoire.

L'important aujourd'hui 15 septembre, c'est que la compagnie va être rassemblée pour le premier rapport. Ce qui compte également et constitue de plus en plus l'essentiel de nos pensées, c'est la nourriture, la bonne soupe à laquelle nous aurons droit à cette occasion. Plus les jours passent, plus j'ai tendance à associer le bonheur à la satisfaction d'un ventre bien rempli.

 

Nous sommes dans les Vosges.

La victoire de la Marne a eu pour effet de faire reculer l'ennemi de vingt kilomètres dans la direction de La Chipote, Raon-L’étape, Celles. C'est ce qu'on nous explique lors du rapport, de façon à nous remonter un peu le moral et témoigner d’un semblant d'égards.

 

Le matin du 16 septembre, nous voilà repartis en direction de Raon. Nous faisons une grande halte à La Trouche. Le lendemain, nous reprenons notre route en direction de Celles. Nous passons la nuit dans les locaux de l'école avant de repartir pour le château de la Ménelle (*) où, mis en contact avec l'artillerie, nous sommes censés prendre la garde et organiser une position défensive.

Dirigée par l'adjudant (Alexis) BOURgeAUD (**), la première section assure la garde au col de la Halte.

 

(*) : Pas de château de ce nom, il pourrait s’agir du château de Salm à la Pierre Percée après être passé par La-Ménelle pour y aller en venant de Celles.

(**) : Il s’agit probablement de l’adjudant Alexis BOURGEAUD. Il passera sous-lieutenant le 7 octobre 1914 et sera tué à Haucourt/Malancourt (55) le 28 mars 1916. Voir sa fiche matriculaire.

 

Le 21 septembre, nous devons repousser l'attaque de cinq uhlans   Nous en éliminons trois. Les chasseurs venus nous relever, ont du mal à emprunter le chemin escarpé du col. Ils perdent deux chevaux.

Après avoir essuyé l'attaque des Allemands à Celles, nous reprenons la route vers la Meuse. Cependant, nous n'avons aucune idée de l'itinéraire qui nous est imposé. Les noms de localités n'évoquent rien. Nous savons seulement que nous arrivons dans un village dont nous entendons le nom mais que je ne peux orthographier que phonétiquement.

 

La nuit du 24 septembre, je sombre dans un sommeil sans rêves dans une grange de Jeanménil.

Au petit matin, nous repartons pour une destination improbable. J'essaie de retenir les noms et les noter pour faire le tri plus tard, si je m'en sors, afin de comprendre enfin, un jour, ce qui nous est arrivé. Pour l'instant, il s'agit de reprendre son paquetage, de marcher, marcher, sans réfléchir, jusqu'à la prochaine étape qui se trouve être Charme, que nous atteignons après onze heures de marche, et où nous devrons embarquer …

 

Débarqués dix heures plus tard à Toul, nous stationnons à trois kilomètres de là, à Bruley, avant de repartir quelques heures plus tard. Nous voilà en route pour Bazonville (*), puis Bouconville où, arrivés au petit matin du 27 septembre, nous sommes dirigés sur le bois de Géréchamp.

Depuis la veille, une partie de notre bataillon s'est livrée à une bataille sans merci au sud de Raulencourt, au cours de laquelle nous avons perdu six cents hommes et quinze officiers. (*)

 

Pour notre part, nous n'en savons rien et nous suivons les consignes : S'installer à la lisière sud du bois de Géréchamp. Nous y retrouvons le 21ème et le 157ème régiments d’infanterie. À cet endroit, nos troupes se heurtent à un obstacle de taille qui consiste en une barrière de barbelés large de plus de vingt mètres et défendue par des mitrailleuses. Il nous est impossible d'avancer. Nous apprendrons plus tard que trois cent cinquante d'entre-nous ont été tués ou blessés.

Mais pour l'instant, il s'agit de survivre. Survivre et continuer d'avancer sans réfléchir, sans rationaliser.

Nous en sommes réduits à creuser, pendant toute la nuit, en direction de Loupmont, vers la Sapinière, des tranchées que nous occupons jusqu'aux premiers jours d'octobre.

Nous subissons des pertes et devons-nous adapter tant bien que mal.

 

Le lendemain, le capitaine (Louis) DE Casabianca est blessé tout près de la maisonnette du cantonnier. (***)

Mon « pays » Victor ne me quitte pas et nous passons plusieurs jours dans le même trou, à nous nourrir de « singe ». Mon cousin (Gabriel Antoine) Caillol de St Maximin a été grièvement blessé. Un obus de gros calibre tombé en pleine tranchée lui a sectionné les deux jambes. Il est mort peu de temps après. (****)

 

(*) : Bazonville n’existe pas aux alentour. Selon le JMO 89e BI, le 163e a pris la route de Broussey alors que le 157e a pris le chemin de terre sur Raulécourt. Le 163e a dû donc passer par Gironville en longeant l’étang de Bazoille (entre Boucq et la bifucation vers Raulécourt).  Confusion/mélange entre ces 2 noms ?

(**) : Le JMO n’indique pas autant de pertes ; environ une centaine sur plusieurs jours.

(***) : Le capitaine Louis Antoine Jacques DE CASABIANCA, 50 ans, a été blessé le 28 septembre 1914 par éclat d’obus. Il avait déjà été blessé légèrement le 28 août 1914 durant le combat d’Anglemont. Il sera blessé trois fois durant la guerre. Il passera au 133ème régiment d’infanterie en juin 1917. Légion d’Honneur en juin 1916.

(****) : Gabriel Antoine CAILLOL, clairon au 163e RI, tué à Loupmont le 3 octobre 1914. Voir sa fiche.

 

octobre

Nous débutons le mois d'octobre toujours terrés dans ces tranchées. Lors du grand bombardement du 2 octobre, nous nous retrouvons enterrés par un obus qui a éclaté à quelques mètres de nous, devant le parapet. Nous nous extirpons avec difficulté de cette tombe prématurée, heureux d'être encore en vie.

La fusillade se poursuit pendant la nuit  mais pour moi, c'est le black-out : je fais abstraction des bruits assourdissants qui constituent à présent notre quotidien, des jurons, des hurlements, des prières ou des malédictions lancées à pleins poumons à ce ciel peu amène. Recroquevillé sur moi-même, j'avance timidement une main hésitante vers mes bras, mes jambes, mes godillots crasseux et alourdis par la boue. Je suis entier, je suis entier, rien ne manque.

Je suis vivant.

 

Le lendemain matin, à l'aube du 4 octobre, le calme revient.

Relevés par le 1e bataillon du 157ème, nous reprenons la route pour Gironville où un temps de repos nous sera enfin accordé, sur la commune de Broussey.

Nous passerons les jours suivants en un repos relatif à Gironville. Tous les jours, à l'aube, on nous rassemble derrière le fort pour les exercices du matin. Le soir nous sommes envoyés creuser des tranchées et assurer notre tour de garde. Pour ma part, je suis préposé aux tranchées situées à la lisière du bois, en avant de Gironville. Je prends ma garde avec le lieutenant MEYnadier qui commande la compagnie. (*)

 

Le 29 octobre est notre dernière journée de repos. Au programme, préparatifs pour le départ vers les tranchées de Bouconville où nous serons placés en première ligne. Le lendemain, nous sommes déjà en deuxième ligne aux environs immédiats du village, à la Redoute.

 

(*) : Le lieutenant Théodore Eugène MEYNADIER commande la 5ème compagnie (2ème bataillon), il sera tué en juin 1915. Voir sa fiche.

nOVEMBRE-DECEMBRE 1914

Les premiers jours de novembre se passent en déplacements de Gironville aux premières lignes de Bouconville, dans les tranchées de La Redoute. En première ligne notre compagnie se trouve à quarante mètres seulement des « Boches ».

Deux jours plus tard, nous passons en deuxième ligne. Quant aux troisième et quatrième bataillons, ils sont partis pour la Belgique.

 

Le 12 novembre, nous prenons notre repas à Bouconville avant de repartir pour les tranchées de première ligne. Pour couronner le tout, nous devons faire face à une tempête affreuse qui nous gardera éveillés toute la nuit. Je tiens alors le rôle de planton pour le colonel au poste de garde mis en place sur la route de Xivray.

 

Nous ne quitterons plus Bouconville et ses environs immédiats jusqu'au mois de janvier. Nous ne possédons pas le recul nécessaire pour évaluer notre situation. Nous savons seulement que c'est là que tout se passe et que nous, soldats de fortune, héros malgré nous, contribuons tant bien que mal à faire avancer l'histoire.

Presque tous les jours, nous partons pour les tranchées de Xivray sous une pluie battante, car le ciel semble avoir décidé de nous punir. Nous faisons des va-et-vient entre le village et les tranchées, prenant tour à tour des moments de repos. Nous essayons de faire au mieux et utilisons des bottes de pailles pour nous assurer un semblant de confort. Il nous faut à présent peu de chose pour nous réconforter car nous sommes totalement démunis, voire déhumanises et nous vivons comme des automates.

Xivray-Bouconville et retour. Tranchées, vacarme, instinct de survie dans un univers de boue et de misère, horreur du spectacle à présent trop courant du copain qui ne vous répond plus car il vient d'être déchiqueté par un éclat d'obus. Et puis le retour presque joyeux parce que nous sommes en vie et que ce soir encore, nous aurons droit au verre de vin chaud qui nous tournera un peu la tête tout en  nous apportant la conviction que nous sommes toujours faits de chair et de sang. Personne ne cherche à faire le bilan de la journée ou de l'action menée. Nous sommes là, cela suffit à nous satisfaire.

Noël arrive avec son lot de souvenirs tendres mais d'autant plus douloureux. Le manque, le besoin impératif de serrer dans ses bras la femme qu'on aime pour lui dire qu'on sera toujours là pour elle et qu'on lui fera des enfants qui lui ressembleront.

 

L'aumônier a dit la messe de minuit dans une grange de Bouconville. De l'autre côté des tranchées, l'ennemi devait lui aussi prier le même dieu avec la même ferveur. « Gott mit uns » ou « Dieu avec nous » ? C'est là la question. Comment Dieu pourrait-il prendre parti lorsque les humains qu'il a créés se conduisent de façon aussi absurde et font un tel gâchis des belles choses qu'il leur a données ?

Cependant, tout ce qui compte en ce matin de Noël, c'est le festin de roi qu'on nous offre : hors d'œuvre, poulet rôti, un litre de vin pour deux... La bombe, quoi !

 

(*) : C’est exact. Ces 2 bataillons qui étaient détachés rentreront du front belge ce 1er janvier.

Janvier 1915

Par une nuit sans lune, du 3 au 4 janvier, nous sommes relevés par le 4ème bataillon arrivé au repos à Bouconville. Le colonel, quant à lui, décide d'aller s'installer à Broussey. Le commandant établit son quartier général à Bouconville qui semble décidément constituer un point névralgique dans cet affrontement.

On me prête une bicyclette car je dois me rendre à Broussey apporter au colonel un pli sous enveloppe. Changement d'activité, certaine forme de reconnaissance : je pédale en respirant l'air vivifiant de cette campagne dont on distingue encore à peine les meurtrissures. Je me sens libre et heureux.

 

Une semaine a passé et c'est à nouveau à notre tour de relever le quatrième bataillon retourné dans les tranchées. Nous sommes le 10 janvier.

Après avoir passé la journée en préparatifs, nous reprenons la route. Il fait nuit noire et nous nous déplaçons lentement dans la boue glaciale qui nous monte jusqu'aux genoux et semble nous aspirer vers le néant. Les tranchées serpentent, ininterrompues, de la Courtine à Xivray.

À partir de là, nous allons pendant plusieurs semaines, faire des allées-venues dans la même région, alternant combats dans les tranchées et périodes de repos. 

Nous faisons alors de notre mieux pour nous aménager un quotidien routinier qui nous rassure en quelque sorte.

 

Le 11 janvier, nous revenons vers Broussey où nous dénichons une grange confortable.

Le lendemain, au petit jour, me voilà de nouveau, pédalant allègrement en direction de Commercy où je suis chargé de faire quelques courses pour le capitaine. Cependant il nous faudra, quatre jours plus tard, réitérer les préparatifs de départ. Il est temps d'aller relever le quatrième bataillon dans les tranchées de la Courtine. Notre compagnie assume alors le rôle de guide.

 

Nous ne restons jamais bien longtemps dans les tranchées. Le 18 janvier, le deuxième bataillon vient nous relever à Xivray. Nous rencontrons un problème sur le chemin du retour. Notre compagnie est bombardée sur la route de Bouconville. Quatre obus sont tombés dans les granges qui nous accueillaient.

Nombreux sont les blessés. L'adjudant qui se trouvait devant le bâtiment l'a été grièvement. Le caporal et deux téléphonistes ont perdu la vie.

 

Le 21 janvier, on m'envoie porter un pli cacheté à Gironville, à quatre heures de l'après-midi. Fini, le sentiment de liberté. Je pédale à toute vitesse, persuadé d'être poursuivi par la Mort en personne.

Le lendemain, nous voilà repartis pour Besombois, bois communal de Bouconville, pour assurer la relève de la troisième compagnie.

À la Sapinière, nous retrouvons le commandant ClémenS, alors de permanence dans le bois. Il est attablé dans la cahute de la Sapinière dissimulée au bout du chemin. En compagnie du sergent-major Valette, il se délecte d'un colis récemment reçu. Nous ne ressentons aucune jalousie : « Carpe Diem » est tout particulièrement au goût du jour et les événements récents nous ont confirmé que la Grande Faucheuse ne respectait en aucun cas la hiérarchie.

Nous serons très bientôt relevés par la deuxième compagnie. Par une nuit glaciale, nous nous hâtons d'emballer nos affaires, sans oublier de préparer les pièces à livrer au commandant.

Au petit matin, nous atteignons l'étang de Bouconville. Nous serons hébergés dans les caves du château.

 

Trois jours de repos et rebelote …Revue en tenue par le commandant de compagnie et départ pour la relève de la deuxième compagnie. Cette fois-ci, chacun doit se charger d'une botte de paille.

En fin de mois, nous sommes à notre retour relevés par la troisième compagnie.

FEVRIER 1915

Février débute par une nouvelle relève dans les tranchées de la Sapinière. Notre corvée consiste à apporter du charbon et les pièces au commandant. Je tombe dans l'eau à la lisière du bois. Est-ce que je souffre ?

Je n'en sais rien. Tout est corvée, tout est douleur, ou plutôt insensibilité à la douleur, quelle qu'elle soit. Et tout cela continue, ponctué par les bains de boue, les chutes de neige, les inondations.

Personne n'est épargné.

 

Petit « plus » le 11 février : De retour à notre base, nous avons le plaisir modeste de déguster une bonne soupe arrosée de vin chaud.

Le lieutenant (Adolphe) JÉgou du Laz prend le commandement de la première compagnie. Le capitaine Baillayre, quant à lui, se verra attribuer le deuxième bataillon. (*)

Avant le départ, l'adjudant met le feu à la cahute. En chemin, nous sommes bombardés par les Allemands. Deux de nos camarades sont emportés par des obus de gros calibre 105 et 150.

Arrivés sur place, nous trouvons le sergent Berniéri déchaussé. Furieux, le capitaine Baillayre le fait « casser ». Aucun laisser-aller n'est permis, en particulier de la part de ceux qui doivent donner l'exemple. Est-ce une espèce de protection que

 

Sans relâche, nous couvrons la distance entre Bouconville et les tranchées. Relève, combat, attente … Il fait froid, et quatre jours de repos ne suffisent plus à rompre la routine de plus en plus pesante, voire douloureuse.

Quel progrès ? Quel espoir ? Verrons-nous un jour le bout du tunnel ? Il est terriblement dévastateur, ce sentiment de plus en plus renforcé par les faits, que nous ne représentons que des pions insignifiants sur un grand échiquier, et que les règles mêmes du jeu ne sont plus fiables.

 

Petit plaisir intense cependant : je croise par hasard mon voisin Louis Ambard. Le souvenir des jours heureux nous submerge comme une immense vague. Nous qui avons jusqu'alors oblitéré le moindre bonheur passé afin de nous protéger, ouvrons toutes grandes les vannes.

Pendant quelques heures, nous voilà transportés à Bras. Il fait beau, le ciel est bleu et le soleil provençal nous brûle la peau. Nos amours, nos projets, tout est là, intact, tangible, bientôt indescriptible manque.

 

A deux heures du matin, le rideau tombe. Il faut se séparer. Chacun repart vers un destin des plus improbables. A nouveau, chacun prend soin de verrouiller les portes de sa mémoire. Ne plus penser, ne plus souffrir.

Le chocolat chaud qui nous est offert et qui, ces jours-ci suffit à nous procurer le sentiment minimal de bien-être indispensable à la survie, ne suffit plus et c'est la mort dans l'âme qu'une fois de plus je me mets en route pour assurer la relève.

 

(*) : Le JMO au 16 février indique toujours le capitaine BAILLAYRE commandant de la 1ère Cie avec le lieutenant JÉGOU DU LAZ et les changements ne semblent pas mentionnés au JMO les jours suivants mais :

  - le lieutenant Adolphe Anne Marie Maurice Armand JÉGOU DU LAZ y sera annoncé tué devant Flirey en commandant la 1ère Cie le 6 avril 1915.

  - le JMO dans l’état au 26juin 1915 indique bien le capitaine Marcellin BAILLAYRE chef du 2e Bataillon. Il sera tué à Malancourt le 28 mars 1916.

Le changement a donc bien eu lieu mais après le 16 février.

 

Printemps 1915

Le mois de mars prolonge la routine. Montée aux tranchées, relève à neuf heures du soir.

Le lieutenant (Adolphe) JÉgou du Laz nous accompagne et dirige nos reconnaissances. De temps en temps l'un d'entre-nous disparaît, emporté par un obus ou gravement blessé. Mais à cela aussi, nous sommes accoutumés et il suffit d'un bon café pour nous remonter le moral.

 

Le 15 mars, lors de l'une de nos allées et venues, nous sommes attaqués par les Allemands, « Les Boches ». Cela aussi fait partie du décor et quelques coups de canon tirés çà et là ne nous impressionnent plus.

 

Le 16 mars, on nous annonce enfin une petite avancée : nous allons changer de secteur et dormir à Gironville. Traversée du bois de la Reine, vingt-cinq kilomètres de chemin boueux.

En fin d'après-midi, nous arrivons enfin à Ménil-la-Tour. « Café chaud » et surtout « repos » reviennent comme un leitmotiv dans mon récit, indispensables à son existence comme à la mienne.

 

Le lendemain est jour de lessive.

Mon ami Félix Roux et moi nous rendons à la rivière située derrière le bureau de tabac. Comme les temps ont changé ! Je ne peux m'empêcher de retourner aux jours de mon enfance. On ne voyait pas les hommes au lavoir, seulement les lavandières ou les mères de famille venues laver leur linge en bonne compagnie. Il fallait arriver tôt le matin pour occuper les meilleures places, à savoir le haut du lavoir. On pouvait ainsi bénéficier de l'eau claire. On apportait sa caisse et on s'y appuyait pour mieux frotter.

Avec mes copains, j'adorais épier toutes ces dames qui, pour une fois et en dépit de la difficulté de la tâche, se divertissaient, laissant aller à colporter des commérages parfois osés qui égayaient toute la compagnie … Et nous instruisaient, à notre plus grande joie !

En ce moment, les échanges sont sûrement moins gais car tous les fils, les fiancés et les maris sont partis. On doit y parler de guerre, de mort mais aussi d'espoir. On doit également évoquer le temps de l'insouciance qui forcément reviendra un jour. Je crois que si je survis à cette épreuve, je me rendrai à nouveau au bord de ce petit lavoir, en pèlerinage, et je le remercierai de m'avoir, par son souvenir, aidé à surmonter mes jours de peine.

 

(*) : Il pourrait s’agir de Félix ROUX classe 1913 alors au 163e RI : sa FM (2 pages).

 

C'est le premier jour du printemps mais nous n'avons pas le loisir de nous arrêter sur de telles considérations. Nous devons nous préparer pour une nouvelle destination, Ansauville. Nous passerons d'abord par la revue d'armes et nous mettrons en tenue de départ. Enfin de nouveaux horizons !

En cours de route, le docteur-infirmier est évacué pour on ne sait quelle raison.

Nous arrivons à Ansauville le 26 mars aux aurores. Il nous faudra deux jours entiers pour nous installer, rendre les logements habitables et obtenir les coordonnées des propriétaires des lieux.

 

Le 28 (mars) à 16 heures, alors que tout est enfin en ordre, nous sommes bombardés par les Allemands. Bilan : Deux artilleurs tués et une femme blessée. Le premier bataillon part assurer la relève du 4ème dans le bois du Jury.

Le lendemain, mon copain Brutus et moi-même sommes affectés au canon de 37. Après une journée paisible, nous sommes à nouveau bombardés par l'ennemi mais ne subissons aucun dommage. À l'aube du mois d'avril, la 3ème compagnie vient prendre la relève.

De retour à Arsonval les premiers jours d'avril, nous mettons nos armes et bagages en ordre avant d'être passés en revue par le lieutenant (Adolphe) JÉgou du Laz. Le soir même, nous sommes envoyés au combat dans le secteur du bois de Mort-Mare.

 

Le 3 avril, à la tombée de la nuit, nous nous mettons en route en direction de Flirey. Nous avançons comme des automates car jamais nous ne sommes tenus au courant de la situation réelle. Qui a l'avantage ? Qui gagne ? Qui perd ? Nous rejoignons le 275ème régiment d’infanterie déjà en place.

L'aspirant Blanchon et moi-même recevons l'ordre de sortir de la tranchée à une heure du matin afin d'effectuer une reconnaissance de l'endroit. Nous devrons ensuite retourner chercher la compagnie pour la conduire sur les lieux. Conscients de notre mouvement, les « Boches » lancent plusieurs fusées et se mettent à nous bombarder avec des obus de gros calibre. Nous devons avancer sous le tir nourri de leurs fusils.

Le commandant me confie un pli à porter au capitaine du 275ème. Il me faut pour cela traverser un espace à découvert, par-delà le boyau que nous avons creusé. En bon petit soldat ordinaire, j'obtempère sans me poser de questions. Il faut simplement filer droit pour atteindre au plus vite l'autre côté sans se faire « canarder ».

Je ne sais pas si j'ai peur, je ne sais même pas si je pense. Je m'élance.

 

Je passe à côté d'un soldat gisant, le ventre ouvert. C'est alors que se déclenche en moi un sentiment nouveau : je ne peux pas laisser là cet homme blessé. Je dois lui porter secours. Je ne pense à rien d'autre. Il ne s'agit ni de charité, ni de compassion. J'agis par pur réflexe. Je le charge sur mes épaules pour le transporter à couvert. À présent, je représente une cible vivante pour l'ennemi qui me tire dessus. Je cours éperdument. Je ne sens plus mon corps, ni le poids de l'homme que je porte. Je suis surpris de ne pas avoir mal, de ne sentir aucune balle me transpercer, aucune douleur fulgurante me traverser. Je cours, les forces décuplées par quelque chose qui me possède et me pousse vers l'avant.

Arrivé à l'abri, je pose mon fardeau, soulagé de m'en être miraculeusement sorti, mais aussitôt frappé de plein fouet par l'effroyable vérité : Le soldat que j'étais censé aider m'a servi de bouclier humain. C'est lui qui a reçu les balles qui m'étaient destinées mais qui lui ont été fatales. C'est alors, je crois, que je prends vraiment conscience de ma situation. L'automate, le bon petit soldat, se transforme en homme effondré, déchiré, coupable d'avoir été épargné aux dépens de celui qu'il croyait secourir.

J’ai traversé le no man's land. Si j'avais été atteint, je n'aurais représenté qu'une perte insignifiante de plus dans le grand jeu de la mort, un petit pion sans importance. À cet instant, je recouvre toute ma qualité d'homme à part entière. Je comprends ce qui se passe. Je m'humanise et me promets de tout faire pour racheter un acte dont, en fait, je ne suis pas coupable. Ironie de la guerre, ironie du sort, terrible farce...

Sur ma route, cette nuit-là, je porte secours à six autres personnes. Mû par cette volonté féroce de vivre et d'aider les autres à vivre. Mû par une volonté aveugle de faire la nique à la mort. Inconscience totale, reconnue et récompensée par quelque force supérieure puisque je suis toujours là, bien vivant, indemne.

 

Cet effroyable épisode me vaudra plus tard une citation, mais c'est ma bonne étoile que je remercierai jusqu'à la fin de mes jours. Où se situe donc la frontière entre la lâcheté et l'héroïsme ? Qu'est-ce qui déclenche l'une ou l'autre ? Tout ce que je sais, c'est que je n'ai pas pris le temps de peser le pour ou le contre, d'évaluer les risques, de penser à sauver ma peau avant tout. Je n'ai pas agi par altruisme mais par pur réflexe, je ne suis responsable de rien. Tout ce qui me reste de ce moment atroce, c'est le sentiment de terreur intense qui décuple vos forces et vous transforme. Geste machinal d'un automate qui soudain réagit et refuse férocement  de se voir  transformé en chair à canon.

 

Le 4 avril au matin, nous recevons l'ordre de rentrer, laissant le premier peloton continuer à creuser le boyau reliant les tranchées.

Le soir, c'est au tour du deuxième peloton de rentrer.

À l'aube du jour suivant, tout près du boyau, un deuxième soldat rend l’âme dans mes bras. Cette septième victime de ma terrible aventure, je la connais bien. Il s'agit de Blanc (*), notre ancien cuisinier. Hélas, ce dernier succombe très vite à ses blessures. Je dois appeler les brancardiers à l'aide pour qu'ils aillent le chercher là où je l'ai laissé pour mort.

Je ne pouvais rien pour lui, sinon lui apporter un peu de chaleur humaine et quelques mots tendres sortis de ma bouche presque inconsciemment, au moment où il a fermé les yeux. Voilà, j'exprime encore le besoin de me justifier

 

Nous marchons toujours en direction de Flirey.

À sept heures du matin, nous arrivons à Ansauville. Nous prenons nos sacs et partons pour Royaumeix, petit village voisin.. Le lendemain, nous quittons à nouveau Royaumeix pour Ansauville et de là, sommes dirigés vers les tranchées. Rien ne nous est épargné. Il pleut à torrents et nous avançons, trempés jusqu'aux os.

 

(*) : Marius François Eloi BLANC, tué à l’ennemi. Voir sa fiche.

 

Nous sommes le 6 avril.

Il s'agit désormais de tenir tête à l'ennemi dans le bois de Mort-Mare. Les quatre compagnies interviennent tour à tour, puis ensemble mais à midi, les Allemands regagnent du terrain. Soudain, le lieutenant (Adolphe) JÉgou du Laz porte les mains à sa poitrine : il vient d'être touché en plein cœur par un tir ennemi.

Il décède peu après, oublié provisoirement car il y d'autres chats à fouetter, d'autres vies à prendre et à préserver. (*)

Sont également victimes de cette attaque les aspirants Manebon et Giraud (**).

L'adjudant Vigne et le lieutenant Putois sont blessés par le même tir d'obus.

Les Allemands réussissent à s'introduire dans notre tranchée mais nous les en délogeons à coups de fusil, voire de baïonnette. J'ai pour tâche de transporter les blessés dans le boyau.

À minuit, nous sommes relevés par le quatrième bataillon. Le sous-lieutenant Clin prend le commandement de la compagnie. Pour nous déplacer, nous sommes obligés de nous faufiler entre les cadavres. Nous tombons dans des trous d'obus entre les lignes car corps du Lieutenant (Adolphe) JÉgou du LAZ git encore quelque part et doit être retrouvé.

 

(*) : Lieutenant Adolphe Anne Marie Maurice Armand JÉGOU du LAZ, mort pour la France le 6 avril 1915 à Flirey (54). Voir sa fiche.

(**) : Lieutenant de réserve (nommé à titre temporaire) Alphonse MONIN-BOISSE de la 4e Cie. Voir sa fiche matriculaire.

(**) : Aspirant André Paul GIRAUD, mort pour la France le 6 avril 1915 à Flirey (54). Voir sa fiche.

 

Le 7 avril ne nous apporte aucune amélioration.

La quatrième compagnie agonise.

Flirey explose de tous côtés. Nous assistons, impuissants, à un spectacle apocalyptique, à un combat sans merci au cours duquel chacun perd son âme et se réjouit de la tête qui éclate comme un fruit trop mûr ou du corps déchiqueté dans le camp d'en face. Toute la haine transparaît quand on parle du « Boche » qu'on n'a pas raté...Ah non, alors, celui-là, on ne l'a pas raté ! Nous quittons les lieux à onze heures du soir afin de rejoindre Ansauville, puis Ménil la-Tour car le repos s'impose.

Arrivés le lendemain à Ménil-la-Tour nous faisons le compte des absents, nous évaluons l'étendue du désastre. (*)

 

(*) : Les combat du 6 et 7 avril 1915 sont relatés très précisément dans le JMO. Ils ont a couté 513 tués, blessés et disparus le 6 avril et 439 tués, blessé et disparus le 7. Pour pas grand-chose…

 

Nous resterons dix jours sur place car tout le monde a été fortement ébranlé par ces combats de la Mort-Mare. Il faut se retrouver, se reprendre avant de repartir pour de nouvelles aventures probablement aussi désastreuses.

C'est le moment de se reposer et de faire sa correspondance. C'est effectivement un devoir que de rassurer les parents qui se morfondent aux échos de la violence des combats. Il nous revient enfin la pénible tâche d'écrire aux familles des victimes pour leur faire part de leur malheur.

Pendant ce temps-là, d'autres combattent et sont décimés à une cadence infernale dans le secteur de Flirey.

 

Le 19 avril au soir, nous repartons relever le régiment d'infanterie dans le bois du Jury.

 

Trois jours plus tard, nous sommes relevés à notre tour par le 35ème régiment colonial. C'est à moi qu'est confié le soin de faire avancer la compagnie, mais ce n'est pas chose aisée car la plupart des soldats se sont soûlés copieusement et se vautrent dans les boyaux. Il faut cependant avancer et quitter ces tranchées au plus vite car cette fois-ci, peu de repos nous sera accordé.

Nous arrivons à Ménil la tour à cinq heures du matin pour repartir aussitôt vers Ansauville où nous restons jusqu'au 28.

Le soir du 28, alerte générale : En fait, il ne s'agit que d'un exercice... Comme si nous n'étions pas suffisamment stressés...

 

Les derniers jours d'avril, nous les passerons dans les tranchées à pratiquer pour de vrai notre jeu macabre.

 

Le mois de mai n'apportera aucune variation dans les programmes. Ansauville, puis tranchées. Combats et corvées, les trois-quarts du temps dans la boue, sous une pluie battante. Mais à ce stade, nous ne sentons plus ni l'eau, ni le froid qui sont devenus aussi familiers que les combats.

 

Le 8 mai, c'est au tour du sergent-Major Valette d'être évacué en ambulance. Est-ce une tour, un cheval, ou, plus vraisemblablement un fou sur cet échiquier maudit ? Il est remplacé aussitôt par un autre fou, ou peut-être un cheval ? Le sergent-major Fourrier.

 

Le 14 du mois, les commandants des deuxième et troisième compagnies sont appelés d'urgence au bois Brûlé, sur la route du Pays-Brasseitte. Ils s'y rendent en automobile et disparaissent.

Quinze jours plus tard, le commandant Clemens ainsi que la deuxième et troisième compagnie réapparaissent à Minorville en automobile. Pendant ce temps-là, les 1ère et quatrième compagnies combattent dans les tranchées.

 

 

FIN PROVISOIRE

 

L’ensemble du carnet a été publié et peut être acheté ici.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

 

Voir sa fiche matriculaire

 

Voir des photos du 163ème régiment d’infanterie

 

Suivre sur X (Twitter) la publication en instantané de photos de soldats 14/18

 

Vers d’autres témoignages de guerre 14/18

 

Retour accueil