220 carnets de guerre, carnets de campagne, mémoires,

 Carnets de route, albums photos, lettres et témoignages de Poilus.

 

Mise à jour : décembre 2016

     

    Dans cette rubrique vous y trouverez 220 carnets de guerre, de route, de campagne, lettres de soldats de 14/18, qui m’ont été offerts par des descendants (que je remercie encore) pour les publier sur mon site avec leur accord.

Sont-ils des carnets de guerre ? Ou des carnets « d’anti-guerre » ?

Je rappelle que ces carnets, ne peuvent être reproduits sans le consentement de leur propriétaire ou dépositaire.

 

Vous y trouverez aussi des liens vers d’autres sites consacrés à ce genre de carnets.

 

Si vous voulez y ajouter celui que vous possédez, je peux le mettre en ligne pour vous, contactez moi

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

« Il apparaît entre les lignes de ces carnets, la souffrance journalière, l'attachement familial et l'espoir du retour, hélas hypothétique… »

Didier 2009

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

 

220…Carnet de Fernand VALATX, des 143 et 70e régiments d’infanterie Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : new

 

Tartiers, nord de Soissons, Aisne, 28 mai 1918

« Un obus tombe en plein sur le groupe. 3 tués et 6 blessés.

Vite ! Sac au dos et au trot nous nous replions toujours, c’est affreux, tout le monde fuit, abandonnant des quantités de tout sorte. Notre 75 ne nous soutien plus.

De temps en temps quelques obus qui dégringolent sur notre chemin de retraite, tuant et blessant, qu’on soit abandonné et donnant la panique. Nous sommes lamentables à voir.

Quel désordre, les artilleurs se battent avec nous.

Arrivés à Vauxrezis nous fîmes un peu la pause ; nous étions morts de fatigue et de chaleur… »

 

Le Chemin des Dames, Verdun (2 fois), L’Oise, Fernand combat et coiffe…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

219…Correspondance de Léon PRÉVOST soldats aux 98e et 16e régiments d’infanterie Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : new

 

Lyon, 14 novembre 1914

« Bien chers parents,

Il n’y a encore rien de nouveau ici si ce n’est qu’il en est parti une douzaine ce matin pour leur dépôt et je vous garantis qu’ils ne sont pas partis sans être habillés. On leur a donné un chandail, une ceinture, une chemise, des chaussettes, un cache-nez, un passe montagne et une veste en toile cirée mais elle n’a pas de manches. Avec ça ils n’auront pas froid et ceux qui partent en ont autant. Pour moi, je ne compte pas partir encore.

Je vous embrasse tous. »

Léon

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

 

218…Carnet de Pons ALBERT, du 114e régiment territorial Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : new

 

Carency, Pas de Calais, 13 juin 1915

« Reprise de corvées aux morts. Carency et Neuville. Travail de nuit. Nous enterrons les corps sur place par dix à douze ensembles après identification. Les mouches, en pleine nuit même, nous environnent lorsque nous touchons aux corps. Vers 5 heures, il nous faut cesser par force : marmitage soigné et pluie de balles nous y obligent. Après être restés une heure à cent mètres des lignes, nous partons aux pas de course poursuivis par les obus.

 

Journal de guerre d’un « non-combattant », portant bien près des premières lignes…

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

 

217…Souvenirs, lettres de l’Abbé DURAND Henri, du 410e régiment d’infanterie Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : new

 

Somme, 1915

« «Ah ! Chère maman, si vous voyez votre fils ! Je vous prie de croire qu’il est joli, tout de boue habillé. Cela ne fait rien et l’on n’en est pas triste. Puisque nous sommes dans la boue, allons-y sans sourciller et pataugeons en cadence pour la France.

C’est une manière voulue par le bon Dieu d’expier la prédilection de tant de mes compatriotes pour la boue qui souillent le cœur et l’âme. Je vous assure que l’on s’amuse bien et l’on chante d’un cœur joyeux la chanson de Botrel intitulée : Dans la boue »

 

Henri DURAND, frère Sébastien, abbé au 410e RI, ou le sacrifice d’un poilu « ordinaire ».

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

216…Carnet de guerre du soldat FOURNIER Paul du 140ème régiment d’infanterie Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : new

 

Lihons, Somme, juin 1915

« Le lendemain de notre arrivée, un jeune lieutenant a été tué. Je suis allé le voir, à l'entrée du village, dans la maison où son corps avait été déposé. Il était étendu, rigide sur des planches, moulé dans sa capote de combat, les jambes guêtrées, un des côtés de la figure complètement emportée par la balle qui était venue le surprendre au créneau où il avait commis l'imprudence de venir regarder.

C’est la première victime de la guerre que je vois de la guerre et je rêve à tout ce que ce jeune corps renfermait d'espérances pour l'avenir.

A dix pas de là, le petit cimetière des soldats tués à l'ennemi. Je vais le parcourir. A chaque tombe, une croix et sur une petite pancarte, un nom et quelques chiffres. Je lis quelques noms…Et pourtant, sur tout cela, le soleil luit joyeux…

Il est déjà grand, ce petit cimetière… »

 

Paul FOURNIER écrit, écrit, écrit …

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

215…Carnet de guerre du caporal-clairon Pétrus Joannès PEYROT du 4ème régiment d’infanterie coloniale

 

21 septembre 1918, Serbie

« Journée marquée par l’attaque de la cote 2058 ; l’ordre d’attaque est pour 6 heures, les premières vagues sortent, composées de la 5e et 7e Cie, impossible d’avancer.

Les unités sont prises sous un feu intense de mitrailleuses. Les hommes se replient sous les ordres de leurs chefs. En portant un ordre à la 6e Cie, j’ai un homme de la liaison blessé au pied gauche, un nommé MICHAUD, qui est du canton de Mauprévoir.

Enfin, à 10h50, l’ordre arrive du colonel RONDET d’attaquer coûte que coûte, car paraît-il que les Bulgares continuent leur retraite ; le capitaine MAÏNETTIE commandant le bataillon, donne ses ordres aux agents de liaison de porter l’ordre au lieutenant BOUVIER, un brave de la 5e Cie, à 11h30. »

 

Pétrus Joannès PEYROT, 4e RIC, boulanger de profession, s’est battu contre l’Allemagne du 4 août 1914 au 12 avril 1919. Sur le carnet qu’il a emporté pendant la guerre, il a noté sa campagne en Orient à partir du 25 juillet 1917

 

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

214…Carnet de captivité du Lieutenant Auguste Frédéric THIERRY au 68ème RIT, camp d’Osnabrück

 

25 juin 1918, camp d’Osnabrück, Allemagne

« La journée a été marquée par un petit événement passe et dans le bloc voisin, ou cantonnent des officiers anglais.

Dans une des baraques occupées par eux, un commencement de sape était en construction, 7 ou 8 m avaient été creusés et restait encore 3 à 4 m à creuser pour sortir en dehors du fil barbelé, et par où devait s'enfuir plusieurs officiers.

Ce travail fut découvert par une sentinelle, celle-ci entendant du bruit sous ses pieds, a donné l'alerte au poste, et les officiers anglais ont été surpris dans leur travail, dès le soir les sentinelles étaient doublées. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

213…Carnet de guerre du Sergent BERNE 7e régiment du génie d’Avignon, compagnie 15/13

 

9 novembre 1914, secteur du Four-de-Paris :

« Un lieutenant de chasseurs, le fusil à la main, toujours debout, s’avance vers l’aile gauche, pour déplacer une dizaine d’hommes et les porter à la droite. Les autres, ne sachant ce qui arrive en voyant partir les hommes, croient à une retraite, et s’enfuient en sautant par-dessus nos têtes, en arrière, comme des fous.

Les officiers crient, gesticulent, les traitent de lâches, ils essaient de les retenir, rien n’y fait.

Aussitôt, nous nous voyons abandonné, et les boches qui avancent toujours. J’ordonne à mes hommes de sortir vivement de la tranchée et de se replier.

Dans leur précipitation la plupart abandonnent, fusils, pelles, pioches. Il était temps, car trois sapeurs de ma section qui n’ont pas eu le temps de se sauver ont été soit tués soit faits prisonniers. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

212… Souvenirs de guerre de Victor CHATENAY, sapeur-mineur au 1e génie, puis chauffeur au 9e ETEM

 

Tranchée Mathis, secteur de Carency, Artois, début 1915

« Les inventions que j’ai connues, conçues par des cerveaux de l’arrière pour aider ceux de l’avant à gagner la guerre, étaient rarement des réussites. Je n’ai pas moi-même vu la brouette coupe-réseaux de barbelés en action, mais on disait qu’elle faisait un raffut terrible qui alertait l’ennemi, et qu’il fallait être fort comme un cheval pour la pousser sur un terrain non préparé.

Mais j’ai vu fonctionner le canon porte-amarre : il envoyait un crochet dans les réseaux de barbelés d’en face, puis les arrachait et les tirait à lui au moyen d’un treuil. Certes, il n’y avait plus de barbelés juste devant les tranchées allemandes pendant quelques jours, mais un énorme tas infranchissable était roulé devant nos premières lignes. »

 

Victor CHATENAY a eu une guerre assez extraordinaire, passant de sapeur dans une compagnie disciplinaire, à lieutenant commandant une unité d’ambulancières anglo-américaines. Résistant de la première heure en 39/45, il sera sénateur en 1948 et député en 1951.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

211…carnets de Pierre BOUTS, sous-lieutenant au 21e RI, puis prisonnier aux camps de Rastatt et Osnabrück

 

16 juin 1916, butte de Tahure, Marne

« J’ai trouvé dans un boyau abandonné et à moitié comblé deux petites tombes qui par miracle ne sont pas abimées. Deux croix faites de deux planches sans inscriptions. J’ai eu la curiosité de regarder le papier que contient la traditionnelle bouteille.

Cette dernière étant cassée, le papier est à moitié rongé, et j’ai fait mettre une nouvelle bouteille.

Qui sait, peut-être résistera-t-elle ? Peut-être les familles auront-elles un jour la consolation de venir prier sur la tombe de leurs enfants.

Sur le papier, j’ai lu :

« Ici est enterré le soldat Louis SALMON du 228e infanterie.

Il a été apporté ici 5 ou 6 mois après sa mort par un officier et des soldats de la première compagnie du 93ème d’infanterie qui ont été chercher son cadavre en état de décomposition au prix de beaucoup de difficultés à environ 40 mètres des tranchées ennemies. Est aussi enterré ici le sergent JOYAU du 329 inf. 20ème compagnie. Son corps a été apporté ici dans les mêmes conditions que le soldat SALMON.

Ils sont tombés au champ d’honneur l’un près de l’autre. Honneur à ces braves !

Signé : Illisible »

 

N’est-ce-pas triste à en pleurer ? »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

210…Deux carnets de Louis DECAMPS, caporal puis officier au 288e RI

 

Bataille de la Malmaison, Marne, 23 octobre 1917

 

« Tout le monde hors de la tranchée c'est la ruée vers le barrage et les boches la baïonnette haute.

Au milieu de l'ouragan d'obus du barrage ennemi, la minute est poignante ; il ne faut pas réfléchir. S'engager dans cette zone infernale, c'est mépriser sa peur. Braver ces explosions infernales et cette ferraille qui cingle, c'est vraiment défier la mort ou plutôt préférer à la honte de la fuite, le coup mortel qu'infailliblement on doit recevoir.

Dans bien des âmes, la crainte des conséquences d'un recul, d'une mise à l'abri frauduleuse, des responsabilités du chef est plus forte que la peur. On la surmonte parce qu'il faut en passer par là, qu'il n'y a pas d'autre issue. Après tout il en reviendra toujours quelques-uns et l'on peut être de ceux-là. De gré ou de force il faut y aller, le plus souvent à contrecœur, mais c'est la loi des pauvres bougres de l'avant. »

(…)

« L'attente est la pire des défaitistes ; vision de la mort, le brusque arrêt dans un court râle, de notre pensée, de notre activité. Quelle souffrance morale il faut endurer !

Peu de gens de l'arrière se doutent de cela.

Beaucoup nous diront même au cours de nos permissions, que leurs angoisses pour les leurs qui sont là-haut sont pires. Ceux de l'arrière immédiat des lignes nous disent que ceux qui sont en avant ont moins de risques sous prétexte que l'ennemi évite de bombarder les premières lignes de crainte de toucher les siens. Il y a de quoi rire.

A les entendre tout est réservé à ces pauvres gens de l'arrière immédiat, mais ils se gardent bien de demander à venir relever ceux de l'avant. »

 

Des carnets exceptionnels par leurs qualités, leurs précisions et malheureusement leurs réalités…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

209…Carnet de campagne du Lieutenant-Colonel MERCIER P., du 7e régiment de forteresse

 

Secteur de Brassehaet, Belgique, 22 septembre 1914

 

« Depuis le déroulement des opérations nos hommes n’ont eu à leur disposition pour construire les ouvrages de défense que la pelle Linneman et 5 ou 6 brouettes par compagnie.

Les ouvrages permanents et les magasins du fort et ceux du polygone de Brassehaet situés à deux kilomètres en avant de la ligne des ouvrages permanents regorgeaient cependant d’outils, pelles à long manche, pioches, haches, brouettes, etc, etc, mais toutes les demandes faites pour obtenir la livraison de ces précieuses reliques restèrent sans réponse et les hommes durent continuer à se servir de civière de fortune pour transporter la terre et les gazons servant à la construction des abris.»

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

208…Carnet de guerre de Benjamin LEJEUNE du 2e régiment de Cuirassiers

 

Neuve-Chapelle (Nord), 28 octobre 1914.

 

« C‘est alors que le capitaine nous recommande de bien suivre les principes qui nous ont été montrés par le sous-lieutenant de chasseurs cyclistes, car ce que nous avons fait au figuré, nous allons le faire pour de bon cette fois, puisqu‘il s‘agit d‘aller à l‘attaque du village de Neuve-Chapelle que nous apercevons à 1500 mètres d‘où nous sommes et où sont les Allemands (…). »

« En suivant ce fossé nous arrivons à l‘entrée du village que l‘on attaque, nous enjambons des cadavres anglais, le 1er est un lieutenant et c‘est à ce moment que j‘éprouve vraiment le sentiment de la réalité, c‘est un douloureux spectacle que de voir des morts presque ensevelis sous la boue et des blessés agonisants qui nous regardent d‘un air d‘anxiété.»

« Nous ne connaissons pas le résultat de notre attaque mais nous déplorons 4 tués – 4 ou 5 mortellement blessés, 2 disparus et une quinzaine de blessés (le commandant DE LA BRUYERE a eu les 2 jambes broyées par un éclat d‘obus). »

 

Le début de la guerre dans le Nord de la France, en Flandres, vécue par un Cuirassiers.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

207…Carnet de guerre 1914-1918 de Joseph DUCHÊNE du 230e RI

 

Forêt de Parroy, 1915

 

« Le brouillard se lève, les artilleurs reprennent de nouvelles positions de combat autour du village.

Je vais voir derrière l'église, le sergent Pollier, instituteur à Thônes, originaire de Mures au-dessus d'Alby. Tué d'une balle à la tête. C'est le 1er mort que je vois.

Pauvre pioupiou dans ta capote sale et ton pantalon rouge, tout chiné et taché de la boue des tranchées !

Pauvres mains pleines de terre !

Où est-elle la beauté et la gloire qui devraient entourer ta dépouille de brave soldat ?

Te voilà couché dans sur la terre du petit cimetière, sans linceul, sans verdure, sans couronne de feuillage.

Sa femme, si elle le voyait... »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

206…Correspondance, photos de François BERNARD, prisonnier aux camps de Münster et de Cottbus

 

25/10/1914, Münster

 

Chers père et mère

« J’espère que malgré les épreuves que vous avez dû traverser vous êtes toujours en bonne santé.

Ne vous chagrinez pas pour moi, ne pensez qu’à vos enfants. J’espère avec l’aide de Dieu rentrer bientôt en aussi bonne santé que je vous ai quittés car il ne me manque rien surtout depuis dix jours que la cantine est ouverte où l’on trouve du pain.

Embrassez Mathilde et tous nos enfants pour moi. »

Votre fils dévoué, François

 

205…Album photos et croquis du médecin-auxiliaire Paul ROUX

Étudiant en médecine et originaire de Poitiers, Paul ROUX est incorporé à 19 ans, le 10 avril 1915, comme médecin-auxiliaire.

Il est affecté au service de santé de la 9e région militaire en avril 1916. Il sera au front à partir de mai 1916. Cité trois fois (2 citations au régiment et une à l’ordre du 31e corps d’armée), titulaire de la croix de guerre 2 étoiles de bronze et une étoile de vermeil.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

204…Poèmes et chansons de Pierre MARTIN

 

Pierre Martin était du 81e régiment d’infanterie territorial, puis prisonnier au camp de Wittenberg. Il a écrit un poème sur sa vie au quotidien ainsi que des chansons.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

203…Carnet de guerre d’Augustin ROBIQUET, soldat au 150e régiment d’infanterie

 

27 février 1915, bois de la Gruerie, Meuse :

 

« Enfin 3 jours c’est assez, et là sans dormir, car il faut prendre la garde tous les 4 h et il fait fort froid, il gèle fort.

J’espère que demain nous allons être relevés car c’est assez comme ça.

Nous sommes en ce moment à 8 mètres des boches, ça fait qui faut faire attention à lui pour ne pas recevoir des boîtes de singe sur sa gueule.

En ce moment nous touchons la soupe pour la journée. Je viens de boire ma goutte, elle est très bonne et elle nous fait du bien, car depuis hier soir nous n’avons pas encore eu rien du tout dans le coco. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

202…Carnet de guerre, photos et correspondance d’Henri BOUCHET, du 48e d’artillerie

 

10 mai 1915 :

 

« Je t’écris cette carte, au son de musique (les boches tirent en ce moment sur nos avions qui survolent mon poste d’observation), dans une tranchée de 2éme ligne à 750 mètres des boches. Je vais être relevé ce soir à 9 heures j’y aurais donc passé 24 heures.

Mes élèves – apprentis poilus pour leur début, ont été assez braves mais tout de même un peu émus, surtout qu’à 2 heures de l’après-midi certaine partie de manille fut interrompue par ricochet d’éclat d’obus qui s’est logé dans sur chêne à 50 mètre des 4 garçons (dont un cordonnier à Labeaume) à partir de ce moment-là, ils se sont bien gardés de bouger. Ils étaient verdâtres.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

201…Carnet de guerre de Paulin COLINET, soldat au 106e régiment d’infanterie

 

Vendredi 4 septembre 1914, Hubécourt (Meuse)

 

« Cantonnons à Hubécourt. Altercation chez un mercier avec le capitaine de la 8e Cie. Tête brûlée (son nom SIMON), d’après lui les officiers ont tous les droits. Aucun devoir. Eux d’abord, les hommes après. Nous verrons plus tard à faire châtier l’arrogance de cette caste. Jouisseurs »

(…)

Je pense à ma chère petite femme et à mes chers petits. Mon petit Polo et ma petite Lulu adorés. Je ne puis m’empêcher de pleurer. Comme déjà cela m’est arrivé plusieurs fois. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

200…Carnet de guerre d’Auguste YVAIN, musicien, brancardier au 409e régiment d’infanterie

 

7 mars 1916, carrières du Cabaret de la Cible, Meuse :

 

« Jour de carnaval c'est bien autre chose. Jamais un tel bombardement ne s'est vu. Les bois où nous sommes sont complètement rasés on ne peut plus sortir dehors. Les blessés redoublent le soir.

Nous les évacuons pendant la nuit. Nous ne touchons plus rien à manger, le ravitaillement ne pouvant plus venir. Nous n'avons plus rien à boire ne pouvant sortir chercher de l'eau. Nous mangeons la neige qui tombe tous ces jours ci. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

199…Carnet de guerre et poèmes d’Eugène LE FORESTIER, caporal au 81e régiment d’infanterie territoriale

 

10 mai 1915, Artois :

 

« Aussitôt le réveil et la prise d’armes, on est avertis de rester en tenue, prêts à partir, l’attaque est commencée d’Arras à la mer du Nord, le bruit de la canonnade s’entend bien, il dure depuis plusieurs heures. »

« C’est le moment venu pour en finir ; n’était-ce pas bien la fête de la Bienheureuse Jeanne D’Arc ?

A-t-on choisi ce jour ? En tout cas elle doit là-haut guider le haut Commandement et nous conduire à la victoire. Tout le monde est heureux que cela soit ainsi, à la grâce de Dieu, tous nous ferons notre devoir, attendons confiants l’ordre pour nous mettre en route sac au dos. »

 

Un juge de paix, mobilisé et parti à la guerre…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

198…Carnets de guerre d’Henri JOUSSEAUME sous-officier aux 6e, 123e régiments d’infanterie, puis officier-aérostier

 

Dimanche 1e novembre 1914, Aisne :

 

« Ce soir, je suis allé jouer aux cartes avec la 1ère section. En temps ordinaire, c'eut été un spectacle vraiment remarquable et digne d'un bon peintre.

Une trentaine d'hommes, placés dans toutes les positions, maniant la monnaie comme des chercheurs d'or éclairés par des bougies de suif faisant apparaître sur la voûte et les murailles mal unies de la grotte de gigantesques silhouettes à chacun de nos gestes.

Pour compléter le tableau, des barbes hirsutes, des vêtements sales et des fusils suspendus partout. Enfin, tout pourrait donner l'illusion d'un repaire de brigands...»

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

197…Carnets de guerre du sapeur Camélia BEAUCHEMIN des 20e et 4e régiments du génie

 

Mercredi 5 mai 1916, secteur du Mort-Homme, Verdun

 

« Soudain, orage, une violente bourrasque s’élève courbant les cimes des arbres. Les aérostiers cherchent à descendre les saucisses, mais malgré leurs efforts, les 2 saucisses les plus proches de nous, cassent leur câble et s’échappent. C’est la proche de nous qui rompt son câble la première. La secousse est si violente qu’elle fait trois fois la boucle, elle monte assez lentement, par 2 fois l’aéronaute jette des objets assez volumineux par-dessus bord, ensuite un autre objet qui semble assez volumineux par-dessus bord, et ensuite un autre objet qui semble immobiliser la saucisse un moment.

Bientôt un énorme paquet quitte la nacelle, tombe 50m environ et le parachute se déploie, l’aéronaute vient de quitter la saucisse désemparée qui d’un bond disparaît dans les nuages. Le parachute terriblement ballotté descend dans les lignes.

À peu près au même moment la seconde saucisse s’échappait, la même scène se passait mais, malheureusement le parachute ne s’ouvrait pas et le malheureux aéronaute était tué.

Quant au 1er j’appris par la suite qu’il était atterri un peu à l’arrière des lignes, blessé par un éclat d’obus que les boches lui avaient envoyé pendant sa descente. C’était un caporal qui montait pour la 1ere fois dans la saucisse. Nous avons perdu environ 6 saucisses et les boches autant.

La moitié des pilotes furent tués.»

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

196…Mémoires et souvenirs de Charles BORDINAT du 151e régiment d’infanterie

 

Mercredi 23 mai 1916, secteur de Chattancourt, Verdun

 

« La nuit se passa ainsi et le jour au lever du soleil qui s’annonce chaud.

La machine infernale continue toujours. Nous sommes survolés par des avions ennemis qui règlent le tir de leur pièce, maintenant les obus se rapprochent de notre tranchée, des gros 210. Nous sommes repérés me disent les camarades.

En effet c’est le bouleversement, le carnage, beaucoup sont engloutis, pulvérisés, décapités. Notre tranchée est à moitié refermée, ceux qui ne sont pas blessés, comme moi, restent impassibles, stoïques, attendant aussi la mort. On reçoit la terrible secousse des éclatements, bien souvent à un mètre ou deux de nous et quelques instants après il en tombe un à 1m50 de moi et de mon camarade de combat BOISSON. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

195…Carnet de guerre d’Albert CARRIE, du 7e régiment d’infanterie

 

28 mai 1915, tranchée de Saint-Nicolas, Arras

 

« Dans la nuit, les pionniers enterrent les cadavres qui sont là depuis 15 jours, besogne macabre et qui ne leur plait guère. Mais pourquoi chaque régiment n’enterrerait-il pas ses morts chaque soir de bataille. Comment identifier ces malheureux en décomposition, qui ira leur retirer leur plaque d’identité ou leur livret ? »

« Pauvres familles, vos fils vous seront signalés comme disparus et jamais vous ne saurez ce qu’ils sont devenus, terrible pensée. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

194…Journal de guerre de Gabriel DUBOS du 7e régiment colonial.

 

8 septembre 1914, La Marne

« Le 8, le colonel nous donne l’ordre de marcher en avant coute que coute au cri de « en avant les Marsouins ».

C’est là que nous leur avons passés une belle branlée, nous sommes allés plusieurs fois à la baïonnette, et il fallait les déloger des tranchées à coup de baïonnettes et que les 75 cracher si bien. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

193…Carnets de guerre d’Ernest OLIVIé, des 122e, 322e et 96e RI.

 

Vendredi 21 mai 1915 Somme-Tourbe (Marne)

« 5 h moins ¼ : on emporte le repas froid.

Nous suivons un chemin de traverse qui nous conduit à Somme-Tourbe en 1 h ½. D’ailleurs on n’a pas de sac et par conséquent on marche allègrement. Avant 7h nous arrivons à ce qui fut un village mais qui n’est plus qu’un grand désert de ruines desquelles surgissent quelques légères constructions en planches, des abris en brique construits pour abriter les soldats, et enfin l’église et la mairie qui – chose extraordinaire – ont seules été respectées.

Nous traversons toutes ces ruines, véritable vision de guerre qui donne une espèce de mélancolie indescriptible. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

192…Carnet de guerre de Joseph LAFORGE, soldat au 222e régiment d'infanterie en 14-18.

 

7 septembre 1914, ferme Saint Antoine, secteur de Lunéville (54)

« Ces dures épreuves physiques que nous avons subies prouvent que l’on peut pétrir son corps avec sa volonté, et que ce corps file lentement sur l’ordre. Marcher quand on ne peut plus marcher, dire qu’on va mourir et vouloir fortement vivre, tomber pour ne plus se relever et courir toujours, ne pas dormir, ne pas manger, dormir avec la pluie dans le cou et un ruisseau sous les pieds, être sous le sac comme un cloporte sous une pierre, et emporter sa pierre, puis à la première grande halte oublier tout et tenir le poteau d’arrivée, voilà ce qu’a dit au corps la guerre.

Elle n’a pas dit autre chose à l’âme. Elle lui a appris à faire sa tranchée pour la résistance, à vouloir s’élever vers la lumière. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

191... Témoignage de Constant BON, du 55e RIT, naufragé du torpillage du Gallia.

 

4 octobre 1916, en mer.

« La chaloupe qui m’avait recueilli, étant surchargée à l’excès, les marins accostèrent un radeau vide qui se trouvait à proximité et le prirent en remorque. (…) »

« À coup de rames nous avions à nous défendre contre de pauvres mulets, victimes comme nous du naufrage et qui, bons nageurs, cherchaient désespérément avec leurs mâchoires à s’agripper à nos embarcations, augmentant ainsi nos risques. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

190...Carnet de guerre 1914-1918 de Marceau NÉDONCELLE du 8e Zouaves

 

Mercredi 22 novembre 1916

« Ce matin, il pleut. »

« Le tableau que nous avons sous les yeux est tel qu’on se croirait transporté dans un autre pays. Partout entre les baraques, un pied de boue. Sur les routes, où défilent d’interminables convois d’autos, c’est une boue liquide qui vous arrose constamment. Et ces convois qui hier sur la gelée roulaient presque sans bruit, font maintenant un bruit d’enfer et ont des cahots épouvantables. »

« Là où sont cantonnés les trains de combat ou régimentaires, c’est encore beaucoup pis. Là, la boue vous monte au mollet et ces pauvres chevaux n’osent même plus se coucher.

Sur les routes qui vont vers l’avant, c’est épouvantable : ici une tombe ; là un cheval mort, plus loin une auto dans un fossé, une voiture avec une roue cassée. Et les routes défoncées, puis les hommes qui vont et viennent ne sont que des blocs de boue. Voilà ce qu’on appelle LA SOMME, voilà ce qu’on appelle LA GUERRE. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

189...Carnets de Joseph RAIDL du 168e régiment d’infanterie

Jeudi 5 novembre 1914, Thiaucourt, Meuse

« Nous partions par petits groupes protégé par les feux de salve que nous exécutions et comme je me trouvais à l’extrémité gauche de notre tranchée et que nous partions par la droite, j’ai fait le chemin à genoux en tirant tous les 4 mètres et puis je suis parti en courant par le petit sentier. C’est alors que j’ai été blessé à la main gauche par une balle qui m’a traversé la main, mais heureusement n’a pas touché les os, ce qui fait que je pourrai me resservir de ma main et bientôt retourner rejoindre mes camarades.

Ce qui m’a fait le plus de peine au moment où je me suis vu blessé, c’est de quitter mes camarades et de penser que leur nombre se trouve réduit. Pourvu qu’ils ne soient pas blessés comme moi, c’est ce que je leur souhaite ! Puis j’ai rencontré mon adjudant qui m’a indiqué… »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

188...Cahiers de guerre de Joseph FREMAUX, soldat au 145e RI, puis prisonnier au camp de Friedrichsfeld

 

1e septembre 1914, Boussois, secteur de Maubeuge, Nord :

« Nous avançons prudemment nous ne remarquons rien d'anormal alors en avant et un peu après à notre gauche nous entendons une très vive fusillade : C'est un autre bataillon qui est aux prise au loin avec les Allemands. Au loin nous apercevons les mitrailleuses qui se replient et nous passons près du fort de Boussois qui est totalement démoli. Pourtant quelques batteries françaises continuent d'arriver sans discontinuer sur le fort. Nous arrivons dans un champ dont le blé n'est pas encore rentré.

Nous assistons alors à un bien triste spectacle. Derrière chaque botte il y a un blessé et des morts.

Nous passons derrière le cimetière et le spectacle est bien plus terrifiant encore : Des blessés sont sur les tombes, d'autres se soutiennent aux croix… »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

187...Récit de campagne 1914-1915 du sergent-fourrier Gérard SOYEZ du 127e régiment d’infanterie

 

5 août 1914 :

« Nous passons à Bruay-sur-l’Escaut. »

« À l'entrée du village, de nombreux hommes faisaient la chaîne, un seau de bière à la main, cela offert par la brasserie Bauly qui ne nous oubliait jamais chaque fois que nous passions lors des marches manœuvres. Tous y puisent et se rafraîchissent on ne peut mieux.

Là, je rencontre la mère de Paul à qui je serre la main, puis c'est son frère Gaston qui exempt du service militaire est resté à Bruay. Ce sont les seules connaissances que j'ai pu rencontrer.

Nous passons ensuite devant chez le marchand de vin Wahin-Clique ou se fait une grande distribution de bouteilles. Pour mon compte j'en ai deux, le capitaine n'est pas très content car les hommes commencent à l’énerver. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

186…Carnets de guerre d’Auguste BASTET, soldat au 111e territorial

 

28 juin 1915, Le Mesnil, Marne

« Notre travail consiste à faire des pare-éclats pour garantir le boyau qui est pris en enfilade par les mitrailleuses ennemies. Nous sommes éclairés par les fusées multicolores qui sillonnent l'air, et assourdis par les détonations des grenades ou bombes de toutes sortes que s'échange Français et Boches, il est environ 11 h ou minuit.

Les Boches attaquent à coup de bombes notre tranchée de 1ere ligne, les nôtres répondent, le sol tremble, c'est un crépitement de coup de feu et d'explosions épouvantables. Nos 75 se mettent de la partie, nous sommes blottis au fond du boyau abasourdis par ce vacarme épouvantable. Les débris de fer et de pierre tombent, mais personne n'est blessé. Petit à petit le calme se rétablit en partie, nous reprenons notre travail jusqu'au jour, pour partir à 5 heures et regagner notre bivouac. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

185…Carnet de guerre d’Émile SERRE, infirmier, au bataillon de marche du 60e RI, puis au 115e RI

 

Vendredi 8 octobre 1915, Marne

« Suis courbaturé, n'en peux plus, voilà le 14e jour sous le fer et le feu, les hommes sont presque abattus, terrible, nous ne serons donc jamais relevé.

Matin, pluie de fusant quinzaine de blessés dont mon frère d'armes DUMUR (pas grave), c'est presque intenable, ma pèlerine est criblée d'éclats, je ne suis pas dedans heureusement. »  (…)

« Passons l'après-midi dans se boyau repéré, 3 fois sommes à moitié enterré.

Oh civils de l'armée, si vous voyez notre situation comme la guerre serait vite finie ! Chère femme, chers parents si vous me voyez dans cette misérable excavation qui s'ébranle à chaque coup de canon.

Et dire qu'il faudra encore passer la nuit sur cet amas de pierre, c'est désespérant, pourtant il y a des régiments en arrière. Pourquoi ne pas nous relever un peu, 15 jours sous les marmites c'est démoralisant, c'est affreux, à chaque pas c'est la mort qui nous guette.

Le régiment a perdu plus de 800 hommes, comment ai-je fait pour passer à travers tout cela puisque déjà près de 40 brancardiers ou infirmiers sont tués et blessés !!! »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

184…Correspondance de guerre du commandant PETITJEAN Saint Prix, officier aux 342e, 96e et 122e RI

 

4 septembre 1915, secteur de Tahure, Marne

« Ainsi au lieu d’être dans un souterrain ton mari est dans une bonne chambre bien confortable, où il couche dans un bon lit où il n’a pas le téléphone.

C’est que vois-tu le téléphone dans les tranchées c’est un animal qui ne dort pas souvent et ne nous laisse guère dormir.

Généralement le téléphone est installé avec 2 ou 3 téléphonistes dans mon poste de commandement. Il y en a toujours un qui à l’écouteur à l’oreille.

Tous les quarts d’heure il faut qu’il passe un appel et quelques mots de conversation avec les différents autres postes pour s’assurer que les lignes fonctionnent.

Alors en plus il y a les demandes, les rapports etc. … à minuit.

Allô ! Le commandant de la compagnie du centre demande 2 équipes de brancardiers pour transporter des blessés.

Allô le général demande d’urgence le nom d’un bon cuisinier sachant monter à bicyclette (et jouer du piano).

Allô le commandant de la compagnie de droite rend compte que les allemands font beaucoup de bruits dans la tranchée en face, il se pourrait qu’ils veuillent attaquer.

Allô le commandant du génie vous fait prévenir que l’on fera sauter une mine dans 2 heures.. etc. etc…

Ici rien de tout cela, le sommeil de l’innocence. »

 

Le commandant PETITJEAN a été tué par un obus. La correspondance d’un officier supérieur est rare. Il semble qu’il était très apprécié de ses soldats.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

183…Carnet de Guerre de Léon GALINIER, sergent au 93e Territorial

 

20 décembre 1915, Nampcel (Oise)

« Grave incident dans la compagnie à cause du manque de respect. La compagnie est punie pendant 8 jours et les soirs théorie sur le salut.

2 hommes sont punis, par le général qui passe sur la route, de 30 jours de prison et l'autre de 8 jours. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

182...Carnet de guerre d’Edmond LESAGE, lieutenant au 233e régiment d’infanterie

 

Bois de la Vallée, Chaulnes, Sommes, octobre 1916 :

« Il en fut rendu compte et l’ordre arrivait quelques heures après d’attaquer de suite un bois, ainsi on nous donnait l’ordre de prendre un bois dans lequel les Allemands étaient postés derrière des abatis sans préparation d’artillerie et en plein jour. Il serait intéressant de savoir qui a donné cet ordre criminel pour le mettre au rang de ceux qui auront à rendre compte de leur conduite

« Au moment où nous allions partir un coureur est arrivé porteur d’un ordre disant que l’attaque était reportée à 14 heures et était précédée d’un tir d’artillerie de préparation de deux heures. »

 

7 citations, commandeur de la Légion d’Honneur, Edmond LESAGE, sous-officier, puis officier, nous raconte toute sa guerre

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

181...Carnet de route de Léon LEBRET, sergent au 100e régiment d’infanterie

 

Pontfaverger, 13 novembre 1918

« Et le 13, j'ai rejoint ma compagnie dans les bois de sapin entre Epoye et Pontfaverger où que l'on recommence service du temps de paix et là on a reçu de la ville de Reims pour avoir sauvé la ville du Champagne une bouteille à deux et du vin. »

« On en avait autant que l'on voulait et quelques jours après, il est venu des officiers de l'intérieur, des embusqués et qui voulaient se permette de nous commander et mieux qui auraient voulu que nous poilus qui avons fait la guerre, on les salue quand ils passaient devant nous mais cela n'a pas été bon, on leur a dit que s'il voulait être salué, il n'avait rien qu'à revenir à l'intérieur mais que nous on les em.... et le Colonel a su cela, il les a réexpédiés d'où il venait en leur disant de laisser ses poilus tranquilles, qu'ils avaient plus de mérite qu'eux. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

180...Souvenirs de guerre de Georges LIVACHE, sous-lieutenant au 3e régiment colonial

 

22 août 1914, Rossignol (Belgique)

« Le terrain à parcourir était constitué par des prairies séparées par des clôtures de fil de fer et de petits fossés servant à l'écoulement des eaux. C'est en franchissant l'une de ces clôtures que j'ai été grièvement blessé.

Par chance, je suis tombé dans l'un de ces petits fossés où j'étais à l'abri des balles qui passaient à quelques centimètres au-dessus de moi. Je perdais mon sang en abondance. L'eau du fossé en était toute rougie. (...) »

« Il était environ une heure de l'après-midi et le combat a continué jusqu'au crépuscule. Les tirailleurs allemands ont alors progressé dans la direction de l'endroit où je me trouvais, au milieu d'autres blessés.

M'ayant aperçu, ils se sont dirigés vers moi. Il avait été dit que les Allemands achevaient les blessés.

Ils ne m'ont fait aucun mal. Ils m'ont seulement pris mon revolver, c'était normal. »

 

Déclaré « tué à l’ennemi », ces parents prévenus, Georges LIVACHE était, en réalité, prisonnier.

Resté militaire après la guerre, il finira général de brigade.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

179...Carnet de guerre d’Henri GOYARD, téléphoniste au 236e régiment d’infanterie

 

Jeudi 1er octobre 1914, Bouffignereux (Aisne)

« Journée très calme jusqu'à 5 h du soir. Or à ce moment les obus tombent nous pendant une demi-heure. Nous l'avons risqué belle. Avons resté près du drapeau à quatre téléphonistes et quatre sapeurs. Avons reçu félicitations pour notre conduite (Les officiers avaient quitté le drapeau en le laissant seul, colonel et piston).

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

178...Carnet de guerre d’Elie BOUCHER, sergent au 1e Zouaves

« 72 jours pour mourir »

 

13 octobre 1914, Roclincourt (Pas-de-Calais)

« Ce petit village saccagé se nomme Roclincourt, nos cuisines y seront installées, malgré la pluie d'obus ; le pays est en partie abandonné, nos cuisiniers ont trouvé chez un marchand en gros, des œufs et du beurre et nous ont confectionné une abondante omelette. »

« S'il est des jours ou on ne mange pas ou guère, par contre, on trouve en certains endroits, trop. C'est le gâchis même, on y saccage tout, on peut dire qu'après le passage de " l’ami " ou de " l’ennemi ", c'est la ruine pour tout le monde, c'est la grande misère après aussi, pour tous, ces bons paysans obligés de quitter leur demeure c'est triste ; rien n'est respecté ni linge, ni meubles, ni vin, rien en un mot. »

« Certains vieux, nous disent les larmes aux yeux qu'ayant vu 1870, rien de pareil n'existait, qu'au contraire, dans certains cas, les Allemands respectaient mieux les biens que nous autres, ce n'est pas élogieux pour nous, mais il faut constater la vérité en ce qui nous concerne... enfin ; c'est bien la vie dépeinte que nous avons entendu clamer à toutes les occasions de manifestations contre la guerre. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

177...Carnet de guerre d’Alexandre ROBERT du 204e régiment d’infanterie

 

8 mars 1917

« Je constate que l’état d’esprit est le même à peu près dans tous les régiments qui montent aux tranchées, nous avons tous la même manière de voir.

A peu près comme au 204, tout le monde en a assez et désire que cela cesse à tout prix. Nous voulons la victoire par la paix, tandis que d’autres à l’intérieur veulent la paix par la victoire : une victoire lointaine et problématique, une victoire qui sera noyée dans le sang, voilée de deuils et assombrie par des misères et des malheurs incalculables…

 

Nous ne devons pas nous battre pour accrocher des croix de guerre après des croix de bois, pas plus que pour mettre des feuilles de chêne sur les képis qui n’ont été faits que pour porter des galons, mais bien pour la France. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

176...Correspondance de Robert MAZEL, lieutenant au 8e régiment de Chasseurs

 

Lettre à sa mère, le 11 décembre 1914 :

« Les fusiliers marins que j’ai pu voir lorsque j’étais en liaison auprès de l’Amiral Ronac’h tout à fait au début à Dixmude sont épatants. De beaux yeux qui vous regardent bien droit, un mépris du danger et un amour de leurs chefs admirable. Il serait à souhaiter que nos fantassins leur ressemblent ainsi qu’aux chasseurs et cavaliers qui nous ont laissés sur l’Yser à la « Maison du Passeur » dont vous avez peut-être entendu parler sont victimes de la lâcheté des fantassins. »

 

« Ces derniers qui étaient à leur droite et à leur gauche ont quitté leurs tranchées à l’approche de l’ennemi sans tirer un coup de fusil et sans prévenir nos chasseurs qui ont par suite été presque enveloppés. Quant aux territoriaux qui étaient 1 km en arrière, ils ont « fichu » le camp à la seule annonce de l’ennemi !!!

Il faut que cela se sache, car on parle trop de « nos braves territoriaux » et fantassins pour ne pas en être un peu écœuré quand même. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

175…Carnet de Claude BERNELIN, des 54e, 27e et 13e régiments d’artillerie

 

29 août 1914, Gerbéviller :

« Resté agent de liaison, perdu dans le bois sans vivres, rejoint avec peine la section vers les 9h.

Reparti avec 3 caissons direction de Gerbéviller , panique, obusiers tombe(nt) sur caisson du 3ième lourd, retraite du génie, tableau effrayant, arrêté au retour par général Tavenna (?), traité de lâche et renvoyé aux feux avec Gutton.

Journée mémorable, ravitaillé le 56ième à 3h du soir, agent de liaison, retour à 7h du soir sans manger ni boire depuis la veille. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

174…Carnet de Jean AUBREE soldat au 264e régiment d’infanterie

 

3 août 1914, Abbaretz (44)

« Là, le curé, musique en tête, nous conduit, suivis de la foule, à la gare au son de La Marseillaise, et, devant ces deux rubans d’acier qui nous emmèneront tout à l’heure vers l’inconnu.

Tous les hommes se découvrent, les femmes pleurent, les enfants, de leurs petits yeux égarés, regardent inquiets sans rien comprendre de tout ce remue-ménage.

Après nombreuses poignées de main à tous les amis, le chef nous écarte. Au loin et à toute vapeur arrive le monstre d’acier qui nous emmènera peut-être à la mort. Le voilà en gare, il souffle et ronfle.

Tout le monde se précipite, les pleurs redoublent et un coup de sifflet strident nous avertit que s’en est fait, nous partons. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

173…Carnets de guerre de Raphaël WEILL, brancardier au 1e corps colonial

 

Fin avril 1915, Hans (Marne)

 « Les rats aussi ont pullulé, rien ne leur résiste, ils rongent sacs, percent musettes, attaquent biscuits et chocolat. Ils mènent un sabbat infernal. Le brancardier Dallemagne nous réveille une belle nuit par un hurlement terrible : c’est un rat qui d’un coup de dent lui enlève un morceau de nez.

Alors commence un nouveau sport. On vide les granges de leur paille, tout en avalant force poussière, on tue les rats par centaines à coups de fourche, à coups de bâtons, à coups de pierre, à la pointe des baïonnettes.

Huguet qui sent renaître en lui un besoin atavique de carnage, les attrape avec la main sans souci des morsures et leur tord le cou, comme à de vulgaires lapins. Ingénieux autant que brave, il met à la mode les bourses, les sacs, les portefeuilles en peau de rat. »

 

Les brancardiers, comme Raphaël, ont payé un lourd tribut en allant rechercher leurs camarades blessés ou morts…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

172…Les 11 carnets de guerre de Louis LECOMTE, maître-canonnier au 32e d’artillerie.

 

Dunkerque, 22 mai 1915, à 30 km du front :

« À midi, je déjeune assez bien. La ville reprend de sa vie active.

La moitié des boutiques sont ouvertes, d’abord à cause des fêtes de la Pentecôte. La circulation est très forte.

Beaucoup d’Anglais, marins surtout. Nombreux véhicules et quantité de motos. Tout cela fait pas mal de poussière et un bruit infernal. Les troupes de la place sont assez nombreuses.

On découvre aussi pas mal d’embusqués. Quantité de Mrs pomponnés, se baladant à travers les rues, l’air hautain et presque dédaigneux. S’offrant tout ce qui peut leur convenir, devisant gaiement avec des poupées aux toilettes claires et engageantes en un mot ne vivant absolument rien de la situation… »

 

Louis a rassemblé dans ses 11 carnets, tout son vécu durant 5 ans…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

171…Carnets de guerre de Daniel DURAND, soldat au 301e, 315e et 369e RI.

et ses 600 photos

 

Château de Soupir, 8 octobre 1917

« Toujours à Soupir où nous commençons à trouver le temps long, les premiers jours allaient bien, le temps était beau et nous partions nous promener dans le parc du château……. appartenait paraît-il à la famille Calmette mais dont la guerre n’a fait qu’une ruine, d’ailleurs encore imposante. »

« La cave en est encore habitée par le Général aussi les abords immédiats du Château nous sont-ils interdits. Le parc nous reste, mais il est lui aussi tout mutilé, on s’est battu entre ces murs, tranchés et trous d’obus le sillonnent, de beaux arbres sont abattus et des mains vandales ont renversé les statues de leur socle. »

« À côté d’une grande pièce d’eau, une colonnade est restée presque intacte, l’endroit devait être superbe quand tous les rosiers qui l’environnent, groupés en une savante disposition, étaient en fleurs, à présent par exemple tous ces rosiers sont morts et leurs cadavres s’enchevêtrent piteusement autour de leur monture métallique.

Dans un autre coin du parc, une piscine s’étale au pied d’un coquet pavillon, profitant des beaux jours, j’ai pu prendre deux bons bains forts appréciés après 18 jours de tranchée. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

170…Carnets de guerre d'Alphonse GALLIENNE, soldat au 304e régiment d’infanterie.

 

Rembercourt-aux-Pots, 7 septembre 1914

« Combien de temps j’y ai été ? Ai-je perdu complètement connaissance ?

En tous cas il me semble y avoir été une dizaine de minutes. Je n’entendais plus les balles arriver près de moi ; les boches étaient tout près et je ne me rappelle pas avoir entendu crier.

Je me dis, faut partir.

Péniblement, je me mets à marcher, mais une fois parti je commence à réentendre les balles arriver. Peut-être n’ont-elles pas cessé de tomber. Je passe à côté d’un homme couché, mort, plus que sûr.

Je montais une crête et me disais : « si seulement j’étais de l’autre côté, … ».

Une balle me passe sur la main gauche, enlève la peau. Une autre traverse l’épaule gauche. Je me voyais bien près de la mort.

Tout de même, je demandais à Dieu de me donner le courage de supporter tout cela, et le priais, si je restais, de m’en tenir compte. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

169…Carnets de guerre 1914-1918 de Lucienne COUROUBLE,

habitant dans le Nord occupé, à Etrœungt.

 

Etrœungt (Nord), mardi 20 juillet 1915

« Branle-bas de grand matin. La cloche sonne lugubrement. Appel des hommes
Pendant l’appel, l’escorte du Gouverneur visite toutes les maisons de la cave au grenier, volant tout ce qu’ils trouvent de métaux. Trois grands chariots sont remplis de cuirs, cuivres, bronzes, étains. Tout le monde y passe, vélos entiers ou en ferrailles, lanternes, instruments de musique, etc. Quel pillage ! »

« Des peaux de bêtes sont trouvées chez FROMENT, qui est déjà en prison depuis 8 jours. Le Gouverneur dit que la guerre durera encore des années ! »

30 juillet 15

« Les chiens déclarés devront payer, 60 Frs dès demain pour 1 chien, 90 Frs pour le 2ème, 3ème et ainsi de suite. Ceux pour qui on aura payé auront une plaque et défense de sortir pour eux. Les autres seront abattus, sous peine d’amende de 150 marks. »

Samedi 31 juillet 1915

« C’est fait ‘Follette’ n’est plus. Mieux vaut la tuer plutôt que leur donner 60 Frs. Jusqu’à nouvel ordre, les chiens à atteler sont exemptés de taxes. »

Dimanche 22 août 1915

« Annonce obligeant à mettre une plaque aux voitures de toute espèce, même aux voitures à chiens. Obligation de déclarer les cochons d’Inde !!! »

 

C'est un document très important tant sur le plan humain qu'historique.

Lucienne nous raconte au jour le jour toute la vie dans son village occupé par les Allemands de 1914 à 1918. Tous y est minutieusement inscrit : ce qui passe dans le village, nombre de cavaliers, voitures, trains avec leur cargaison ; toutes les interdictions allemandes, tous les pillages, les rafles, les exactions…

Ces carnets, certainement cachés durant toute la guerre, sont à mettre en relation avec ceux de son mari Adolphe COUROUBLE (déjà publiés sur mon site >> ici <<) parti combattre dès août 1914 au sein du 126e RI.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

168…Lettres d’Henri PLUMARD du 2e Zouaves, année 1914

 

Près de Lyon, 10 août 1914

Je suis arrivé à Sète samedi à 10 heures et de là on nous a dirigé sur Lyon où nous sommes cantonnés ici à proximité du camp de Sathonay, d'où nous devons partir d'ici peu pour aller continuer l'ouvrage : aider à nos camarades de la métropole qui se sont déjà si vaillamment conduits.

Partout où nous sommes passés nous avons été très bien accueillis et c'est avec plaisir que j'ai pu constater l’enthousiasme patriotisme et l'élan avec lequel chacun se prête pour faire son devoir et donner une bonne leçon à ces brutes d'Allemands.

 

Correspondance d’Henri PLUMARD durant l’année 1914

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

167...Correspondance de Jean DUPEYROUX des 126e, 300e RI et 22e RIC

 

Paris, 17 février 1917

« ..Je vois que BOUYOU, il est désembusqué, aussi ou les malheureux on les vide. Il y a que les fils à papa qui le restent embusqués.

Ah les salauds, il y a que le malheureux qui le fait la guerre. C'est pourquoi qu'elle dure tant parce que si eux y étés il y a longtemps que se serait fini il faut les voir balader dans Paris habillés en fantaisie. Il y en a pas un seul de crevé dans le quartier de cette graine… »

 

« ..Et puis s'est vrai bien que si l'on a appelait vos classes, que vous voudriez rien savoir. Mais alors la destruction complète de tous les hommes, ils appellent ça la liberté eux ; et la civilisation passée mais la civilisation moi j'appelle ça la destruction du peuple et misère complète avec la ruine.  Ah les barbares !.. »

 

Malgré son orthographe hésitante, Jean DUPEYROUX nous dévoile dans ses lettres ses réflexions sur sa guerre.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

166...Carnet de guerre et poèmes d’Auguste GALLAND des 30e et 175e RI

 

27 août 1914, secteur de Saint-Dié (Vosges) :

« C'est la retraite !

À peine le signal en est-il donné ou plutôt, à peine les chefs ne tiennent-ils plus leurs hommes que sur la route criblée d'obus, dans les prés qui la bordent, à gauche et jusqu'au bois qui est un peu plus haut occupé par l'ennemi, c'est un sauve qui peut lamentable.

Sans ordre aucun, pêle-mêle, infanterie, artillerie, voitures se sauvent, s'écrasant mutuellement. Tous les régiments mélangés : infanterie, chasseurs, batterie de montagne, artillerie de campagne, chevaux, mulets, cavaliers, fantassins sont lancés de toute la vitesse de la débâcle dans ce ravin formé par la route adossée au talus et une bande de pré bordée, à gauche, par le coteau boisé. Du talus au bois c'est un mélange de toutes les armes, de tous les régiments. »

 

Au travers de son carnet, Auguste GALLAND nous fait vivre les combats de Saint-Dié, la défense de Rothau, la retraite, les combats d’Hermonville (Somme). Après sa blessure, il embarque pour l’Égypte en mars 195, puis pour les Dardanelles.

À peine débarqué, il participe aux carnages des premières attaques turques…

Il a écrits des poèmes qui sont aussi présentés.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

165...Carnet de guerre puis de captivité de Georges LAUNAY, 31e RI, puis prisonnier camp de Meschede, puis Hameln

 

11 décembre 1914, La Haute-Chevauchée, forêt d’Argonne :

Le matin vers 9 heures, il se produit une violente explosion sur ma droite. Ce sont les boches qui ont pratiqué un trou de mine souterrain sous notre tranchée qui saute avec les hommes qui se trouvent à cet endroit.

Ces hommes sont tous tués et quelques-uns sont en morceaux. À 16 hommes dont je fais partie, nous nous trouvons à côté de l’explosion nous avons à peine le temps de nous mettre sur la défensive que les Allemands nous entourent et nous font prisonniers.

Les 5ème et 6ème compagnies ont le temps de se ressaisir et combattent pendant environ 4 heures mais sont obligés de reculer après avoir perdu environ 200 morts et blessés et exactement 196 prisonniers dont 2 officiers.

Il est vraiment extraordinaire que je n’ai reçu aucune blessure.

 

Georges LAUNAY, 39 ans, est mobilisé au 33e territorial, puis rapidement affecté au 31e régiment d’infanterie, en octobre 1914. Fait prisonnier, il nous raconte sa détention.

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

164...Carnet de captivité de Louis LOGNON, du 402e RI, aux camps de Munster et de Senne

 

Mars 1916, camp de Munster :

« Heureusement que j’ai tes colis et ceux d’Amélie. D’autres ennuis s’ajoutent à celui-ci-dessus. La banque ne nous paye plus nos mandats qu’à un taux relativement bas, beaucoup en refusent le payement, ce qui fait un retard sensible pour avoir de l’argent.

La monnaie de nickel et d’argent a été remplacée par des jetons en fer blanc qui ne peuvent être utilisés que dans le camp où tout est vendu très cher et où on ne peut presque rien se procurer »

 

Au début de sa captivité, Louis Lognon va plutôt "bien" il est au dépôt des colis à Munster. Sa hantise : aller en " kommando " travailler aux mines. Et c'est ce qui va lui arriver...Très dur travail. Il a 36 ans. Moral en berne après plusieurs années (3 ans de captivité).

On le voit à l'écriture qui rétrécit. Il n'écrit plus que tous les mois. On se rend compte que tous ces prisonniers ne "tenaient" que grâce aux lettres et colis. Un jour sans... et le moral retombait. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

163...Carnet de guerre d’un soldat allemand

8 septembre 1914, Vaubecourt, Meuse :

« Dès le matin, combat avec l’ennemi.

Bientôt fuite des pantalons rouges, mais nous entrons en combat avec l’artillerie et nous nous retranchons.

Aujourd’hui rien à manger, mais nous buvons du vin et du bon.

Chaque jour, nous perdons quelques hommes. Le soir, nous occupons notre tranchée où nous passons toute la nuit : déjà la 2ème nuit sans dormir. L’ennemi veut manifestement percer ici pour ne pas être pris. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

162...Notes de Camille LEBALOUE brancardier-musicien du 76e RI

 

31 août 1914, Fossé (Ardennes) :

« Là toutes les troupes les granges étaient déjà pleines, et le service divisionnaire n'avait pas encore commencé l’évacuation ; les tas d'équipements, de fusils, de baïonnettes couverts de sang indiquaient devant chaque ferme le refuge des malheureux.

En entrant on y trouvait là étendus côte –à- côte sur la paille, des morts et des mourants, ainsi que d'autres moins gravement touchés et qui réclamaient à boire.  Mais nous n'avions à leur donner qu'un peu d'eau que l'on tenait toujours en réserve dans notre bidon, à laquelle nous ajoutions un peu d'alcool de menthe pour calmer leur fièvre.

Toute la journée se passa à soigner no chers camarades et à aider les majors dans leurs opérations si besogneuses au milieu d'une odeur de sang caillé en décomposition. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

161...Parcours de Charles SKINER, sergent au 88e, 83e RI puis prisonnier à Stendal

 

Décembre 1917, secteur de Verdun :

« Le lendemain 8 décembre, j’apprends mon départ en permission et c’est avec grand plaisir que je quitte ce secteur très agité.

J’arrive à Verdun dans la matinée dans un costume méconnaissable tellement j’ai trempé dans l’eau et dans la boue.

Après avoir passé la journée à me nettoyer, je pars le soir prendre le train de campagne qui va à Landrecourt rejoindre la grande ligne.

Mais à la sortie de Verdun la machine qui nous remorque tombe en panne et nous devons aller à pied à Landrecourt qui se trouve à 12 kilomètres et nous passons à Belleray et Dugny. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

160...Carnet de louis THIEBAUT du 76e régiment d’artillerie lourde

 

21 octobre 1917, secteur de Nordhoek, Belgique :

« En parcourant la forêt avec les M-des-Logis Barde et Bardou, nous visitons un abri bétonné, murs de 1 m avec poutrelles en fer.

Un obus est tombé contre et l’a crevé. Toute cette forêt était occupée précédemment par les Anglais qui y avaient établi des batteries de 150 à 200 mm et 350 mm. On a trouvé depuis un obturateur de pièce qui mesure 350 mm. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

159…Carnet de guerre Charles Biney, du 44ème régiment d’artillerie

30 juillet 1915, Vosges :

« Bombardement complet des boches qui nous en envolent de plusieurs calibres, un obus tombe sur l’abri de bombardement du 33e auprès de la première pièce coupant deux sapins et endommageant quelque peu l’abri qui résiste.

Un 150 tombe également derrière l’abri des brancardiers sans éclater ni entrer dans le sol. Quelques heures plus tard et par deux fois différentes nous sommes obligés de quitter l’abri où l’on couche qui ne garantit que des fusants et allons-nous caser dans celui de bombardement. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

158…Carnet de guerre de Jean LEFORT, du 49e d’artillerie

 

Février 1917 :

« Enfin le 9 février on part à 7h 1/2, on passe à Contre, Fleury, Conty, Bosquel, Essertaux et on arrive à St Sauflieu, on n’est pas trop mal cantonné mais il n’y a pas d’eau propre pour les chevaux, c’est des mares qui sont gelées et l’eau est plus noire que du purin (l’eau est à 10 mètres de profondeur).

Là on paye le vin 38 le rouge et le blanc 40 et 42, les harengs 9 et 10 sous, les camemberts 36 sous, c’est la ruine. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

157...Mémoires de guerre d’Antoine Jean NEGRONI des 6e, 27e et 67e Chasseurs

 

Secteur d’Estrées (Somme), juillet 1916 :

« J'ai assisté à un enterrement de 20 soldats enveloppés dans des draps, portés jusqu'au cimetière par une charrette, accompagnés par un aumônier.

Dans une grande fosse sans cercueil, les prisonniers boches étaient chargés de recouvrir la fosse et leurs faisaient descendre d'abord de grosses pierres dessus. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

156...Journal de guerre de Maurice DELACROIX, mitrailleur au 4e RI

 

25 mars 1915, Meuse

« À 8h je vais prendre emplacement à la place d’un canon-revolver pour battre la route de Varennes au Four-de-Paris.

C’est là que je vais commencer mon œuvre de mort car j’ai ordre de tirer sur tout ce qui passe sur cette route qui est employée par les boches pour faire leur ravitaillement au Four-de-Paris.

Le journal d’un chef de pièce mitrailleuse du 4e RI. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

155...Carnet de campagne de Paul GALLERON du 91e RI

 

5 avril 1915, Les Éparges, Meuse

« La pluie tombe toujours, on va couper les fils de fer qui sont devant, je ne suis pas désigné pour cela, mais ceux qui y vont, retournent tous. Le jour commence à paraître, et nous voyons arriver nos cuisiniers qui ne nous apportent presque rien, car, eux comme nous, ils ont dégringolé en route.

Le café, il y en a presque pas, encore nous, il y en a un peu, on nous donne un demi quart chacun, puis presque autant de goutte.

Je ne sais pas ce que c'est, mais, je le trouve trop fort, et comme je veux voir la charge dans la réalité, je ne veux pas être sous l'alcool. Je jette ma part. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

154…Carnet de guerre de Jean-Marcel ADAMON, du 158e régiment d’infanterie

 

Secteur de BULLY-les-Mines, Artois, 8 juillet 1915

« 8h30 Départ. Un peu après Bully, pause. Parcours à travers champ jadis labouré par obus ; Le village de Bully complètement en ruine. Quelques civils, des soldats.

Les boyaux sont étroits. Canonnade de tous les côtés. Que c’est long. Des carrefours. Les fusées. Un trou de mine aussi grand qu’une maison. Le premier cadavre. Le poste de secours.

La relève. Notre place. Mauvais abri. Nous pouvons l’achever avant le jour.

Les cadavres à côté de nous. Les asticots… »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

153...6 carnets de guerre de Gustave TIBERGHIEN, du 3 Chasseurs belge

 

Secteur de Pervyse, Belgique, 27 octobre 1914

« L’action continue d’être très vive. Nous sommes tous mélangés Belges et Français. Les obus pleuvent dru. Il y a beaucoup de tués et de blessés. Nous ne recevons pas de vivres. Nous mourons de faim. Notre capitaine a été blessé hier. Il y a très peu d’hommes de la compagnie.

Les Allemands creusent une tranchée à 250 mètres. Ils hissent le drapeau blanc. Nous voyons qu’ils jettent leurs morts au-dessus d’un parapet.

Épuisé, je vais à la recherche de ma compagnie qu’on me dit être à Kapelle. »

 

6 carnets de guerre d’un soldat belge 1914-1919. La vision de la guerre du soldat belge est la même que pour les soldats français...

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

152...Carnets du capitaine GAMBARELLI du 118e territorial

 

Sud de Reims, 23 décembre 1914

« Nous suivîmes tout le terrain gagné parallèlement creusé aux tranchées ennemies ; chaque 20 pas nous nous mettions au créneau dans l’espoir d’en voir un. Inutile, cela n’empêchait pas ces brutes de tirer sur nous de derrière leurs créneaux. Je dis à  …. Prenez aussi un fusil et tirons tous les deux.

Nous tirâmes, lui un coup, le premier dit-il de sa vie, alors que j’en ai tiré deux autres après, soit trois cartouches dans le même créneau ennemi sans jamais voir personne. Et mon insistance à tirer me dit le soldat qui me passait les cartouches était inutile car il me dit :

« Voilà 3 mois que nous sommes en face jamais j’en ai vu un seul ».

 

Le capitaine GAMBARELLI a écrit 2 carnets de guerre, un seul nous est parvenu qui décrit durant quelques mois la vie dans les tranchées fin 1914-début 1915, secteur de REIMS.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

151...Sept carnets de Ferdinand GILLETTE aspirant du 158e RI en 14/18,

puis capitaine en 1939-40

 

C'est un document très important tant sur le plan humain qu'historique. Plus de 5 heures de lecture.

La description minutieuse de petits faits quotidiens nous immerge littéralement dans des tranches de vie, et donne notamment un aperçu de la vision des officiers par les hommes de troupe. Celle-ci n'est pas très glorieuse...

Et on ne pourra pas accuser Ferdinand Gillette d'être un lâche car il a eu deux citations. C'est un soldat conscient du sacrifice qu'il consent, et jusqu'au bout, il l'accepte.

Les 1500 pages de ses 7 carnets couvrent 1915 à 1919, puis 1939 à 1940.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

150...Carnet de route de Joseph CAILLAT, 54e d’artillerie

 

Le 26 août 114, Rozelieures

Départ 3 ½, on marche en avant, les Allemands ont reculé, on traverse le terrain que nous avons battu hier, c’était criblé d’obus, triste coup d’œil à voir, des morts à tous les pas on peut à peine passer sans leur passer dessus, les uns sont couchés, les autres à genoux, d’autres assis et d’autres qui étaient en train de manger le pain leur restait à la bouche, des blessés tant que l’on veut, quand on voyait qu’ils étaient presque morts, on les achevait à coups de révolvers.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

149… Carnet de guerre de Paul POURCELOT du 122e RI

 

Locre, Flandres belges, 4 mai 1918

« À notre entrée dans le village, un chien se met à aboyer et il est certain que si j’avais été à ses côtés, je lui aurais coupé la tête, et je n’ai qu’une pensée : c’est de croire que les boches se sont infiltrés dans nos lignes car à certains endroits il y a des intervalles de 800 mètres où il n’y a personne.

Comme nous sortions du village le capitaine trouve le temps long et me demande si nous arrivons bientôt.

Je réponds oui et approvisionne mon fusil et notre marche continue toujours. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

148… Notes de guerre d’Henri CHEVALLIER, caporal au 17e RI

 

« Tireur d’une bravoure et d’une énergie admirable, faisant parti d’un îlot de résistance, a tiré jusqu’à la dernière extrémité sur l’assaillant, lui infligeant de lourdes pertes, complètement encerclé, a rendu sa pièce inutilisable, s’est dégagé à la grenade et a réussi à regagner nos lignes. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

147… Extrait de correspondance de Kléber POULEAU, du 89e RI

 

Secteur de la Haute-Chevauchée, Argonne, 25 décembre 1914

« Je pense que vous allez vous faire des cheveux comme beaucoup en ce moment cela n'a rien de bien agréable j'ai pris la garde au poste avancé 48 heures c'est très moche on attend parler les boches car on est à 40 m comme vous voyez on n'est pas loin.

Ils chantent, ils sifflent, ils n'ont pas l'air de s'ennuyer mais je crois bien qu'ils sont comme les autres qu'ils voudraient bien que cela soit fini.

Ils ont du toupet, car voilà 2 jours il y en un qui est venu à 10m de notre tranchée avec un saucisson et une boite de cigares et les autres se sont découvert par-dessus la tranchée et nous aussi il n'y a pas eu un coup de feu de tiré. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

146… Souvenirs de guerre d’Eugène BAUDOIN, du 3e et 9e génie

 

Juillet 1917, Provins

Il faisait chaud, très chaud, il était environ 10 heures, nous marchions depuis le matin, avec naturellement la pause de 10 minutes toutes les heures.

La fatigue aidant, on criait : « la pause ! ».

On crevait de chaleur, harnachés comme des bourriquots. Le sac pesait 35 Kg minimum, plus le reste.

Nous entendons un coup de sifflet, nous formons les faisceaux, sacs et fusils réglementairement alignés. Nous nous étendons sur l’herbe.

De bouche à oreille se transmet une information : « à la fin de la pause, au lieu d’obéir au sifflet, on reste couché ».

Ce qui fut fait.

Après plusieurs essais, le capitaine rassemble les chefs de sections.

« Que se passe-t-il ? ».

Réponse : « Les hommes veulent bien repartir, à condition que les officiers descendent de cheval et prennent un sac et un fusil ».

Ce qui fut fait.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

145… Notes de guerre de Paul CHAMPDAVOINE, du 4e Zouaves

Dimanche 6 septembre 1914, Chambry

« À 5 heures, départ, on nous a redonné toutes les cartouches, on a marché jusqu’au soir.

On était esquinté, vanné, le canon tonne sans interruption, on a marché toujours sans manger. Le capitaine et le lieutenant ont dit qu’ils brûleraient la cervelle au premier qui s’arrête."

 

"Vers 4 heures, on a commencé à rencontrer des sacs, des équipements abandonnés, puis des Allemands blessés et tués, il y en avait des tas, des chevaux, des caissons, des obus allemands.

Ah ! Quel carnage que la guerre ! Que c’est triste ! Puis on est arrivé ou les tirailleurs marocains ont chargé à la baïonnette les malheureux couvraient la terre de leurs morts et de leurs blessés. »

 

Paul CHAMPDAVOINE raconte au travers de ses notes les journées terribles de la bataille de la Marne.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

144… Notes de guerre de Paul CHAMPDAVOINE, du 18e RI

 

17 juillet 1918, secteur Allemant, Aisne

« Il ne me répond pas, je lui touche le front, j’ai vu qu’il était bien mort.

À ce moment il m’est venu à l’idée un certain plaisir, que tous les combattants excuseront car beaucoup connaissent les souffrances de la soif et elles sont cruelles, c’était que j’allais pouvoir lui prendre son bidon et en boire le contenu.

Je regarde, il n’avait pas de bidon mais il avait une peau de bouc comme presque tous les soldats pyrénéens, j’étais déjà content, je retourne un peu ce malheureux copain, mais la gourde était prise dans les branchages pas moyen de l’avoir.

Alors je coupe la courroie et j’attire précipitamment l’objet de ma convoitise.

Et là, cruelle désillusion, deux éclats d’obus l’avaient traversé et on voyait que le vin s’était répandu donc le pauvre vieux avait encore à boire au moment où il fut tué. »

 

Paul CHAMPDAVOINE raconte au travers de ses notes les journées terribles de mi-juillet 1918, parti à l’attaque du plateau Guerbette.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

143…Carnet de route de Charles DELSAUT, télégraphiste au 2e génie

 

Villiers-Saint-Georges, 8 septembre 1914

 

« De crainte que les voitures de fil que nous attendons se trompent de chemin, le lieutenant m'envoie me poster à 200 mètres du village, à l'intersection des routes. Je suis tout à côté de la première fosse que je vois en train de faire.

On va y enterrer 2 morts.

Ce sont deux chasseurs de je ne sais quel régiment, car on a recouvert leurs figures.

Des automobiles pleines de blessés ne cessent de passer. »

« Le village où je suis, Villiers-Saint-Georges, a été complètement pillé, encore et toujours par les fantassins. Les gens commencent à revenir et c'est affreux de voir leur mine lorsqu'ils s'aperçoivent des vols faits par nous.

Leur rapacité ne porte pas seulement sur les vivres. Dans les magasins, jusqu'à des caisses de chemises de femmes qu'ils ont prises ! »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

142…Marcel DECUGNIERE : du 21e RI, puis prisonnier de guerre

 

14 juillet 1918, front de Champagne :

 

« Journée calme. Le matin, évolution de nombreux avions. Toutes les nuits nous sommes alertés. Nous dormions tout équipés dans la sape.

Il y a quelques jours nous avons reçu un ordre du jour du général : l’offensive allemande en Champagne est imminente. Le mot d’ordre est de tenir jusqu’au bout. Résister jusqu’à la mort. Interdit de se replier sur les lignes arrières, ce qui du reste était impossible et pour cause…

Le soir même le capitaine commandant notre 7e compagnie vient nous visiter et nous répète les consignes :

« Oui, nous sommes sacrifiés. Il faut résister à tout prix. Vaincre ou mourir. »

 

Marcel DECUGNIERE a connu de nombreuses péripéties d’affectation militaires. Celle qu’il nous raconte se passe en Champagne.

Il était agent de liaison au 21e régiment d’infanterie et fait partie des sacrifiés de la 7e compagnie du 21e RI, face à l’attaque allemande. Il sera fait prisonnier.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

141… Carnet de route d’Ovide DARRAS, du 272e RI

 

12 septembre 1914, Vouillers :

 

« Je suis désigné pour le peloton d’exécution ; 4 sergents, 4 caporaux, 4 soldats 1e classe. On amène les déserteurs, le sergent Duhaime, curé, leur donne l’absolution. On les attache chacun à un pommier.

Ils se disent au revoir en murmurant ; c’est un malheur ; à l’abaissement du sabre qui remplace le commandement feu, ils tombent percés de 12 balles ; la mort est instantanée.

Vraiment ça me fait de l’effet, j’en reviens tout pâle. »

« Tant pis, chacun doit faire son devoir »

 

Les combats en Belgique, la retraite, la tragique méprise de son adjudant, la bataille de la Marne, le peloton d’exécution : le carnet de route des trois premiers mois de la guerre d’Ovide DARRAS

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

140… Correspondance de Maurice DROUIN, du 144e, puis 57e RI

 

Janvier 1915 : Aisne :

« En plus de la surveillance de l’ennemi, il y a la vie dans les tranchées ; Au prix de labeur continu et énergique, les travaux de défense du secteur deviennent de plus en plus solides : les tranchées et boyaux sont creusés suivant des trajets plus efficaces pour la défense avec montage de chevaux de frises et réseaux de barbelés.

Création de boyaux à double sens de circulation, clayonnage des parois et caillebotis sur le sol, rigoles et puisards drainent les eaux. »

 

Il s’agit de la correspondance d’un soldat du 57e RI, 1914, 1915

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

139… Carnet de notes de Marceau HAUTRIVE, du 25e Chasseurs

 

22 avril 1917, caserne Sully, Nogent-le-Rotrou

 

« 12h30, rassemblement dans la cour pour la sortie. Le capitaine dit que tout à l'heure au réfectoire un jeune chasseur s'est vanté "qu'au front, il mettrait 12 balles dans la peau du capitaine".

 

« Il demande que ce jeune chasseur se dénonce, comme on ne trouve pas ce chasseur qui est du Nord, et a, parait-il, le teint basané, le capitaine nous fait tous remonter dans nos chambres pour nous remettre en bourgeron et calot, de façon à ce que le cuisinier puisse reconnaître le chasseur en question: on ne le trouve pas malgré le contrôle de toutes les escouades »

 

Le carnet de notes de Marceau HAUTRIVE, 19 ans, raconte en grande partie son incorporation au 25e Chasseurs, puis son départ pour les Éparges.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

138… Mémoire d’Auguste DROUIN, du 27e territorial et prisonnier de guerre

 

24 août 1914, région de Valenciennes, Nord

« Tout d’un coup l’on entend la fusillade derrière nous ; les chefs de section veulent faire face en arrière mais personne ne les écoute.

Chacun se sauve, même le capitaine en tête. Arrivé en haut de la côte que l’on se croyait presque sauvé. Quand tout à coup le canon se met à tirer sur nous.

Coup sur coup fallut traverser la mitraille pendant au moins 800 mètres.

Beaucoup sont tombés morts ou blessés. J’ai eu deux camarades de tombés à côté de moi. »

 

Mobilisé au 27e territorial, Auguste DROUIN connaît la débâcle dans le Nord avant d’être fait prisonnier. Ce carnet est intéressant car son séjour de prisonnier en Allemagne y est décrit très précisément. De très nombreux noms des personnes qu’il a côtoyées, y sont indiqués.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

136...Carnet de route de Paul GROSS, sous-lieutenant au 13e d’artillerie

 

13 septembre 1914, Waly (Meuse)

 

« Une douzaine de français sont dans une grange sur de la paille, qui est presque du fumier. Ils sont restés 3 jours sur le champ de bataille avant d’être ramassés par les Allemands qui les ont soignés. Mais leurs plaies sont infectées.

 

Il y a un chasseur à pied, qui a une balle dans le ventre et qui demande à boire, et il nous maudit pour que je lui donne à boire avec un peu d’alcool de menthe.

Je lui apporte tout ce que j’ai à boire, et finalement nous pouvons le transporter dans le château de la famille de Benoît qui a été pillé par les prussiens mais qui est au moins, propre. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

135... Correspondance de Maurice AUPETIT, 20ème escadron du train des équipages, puis téléphoniste au 101e RI

 

Tranchée de Champagne, 6 mai 1915

 « Ce matin et hier, nous avons vu passer des prisonniers boches et avons 2 mitrailleuses et canon revolver leur ayant été pris hier.

Cela fait plaisir de les voir se rendre et passer devant nous pantelants comme des loques humaines. »

 

« C’est au bruit infernal du canon et des balles que je t’écris ce mot nous allons retourner ce soir dans une boue jusqu’à la cheville et même au-dessus enfin nous arriverons ave la patience et le courage à les refouler et dégager notre liberté et celle de ceux qui sont fait pour mourir. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

134...Jean DEVAUX, adjudant au 238e régiment d’infanterie.

 

1e novembre 1914, parc du château de Fontenoy (Aisne)

« Les tombes qui s'y trouvent sont presque toutes du 292 RI.

L'on y remarque beaucoup d'officiers de ce régiment. Le destin a semblé vouloir, en ce jour de fête des morts, nous placés là.

Il fait beau. Les hommes, sans commandement, fabriquent des couronnes de lierre et recherchent des fleurs.

À 12 heures ce vaste cimetière improvisé est propre et les vastes fosses communes sont recouvertes de fleurs. Ceux-là auront eu leur fête, puisses-t-il en être de même partout. »

 

Mobilisé au 98e territorial, Jean DEVAUX arrive au 238e RI en septembre 1914 dans le secteur de Soissons. IL y sera tué, par une balle française.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

133...Gustave Rolland, du 116e régiment d’infanterie

 

23 août 1914, Maissin, Belgique

« Depuis le 23 au matin, nous battons en retraite et sommes tantôt avant-garde ; tantôt arrière-garde. Chaque fois que nous sommes dans ce dernier cas il y a engagement. Quant à coucher sous un toit il n’y faut pas penser. Heureux quand nous trouvons de la paille et qu’il fait un temps doux sans pluie. (Maissin fut effroyable et le départ des civils belges alarmant). Tristes souvenirs. »

 

Ce petit recueil est une recopie de son carnet de guerre et des cartes postales écrites pendant la « Grande Guerre » par François Gustave Rolland à sa fiancée, Magdeleine Savidan, notre grand-mère ; pour que Gustave ne meure jamais dans nos mémoires familiales.

Envoi de William, son petit-fils

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

132...Carnet d’Antoine LASPOUGEAS, des 103e et 265e RI

 

26 mai 1918, carrières de Sancy, Aisne

« Le matin, dès la pointe du jour, le bombardement a relâché un peu car les boches avançaient et à huit heures du matin, ils nous avaient ramassé presque toutes les pièces d’artillerie.

Alors là, nous avons reçus le premier choc ; ça a été un corps à corps terrible et le combat à la grenade car c’est tout ce que l’on avait. Les boches étaient en plus grand nombre que nous, on comptait dix boches pour un français ; d’ailleurs on ne pouvait pas résister »

 

Mobilisé en 1916, Antoine se trouve au front dans l’Aisne, l’Oise, puis blessé dans les Vosges. Il retourne dans les tranchées de la Marne en septembre 1918.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

131...Lettre de guerre de René DAVID, adjudant au 25e Chasseurs à pied

 

Les Éparges, Meuse, le 6 avril 1915

" Mais La nuit est venue depuis longtemps, nous sommes toujours là ; la soif se fait sentir, la faim, on n’y pense pas. On serait si heureux d’avoir un quart d’eau !

La pluie tombe toujours mais impossible d’en recueillir seulement un demi-quart.

Enfin ! On fait demi-tour !

Voilà dix heures que nous sommes là, dans la boue !

Lentement, nous revenons en arrière ; on nous dit de reprendre nos emplacements du matin. Facile à dire, mais pas du tout à exécuter. »

 

Dans sa longue lettre, René nous décrit, sur son lit d'hôpital, les journées tragiques des attaques d'avril 1915 aux Éparges. Très précis sur la description des lieux et des combats, il nous fait "vivre" ces moments de folie meurtrière jusqu'à sa blessure.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

130...Carnet de guerre de Léon GAUDIN, du 157e régiment d'infanterie

 

Les documents de Léon GAUDIN comprennent son carnet de route, sa correspondance, ses chansons et poèmes. Documents intéressants car tout le récit se passe hors de France de 1917 à 1919 : Grèce, Serbie, Albanie, Bulgarie.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

129...Carnet de guerre de Victor RICHARD, artilleur au 47e d'artillerie

 

Bouillancy, Oise, le 9 septembre 1914

" Mais le soir, les Allemands ayant eu du renfort, ouvrent un feu violent. Notre infanterie, affolée, s’enfuit de toute part, et nous laisse tête à tête avec l’infanterie allemande, mais nous ne perdons pas courage. Nous tenons tête à l’ennemie.

L’infanterie allemande descend une colline en colonne par 4. Une terrible canonnade s’engage. Il y a tellement de fumée que l’on a bien de la peine à respirer.

Enfin le succès vient couronner notre peine. Les allemands reculent en déroute."

 

Le carnet d'un artilleur en 1914, 1915 et 1918. Il a vécu et raconte la bataille de la Marne, côté Ourcq, les combats meurtriers à l'ouest de Soissons (Vingré, Fontenoy, Confrécourt) et la seconde bataille de la Marne (Dormans, Épernay) à partir de juillet 1918.

Dommage que les carnets de 1916 et 17 soient à jamais perdus...

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

128...Parcours de guerre d'Henri TRISTAN, 20e, 114e et 115e d'artillerie lourde, puis 18e escadron du train

 

En mer le 2 février 1918

" Tout à coup on aperçut sur la gauche du bateau le sillage d’une torpille.

Immédiatement je prends mon gilet de sauvetage, je le mets sans m’émotionner et on jette les barques et les radeaux à la mer. Malheureusement le radeau sur lequel j’étais désigné en cas d’accident ne m’a pas donné le temps de l’attraper, j’ai donc sauté par-dessus le bord et fait un plongeon dans le royaume des poissons."

 

La correspondance d'un artilleur durant la guerre. Il a vécu et raconte le torpillage de la Dives aux larges des côtes Algériennes le 1 février 1918.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

127...Parcours de guerre d'Alexandre LUCAS, 67e, 69e et 230e territorial

 

Paris le 30 janvier 1916

"Ce matin vous pourrez voir sur le journal les bombes sur Paris, je ne l’ai encore pas vu, on parle d’une quinzaine de tués et une trentaine de blessés, du côté de la Violette ainsi tu vois qu’on a pas besoin d’être bien avancé pour être en danger. Pour en finir nous y sommes tous et toujours. "

 

Malgré qu'il soit resté à Paris durant toute la guerre, Alexandre (41 ans en 1914) nous fait vivre à travers sa correspondance, quelques moments forts vécus "à l'arrière" par l'armée du camp retranché de la capitale : L'attaque du zeppelin, le bombardement par "Bertha", les raids de l'aviation allemande...

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

126...Journal de guerre de Jérôme LE SAOUT, des 6e et 56 colonial

 

Les Dardanelles, le 21 juin 1915 :

" Le bombardement continue jusqu’à 6 heures. C’est l’heure de l’attaque : on nous donne l’ordre de marcher en avant.

Nous croyions que nous étions pour rester en 1ère ligne, mais on nous fait sortir pour faire l’attaque : nous marchons en avant et nous gagnons la 1ère ligne turque.

Nous tirons sur les Turcs pour essayer de continuer l’avance, nous tenons bien un moment, mais quelques temps après, par contre-attaque, les Turcs, avec des renforts, nous ont presque entourés.

Au dernier moment, quand on voit comment on est pris, on nous crie « Sauve qui peut ». Chacun se débrouille de son mieux : ceux qui peuvent, pour retourner. »

 

Blessé durant l'expédition aux Dardanelles, Jérôme intégrera une section automobile et finira dans la Marine par être réformé pour cause de blessures.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

125...Carnet de guerre d'Agricol DARIER, armurier au 159e RI

 

Arras, le 6 octobre 1914 :

"Les Allemands commencèrent le bombardement de la ville, nous sommes obligés de quitter la caserne précipitamment et c’est sous une véritable grêle d’obus, tout flambe et s’écroule autour de nous que nous quittons la ville.

Jamais jusqu’à présent je n’avais été émotionné comme ce jour-là dans les rues.

Tout le monde courait en s’appelant.

Ici une vieille femme, les cheveux blancs, les yeux hagards appelait à grands cris ses petits.

Plus loin une jeune maman qui est à genoux par terre devant son petit qu’un éclat d’obus vient de tuer.(...)

Tout à coup, je vois arriver une jeune femme en courant et qui pleurait, elle vient vers moi et me dit qu’elle vient d’être blessé et elle me montre son cou, la malheureuse avait une affreuse entaille.

Je la conduis à un magasin et je file le plus promptement possible"

 

L'itinéraire en 1914-15 d'un armurier. Les Vosges, l'Artois...

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

124...Carnet de campagne de Joseph REPIQUET du 157e RI

 

Il s’agit, en fait, d'un aide-mémoire, qu'a écrit Joseph, tout au long de la guerre. Nous pouvons suivre son itinéraire en France, mais aussi en Orient (Salonique)

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

123...Carnet de route d'Émile ANDRE, du 20e escadron du train des équipages militaires

 

"Je vais avec un camion faire un transport militaire pour le génie.

Je pars à 8 h 30 de St-Rémy et passe par Toul, Francheville, les Quatre Vents, Tremblecourt, Avrainville, et Domèvre-en-Haye.

Là, je suis sous la direction d’un capitaine du génie. Nous chargeons des tôles ondulées, des pompes et les conduisons à Marney, près de Pont-à-Mousson.

Là, on entend les obus siffler au-dessus de nous. Il en tombe de tous les côtés, sur les maisons où nous sommes, dans les champs, partout. On en voit tomber plus de 130. Il y en a un qui tombe sur une cuisine d’infanterie qui se trouve dans les champs derrière les maisons. Un obus tombe sur la marmite. Les hommes sont balayés. Il y en a qui sont tués, les autres, blessés. Un autre tombe dans une grange et éclate peu après.

Nous sommes dans une zone très dangereuse."

 

L'itinéraire d'un chauffeur de camion durant la guerre, période 1914-1916

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

122...Correspondance de Louis HAUVESPRE, du 130e régiment d'infanterie

 

Paris, 7 août 1914 :

"On a été environ deux heures à en faire un demi-tour ; de toutes parts se rendait sur notre passage des gens de toutes sortes, des enfants, des femmes, des hommes se précipitent au passage avec des fleurs, des litres de vin, des fruits, et même jusqu’à du pain. On a été pendant toute la journée d’hier à la fenêtre des wagons occupés à saluer de nos mains tous ces gens qui nous apercevaient jusqu’à 200 et 300 mètres on voyait des mouchoirs s’agiter en signe d’adieu."

 

Les 3 premières et dernières lettres de Louis HAUVESPRE à ses parents.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

121...Carnet de note de Victor MATHIVET, sergent au 121e régiment d’infanterie

 

« Mathivet Victor, matricule 06786, sergent à la 3ème compagnie du 121ème régiment d’infanterie ; excellent sous-officier qui a toujours fait preuve du plus grand courage et d’un haut sentiment de son devoir. Blessé très grièvement à son poste de combat, le 23 juillet 1916 au cours d’un violent bombardement.

Amputé de la cuisse droite. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

120...Carnet de guerre de Jean-Marie GILAIZEAU, sergent au 81e territorial

 

2 juillet 1915, bois de Ailleux, Herbéviller

"...Le 2 – travail de nuit – dans cette nuit du 2 au 3 le Bon Dieu m’a sûrement protégé – 2 obus tombent à quelques mètres de moi – au premier, je me suis couché je ne sais comment – le second j’étais à terre je ne m’en suis pas occupé – cette nuit-là, marchant avec le Génie, les ordres nous avaient été mal donnés – notre Compagnie était en retard pour prendre le travail – le capitaine du Génie commandant le travail et demandant un gradé me tombe sur le dos et me donne un ordre formel de diriger tous les hommes de la compagnie à faire le travail sous peine de 8 jours de prison..."

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

119...Correspondances d'Auguste Lecourt, soldat au 104e RI

 

25 février 1916, ferme de Naviaux, Marne

"..Malheureusement beaucoup d'entre nous ne reviendront pas, que de familles endeuillées !

Tu vas dire que je n'ai pas beaucoup le caractère militaire mais c'est honteux de voir ce que l'on voit ici tous les jours : les camarades tombés sur la plaine, le ventre au soleil et c'est une infection que nous respirons.

Pour nous remonter le courage, ils ont fusillé deux types du 315e la semaine dernière.

J'aurais bien d'autres choses à te dire mais je risque la prison. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

118...Carnet de guerre d'Émile POLY, infirmier, puis caporal aux 128e et 87e RI

 

1e février 1918, les Éparges, tranchée de Calonne

"Nous touchons une grosse ration de gniole, nous devinons ce qui va se passer.

Une compagnie du 7ème colonial, vient prendre position à nos côtés dans la nuit, pendant que les crapouillots et nos 75 bombardent les tranchées d'en face."

"Nous réparons les boyaux complètement écrasés. Il pleut à torrent et sommes trempés jusqu'aux os.

Nous n'avons plus rien d'humain et sommes décidés à nous faire tuer sur place."

17 février 1918

"Le bombardement continue de toute part, malgré cela nous avons pu être ravitaillé en pain et en vin. Nous sommes couverts de boue.

Si la mort venait, ce serait une vraie délivrance, car nous ne savons pas quand nous pourrons sortir de cet enfer."

7 juillet 1918

"Je reçois la croix de guerre avec citation à l'armée signée Pétain. Je n'en suis pas plus fier et décide de ne pas la porter, étant donné que je ne la mérite pas plus que ceux qui étaient avec moi."

 

Émile nous décrit les combats de Verdun, Douaumont, des Éparges et du secteur de Saint-Mihiel. De nombreux noms sont indiqués dans son carnet.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

117...Carnet de Pierre BOURGAULT, du 31e régiment d’artillerie

 

20 juillet 1915

"..On commence l'attaque à 6 h du matin, à 9 h (...) Les boches se mettent à nous bombarder, il tombe des obus de toute part, il en tombe un sur le caisson de la première pièce, plusieurs obus prennent feu alors les hommes de la pièce sont effrayés et veulent sortir de l'abri.

Au même moment une marmite arrive en plein sur la ... les met en miettes et on ne trouve qu'une main sur le moment.

Mais le lendemain on trouve des morceaux de tous côtés. x Villar a l'œil arraché.

Il est mort en arrivant au poste de secours. Flandrin reçoit un éclat dans un bras, Durand dans la cuisse. À Orsay AURSAY reçoit un éclat en pleine poitrine, il est mort sur le coup."

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

116...Parcours de Jean FOURNY du 2e zouaves, puis 63e d’infanterie

 

 « …A l’offensive du 16 avril 1917 nous étions en position à droite du Bois de Beaumarais en avant du village de Pontavert qui faisait suite à la plaine de Chaudards et au pied de Craonne.

Cette offensive fut terrible et mal préparée. Rien n’avait été tenu au secret et manque de préparation notable. Les troupes montées au chant de notre hymne national redescendaient des lignes hurlant l’Internationale… »

 

Résumé du parcours de guerre du soldat, puis caporal Jean FOURNY

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

115..Carnet de guerre du sergent Jean EMMANUELLI des 173e et 132e RI

 

Secteur de Roye, Saint-Mard, Somme, 26 août 1018

« A un abri un fait remarquable se produit : deux officiers boches sont seuls, sommés de se rendre par un officier de chez nous, le sous-lieutenant MARE, ils refusent de sortir.

Nous descendons avec précaution le revolver braqué en avant.

À quelques mètres de la dernière marche nous entendons deux détonations. Nous crûmes d'abord qu'on eut tiré sur nous, puis des râlements survinrent.

 

Nous descendîmes alors et les deux officiers étaient par terre noyés dans leur sang.

Un était mort sur le coup et le deuxième râlait encore. Il y avait de belles choses dans l'abri mais ayant vu ce fait si méritoire et noble, je n'eus pas le courage de prendre soit une jumelle soit un revolver. »

 

Jean Emmanuelli s’engage en 1914. Il sortira de l’armée en 1956. Titulaire de nombreuses décorations, dont la légion d’honneur, il nous livre ici son carnet de l’année 1918. Les combats du 132eme dans la Somme l'été 1918 y sont bouleversants.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

114...Carnet de guerre de Arthur CRIBIER, artilleur au 45e RAC

 

« On les décharge au cimetière où les gendarmes ce qui peut les faire reconnaître, plaque d’identité, livret, lettre ; ensuite, on part en chercher d’autres. J’en ai amené une quinzaine avec la corvée.

Il y avait un capitaine d’infanterie instructeur à l’école Saint-Cyr, il avait son bouc taillé un peu en pointe, un sous-lieutenant d’infanterie 45ème, un lieutenant d’administration, un sous-officier du 13ème d’artillerie, un sergent et le reste simples soldats d’infanterie et 2 ou 3 artilleurs dont un brigadier, la tête presque complètement enlevée par un obus. On met les morceaux dans sa musette pour l’enterrer. Des chevaux tués, des maisons brûlées, des cadavres. C’est d’une tristesse incroyable et pourtant, aussitôt que la mort n’est plus sous nos yeux, on n’y pense plus.

Et l’on rit, il est vrai que le vin et le poulet à profusion aide à noyer le chagrin. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

113…Journal de campagne d’Albert GHYS du 127e régiment d’infanterie

 

Secteur de la Côte du Poivre, Verdun, mars 1916

« On prend les premières lignes à la Côte du Poivre. Pendant ce temps les boches nous lancent des gaz lacrymogènes. Tout le monde se trouve fort incommodé. Au début, je souffre, mais après une fois à Bras, je résiste et malgré mon masque, je tiens le coup.

Nuit épouvantable, tranchée d’approche, patrouille, grosse pertes, pas d’abri. On n’a rien à croûter. On nous envoie du manger gelé comme les hommes, on ne peut qu’absorber de la gnole.

Le rata et le plat ne font qu’un. Gelée terrible. On touche de l’alcool solidifié.

Je fais chauffer un peu de vin chaud. Bras est bombardé à outrance. Les chevaux et bêtes de toutes sortes périssent dans les étables.

Nos morts ? On ne peut les enterrer faute de temps.

Impossible de creuser, c’est toujours de la pierre. »

 

Son parcours au nord de Reims, fort de Brimont, Le Godat, La Neuville, Verdun, l’attaque du 16 avril 1917 du Chemin des Dames, la blessure, Craonnelle, La Somme, Maricourt, puis en Champagne, Souain…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

112…CARNET de Guerre du soldat BRANCHE, du 99e régiment d’infanterie

 

Secteur de Fay, Somme, décembre 1914

« ...Vers quinze heures, à la 1e compagnie, sur notre gauche, à la hauteur du Bois Carré occupé par l’ennemi, en un point où les tranchées ne sont distantes que d’une centaine de mètres, un dialogue s’est engagé entre Français et Allemands. De part et d’autre, l’on fait des signes d’amitié ; voici qu’un de nos caporaux mitrailleurs quitte notre tranchée ; un gradé ennemi fait de même ; ils se rejoignent, se serrent la main, échangent des cigarettes et descendent l’un et l’autre dans la tranchée adverse. Bientôt, c’est un défilé de soldats ennemis dans nos tranchées : il en vient huit, des Bavarois qui, une fois chez nous, ne veulent plus retourner là-bas. Quant à notre caporal, il est renvoyé chez nous avec force cigares et cigarettes.

Questionnés, nos prisonniers volontaires avouent une grande lassitude de la guerre et nous préviennent, en outre, que les Prussiens, nos vis-à-vis, ont décidé de nous attaquer cette nuit !.. »

 

Les tranchées dans la Somme, les fraternisations de noël 14, la bataille de Champagne en 1915...

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

111…CORRESPONDANCE des 3 frères SAUER durant toute la guerre (50e RI, 1e Zouaves, 9e Zouaves)

 

Septembre 1914

« …Toujours une santé aussi bonne ; le froid seul m’est un peu sensible, mais je m’y habitué. Je reçois régulièrement de vos nouvelles, est-ce pour vous la même chose ?

Nous sommes très bien nourris, et je t’assure que si le canon ne tonnait pas si souvent et si fort l’on se croirait en manœuvre. Si la victoire nous sourit, la fin de la guerre ne tardera pas, et alors quel long repos !!... »

(Le régiment venait de subir la perte de plus de 500 hommes…)

 

Correspondance de trois frères à leur famille.1914-1919 et le coup de gueule d’Henri Sauer 50 ans après, au travers d’une à ses trois enfants :

« Me voilà donc titulaire de SIX décorations, mais, malheureusement pas une seule ne donne droit à pension… Il serait question d’attribuer médaille militaire avec pension (3FN par an) aux soldats qui ont été blessés et ont séjourné plusieurs années sur le front dans une unité combattante… je réponds aux conditions prévues : avec 7 ans et 2 mois de service militaire et une blessure, je devrais même avoir droit à une retraite de sous-officier tout au moins la moitié puisque je suis resté 1 300 jours et nuits sur le front, soit 3 ans et 5 mois.

Vous êtes maintenant fixés et même si l’un de vous ou de vos descendants sont exonérés du service militaire je considère que j’ai fait leur part et pour moi et pour plusieurs d’entre eux.»

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

110...Souvenir de la guerre de LAURENT COUAPEL, 106e, 155e d’infanterie et 7e d’artillerie

 

Secteur de Cumières, Verdun, mars 1916

« ...La deuxième nuit, notre chef de section, l'adjudant MAX, un alsacien, nous propose d'essayer de faire des prisonniers. L'opération consistait à attaquer un poste avancé ennemi par surprise. Nous sommes partis au début de la nuit, presque au départ, l'un de nous a marché sur un tas de grenades.

L'une a explosé, il y a eu un mort et des blessés.

Il faisait noir comme dans un four, nous avons commencé à marcher sur des cadavres.

Quand il y avait une fusée éclairante, nous nous fichions à plat ventre, les tranchées étaient complètement bouleversées. Là, il y avait une baïonnette qui sortait de terre, à côté, il y avait une main, plus loin c'était un pied et une tête des cadavres déformés, hachés, si bien qu'aussitôt, la fusée éteinte, nous ne pouvions pas faire autrement que de marcher dessus... »

 

50 ans après la guerre, Laurent COUAPEL nous raconte sa vie de soldat, parfois misérable, parfois attachante, mais néanmoins réelle.

Les Éparges, son empoisonnement, l’attaque inutile en Champagne, les charniers de Cumières (Verdun), la soif, le froid, la peur, le pinard...

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

109…carnet d’Henri BLEYS du 122e régiment d’infanterie

 

20 août 1914, région de Bisping (Lorraine)

« ...Bien placé, on tire quand même sur des attelages qui fuient et des hommes que l’on voit peu. Il faut reculer mais c’est très dangereux.
On se lève. Beaucoup tombent blessés aux jambes.

Je reste après les autres et je recule sans trop de danger par bons courts et rapides.
La débandade se produit le bataillon est éparpillé dans un pré la mitrailleuse nous vise mais aucun blessé.

On rentre dans un bois et l’on recule beaucoup en arrière après avoir rassemblé le bataillon. Les blessés sont restés aux mains des Allemands... »

 

Henri BLEYS, sergent, instituteur, nous décrit son témoignage. L’écriture est fine et régulière, le crayon papier précis, malgré l’usure, le témoignage saisissant.

Il décrit avec exactitude ce que fut la retraite de son régiment à partir de mi-août, en Belgique : les ordres imprécis, les interrogations des hommes, la débandade, les villages ruinés...

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

T

108…Carnet de Louis COCHET du 4e régiment d’artillerie lourde

 

25 octobre 1914

« ...Changement de position nous nous postons sur la droite de la route aussitôt installé il nous faut tirer car la position devient critique à 1 heure les troupes belges reculent et nous voilà en première ligne nous tirons jusqu’au dernier malgré tombe près de nous notre pièce reste et la 6e l’ordre arrive.

Il faut reculer car la position devient intenable on recule de 4 kilomètres et nous couchons dans une grange... »

 

Itinéraire d’un artilleur en 1914-1915 : Lorraine, Meuse, Reims, Flandres, Dunkerque, nord d’Arras. Des noms sont cités dans son carnet

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

107…CARNETS de GUERRE de Jules BARBE du 42e régiment d’infanterie

 

15 octobre 1917

« Le soir à 19 h nous montons en ligne, nous y arrivons à minuit.

Là pas de tranchée, que des trous d’obus pleins d’eau et des macchabées.

Pour le moment, je suis dans un trou d’obus avec deux autres. De la terre grasse jusqu’aux genoux, de la flotte et plusieurs macchabée qui sentent mauvais : et je vais rester là 6 jours et 6 nuits complètes sans pouvoir bouger, assis dans l’eau, impossible d’écrire car les lettres ne partent pas depuis ici. On nous apporte à mange une fois par jour à minuit. »

 

1917 et 18 : Verdun, la Côte du Poivre, la Flandre belge, fraternisations... Deux carnets sur lesquels Jules BARBE évoque la misère quotidienne des soldats de premières lignes.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

106…Cahiers d’école de Suzanne RUPLINGER 1914-18

 

Décembre 1914

« ..Français et Allemands se touchent. Il parait que dans les moments de repos, bien au fond des tranchées, les soldats ennemis se donnent mutuellement des concerts, puis cinq minutes après se tirent dessus à outrance, ou se faut sauter.

Résultat, en France, nous n’avons pas bougé.. »

 

Sur ces deux cahiers d’écolier, sans rajouts ni suppressions, Suzanne RUPLINGER, née en 1901 à Lyon a tenu son journal, du mardi 28 juillet 1914 au 30 mai 1918.

13 ans, elle avait 13 ans !

Nous sommes bluffés par la connaissance des choses de la guerre et la maturité avec laquelle, elle rapporte, peut-être, ce qu'elle entend des adultes, c'est extrêmement intéressant de la lire, elle se permet même de faire de la géostratégie, quel talent !

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

105…Carnets de guerre 1914–1915 du sergent François COTHENET du 134e RI

 

25 août 1914, Rozelieures

« ..Nous avançons en bon ordre, les Allemands paraissent reculer.

Lorsque soudain une contre-attaque terrible nous oblige à reculer.

C’est une débandade générale sous une grêle de balles et d’obus. Nos soldats tombent par paquets, c’est épouvantable. Notre artillerie protège notre retraite.

Lorsque nous nous reformons, de ma compagnie sur environ 250 hommes, il en reste 90… »

 

Ce qui fait l'originalité de ce carnet, c'est qu'au début (du 5 août au 3 sept. 1914) il a été rédigé par une personne visiblement très cultivée : le style est littéraire, presque lyrique...puis mon grand-père trouve le carnet le 4 septembre 1914 et le continue dans un style...plus "terre à terre"...

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

104…CARNET de CAMPAGNE 1914, d’Émile ORAIN du 47e régiment d’infanterie

 

Le carnet d’un soldat du 47e RI qui a traversé toute la guerre au 47e RI : bataille de la Marne, l’Artois, La Champagne…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

103…CARNET de CAMPAGNE 1914, du sous-lieutenant Gabriel GROSDENIS du 19e BCP

 

14 août 1914, Chambley

« …Chaque fois que je lève la tête des balles me sifflent aux oreilles ou tombent à mes pieds. On vise les chefs de section. Nos mitrailleuses entrent en action.

Mes chasseurs en blaguant froidement tirent sur tout ce qui se profile à la crête. Des bavarois passent en courant affolés jusqu’à un kilomètre, pendant que des balles les environnent de poussière.

Beaucoup tombent comme dans un jeu de massacre ou font les morts. S’ils se lèvent, ils ne vont pas loin. La crête semble couverte de cadavres.

Notre mouvement a réussi. Pris dans l’angle de feu par les autres sections, tous s’enfuient ou tombent jetant ses armes. 30 bavarois se rendent. J’ai un homme tué à ma section… »

 

À partir d’un carnet de campagne rédigé au jour le jour, Laurent MIROUZE a pu reconstituer le parcours d’un officier d’active tout juste sorti de St-Cyr, à travers les terribles combats de 1914 qui ont coûtés si cher à notre armée.

Il est exceptionnel de trouver des carnets écrits sur le vif notamment pendant une guerre de mouvement telle qu’elle l’était en août et septembre 1914, a fortiori émanant d’un officier qui survécu au sein d’une unité ayant perdu la quasi-totalité de ses cadres en cinq semaines.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

102…Carnet de campagne de Jean Mathurin OFFREDO du 88e RIT

 

10 juin 1915 :

 « …J'avais prié sur les tombes de mes camarades du 18ème corps, environ 300 corps étaient en rangées de 30, c'était bien arrangé, tous avaient des croix en bois ou en pierre. Les noms étaient inscrits, ils avaient des couronnes, des écritures de souvenir et de regrets.

Une fosse d'une quarantaine de mètre devait encore être remplie, ceux-là n'avaient pas de noms inscrits.

Sur la campagne, pas loin de là, des boches il y avait partout dans les terrains… »

 

Les « pépères »…ont connu les mêmes dangers et les mêmes misères que les autres…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

101…Correspondance de guerre de Wouithryde Henri VIDEAU, soldat au 5e cuirassiers

 

Octobre 1914

«…Nous avons chargé sur un escadron de Uhlans saxons la section seule, tu parles de les enfiler.

J’ai un camarade qui a eu le bonheur d’en tuer 3 et en blesser deux, moi pas tant de veine, 2 morts 2 blessés et un cheval pour ma part puis l’on a dégagé les voitures, et on les a finis à coups de mitrailleuses c’est horrible et beau… »

 

24 décembre 1914

« …Puis moi avec le Lieutenant, nous avons été cherché un journal Bavarois ; ils nous ont offert des cigares, des cigarettes ; le Lieutenant leur a donné un paquet de Maryland et moi 2 bâtons de chocolat que j’avais touché la veille ; il a fallu leur serrer la main à tout prix, puis on a retourné dans notre local… »

 

La correspondance d’un Cuirassier qui « sabrait » les soldats ennemis durant les charges de cavalerie. Des descriptions de combats, la fraternisation, une lettre codée, des inquiétudes, le début de la révolte…