F @Le_Chtimiste

 

293 carnets de guerre 1914 1918 14/18 de soldats, poilus, durant la grande guerre 1914-1918

293 carnets de guerre, carnets de campagne, mémoires, carnets de route,

Albums-photos, lettres, poèmes, chansons et témoignages de Poilus. 1914 1918

 

 

Mise à jour : Avril 2024

     

Dans cette rubrique vous y trouverez 293 carnets de guerre, de route, de campagne, lettres et poèmes de soldats de 14/18, qui m’ont été offerts par des descendants (que je remercie encore) pour les publier sur mon site avec leur accord et sans aucun but lucratif.

Sont-ils des carnets de guerre ? Ou des carnets « d’anti-guerre » ? Plusieurs internautes ont retrouvés un ancêtre au travers de ces écrits. Plusieurs carnets (ou passage de carnets) ont été étudiés ou lus par des élèves d’école primaire, secondaires et 2 en classe d'hypokhâgne au lycée du Parc, à Lyon. Certains ont été présentés au public sur tableaux lors de commémorations du 11 novembre…

Quelques internautes y ont retrouvé le nom de leur ancêtre !

 

Je rappelle que ces carnets, ne peuvent être reproduits sans le consentement de leur propriétaire ou dépositaire.

 

Vous y trouverez aussi des liens vers d’autres sites consacrés à ce genre de témoignages.

Si vous voulez y ajouter celui que vous possédez, je peux le mettre en ligne pour vous, contactez moi

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

« Il apparaît entre les lignes de ces carnets, la souffrance journalière, l'attachement familial et l'espoir du retour, hélas hypothétique… »

Didier, le « Chtimiste », juin 2009

 

 

 

CAPPON à mettre,

http://www.chtimiste.com/carnets/Cappon/cappon.htm

 

17 mai 1918 – Oise

 « 27.05. 1918 : Départ précipité d’Ollencourt (autos). Rejoignons le régiment par voie de terre. Le régiment a été engagé aux environs de la ferme Soissons, Couvrelle, ouest de Braine (02). »

 

Le parcours d’un fantassin. Suite des villes et villages traversés.

 

Le carnet de route d’un cavalier.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

300 Correspondance de guerre d’Olivier MAZEL, général d’armée

Prochainement, prévu avril 2024

 

 

23/01/15 – Amiens - Lettre à sa femme

Ma chère amie,

« Vous verrez par le timbre et envoi de la présente où je suis allé déjeuner, avec mon brave RupPied, qui est mon fidèle homme de confiance.

Je suis très peiné de pouvoir vous encourager à venir me voir, mais c'est interdit, et les chefs doivent donner l'exemple de la discipline.

Si vous allez à Paris et quand vous y serez. Je m'arrangerai pour demander 48 heures si les circonstances le permettent.

Quand on veut venir dans les zones armées (Paris et Dijon n'en font pas partie), une femme demande un laissez-passer à son point de départ. Mais dès qu’on est sous la surveillance de la gendarmerie. Toutes les grues encombrent les hôtels des villes telles qu’Abbeville et Amiens, mais les femmes honnêtes sont surveillées ou écartées !! Elles sont obligées de ruser pour voir leurs petits maris et ceux-ci voient les cocottes avec facilité !

Il y a de quoi en faire un vaudeville. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

299… Carnet de guerre de Lucien CHARPEINE

Sous-officier puis officier au 18ème régiment d’infanterie territoriale en 1914

 

25 novembre 1914 – Secteur d’Hébuterne (Pas-de-Calais)

« Mêmes positions, mêmes travaux que la veille. La 2ème compagnie poursuit activement la construction du boyau assigné ; 40 mètres ont été creusés dans la nuit. Le soldat (Jules) CARTIER, blessé hier est mort pendant le trajet d'Hébuterne à Sailly. Le soldat LAUSADE a été évacué sur l’hôpital.

Aujourd'hui, séance du conseil de guerre au presbytère. Le soldat NAST ayant tué dans la nuit, malgré la consigne, son caporal d'escouade, a été acquitté.

 

Le carnet de guerre et près de 180 photos du sergent-major Lucien CHARPEINE en Artois et en Champagne..

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

298… Carnet de guerre de Joseph DUJOLS du 142ème régiment d’infanterie

 

25 octobre 1914 – Secteur de Montdidier

« Petite étape de 12 ou 15 k pour s’embarquer à Montdidier ; passage à Amiens, à Abbeville, belle ville, beaux faubourgs, pays de plaine et marécageux. Calais à la tombée de la nuit.

Vue de la Manche et des côtes à la même heure. Spectacle magnifique.

Tout le long de la voie magnifiques stations, belles petites villes industrielles. Bien vus des populations sur notre parcours, qui agitent mouchoirs, nous donnent poires, cigarettes, etc. »

 

Le carnet de guerre très court de Joseph DUJOLD..

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

297… Carnet de campagne d’Henri BOURGUIGNON du 163ème régiment d’infanterie

 

30 août 1914 – Bru (Vosges)

« Poilu, l'étais-je vraiment, moi, si jeune, presque imberbe il y a quelques jours encore, dans les balbutiements de ma vie d'homme ? J'étais costaud, certes, et travailleur mais, tous les soirs, à l'issue d'une journée de labeur, aussi rude fût-elle, je retrouvais la table familiale, la soupe chaude et l'affection des miens.

Je préfère ne plus penser, oblitérer les souvenirs qui me font encore plus mal que la faim et la peur qui me creusent le ventre. J'écris, je note, je m'accroche au moindre fait, au moindre nom et je le note, même si je l'ai mal compris. À présent mon objectif est de rester en vie pour tout consigner afin de pouvoir le transmettre à ceux qui ne savent pas, à qui on ne dira pas tout, à qui on cachera peut-être les vilaines choses de cette vie absurde.

Même si je meurs, on trouvera au fond de mon paquetage, la trace écrite de ma volonté féroce de raconter aux enfants de ceux qui ont survécu, ce que nous avons subi, tous ces jours, toutes ces années peut-être, car nous ne savons pas encore où nous allons et ce qu'il adviendra de nous.

Avec un peu de chance, je reviendrai vers les miens. Il incombera alors à ma descendance de faire revivre le passé à travers le dédale de mes notes maladroites. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

296… Carnet de route de Norbert FRENOIS de la 2ème brigade cavalerie légère, puis

18ème chasseurs à cheval, puis 10ème chasseurs à cheval

 

 

Mercredi 8 septembre 1914 – Provins (77)

« Grande offensive nous traversons à la poursuite. Courtacon brûlé, dévasté rempli de cadavres, tout est pillé, saccagé. Abreuvoir sur le Grand Morin.

Mouvement en avant sur St-Barthelemy. Bivouac sur la rive droite du Grand Morin. Tout le monde nous raconte les atrocités que les boches avaient faites.                         

Nous marchons sur Civry où les shrapnels nous arrosent à midi. Combat d'artillerie pour déblayer deux batteries boches et une colonne. Orage terrible ou nous sommes mouillés jusqu'aux os. Combat acharné auquel nous assistons à la poursuite des Allemands sur la route de Château-Thierry.

À cause de la nuit arrêt dans un champ proche de Viels-Maisons dévasté par les Allemands. Horrible à voir.»

 

Le carnet de route d’un cavalier.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

295… Carnet et lettres de guerre de Louis-MICHEL-VILLAZ conducteur

à la 296ème section de transport militaire

Prochainement, prévu avril 2024

 

 

Mercredi 30 décembre 1914 - Amiens

 « Nous partons à 3 heures du matin direction Albert avec 200 camions autobus et divers…Nous allons prendre le 1er colonial pour le transporter à Mortemer. Le matin tempête affreuse, pluie, vent et surtout pas de lanternes. C’est à perdre la vue pour conduire. Nous repartons des environs d’Albert avec les 1800 hommes restant du 1er Colonial sur 3000 ; pauvres diables ! Nous sommes des princes à côté d’eux. Enfin, nous les débarquons à la nuit à Mortemer par un temps affreux. »

 

Le carnet et la correspondance d’un conducteur d’un camion Berliet …

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

294… Carnet de guerre d’André LESTY, Sous-officier puis officier aux

11ème régiment d’artillerie à pied (26ème batterie), 14ème régiment d’artillerie de campagne (53ème batterie)

Et 104ème régiment d’artillerie lourde (28ème batterie) Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : new

 

 

Février  1915 – Front de Champagne

«Je suis allé avec le lieutenant à l’observatoire de la côte 147. On a un joli point de vue sur les Boches. Le bois boche que nous bombardons tant, est à 500 m de nous.

On voit très bien Notre-Dame-des-Champs qui est à 9 km de là, mais on ne voit pas nos objectifs. Dans la tranchée qui nous y conduit, il y a beaucoup de boue. Comme nous regardions l’horizon, une balle est venue frapper la terre près de nous. En revenant, comme nous étions au bord de l’Aisne, un soufflement de marmite nous fit dresser les oreilles et instinctivement se baisser et se cacher derrière un gros arbre.

 

Les carnets de guerre d’un artilleur, sous-officier puis officier. Artillerie à pied, de campagne et artillerie lourde…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

293… Lettre de Pierre POTHELET

Sergent-fourrier et sous-officier de liaison au 3ème régiment de marche de Zouaves Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : new

 

1916, Lituanie :

« Envoyé en camp de représailles sur le front russe, au camp de Janisky, en Lituanie, non loin de Kowno, je m'en suis évadé sans grande difficulté, étant donné la surveillance assez relâchée à proximité relative du front, et la garde déjà très clairsemée en 1916. J’espérais toucher la côte, et traverser la baie de Riga, pour aboutir dans les lignes russes (certains y ont réussi) mais j’ai été repris à Crans, non loin de Königsberg, et renvoyé, après les 14 jours de cachot règlementaires, au terrible camp de Cottbus.»

 

Une lettre expliquant le parcours précis du zouave Pierre POTHELET à une autorité militaire ou civile pour espérer avoir une décoration.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

292… Carnets de guerre complétés par les souvenirs de Paul Marie VIRIOT

soldat au 37e régiment d’infanterie

 

Mai 1915 – attaque en Neuville-Saint-Vaast, Artois

« Notre capitaine (Auguste Raymond) JOLYOT leur ordonne de s’arrêter en les traitant de lâches, mais ils sont si paniqués qu'ils continuent à se replier.

Il donne alors cet ordre incroyable...

« Tirer leur dessus »

Nous croyons avoir mal entendu. Mais il insiste :

« Soldats, tirez sur ces lâches. »

Plusieurs ont tirés, moi j'ai fait le geste sans appuyer sur la gâchette.

Mais je maintiens, et affirme, que le caporal-fourrier en a tué un devant moi à bout portant. Nous sommes devenus des chiens, tuer ses propres camarades ! »

 

Les assauts suicidaires du 9 mai 1915 sur le village de Neuville-Saint-Vaast et le moulin de Topart. Loin, très loin des textes officiels…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

291… Journal de guerre du caporal Auguste JADAUD du 137e régiment d’infanterie

 

 

27 août 1914 – Chaumont et ferme de Saint-Quentin au sud de Sedan

«Alors s’engage une action terrible : Pendant deux heures, on s’est tiré à trente mètres. Les balles passaient en sifflant, semant la mort des deux côtés. Mon camarade Clément FAUCHARD est tué raide à mon côté frappé par une balle en plein front. Moi, une balle traverse mon képi et m’emporte les cheveux. Une autre coupe ma bretelle de fusil dans ma main. Mais je dois m’en tirer indemne. »

8 septembre 1914 – Normée (51)

«Tout à coup, ils font un "à gauche" et nous tirent par le flanc (ce sont des boches déguisés en soldats français), pendant qu’en avant de nous une nuée de fantassins ennemis nous chargent à la baïonnette. Partout où l’on regarde en avant de nous, ce ne sont que cavaliers et fantassins boches se ruant sur nous. »

 

Il raconte ses souvenirs pendant sa convalescence en avril 1915 après sa blessure pendant la bataille de la Marne avec ses attaques et contre-attaques folles, sanguinaires et finalement victorieuses.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

290… Cahier de 55 chansons de Léon MAUPREZ tambour au 133ème régiment d’infanterie

 

1er Couplet

Près de la nouvelle frontière

Un officier s’est arrêté

À la porte d’une chaumière

Et frappe avec anxiété

Une femme dont la mamelle

Allaitait un blanc chérubin

Ouvre et demande qui appelle

Et voit l’uniforme prussien

---Refrain ---

Femme dit l’officier

Écoute ma prière

Pour lui donner ton lait

Je t’apporte un enfant

Dis-moi si tu consens

À lui servir de mère

Moi je suis soldat

Du pays Allemand

Etc…

 

Léon MAUPREZ écrit ces chansons vers 1890, certaines sont très prémonitoires !

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

289… Près de 2000 cartes, lettres de guerre de Joseph PHILIPPE

des 24e, 119e, 129e, 359e régiments d’infanterie et 24e colonial

Prochainement, prévu février 2024

 

17 octobre 1918.

Front franco-allemand

Bien chers parents,

« Une petite réponse à vos deux belles cartes datées du 13 que j'ai reçues toujours avec un bien grand plaisir. Vous me dites que la grippe est chez vous. Il y a de grandes chances que ça va être consigné et que l'on ne pourra pas y aller en permission. Mais comme je compte encore au moins deux mois et demi avant d'y aller, alors d'ici là peut-être que ça se sera dissipé. Ici de la pluie et de la boue. Quant à la fin de la guerre dont vous me parlez, moi je n'y compte pas avant l'année prochaine. Ce serait à souhaiter avant ça, mais je n'y vois aucune possibilité. Vous ne devez plus entendre le canon à Rouen et il est fort probable que les avions n'iront plus de sitôt. C'est que le front s'est éloigné de beaucoup. Bien le bonjour pour moi à tous les amis et vous bien chers parents je vous laisse en vous embrassant bien fort tous deux de tout cœur.

Votre fils qui pense à vous. “

 

 

288… Carnet de guerre du maréchal-des-logis-chef Vulgan BOUTRY

du 1er escadron du train des équipages militaires, conducteur à la 1ère section du CVAD

puis 15e ETEM (ambulance alpine N°3) puis 3e ETEM (mars 1918), 5e ETEM, puis 103e RAL (avril 1918)

 

Salonique (Grèce), 4 janvier 1916

« A 9 h. je passe à la frotte, opération qui consiste au fait suivant : on vous enduit de savon noir et on vous frotte à la brosse de chiendent. Puis lorsque les boutons causés par la gale sont percés et en sang, on prend un bain pour faire partir le savon noir. Une fois ce bain pris, on s’enduit d’une couche d’une graisse à base de souffre.

Pour ceux qui sont atteints du mal, ils souffrent même beaucoup. Pour moi qui y suis plutôt par mesure préventive ces différentes actions ne me font aucun effet.

Enfin il faut vraiment être en guerre pour avoir toutes ces maladies. »

 

La campagne de France puis d’Orient de Vulgan BOUTRY.

 

 

 

287… Carnet de guerre d’un inconnu du 81ème régiment d’infanterie territoriale – Qui retrouvera son nom ??

 

 

Arras, Artois, septembre 1915

« Arrivés à Arras le 24 au soir, quelques jours après nous fûmes occupés les lignes de soutien, au nord de la ville ; et pendant le combat nous fûmes occupés au ravitaillement de nos frères des premières lignes. Peu après nous fûmes appelés à les remplacer ; et là j'ai pu voir et entendre, tout ce qui a trait aux plus grands maux.

Rien de si horrible n'est jamais paru sur la terre, du moins en fait de guerre, et sur ces lieux que j'ai foulés de mes pieds, et que je pourrais nommer le champ des martyrs de la patrie. J’ai vu de mes yeux, enfouis vivants dans la terre, sous les décombres d'une chambre de repos, seize hommes, qui bientôt devenait seize cadavres. J’ai vu des pieds séparés du corps, dans leurs chaussures, des mains qui elles aussi n'avaient plus de mouvements, des crânes défoncés, des poitrines ouvertes, des corps sans membres, enfin des agonies terribles.

Étendus pendant des heures entières sur des brancards, ces pauvres malheureux, endurent toutes les souffrances, et aucune main amie, n'est là pour secourir leurs ignobles souffrances. Rien même pas une goutte d'eau, ne vient leur rafraîchir, leurs lèvres brûlés de fièvre, pour la bonne raison que ceux-là même qui les transporte, n'ont rien à leur offrir, autre que le secours de leurs bras.

Terrible fléau, qui en quelques heures, jette dans la tombe des milliers de victimes. »

 

Qui arrivera à identifier cet homme qui nous a laissé son carnet de guerre ??

 

 

286… Dernière lettre du sous-lieutenant Marcel MICHEL du 216ème régiment d’infanterie

 

 

Sur le champ de bataille de la Marne, 5 septembre 1914

« Nous étions à 200m à peine des Allemands et l’un d’eux, heureusement charitable, me mit mon paquet de pansement au lieu de m’achever comme ils en ont l’habitude. Je suis resté 24 heures sur le champ de bataille, tout seul au milieu des balles et des obus …

 

Marcel MICHEL écrivait sa dernière lettre, mais il ne le savait pas…

 

 

 

285… Carnet de route de René MOREL des 170e, puis 149ème régiments d’infanterie puis téléphoniste au 8ème génie

 

 

Épinal, 31 juillet 1914

« Distribution par la gendarmerie à tous les habitants de feuilles indiquant l’âge, la profession. Elles sont de différentes couleurs, les rouges autorisent à rester dans la place. Elles sont données aux jeunes gens au-dessus de 16 ans et aux hommes au-dessous de 60 ans, ainsi qu’à toutes personnes indispensables à différents labeurs.

Ma mère en a une bleue, par conséquent c’est un ordre d’évacuer la place à une date fixée.

Moi c’est une rouge. Le 149ème quitte Épinal, pour la frontière. Nos troupes sont pleines d’entrain ; c’est admirable.»

 

René MOREL, 17 ans en 191,4 est employé au bureau de poste n° 3 d’Épinal. début 1916, il part au 170ème régiment d’infanterie..

 

 

 

284… Carnet de guerre d’Antoine POUZAT

Musicien et brancardier du 92e régiment d’infanterie.

 

 

Mort-Homme, 10 mars 1916.

 « Nous chargeons les blessés sur nos brancards et les uns à la file des autres, nous repartons.

A peine avions nous fait 100 mètres qu’une fusée éclairante est lancée. Quelques secondes après, deux obus tombent en plein sur nous.

Résultat : 6 brancardiers divisionnaires blessés, 3 tués, 4 musiciens blessés (GODIN, MOREL, FRACHON, PRULHIÈRE). Le blessé que je transportais avec FRACHON, PRULHIÈRE et FULCHIRON, est tué. Seuls de notre équipe avec FULCHIRON, nous sommes indemnes.

 

Nous passons sur les cadavres dont les tranchées sont pleines, sur la crête du Mort-Homme. Nous déposons les blessés au poste de secours. Notre camarade musicien (GODIN Robert Pierre) succombe à la suite de ses blessures. Nous le sortons dehors, dans l’intention de le descendre au village de Chattancourt. Hélas ! Nous l’avions à peine sorti qu’un obus tombe en plein dessus et il nous fut impossible de le retrouver.

Après notre arrivée au poste de secours, nous recevons les félicitations de notre Médecin-chef ainsi que celles de l’aumônier. Eux autres aussi, se sont dévoués sans compter.

Nous nous reposons pendant deux heures, ensuite, nous transportons les blessés du poste de secours du Mort-Homme à celui de Chattancourt. Nous faisons le trajet plusieurs fois dans la journée malgré les feux d’artillerie d’une violence inouïe. Les champs, les routes sont complètement bouleversés par l’éclatement des obus de gros calibres. Les cadavres jonchent le sol tout autour d’où nous sommes. Les pertes sont énormes.

Il neige à plein temps. »

 

Souvenirs et carnet de route d’Antony POUZAT de 1910 à 1919 : Musicien-brancardier. Toutes les horreurs de la guerre, mais aussi les camarades, l’espoir, les fraternisations…

 

 

 

283… Lettres de guerre de Joseph POURRICHOU des 107ème, puis 302ème régiments d’infanterie

 

Lettre du 11 avril 1915

« Là c’est la première ligne nous y séjournons au moins 48 heures pour ainsi dire toujours sur pieds, l’œil attentif, privé de sommeil, un pluie froide ou glacée sur le corps ; en avant une double rangée de fil de fer barbelé, à 30 m de laquelle la nuit on fait des patrouilles, dont volontairement je suis toujours. On dit que c’est des promenades périlleuses, mais je préfère courir ce risque puisqu’il m’exempte de certaines corvées, comme celle où la nuit pendant 3 heures, pioche ou pelle en main, il faut creuser des tranchées.

La première fois, en sortant du boyau (synonyme de tranchée) nous fûmes salués par une vive fusillade, à 30 ou 40 m un petit poste d’un autre régiment nous prenait pour des boches ; nous l’échappâmes belle. Demain matin à 3 heures nous serons relevés et regagnerons pour 2 jours la tranchée de 2° ligne, la tranchée abri. Là, sur une maigre couche de paille qui souvent voudrait être renouvelée, nous goûtons de bonnes heures de repos réparateur quoique la moitié de la nuit nous montons la garde et que d’invisibles fissures forment de désagréables gouttières. Et toute la journée corvées sur corvées.

 

 

 

282… Correspondance et carnet de guerre de Louis GRÈS

de la 24ème section de munitions d’artillerie (SMA) du 9ème régiment d’artillerie,

Puis maitre-pointeur à la 4ème batterie du 3ème groupe d’artillerie d’Afrique

Son carnet ici --- Ses lettres ici

 

 

Lettre n°6 le 28 août 1914, Vervins, Aisne

« (..) Sur 9 bataillons, il en est resté à peu près un tiers. Pour les autres régiments nous ne sommes pas au courant. En lisant les journaux vous en savez plus que nous. Nous ne voyons aucun journal. Il nous faut passer dans une grande ville pour en voir et encore ils sont vite enlevés.

Ce que nous disent les soldats qui viennent du combat c’est que les Allemands auraient beaucoup de pertes car notre artillerie fait beaucoup plus d’effets que la leur. Les obus allemands parfois tombent à 1 mètre d’une personne et ne la tue pas. Il y en a un qui nous a dit que l’obus lui avait enlevé le sac de son dos sans qu’il ait de mal. Alors qu’avec les nôtres on le voyait tomber comme des mouches.

C’est parce qu’ils sont si nombreux qu’ils avancent.

Tu donneras bien le bonjour à l’oncle Paul et tante Elise »

 

 

281… Édouard MEUNIER (classe 1912) 1er régiment d’artillerie de campagne

canonnier-servant, puis agent de liaison, puis radio-téléphoniste……

 

 

Extrait de son carnet

Bois de la Grille, Marne, 2 mai 1917

« Mon pauvre camarade, François CHATILLON, est tué net d’un éclat de 88 qui lui ouvre le crâne (un trou à y mettre le poing et par où est sortie la cervelle. Je me trouvais à côté de lui et suis couvert de terre et de sang. Cette mort si prompte d’un de mes meilleurs compagnons de misère m’a fort ému et découragé.

Le soir venu, comme l’ennemi se calme, j’emporte à l’arrière, avec le secours d’un fantassin, le corps de mon camarade. (La nouvelle se savait déjà à la 6ème batterie, mais il y avait erreur de personne, car on croyait que c’était moi qui étais tué). Le capitaine BROCHAND refuse une citation au pauvre malheureux, qui était presque aussi mal vu que moi.

Mais, par contre, il fait citer ses cuisiniers et son ordonnance. »

 

 

 

280… Enquête pour retrouver les descendants d’ÉTienne Ernest

du 4ème puis 3ème régiment de Zouaves et prisonnier au camp de Senne

 

 

 

Jean-Jacques le propriétaire du carnet me dit en 2023 :

« Je vous autorise à publier le carnet sur votre site « Chtimiste » du Zouave Ernest ÉTIENNE qui combat en Belgique, puis prisonnier. Je ne retrouve pas ce soldat, né où ?

Je n’ai pas retrouvé non plus sa fiche de prisonnier sur le site, ne sachant où chercher. Il ne semble pas mort à la guerre. Mon objectif étant de retrouver la famille... »

 

« Ce carnet je l'ai eu en 1964, à la fin de la traditionnelle fête de la Saint Pansard de Trélon (59) que mon parrain Gaston PETIT me tendit inopinément pour que je poursuive ses recherches.

Je veux respecter la charte que mon parrain m'avait enseignée : " la mémoire se partage et celui qui trouve, transmet " (c'est de Bertrand Bouret).

Ce fut ma motivation pour créer un site espérant le miracle d'internet...qui n'est jamais arrivé à ce jour.

Je cherche à trouver les liens familiaux, car si mon parrain (et parents) avait ce carnet, il y a certainement une raison. Cela depuis plus de cinquante ans. »

 

Extrait de son carnet

Belgique, août 1914, secteur sud de Charleroi :

« On était au soir, ma demi-section qui était tout à fait derrière dut faire face à une patrouille allemande de 30 à 40 hommes.

A 4 pas en tirailleurs, on avançait en tirant. A deux reprises différentes, j'entendis les balles siffler bien près de moi. On avança malgré la riposte et l’apparente résistance de l’ennemi. Celui-ci se replia dans une maisonnette située sur une petite colline que nous résolûmes de cerner.

C’est ce que nous fîmes, et nous voilà à son assaut, baïonnette au canon. Pris de peur, les Allemands s’étaient réfugiés dedans, et demandaient à se rendre, mais il n’en fut rien, car ils faisaient feu en même temps sur nous. On enfonça la porte, et partie dehors, partie dedans, il ne resta plus de cette patrouille que morts et blessés grièvement. De notre côté, nous avions quatre ou cinq blessés aux jambes, et notre sergent qui ne donnait plus signe de vie.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

279… Carnets de guerre d’Alphonse COUROUBLE dans une commune du Nord occupé

 

 

 

22 novembre 1915,

« La semaine dernière, grande alerte chez les Pruscos. Pendant la nuit tous les cochons (je parle de ceux à 4 pattes) furent embarqués précipitamment ; ceux à 6 pattes (les cavaliers) suivirent au petit jour et ne revinrent plus. Quant à ceux à 2 pattes ils partirent vers les 11 heures avec armes et bagages, mais nous ne fumes pas peu surpris de les voir revenir 2 jours après clopin-clopant. Ils avaient poussé une pointe jusque Le Cateau mais, craignant de voir l’ennemi, étaient rentrés de suite au chaud.

Si ma femme était ici, je lui demanderais de porter une chandelle au duc de Bavière qui ne retrouve plus paraît-il ses armées là-bas en Russie. Paraît que les Boches sont bien inquiets sur leur sort. Tant mieux pour nous. Parait aussi que réellement ils commencent à claquer la faim chez eux, du moins leurs journaux ont l’air de le dire et les soldats le disent tout carrément :

« Oh, malheur la guerre ! Femme, enfants, beaucoup fort faim ! »

 

Alphonse COUROUBLE (1880-1955) est brasseur dans la ville du Quesnoy (Nord). Le document se présente sous la forme de notes journalières de quelques lignes, écrites entre le 21 août 1914 et le 2 août 1916. Le ton du récit, très hostile aux Allemands, en fait pour son rédacteur une possession dangereuse.

Le journal de guerre d’Alphonse COUROUBLE est un récit fait par un civil de l’occupation d’un gros bourg du Nord par les troupes allemandes, avec la description du comportement des occupants, des événements quotidiens et des diverses misères, pénuries et humiliations endurées par les civils. L’auteur est à la fois brasseur, infirmier civil et organiste à l’église, c’est une petite notabilité locale.

Si son sort paraît au départ moins pénible que celui d’autres habitants, et surtout que celui des réfugiés et déplacés, la réquisition des cuivres de sa brasserie finit par le ruiner comme les autres.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

278… Correspondance de guerre de Joseph GOUZOU des 121ème et 43ème régiments d’infanterie

 

1 février 1916, mes chers parents

« Je vais vous donner de mes nouvelles toujours bonnes ; j’espère que vous êtes de même en très bonne santé.

Il est 5h du soir. Voilà une journée en plus de passée. Combien en avons-nous passé déjà de ces journées tristes, et encore si l’on voyait une paix prochaine.

Enfin espérons que ce sera bientôt. Peut-être si les zeppelins revenaient de temps en temps faire leur visite, nos embusqués de Paris, au lieu de se ficher de nous, comprendraient ce que c’est la guerre. Malheureusement, c’est toujours de pauvres innocents qui vont attraper.

Je termine en vous désirant une bonne santé. Votre fils qui vous embrasse. »

 

Toute la correspondance de Joseph GOUZOU vers ses parents. De nombreux noms de soldats sont cités…

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

277… Les derniers jours de Georges SCHOUBERT, blessé du 114ème régiment d’infanterie

 

Avranches, hôpital n° 17, salle Jeanne d’Arc, hôpital temporaire n° 1, 17 novembre 1916

« C’est lundi soir 13 que votre fils arrivait à Avranches et qu’on nous l’amenait à la salle Jeanne d’Arc. A première vue il nous semble à tous le plus courageux de ceux qui arrivaient et celui le moins gravement atteint. Il était heureux le pauvre enfant d’être enfin arrivé au port ; il souriait en voyant le beau lit bien propre qui l’attendaient, il se voyait déjà guéri…»

 

La lettre poignante écrite par un sergent qui décrit les 3 derniers jours de Georges SCHOUBERT, brulé très gravement à la jambe gauche par de l’eau bouillante…

Lettre envoyée à sa mère.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

276… Les derniers jours de Désiré TAVERNIER, blessé du 87ème régiment d’infanterie

 

Verdun, hôpital temporaire n° 1, 20 juillet 1915

« Le lendemain matin 20 juillet, comme j'allais voir les blessés dans cette salle qui s'était préparé la veille. Il m'a demandé de se confesser pour communier aussi avec ses camarades. Je lui apporter en effet la communion vers 6h du matin en même temps que onze de ses camarades dans la salle Saint-Nicolas.

Ce cher ami ne se doute guère que…. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

275… Souvenirs de guerre de Gaston CHEVILLARD du 44ème régiment d’infanterie

 

Wesserling (Alsace), 21 mai 1916

« Dans les lacets qui suivent, le fameux colonel GERST nous entasse tout le régiment, il y faisait très chaud à 10 heures, serrés comme des harengs, sac au dos et au ‘présentez armes’. Il nous fit un petit discours et, de temps en temps, le bruit d’une gamelle qui tombait (mais avec le bonhomme)...

En passant à Wesserling, je le vois encore foncer en avant de ma section avec son gros cheval rouge et d’un coup de son plat de sabre taper sur le fusil d’un gars qui, pour lui, ne le tenait pas assez droit.

Le salaud, il nous en fit bien d’autres. »

 

Des souvenirs avec nombreux dialogues qui rendent le récit très vivant. Récit des moments tragiques et des moments cocasses d’une triplette de camarades de 20 ans originaires du même village et affectés de la même escouade. Quelques passages savoureux ! Incorporés début 1916, nous les suivons à Verdun, en Alsace et dans la Somme. Vont-ils survivre à la guerre ?

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

274… Carnet de route d’Eugène CASIER du 33ème régiment d’infanterie

 

Colonfay le 30 août 1914

« Sans attendre quand la fusillade a ralentir un peu, j’ai porté secours à des camarades blessés qui m’appelaient de tout côté soit pour donner à boire ou couper les équipements ou mettre une bonne de paille sous la tête et je conservais mon sang-froid malgré les balles qui arrivaient de tous côtés.

Je regarde un peu en avant de moi et je voyais les Allemands avancer alors je voulais continuer de tirer mais mes camarades mon nom empêche peur d'être achevé alors ne voulant pas être fait prisonnier je me sauve après avoir dit au revoir aux camarades. »

 

Après une sanglante attaque à la baïonnette pendant la bataille de Guise, Eugène CASIER, blessé au pied, réussit à s’enfuir des lignes allemandes. Mais pour combien de temps ?

 

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

273… Lettres de guerre Jean Joseph Marie FARBOS de LUZAN

Caporal à la 18ème section des infirmiers militaires

 

Bordeaux le 24 août 1914

« A Dijon on a formé un train sanitaire c'est-à-dire que l'on a disposé des brancards dans des wagons de marchandises et ils étaient un peu moins mal. Nous en avons trois de très malades dont un est presque à l'agonie. Le pauvre garçon a reçu 7 ou 8 balles au bras et à l'épaule et un éclat d'obus dans le ventre.

Un autre que j'ai pensé a reçu une balle qui lui a déchiré l'oreille et lui a cassé un os de la tête. On parle de le trépaner. Si tu avais vu cette plaie c'est abominable. Son oreille était en putréfaction et son pansement était tellement séché qu'il m'a fallu plus de 3/4 d'heure pour l'enlever. Quand j'ai eu fini il m'a dit un merci qui partait du fond du cœur et m'a touché.

 

Vision d’horreur d’un infirmier : Description de l’arrivée des premiers trains de blessés après 1 ou 2 jours de voyage du front vers un hôpital de Bordeaux…

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

272… Carnet de guerre de Jean BORDOZ du 31ème régiment d'artillerie de campagne

 

 

Érize la-Grande, 12 septembre 1914.

« La batterie part entre Érize la-Grande et la Petite. On passe sous la pluie d’obus et dans les flammes du pays. Nous avons des blessés.

Le capitaine compte que des colonnes allemandes battent en retraite sur Amblaincourt. Il donne l’ordre de tirer à volonté. Les Allemands se sauvent en colonne par 4. On fait du tir fauché. La route est pleine de cadavres allemands, ceux qui n’avaient rien se reformaient plus loin et se sauvaient. Nous étions tous joyeux malgré l’extrême fatigue, les officiers aussi.

La nuit vient. On couche sur le terrain par un orage qui ne cesse de 8 jours. On est traversé mais on dort quand même sur la terre trempée.

 

Le parcours d’un artilleur au début de la guerre : La Marne, Les Éparges, Les Vosges

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

271… Carnet de guerre d’Henri ROCHEREAU, sapeur au 135e régiment d’infanterie

 

 

Belgique, 19 février 1915.

« Ce matin, le réveil a été à 5 heures, mais nous avons eu une triste sortie. Nous avons été assister à la dégradation de 3 hommes du régiment qui ont eu 10 ans de détention et un autre qui a été fusillé devant tout le régiment.

C'est épouvantable : Tué par une balle ennemie, oui ; mais jamais par ses frères d'armes. »

 

Trois carnets qui couvrent la période 1914 à 1919. De très nombreux noms de poilus sont cités et retrouvés…

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

270… Carnet de guerre de Marcel JAILLET, sergent au 135e régiment d’infanterie

 

Belgique, février 1915.

Mercredi 18 février

« Sommes relevés par le 66 à 9h du matin, nous n’étions pas prévenus, ce qui fais quelques chicanels. Nous partons pour Ypres et après de nombreux détours, nous arrivons sans incidents. Sommes aux casemates. Dans la journée Ypres est bombardé. Un obus tombe sur la place près de l’église mais ne fait pas de dégât. »

Jeudi 19 février :

« Réveil à 5h du matin, allons à Potyze assister à la dégradation de 3 soldats et à l’exécution d’un autre, spectacle pénible que j’aurai préféré ne pas voir. »

 

Le seul carnet de guerre retrouvé de ce sergent du 135e régiment d’infanterie. Les combats en Belgique, Ypres, en Flandres et en Artois.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

269… Carnet de guerre de Victor DURAND soldat au 124e régiment d’infanterie

 

 

26 décembre 1916.

 « Le 26, passage au Mans, Versailles, Achères, arrivé à St-Just le 26 vers 15 heures.

Départ de St-Just vers 17 heures. Arrivé à Beauvais vers 22h30.

Départ de Beauvais le 27 à 6heures 40, arrivé à Gournay à 8 heures 10. Arrivé à la Cie à 11 heures 30 à Beaulévrier

 

La succession des villes et villages traversés jusqu’à sa mort par éclats d’obus à la tête dans la Marne, au Mont-Blond le 1e janvier 1917.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

268… Carnets de guerre de Charles DEVANT,

officier d’approvisionnement du 2e régiment d’artillerie de campagne

 

17 septembre 1914

 « Suis à Xermaménil. Passé à Gerbéviller. Spectacle inoubliable dans son horreur. Pas une maison ne reste debout. Tout est brûlé, saccagé. Des civils restent dans les décombres ou dans leurs caves. D’autres ont été fusillés. La rue Gambetta n’est plus qu’un amas de ruines. Plus d’habitants, plus d’église, plus rien. Quelle tristesse. Ponts coupés. Voie ferrée coupée etc…

J’ai attrapé 8 jours d’arrêt parce que le 3ième groupe qui suivait le mien était en pagaille sans mousquetons ni bidons. J’ai réclamé au capitaine adjudant major qui fera lever ma punition.

Plus de vin. Plus de vivres hors ceux du train régimentaire. Plus de conserves, plus rien. »

 

Officier d’approvisionnement au 2e régiment d’artillerie de campagne, Charles DEVANT à fait toute la guerre un peu en arrière des première lignes. Néanmoins son récit, dans cette affectation (parfois aberrante) de « comptable » de l’armée française, nous plonge dans la vie d’un « petit état-major », celui d’un régiment d’artillerie. Il a aussi pris plus de 200 photos, dont beaucoup sont annotées du nom de ses camarades de misère…

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

267… Carnet de guerre Joseph JUPIN, lieutenant au 1er puis 106e régiment d’artillerie lourde

 

Ludes, sud de Reims, Marne, 2 janvier 1915

« Et alors, une lune brillante éclaire la campagne triste et désolée. Le vent siffle dans les arbres dénudés.

A part cela, silence morne. Pas de bruit du canon. C’est à peine si l’on se croirait en guerre. Et cependant que de personnes souffrent qui chassées brutalement de chez elles n’ont plus de chez soi aimé et plein de souvenirs ! Nous autres soldats, nous sommes heureux, nous souffrons aussi beaucoup ; mais au moins nous avons la douce consolation de savoir que si nous souffrons, au moins nous faisons notre devoir.

Toutes nos souffrances n’ont qu’un but : la vie de notre chère et belle France ! Gloire à elle et maudits soient ses sauvages agresseurs ! »

 

Nous découvrons la vie durant de début la guerre d’une colonne légère d’approvisionnement d’artillerie, toujours un peu à l’arrière du feu, jusqu’à son transfert comme chef d’une batterie de tir.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

266… Carnet de guerre d’Henri GUIBERT

Soldat, puis musicien-brancardier, signaleur, téléphoniste

aux 354, puis 355e régiments d’infanterie

 

Sillery, Champagne, juillet 1916.

 « Je m’approche de la porte et reconnais le malheureux. C’est un copain de la classe 16 – Gilbert Alfred LEMAIRE - ayant été à mon escouade à Pontrieux ; il est de Hautvillers. Le brancard est maculé de sang.

Enfin le médecin qui achevait de lui faire son pansement nous fait signe de venir. J’entre vivement et soulève le brancard sans trembler. La vue de ce camarade sanglant, décoloré, haletant, ne m’impressionne pas du tout. Nous le déposons à terre dehors et le changeons de brancard, nous le suspendons à la voiture et nous voilà parti pour Sillery.

Notre blessé ne parle pas, ne bouge pas. Sa respiration entre coupée fait claquer ses lèvres noires et mousser la salive. Au fur et à mesure que nous avançons, son visage devient de plus en plus jaune, ses yeux se retournent et ses mains se refroidissent.

Enfin nous arrivons à l’infirmerie. Nous le déposons dans la salle de visite. Le médecin-chef le regarde et s’en va en hochant la tête. Nous avons compris que le malheureux n’en a plus pour longtemps….

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

265… Journal de guerre de Désiré SIC - Officier du génie

Compagnie 19/2 M, puis 7/63 (7e bataillon du génie)

 

Billet de tranchée du 24-2-1916 – Tilloloy (Somme)

Mon capitaine,

« Malgré qu’il ne me soit guère possible de vous donner le nombre de travailleurs auxiliaires qui travaillent dans le secteur, attendu qu’il y en a sur une dizaine de points, je vais tâcher de vous fournir ce renseignement.

Ce matin nous avons eu une conférence à 7 h entre chefs de secteurs pour les travaux à exécuter. Le colonel m’a envoyé un rapport au sujet de ces travaux.

Pour les brèches à laisser dans les réseaux de fil de fer, le rapport en mentionne une de 10 mètres tous les 100 mètres.

Je tiens à vous informer que si le nombre de voitures ou le mode de transport de matériel n’augmente pas, je vais être obligé d’interrompre certains travaux. En ce moment je manque de pas mal de choses, mais sous peu je vais manquer de tout ; en procédant par ordre, je vous demande :

1 – un plan détaillé des 2 secteurs ; ensuite comme matériel :

des bois de fascinage, des piquets, des rondins, des madriers, des schillitages, des rails, des tôles, des cadres de G.M et de GG, des planches de ciel et de coffrage, etc… Ce qui me presse le plus, c’est pour les bris, des cadres et des planches. Pour les tranchées, des gaulettes pour revêtements.

De tous les côtés, on me demande du matériel ; ce soir je dois voir pour la construction de deux abris de mitrailleuses assez élevés- contre le gaz- pour la construction d’un poste d’observation d’artillerie en 1ère ligne ; pour des postes de guetteurs, etc… Avec cela piquetage de la ligne de contre-attaque, visite des secteurs et des travaux en cours. C’est à en perdre la tête ! Et les paperasses ! Le colonel vient de remodifier un peu tout au sujet de la direction des travaux, en ce qui concerne l’entretien des boyaux, de la ligne de soutien, etc… J’espère que cela va marcher ; du reste je joins son rapport à ma lettre. Vous voudrez bien me le retourner le plus tôt possible ;

Pour les tampons masques, il vaut mieux que vous m’en envoyez quelque uns que d’en demander ici. Je les prendrai au magasin et en cas de besoin, serai certain de les avoir. »

Signé D. SIC.

 

Colin, son petit-fils, nous dit fin 2020 :

Vous pouvez publier ce carnet et ses notes sur votre site, car je pense qu’ils méritent d’être communiqués à un public plus large.

En plus de ce carnet, mon grand-père Désiré SIC a réalisé plus d’un millier de photos durant la grande guerre, essentiellement sur plaques de verre, et a accumulé une masse importante de documents, vous en trouverez une petite sélection.

L’essentiel a été mis en dépôt aux archives départementales de Haute-Provence, son département de naissance.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

264… Carnet de guerre d’Émile SIVIARD, sergent au du 327e régiment d’infanterie

 

 

Pendant la retraite, Aisne, 30 août 1914.

« L’espion (car s’en est un) est interrogé par un commandant d’artillerie. Habillement cuisiné, il finit enfin par avouer. Il nous suit depuis notre arrivée dans l’Aisne ; en Belgique faisait partie d’une bande qui indiquait nos positions la nuit à l’aide de signaux lumineux :

« Je vous l’abandonne » dit le commandant. :

Au même instant, d’un coup à revers, un artilleur ouvre la gorge du bandit d’un seul coup de couteau. Il tombe inondé de sang ; ceci ne fait qu’exaspérer les hommes au souvenir de ce que nous avons enduré à cause de ce bandit.

La scène est atroce ; un fantassin lui envoie un coup de baïonnette. Les paysans avertis arrivent bientôt ; ils sont plus acharnés encore. Vite ils prennent une botte de paille ; le feu est mis et l’espion grille vif. Ils le retournent à l’aide de grands crochets en lui lançant les pires injures. La scène est affreuse ; on voit les membres qui se recroquevillent. Tout à coup une détonation. Le monstre avait caché des balles de révolver dans ses bottines ; elles éclatent sous l’action de la chaleur. Quoique scène sauvage, chacun la regarde, impassible..»

 

Des combats meurtriers de la ferme de Lenne en Belgique, de la bataille de Guise, des combats autour de Sézanne (51), les fusillés de Verdey, la bataille pour Reims fin 1914…

 

 

 

263… Carnet de guerre de Roger LACOSTE du 52e régiment d’artillerie de campagne.

 

 

Châtelraould, 8 septembre 1914.

 « Le maître-pointeur de la 2ème pièce, sans aucun commandement, pointe sa pièce, tire au milieu d'eux environ à 600 mètres et fait plus de 100 victimes en une dizaine de coups de canon. Il est ensuite aidé par la 1ère pièce, et grâce à leur sang-froid, on réussit à faire reculer peut-être un bataillon ennemi, qui pouvait nous faire tous prisonniers.»

 

Un artilleur au cœur la bataille de la Marne …

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

262… Carnet de guerre de Lucien BORIES du 59e régiment d’infanterie

 

 

Resson, Meuse, 24 décembre 1917.

 « Repos, la neige tombe en abondance. Le soir, nous faisons un petit réveillon. Omelette, saucisses, pâté, huitres 7 douzaines, poulet, gâteaux. Vin fins (2 graves et 3 bordeaux) et vin ordinaire (8 litres). Le tout à 7 convives. Vin chaud.»

 

Mitrailleur, puis sapeur, puis artilleur de tranchée à la compagnie hors-rang du 59e régiment d’infanterie…

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

261… Carnet d’Armand POULAIN du groupe territorial du 1er régiment d’artillerie à pied.

 

 

 

Route de Menin, Belgique, novembre 1914.

 « Vers neuf heures, nous sommes partis sur la route de Menin pour mettre en batterie. Les obus éclate continuellement à droite et à gauche de nous.

C’est là que j’ai vu pour la première fois, à la ligne de chemin de fer, sept français tués et autant de chevaux.

Toujours le 3, un obus a éclaté à six mètres de moi, heureusement que j’étais couché.»

 

Très court carnet, mais avec une liste de noms d’artilleurs qui peut être intéressantes pour des recherches…

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

260… Carnet de guerre de Jean LUPIS, 57e et 18e régiments d’artillerie de campagne.

 

 

Arras, Artois, 7 août 1915.

 « À 20h, quittons Berneville pour aller prendre position à Arras, 27 rue de Cambrai.

Très mauvaise position. Mais bien retranchés, à 600m des 1ères lignes. Cantonnons dans des caves, lits de milieu, pendules, salons, pianos, salle à manger, services de table, fauteuils, canapés, soirées dansantes, BUADOUILLE déguisé et photographié en préfet de police. »

 

Champagne, Artois, Verdun,  Belgique : la vie et la mort au front d’artilleurs d’une batterie du 18e régiment d’artillerie de campagne…

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

259… Carnet de Marius CALMET

du 16ème escadron du train, puis 3e régiment d’artillerie, puis 113e régiment d’artillerie lourde, puis 313e régiment d’artillerie lourde.

 

 

Mont Kemmel, Belgique, mai 1918.

 « Duel d’artillerie. Beaucoup de brûlures par les gaz, poumons ou parties sexuelles. Les 2/3 au moins sont hors de combat et quelques-uns évacués. Je suis moi-même brûlé dans le dos et aux parties sexuelles, mais je ne vais pas à la visite. On n’a pas encore trouvé de remède efficace à ces brûlures. (…) Très peu de servants sont capables de servir les pièces. On refuse de les évacuer et on comprend qu’il faut tenir ici malgré la pénurie de personnel. »

 

Champagne, Italie, Belgique voilà les combats racontés dans son journal.

Journal et album-photos qui ont été vendus par le petit-fils sur Ebay….L’acheteur a au moins permis de sauver ces écrits. Merci à lui.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

258… Carnet apocryphe du soldat Louis DUCHESNE du 1e régiment d’infanterie coloniale

 

 

Thonnelle, le 19 août 1914.

Mes chers parents,

« Je profite d’un instant où l’on est au couvert pour vous envoyer de mes nouvelles.

Il y a 3 ou 4 jours que je vous ai envoyé une lettre. Je pense que vous l’avez reçue. Je vous assure que la guerre ça n’est pas gai. L’on cantine un peu partout, plus souvent dehors que sous le couvert. Nous arrivons encore de coucher dans une forêt. Les nuits ne sont pas bien chaudes. Nous voyons beaucoup d’aéroplanes allemands qui passent au-dessus de nous. La mitrailleuse tire dessus mais ne peut pas les atteindre, car ils sont trop élevés. J’ai envie que tout ça soit terminé je vous l’assure, car c’est très fatiguant. Que si je m’en reviens, je me rappellerai de l’année 1914.

Je termine en vous embrassant tous bien fort ainsi que ma marraine.

SVP… Ne vous faites pas trop de chagrin. Votre fils qui vous aime.

Louis »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

257… Carnet de guerre de Roger MARCOUIRE, soldat puis aspirant aux 72e, 176e et 175e régiments d’infanterie

 

 

12 octobre 1917, secteur d’Okrida, Serbie

« Marche sous une pluie battante. Oh ! La sale journée. Nous faisons 30 km rincés jusqu’aux os. J’arrive exténué. Un de mes camarades est malade.

Il reste un peu en arrière. Je reste avec lui avec le troisième copain habituel. Le lieutenant-colonel vient à passer. Il nous demande pourquoi nous restons derrière, puis se met à nous « habiller » en termes peu choisis. Vraiment, il y a des moments où le métier militaire est écœurant. Un homme est moins regardé qu’un chien. Ce colonel n’a donc pas d’enfants pour causer de la sorte.

Arrivons sur le soir complètement trempés. Couchons dans une maison. »

 

Carnets de 1916 – 1919 : France – Grèce – Serbie - Albanie – Roumanie – Les mutineries en Russie. Quel périple !

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

256… Carnet de guerre de Gaston BÉCARD aux 31e, 342e et 81e régiments d’infanterie

 

 

Fin janvier 1915, secteur d’Ypres, Belgique

« Travaux de propreté. On a de la boue jusqu'aux épaules, on la gratte au couteau et passons ainsi la journée à se faire sécher. (…)

Revue par le colonel et présentation du drapeau dans la cour de la caserne d’Ypres.

Les aéroplanes allemands évoluent au-dessus de nous. Les bombes leur tombent derrière mais jamais dessus.

Nous rentrons au cantonnement après le discours du colon qui n'est pas émouvant. Il nous dit juste ‘’ qu'il faut mourir pour le drapeau parce qu'il a fait le tour du monde ‘’. Quelle bêtise au 20ème siècle ! Vaudrait mieux qu'il n'aille pas plus loin.

Nous rentrons au cantonnement alors défense de sortir. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

 

255… Carnet de guerre de Joseph CROUSILLAT du 7e régiment de génie, compagnie 15/12

 

 

6 septembre 1914, secteur de St Mihiel, Meuse

« Là, çà été une débandade. Les obus nous pleuvent comme de la neige et dans ce moment nous avons perdu un sergent et 3 hommes morts et crois-moi que c’est dur de voir mourir ses camarades et vous disent des paroles à vous crever le cœur ; ce pauvre sergent (Paul DON) qui disait :

« Non, je ne veux pas mourir ; que vont devenir ma femme et ma fille ? »

C’est terrible. »

 

Joseph CROUSILLAT, clairon-sapeur-mineur, raconte ses 3 premiers mois de guerre avant sa blessure : la joie, la retraite, les désillusions…

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

254… Lettres de guerre du lieutenant-colonel GRAUX commandants les 125e et 60e régiments d’infanterie

 

 

30 décembre 1915, Aisne, près de Soissons

Ma chère petite Marcelle,

« Je viens te rappeler que je compte sur toi, sur ton bon petit cœur, pour mettre un peu de fête dans la maison. Égaie ta sœur, distrais ta maman ; tu peux être sûre que de loin j’entendrai votre rire et que j’en serai réconforté : rien ne me fera plus de plaisir ; la jeunesse doit être gaie et quand tu te sentiras triste, prends sur toi…

La maison où j’habite a été occupée pendant 2 jours par les Allemands : ils ont volé toutes les couvertures, les édredons, conserves, confitures, vin. Puis les Anglais sont restés 3 semaines ici : le général FRENCH a habité la chambre où je suis. On ne se plaint pas trop des Prussiens, qui n’ont rien brûlé, ni brisé (sauf les portes des armoires) – Quant aux Anglais, on les a trouvés un peu sans-gêne. Je t’embrasse, ma petite fille chérie, de tout mon cœur et bien tendrement. »

 

Georges GRAUX est né à Rennes le 6 juin 1860. Il a la vocation militaire, entre à St Cyr (1881 – 1883), promotion « Égypte » et sort dans l’infanterie. En 1889 il est détaché au service géographique de l’armée pour établir des levers topographiques en Algérie et réalise en parallèle un album de photographies.

Puis Amiens, St Nazaire au 65e d’infanterie, capitaine au 41e à Reims, Major à Sedan au 147e, chef de bataillon au 88e d’Auch.

Georges est lieutenant-colonel au 135e d’Angers au début de la guerre.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

253… Carnet de guerre de Constant DELATTRE des 84e et 299e régiments d’infanterie

 

Lassigny, Somme, 15 août 1918

« Vers le jour, continuation de bombardement, la 18e compagnie va se poster en avant vers 5 h du matin – Nous occupons la tranchée des Chasseurs, tout le bataillon se porte en avant… »

 

Constant DELATTRE est au 84e RI, il part pour la Grèce en 1917. Malade, rapatrié, il passe mitrailleur au 299e RI et participa aux batailles de l’Oise en 1918. Son petit-fils a retracé son parcours. Le carnet est présenté en version brut et non recopié.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

252… Carnet de captivité de Louis CHEVREAU du 213e régiment d’infanterie Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : new

 

 

Camp de Bonne Goutte, Hartmannswillerkopf, 9 septembre 1915 à 9 heures du matin

« Ma compagnie quitte le camp de Bonne Goutte pour aller à la tranchée.

À 4 heures, le bombardement commence, nous restons dans un abri qui résiste très bien.

À 4 heures 50, nous voyons la fumée, nous nous disons que ce sont les gaz mais tous nous respirons le goût. Nous disons tantôt c’est du pétrole tantôt c’est du goudron. On regarde, on dit c’est le feu, ça ne dure pas longtemps.

Le bombardement dure toujours. Un instant plus tard on crie « à la tranchée ». (…)

Peu de temps après nous entendons les Allemands dans la tranchée. Nous restons un instant.

Mais tout à coup l’ennemi frappe à la porte. Si l’on n’ouvre pas, il nous jette une bombe … On se décide d’ouvrir, il nous crie de sortir, personne ne comprend, on ne sort pas.Il nous tire un coup de fusil, personne n’est touché. Nous sortons, il nous dit : « kamarade file vite ».

 

Louis CHEVREAU rédige un carnet de captivité au camp de Mannheim. La centaine de colis qu’il reçoit en 1915 et 16 est minutieusement répertoriée.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

251… Carnet de campagne de Clovis MUFFAT-JOLY

du 99e régiment d’infanterie puis 54e régiment d’artillerie puis 178e régiment d’artillerie de tranchée

 

 

Sapicourt (Marne), 27 mai 1918

« À 1 heure du matin déclenchement de l’offensive allemande, bombardement, marmites et gaz asphyxiant, commencement de la retraite française, retour du groupe à Savigny (Marne).

Retraite. »

 

Clovis MUFFAT-JOLY est passé par les 3 armes : Cavalier, puis infanterie puis artilleur… Son carnet de campagne, néanmoins intéressant, est la succession des lieux traversés.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

250… Carnet de route de Jean Louis VALEILLES du 22e régiment d’infanterie coloniale

 

 

Moulin de Laffaux (Aisne), 16 avril 1917

«L’attaque échoue, les vagues d’assaut sont fauchées ou battent en retraite. Les chefs sont tués, le désordre et la pagaille commencent à régner. Les renforts n’arrivent pas ; moi et ma pièce nous avons passé les fils barbelés. On ne s’est pas aperçu à temps du mouvement de repli et à 10h nous avons été enveloppés par les Allemands et faits prisonniers un peu à droite de Laffaux.

Nous avons dû passer toute la journée entre la 1ere et la 2eme ligne allemande sous notre propre bombardement, où le chef de ma pièce, le caporal François PRÉAU, a été tué par une mitrailleuse, et ce n’est que vers les 8h du soir que nous avons été conduits au poste de commandement allemand dans une belle carrière très bien aménagée et où ils ont eu soin de nous enlever toute la correspondance… »

 

Après sa grave blessure au poumon Jean Louis VALLEILLES repart au front au 22e colonial : Carnet de route, les déplacements et quelques détails sur sa capture.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

249… Cahier de Chansons et de poèmes de Jean Marie DUCLOS du 68e régiment d’infanterie

 

 

Issoudun le 17 août 1897, discours du lieutenant E. du FAY DE CHOISINET pour le départ de la classe 1894 du 68e régiment d’infanterie

«Enfin mes amis, si vous, m'en croyez, occupez-vous le moins possible de politique. Vous avez mieux à faire que de vous m'étiez à des discussions où le plus malins ne comprennent rien ou peu de chose si vous avez des idées personnelles, sachez de les conserver saines. Mais m'espérez pas de les faire partager à votre voisin, vous perdriez beaucoup de temps et sans résultat.

La politique à la ville comme à la campagne et une cause de division dont vous n'avez nul besoin. Respectez les conditions de chacun, notez suivant votre conscience et vos goûts et tenez-vous en-là, ne prenez pas surtout pour parole d'évangile tout ce qui est écrit et méfier vous des gens qui parlent fort et font miroiter à vos yeux mille choses merveilles et irréalisables. On ne présente ordinairement à l'alouette un beau miroir que pour mieux la fusiller, si vous êtes l'alouette fuyez le miroir.

Je terminerais par là.

En quittant le régiment nous n'abandonnez pas vos armes pour toujours plusieurs fois encore réserviste et territoriaux. Vous le reprendrez et vous reviendrez parmi nous saluer votre drapeau. Vous êtes jeunes, vous verrez de graves évènements.

En ce jour de frisson général où le tocsin se fera entendre d'un bout à l'autre de la France, vous accourez pleins d'une sainte ardeur vous rangez sous ses plis et se sera d'un cœur bouillant de patriotisme que votre classe, heureuse de se retrouver entière réunie, pour marcher à l'ennemi.

S'écrier en face du danger. « Vive l'armée Française ».

 

Dès 1877, les élèves de cours moyen apprennent à lire avec un manuel sans cesse réédité : " Le Tour de France par deux enfants ".

C’est dans ce contexte que Jean Marie DUCLOS a été éduqué en chrétien, soldat et patriote envers sa patrie de toujours : la France. On le voit dans les chansons chantés par les soldats pour exaltés le patriotisme, l’obéissance, l’amour de la France et désigner l'ennemi : L'Allemagne et les régions perdus : L’Alsace et la Lorraine.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

248… Carnet de guerre de Léopold REY du 8e régiment d’artillerie, cycliste de l’état-major du 20e corps d’armée

 

 

Secteur de Flavigny, le 25 août 1914 :

« J’ai vu des hommes jeter leur cartouches, leurs sacs, leur fusil dans les fossés bordant la route pour pouvoir suivre, mais il y en a la dedans beaucoup d’hommes qui sont affolés et fuient ; Beaucoup descendent de Morhange plateau où les Boches nous ont durement accueillis par un terrible bombardement.

Ils sont du midi et les officiers mêmes abandonnent leur harnachement pour fuir plus vite.

Certains disent qu’on les a sacrifiés menés à une boucherie. Mais ceux-là n’ont aucune blessure et questionnant chacun j’apprends que les hommes blessés que j’ai vu revenir sont ceux des régiments de l’Est, du Nord et de l’Ouest qui étaient au centre de l’attaque et qui se sont vus encerclés par les Allemands parce que le régiment du midi qui étaient sur les ailes avaient fui comme des lapins sans combattre aussi est ce avec haine qu’ils se regardent. »

 

Lorraine, Flandres, Belgique, Artois, cycliste de l’état-major, puis artilleur de crapouillot en tranchée d’Artois. Le 30 mai 1915, il décrit avec effroi la folle attaque du 205e régiment d’infanterie vers les tranchées allemandes du fameux « Labyrinthe ».

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

247… Carnets de guerre d’Alfred René FAILLE, sergent au 410e régiment d’infanterie

 

Ouvrage du Caméléon, Champagne, le 30 mars 1916 :

«Un quart d’heure après, j’étais à bout de force, la tête en feu, mes épaules douloureuses pliaient, et le plus fort n’était pas fait. Restaient à franchir les pare éclats de la première ligne. Là, j’ai pensé défaillir car je commençais à vaciller sur mes jambes moins vives. La fascine longue de près de 3 mètres ne pouvait passer dans ces lacets étroits, elle s’immobilisait dans les coins, et il nous fallait alors la soulever au-dessus des hauts parapets. Nous arrivions heureusement, cela me stimulait et, m’arcboutant contre la muraille de craie, grinçant des dents, les bras tendus, on passait quand même. La tête de la corvée revenait sur ses pas, et quel soupir de soulagement en déposant ma charge.…. »

Centre Payen, Champagne, le 18 avril 1916 :

« Il vous arrive avec un sifflement lugubre comme un lourd oiseau de proie, semblant choisir sa victime, se balançant dans l’air, et tout d’un coup s’abattant brusquement. Il parait que le jour on peut les suivre dans leur trajectoire, et c’est cela je crois qui doit affoler le plus…» (…)

Il faut bien passer le temps, éviter l’ennui et le cafard qui vous guettent. Les correspondances viennent à propos pour nous changer les idées. C’est un rayon de soleil dans notre triste vie de sauvage, une consolation, un soutien dans nos moments d’énervement ou d’abattement. En lisant ces petites lettres d’un frère, d’un parent ou d’un ami, le poilu quitte par la pensée, et pour un moment, les gourbis, les tranchées et les boyaux pour se rapprocher de celui qui lui envoie de ses nouvelles, qui lui adresse quelques lignes d’espoir, d’encouragement. C’est pour lui quelques moments d’une vie faite de souvenirs qu’il prolonge à loisir en répondant à ces lettres …

 

Sa première arrivée aux tranchées à l’ouvrage du Caméléon, les corvées nocturnes en premières lignes : description minutieuse sur le carnet d’un instituteur : ce qu’il voit, ce qu’il ressent, ce qu’il ne voit pas, ce qui l’inquiète, ce qui l’encourage…

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

246… 3 carnets de guerre d’Arsène LERIDON du 72e régiment d’infanterie territoriale

 

Août 1915, Somme :

«Ribécourt est une commune assez importante, c’est canton. Tout le bourg est presque détruit. Les allemands y ont habité pendant quelques mois et nous l’avons repris. Depuis il bombarde assez fréquemment ce pays. Les maisons sons à moitié détruites. Les habitants, surpris, ont laissé tout dans leurs maisons à la merci de tous. Tout n’est que pillage, tout traîne par les places. Il faut monter sur le linge de corps ou literie pour avancer…. »

Fort de Tavannes, mars 1916 :

« À 4 heures du matin, rien encore d’arrivé. Qu’est-ce qui se passe, en voilà plusieurs qui arrivent tout en sueur, plein de neige, il y avait 5 centimètres de neige. Cette nuit-là, ils nous disent que personne n’a pu approcher du fort tellement il était bombardé. Il a fallu qu’ils laissent les munitions dans un fossé à quelques cent mètres du fort.

Un autre arrive, nous dit qu’un de nos camarades a été tué par un obus. Ils étaient couchés tous les deux dans un trou d’obus, il a voulu porter secours à son camarade qui était près de lui, mais hélas il n’était plus qu’une bouillie. Il a fallu renoncer à l‘apporter. »

Tilloloy, somme, décembre 1915 :

« Un homme de la 10ème compagnie se hasarde à aller chercher un cadavre français au-devant des fils de fer allemands. Il monte sur la tranchée et va droit au cadavre. Pas un soldat allemand ne tire, arrivé au cadavre. Les allemands remontent par-dessus la tranchée, puis il leur fait signe de venir. Plusieurs viennent près de lui, puis dans l’espace de cinq minutes, il se trouve une vingtaine d’allemands et de français sur la tranchée, à se parler ou plutôt se faire des signes pour se comprendre.

Ils échangent du tabac même ils essayent leurs casques. Un capitaine du 71 leur parle en allemand. »

 

Des écrits de 1914 à 1917 réunis dans 3 carnets : Somme, Oise, Verdun…Description de nombreux villages détruits, les bombardements continuels, les corvées, la fraternisation de décembre 1915, les préparations pour les attaques au gaz…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

245… Souvenirs de guerre du caporal Louis MERCY du 149e régiment d’infanterie

 

«Les journées suivantes se sont passées tranquilles ; ensuite nous sommes relevés pour un repos de 6 jours. Nous cantonnons à Ciry-Salsogne, 10km environ de Soissons. Ces jours ne sont pas de détente ; les journaux annoncent des mutineries dans l’armée, nous sommes consignés dans notre cantonnement.

Le 158ème RI qui fait division avec nous, refuse de remonter en première ligne.

Ma section est de garde aux issues du patelin, mais rien n’est venu troubler notre secteur. Nous apprenons que l’aumônier du 158ème a réussi à calmer leurs esprits et à ranimer leur courage. À leur tête il les entraîne relever leurs camarades des premières lignes. Cette nuit même de la relève, il est tué par un éclat d’obus. »

 

Souvenirs de ses classes, Le chemin des Dames, la bataille de Malmaison, Le combat d’Orfeuil

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

244… Carnet de guerre du lieutenant HERBILLON du 306e régiment d’infanterie

 

« Je me suis livré aujourd’hui à d’amères réflexions sur mes semblables que la civilisation n’a pas rendus meilleurs. Aussitôt que l’homme est livré à ses instincts, (et la guerre lui en donne l’occasion), il ne pense qu’à la ripaille et à la rapine. Il ne faut rien moins que la crainte de représailles sévères pour le forcer au respect. Malheureusement, en France, et en particulier dans nos formations de réserve, la discipline est fort relâchée, aussi voit-on des choses écœurantes. Des paysans (bien mal inspirés, j’en conviens), nous disent qu’ils ont eu moins à se plaindre du séjour des Allemands que du nôtre. On ne peut que rougir de ce témoignage. Ce n’est pas que l’Allemand vaille mieux que nous, loin de là, si par moments, il est plus honnête, c’est qu’il plie sous une discipline de fer. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

243… Carnet de guerre d’un inconnu des 119e et 319e régiments d’infanterie

 

« Enfin au cours de cette permission, j’aurais le bonheur de voir se signer l’armistice le 11 novembre à 11 heures. Le cauchemar est fini. Est-ce enfin possible.

Le martyr est consumé. Il reste de tout ceci l’égoïsme de vivre mis à part une grande détresse morale, l’horreur de la guerre. Les choses honteuses que j’ai vues.

La pensée s’est usée au cours de ces secousses diverses. Je suis maintenant une brute, une brute qui a honte de ce qu’on lui a fait faire. Je retire de là un profond dégout de l’humanité et la haine du militarisme. »

 

Carnet retrouvé dans une malle – Sans nom – Sans photo… Après de laborieuses et fructueuses recherches de Philippe S. nous pensons avoir identifié le rédacteur : Soldat LOUAIL Pierre Henri…

Pascal, le propriétaire actuel du carnet veut rendre ces souvenirs aux éventuels descendants…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

242… Carnet de route de Louis FAURE du 47e régiment d’artillerie

 

18 avril 1917, Chemin des Dames

« Naturellement rien à manger. Les vivres de réserve sont absorbés depuis le matin et on parle de ne rien toucher d'ici trois jours. C'est le moment de s'abattre sur ce qu'on trouve. Pour ma part je fais une razzia de biscuits barbotés de-ci de-là. Je ne mourrai tout de même pas de faim. Mais quelle pénible impression de se retrouver dans ses anciens cantonnements quand on croyait si bien coucher le soir en terrain reconquis.

C'est l'abattement complet.

Je comprends facilement que par la suite plusieurs régiments se soient mutinés. Rien n'est aussi déprimant qu'une telle séance, surtout quand on ne fait rien pour relever le moral du poilu - au contraire. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

241… Souvenirs de guerre de Marie FUINEL

du 23e, puis 102e régiments d’infanterie

 

Après sa blessure en gare sanitaire de Bruyère, le 16 septembre 1914

« Mais quelle horreur dans les gares proches du champ de bataille ! Des tas de blessés, quelques-uns affreusement mutilés, sont couchés n’importe où et n’importe comment. Ils gémissent mais personne ne semble les entendre. Le major est surmené et il les regarde méthodiquement, l’un après l’autre. Beaucoup de ces malheureux expirent ici dans d’horribles souffrances. Quelques-uns sont légèrement blessés, et ils sont évacués tout de suite. D’autres se sont mutilés. Le major les envoie impitoyablement au peloton d’exécution.

A Bruyères, on forme le train des blessés, nous restons 24 h dans le train avant qu’il ne parte. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

240… Journal de guerre de Théophile JOUSSEAUME

du 64e régiment d’infanterie

 

Maissin, Belgique, 22 août 1914

« Là notre artillerie se fit entendre, ça venait de devant, de derrière, ont été assourdis, c’était une fumée de poudre de tous côtés, à la fin de la journée les clairons sonnent la charge à la baïonnette pour chasser définitivement la position de l’ennemi. »

« Là, je me relève à moitié étourdi car je me demande comment je faisais pour me trouver encore vivant, car de chaque côté de nombreux copains étaient inanimés, la scène fût touchante, les clairons sonnaient la charge, des cris de en avant à la baïonnette se répétaient de tous côtés en se mêlant aux cris déchirants des blessés. Les deux clairons de ma compagnie furent tués en sonnant la charge à chaque pas que l’on faisait on se heurtait dans les morts ou les blessés, malgré tout nous marchions toujours sur la lisière du bois en fuyant devant nous comme des lâches, mais sur deux cent soixante que nous étions avant à la compagnie, deux heures après nous étions que cent trente sur le champ de bataille. »

 

Il raconte les combats sanglants de Maissin, de Bulson au mois d’août 1914, puis ceux de la bataille de la Marne : la Fère-Champenoise, d’Écury-le-Repos et ceux du secteur d’Hébuterne, Serres, La Boisselle…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

239… Carnet de guerre et album photos de Pierre Charles HUET

du 22e régiment d’artillerie

 

 

Verdun, 8 avril 1916

« Cette route fut terrible. Il faut y avoir passé en plein jour pour savoir.

Être dans un bois ou tous les arbres sont cassés, déchiquetés ; une route à peine reconnaissable que par le nombre de chevaux morts, voitures cassées etc…Les obus arrivent dans toutes les directions aussi pour passer il faut prêter grande attention au sens des arrivées d’obus : ne pas craindre de faire des plats-ventre.»

 

Pierre HUET nous a laissé son carnet de guerre et un album-photos. Verdun, puis la Grèce, Serbie, Roumanie…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

238…Carnet de campagne du gendarme Clovis POREAUX

Gendarme cycliste à la brigade de Comines (59, 1ere légion de gendarmerie

 

 

Lille, rue Marquillies, le 3 octobre 1914

« Je fais aussitôt feu. Le cheval tombe. Son cavalier peut néanmoins se relever et prendre la fuite.

Je continue à tirer, ainsi que mon camarade DUJARDIN, arrivé à mon aide. Plusieurs autres cavaliers allemands galopent dans les champs lorsque le 2ème et son cheval sont à nouveau abattus.

Nous courrons pour les capturer, mais à ce moment les autres cavaliers étant devenus menaçants, et craignant d’avoir notre retraite coupée, nous jugeons prudents de nous replier en abandonnant nos ennemis blessés.

 

Clovis POREAUX est né au Nouvion-en-Thiérache (02) en 1876. Il est gendarme dans le Nord, tout près de la frontière belge. Il retraite vers Pontoise avec sa brigade, et reviens en région Lilloise juste avant la prise de cette ville par les Allemands. Ce document est rare car il est écrit non par un poilu mais par un gendarme et donc son rôle durant le conflit est différent.

Ensuite il y a un côté « journal » : il nous détaille pendant presque 7 mois les déplacements quotidiens de son escouade. Il « suit » l’armée sur les champs de bataille de la Marne. Les Allemands étaient le 3 septembre 1914 à Valmondois quelques km au nord de Pontoise, le saviez-vous ?

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

237…Carnet de guerre, souvenirs d’Émile MILLE

Soldat au 128e régiment d’infanterie

 

Pargny-sur-Sault (55), le 7 septembre 1914

« A plusieurs reprises, entre deux feux, nous traversâmes le jardin du château, et l'on allait chercher le champagne et toutes les liqueurs du château. Nous rapportions le tout dans la tranchée. Je n'ai jamais bu tant de champagne de ma vie. Il fallait faire vite pour courir à ce château. Je me rappelle que nous étions dans la cuisine lorsqu'un obus démolit un coin du toit. (…)

La gare était rouge de sang. Sitôt qu'un de nous se levait des rails, il tombait pour ne plus se relever. Je vis la cervelle d'un de mes camarades jaillir sur le quai. Je devins pâle. Le cœur me manqua de voir tant de sang. Le quai était jonché de cadavres »

 

Émile MILLE, 21 ans en 1914, il se trouve sous les drapeaux au 128e régiment d’infanterie quand la guerre éclate. Son récit, ses dessins sont d’une poignante vérité. La description des combats à Fontenois (Ardennes) et à la gare de Pargny-sur-Saulx (Marne) sont d’une intensité remarquable.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

236… Carnet de guerre de Gaston MAGNIEN

Soldat au 69e régiment d’infanterie

 

Pommier (62), le 2 novembre 1914

« À signaler la frousse du capitaine qui, aussitôt l’ordre de relève, part avec la liaison sans s’occuper de ses hommes restés dans les tranchées.

Il parait qu’à chaque distribution, ce joli coco prend un ou deux litres d’eau de vie et le reste à proportions. Il n’est pas étonnant que les hommes soient si mal nourris car du haut en bas de l’échelle des gradés, il y a un gaspillage éhonté.»

 

Louis Émile Gaston MAGNIEN, cultivateur, est né le 26 août 1880 à Doncourt, en Haute-Marne. Il intègre le 69e RI.

L’Artois (combats de Monchy-au-Bois), puis la Belgique, retour en Artois où il sera tué à Neuville-St-Vaast en mai 1915.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

235… Notes de guerre du caporal Élie HARTÉ

au 33e régiment d’infanterie

 

Village de Douaumont, le 2 mars 1916, 3h du matin

« Le sous-lieutenant appela ses gradés, sur toute la section nous restions deux caporaux et vingt-quatre hommes, il nous dit que nous avions tous fait l’impossible pour résister, que les autres compagnies étaient faites prisonnières ou démolies, nous étant cernés nous serions massacrés ou pris dans la soirée.

Il ne nous restait plus qu’à attendre les événements, puisque nous n’avions plus de munitions et pas de moyens pour se retirer à l’arrière

. »

 

Élie HARTÉ, menuisier, est incorporé pour son service militaire en décembre 1914 au 50e régiment d’infanterie, il passe à la fin de sa formation au 73e RI en mai 1915, puis de suite au 33e RI, 10e compagnie, avec lequel il rejoint le front. Le capitaine commandant de cette 10e compagnie du 33e RI se nomme Charles DE GAULLE…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

234…Dernière lettre de Paul TAPIE

Soldat au 2e régiment d’infanterie

 

Nord d’Arras, Artois, 6 juin 1915

« Nous avons eu du reste pas mal de victimes sans attaquer. Pour ma part, mon fusil est cassé en deux et le canon tordu au milieu du fût. C'était encore mon fusil de famille, celui qui a descendu la rue des Juifs un petit drapeau et des fleurs dans le canon sur mon épaule aux accents du chant du départ. Ça m'a fait de la peine de le remplacer.

La courroie de la musette à cartouche que ma mère m'a faite est percée par une balle de shrapnell ma gamelle aussi, ma toile de tente est en loque et moi je suis indemne. »

 

La lettre de Paul TAPIE est datée du 6 juin 1915, c'est à dire 10 jours avant sa mort dans un hôpital. Le régiment a perdu plus de mille hommes dans les combats des 16 et 17 juin 1915.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

233…Carnet de guerre de Jean PICOU

Maréchal-des-Logis Chef au 3e régiment d’artillerie

 

Rhodes, Moselle, 19 août 1914

« Au départ de Rhodes, nous rencontrons 7 à 8 ambulances. Les unes transportent des cadavres français qui seront inhumés à l’arrière les autres transportent des blessés.

L’un à la tête enveloppée de toute part et souffre horriblement, l’autre est atteint à la poitrine, aux bras, aux jambes. C’est encore un blessé qui pousse des cris déchirants, il a le pied emporté et malheureusement il ne pourra échapper à l’amputation de son membre.

C’est ensuite un convoi de 300 blessés qui plus heureux dans la souffrance que leurs camarades peuvent se retirer à pied à l’arrière de la ligne de feu. (…) Quelques-uns qui n’ont pu supporter leur transport à l’arrière sont morts sur ce modeste char. Leur corps recouvert de leur capote repose à côté des autres blessés qui furent jadis leurs compagnons d’armes.

Le spectacle est navrant et les yeux se mouillent à la vue de ce triste tableau. »

 

Jean PICOU sera tué par une balle qui provoque une « fracture de l’étage antérieur de la base du crane » . Il sera déclaré non-mort pour la France. Pourquoi ?

Il est quand même inhumé dans une nécropole militaire…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

232…Carnet de guerre de René PIERROT

Médecin-auxiliaire au 3e bataillon du 171e régiment d’infanterie

 

Ostel, Chemin des Dames, 23 avril 1917.

« C’est devant Ostel du nord, et à l’ouest dans le ravin de la ferme Gerleaux que je continue les notes de guerre.

Nous sommes installés dans une cagna d’officiers artilleurs boches. Il y a lits, poêle, chaises et table, assiettes, flûtes et coupes et l’électricité. J’ai remplacé par un accu boche la dynamo en panne avec ma lampe de poche pour l’ampoule. »

 

René PIRROT a été mobilisé le 1er septembre 14 comme infirmier, puis il sera nommé médecin-auxiliaire le 3 juin 1915, médecin sous-aide-major le 18 août 1917 et enfin médecin aide-major le 10 novembre 1918.

Le petit carnet renferme ses souvenirs de la bataille du Chemin des Dames et de la seconde bataille de la Somme et en ce centenaire de la grande guerre Sylvaine est heureuse de partager ces écrits.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

231…carnet de guerre de Prosper FRÉMINET

conducteur au 156e régiment d’infanterie

 

Gizaucourt, Marne, 15 novembre 1915.

« Le 13, la neige fait son apparition, il fait un froid à ne pas y tenir, nous gelons sous les tentes. On parle de faire des abris pour les chevaux et nous n’avons rien. Pour avoir coupé un mauvais un mauvais sapin, une vache de lieutenant de gendarmerie nous menace du conseil de guerre, c’est terrible de voir chose pareille.

On le souhaite crevé..»

 

Prosper est conducteur (hippomobile) du train de bataillon ou du train de combat.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

230…Carnet de guerre de René BRISSARD, aspirant, puis lieutenant

à la compagnie de mitrailleuses du 409e régiment d’infanterie

 

Villers-sous-Châtillon (Marne), lundi 4 juin 1917

« Ce matin, [le général] SCHMIDT réunit tous les officiers et sous-officiers du 409 et du DD. C'est à cause du moral.

On voit qu'il compte surtout sur les sous-offs pour le remonter. Il dit que la guerre doit être poussée jusqu'à la victoire et exhorte tous les officiers à donner l'exemple.

Dans la tranchée, on n’en voit pas tant qu'ici.

Enfin, cette conférence donne l'impression que le gouvernement à une trouille épouvantable et craint un mouvement. Les grosses têtes ont peur de sauter. Je suis très content d'avoir assisté à cette réunion car elle montre la crainte que les supérieurs ont du soldat.

 L'heure est très grave : peut-être sommes-nous arrivés à un instant décisif. Le tout est de savoir si ces craintes se réaliseront. »

 

Au travers de ses 7 carnets de guerre (dont 5 sont parvenus jusqu’à nous) René BRISSARD nous fait vivre ses 1104 jours sur le front.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

229…carnet de guerre, poèmes et chansons d’André DURAND

Brancardier-musicien au 69e régiment d’infanterie

 

Sailly-Saillisel, Somme, 29 novembre 1916.

« A 20h nous relevons le 418e RI, nous passons à Maurepas, Combles, Frégicourt et nous arrivons devant Sailly-Saillisel ; où le régiment prend les tranchées : par un temps affreux ; de l’eau et de la boue jusqu’au ventre. Nombreux pieds gelés pendant le période.»

 

André DURAND, 23 ans, menuisier dans le civil est musicien. Étant musicien, il ne fait pas parti de la partie « combattante » du régiment. Ses séjours en tranchées ne seront pas systématiques. Mais il devient brancardier-auxiliaire.

Au travers son récit, on constatera qu’il va très souvent relever les blessés après les attaques au péril de sa vie.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

228…Recueil et carnet de guerre de Gilbert BELLOC

Infirmier-musicien aux 58e, puis 258e régiment d’artillerie

 

Bois des Hospices, secteur fort de Tavannes, Verdun, 12 juin 1916.

« Pour ma part, je n’eus à souffrir que d’une pierre soulevée par un obus et retombant sur mon casque en me l’enfonçant jusqu’aux oreilles ! Résultat : un petit évanouissement d’une dizaine de minutes. Je ne puis dire qui m’en tira. J’étais seul dehors. Lorsque cet « accident » m’arriva et lorsque je revins à moi, je me trouvai couché sur un lit, seul encore dans le poste.

A noter que notre capitaine de batterie, DURIEUX, ne fut guère brillant par son courage : je crois bien que durant ces journées il ne sortit pas une seule fois de son abri, même pour faire ses besoins. Le sous-lieutenant GALLERAGUES ne valut guère mieux. C’est avec un grand soulagement que nous quittons cette région.»

 

Gilbert BELLOC, brigadier, musicien et infirmier, a laissé un petit livre relatant, jour par jour, "sa campagne 1914-1918" avec quelques photos. Cette année marquant le centenaire de la fin de cette guerre, son petit-fils est particulièrement sensible à faire connaître ces écrits qui peuvent, certainement très modestement, à apporter des renseignements précis sur les lieux, théâtres des opérations et les hommes qu'il a connus et dont certains ont perdu leur vie…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

227…Correspondance, lettres de guerre d’Alexandre Henri LOYER

sergent au 102e régiment d'infanterie

 

Champagne, mars 1915.

« Ce qui se passe ici ne s’est jamais produit dans l’histoire, c’est un véritable enfer et on se demande s’il est possible d’en sortir. Tout est employé canons, fusils, mitrailleuses, mines, etc… Les tranchées sont faites de cadavres et certainement que dans la plaine il n’y a pas un mètre carré où il n’y a pas un corps humain.

C’est terrible de payer si cher du terrain qui vaut si peu, c’est un désert (…)

Ici on ne se lave pas faute d’eau on ne change pas de linge. C’est infect, on couche sur la terre par 10 ou 12 ° sous zéro. On se demande si on pourra un jour en sortir d’ailleurs du train dont ça va il y en a bien pour un an encore.

Les journaux en mettent plein les yeux au public. Le moral des troupes est excellent disent-ils, en réalité il est exécrable. »

 

Alexandre Henri LOYER écrit, écrit, écrit…jusqu’à sa « bonne » blessure qui l’éloignera définitivement de la guerre. Ses lettres nous sont restées ; merci à Jean-Claude, son petit-fils de pouvoir les lire.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

226…Souvenirs de guerre de Pierre Antoine BOURSEIRE

sergent au 147e régiment d'infanterie, puis prisonnier à Cottbus

 

Sud de Soissons, 28 mai 1918.

« Des isolés, appartenant surtout au 214e régiment d’infanterie retournent vers l’arrière, ce qui me surprend que des gens abandonnent leur poste de combat en un tel moment. Mais nous les écoutons pourtant raconter leurs prétendus exploits, anecdotes aussi héroïques que peu vraisemblables. Un grand gaillard nous montre une paire de gants dont il aurait dépouillé un capitaine ennemi, tué par lui, etc…»

 

Pierre BOURSEIRE nous raconte les journées terribles de mai 1918, lors de l’offensive allemande. Il sera fait prisonnier à la suite des combats

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

225…Carnet de route d’André DURIN

des 62e RIT, 334e RI et 114e Chasseurs

 

Vosges, janvier 1915.

« Il fait très froid et on souffre beaucoup. Le pain est gelé et la morue est gelée. Le ravitaillement n’arrive pas. Le 26 au soir, on fait des tranchées avec de la neige à onze heures du soir. J’ai les pieds gelés et je me dirige vers le poste de secours. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

224…Journal de guerre de Jules FROTTIER,

caporal-infirmier aux 47e et 70e régiments territoriaux

 

juin 1915, infirmerie du bois des Fosses, secteur de Pont-à-Mousson.

« Ils vont la trouver mauvaise surtout que ces hommes sont des réformés et auxiliaires. Quelles tristes recrues !

Quelques-uns viennent à la visite le lendemain, ça fait pitié. Certains n’ont jamais tenu un fusil, d’autres ne voient pas clair, même de l’œil droit, des herniaires, varices, cœurs faisant du 100 à l’heure, etc…

C’est malheureux d’envoyer des soldats comme ça sur le front. »

 

« Ces messieurs les officiers viennent de toucher leurs mois et aussitôt on voit partir les billets de banque dans leurs familles.

C’est épouvantable de voir ce que vaut notre commandement. Ici des quantités énormes de blé se perdent dans les granges, sans être battu, alors qu’il serait très facile d’emmener tout cela à l’arrière. »

« Plus fort encore, un grenier est plein de sacs de blé et bien on le laisse manger aux rats et le commandant GOUACHEY qui passe son temps à emm…les poilus, à voir si les cravates font deux tours, n’a pas eu l’idée de faire enlever ce blé depuis 9 mois qu’il est là. Et notre beau pognon s’en va à l’étranger pour acheter du blé à des prix fabuleux.

Voilà comme ces messieurs défendent et servent leur pays. On voit bien par là ce qu’ils peuvent faire chez eux. C’est triste mais c’est ainsi que ça se passe.

Quels bons souvenirs on emportera tous chez soi après la guerre. Voilà notre infériorité manifeste vis-à-vis des Boches. »

 

L’infirmier Jules FROTTIER a passé toute la guerre non loin des premières lignes. Ses lignes (6 carnets !) sont écrites en temps réel, sur le vif, tellement elles sont criantes de réalisme et très détaillées. Je pense qu’elles sont souvent écrites après coup, ce qui ne fait que confirmer les talents de narrateur de Jules. Son affection pour les siens et ses amis, toujours très pudiquement exprimée, sa révolte aussi à l’encontre de ses supérieurs qu’il juge souvent incompétents et imbus de leur personne…

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

223…Journal de guerre de Maurice DELACROIX,

caporal à la section mitrailleuses du 4e régiment d’infanterie

 

 

3 mars 1915, ravin des Meurissons

« Matinée de nettoyage, après-midi l’on nous prévient qu’une mine va sauter.

3h, une contre mine boche saute sans aucun dégât.

Le soir à 6h, nous faisons sauter notre mine nous ne voyons rien. Quelques crapouillots arrivent presque sur nous. »

4 mars

« Réveil à 2h du matin pour nous prévenir qu’à 4h une autre mine, elle saute à 5h. Nouvelle fusillade et tout rentre dans le calme.

Dans la matinée passage d’aéroplane, dans l’après-midi bombardement des boches sur les lignes de réserve. (…) »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

222…Cahier de 20 poèmes-chansons de Lucien PRADEL du 10éme régiment d’infanterie

 

« C’est nous les gars de la classe seize

Les cadets d’ l’armée Française

Au cri de « Vive la France ! »

Quand on nous invit’ra pour la danse

La baïonnette au derrière

Les sortant de leurs tanières

Nous pouss’rons à la frontière

Tous ces sales croquants d’allemands

Tambour battant ! »

 

20 poèmes d’un poilu de 20 ans…

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

221…Carnet d’Augustin MORLIER, du 50e régiment d’artillerie

 

Aux armées le 5 mai 1917

Bien chère petite Cécile

« J'ai reçu ton petit mot hier soir comme je remontais de cet enfer du massif de Moronvilliers où j'ai vécu treize jours de cauchemar. Je suis au repos pour quelques jours et je t'assure que j'en avais besoin car cette fois j'étais fourbu. Quelle vie ici, ce n'est pas une sinécure de faire partie d'une division d'assaut. Cependant on voit de belles choses. Par exemple le départ de mon régiment s'en allant à l'attaque. J'étais auprès du colonel.

Lorsque le coup de sifflet fut donne par lui, signal pour se diriger vers les tranchées ennemies, de voir ces hommes partir tranquillement au pas, alignés presque comme à la manœuvre, d'entendre le colonel crier « vive la France, vive mon régiment » c'était beau. Nous avions les larmes aux yeux.(…)

J'embrasse ton petit Yvon et toi très affectueusement. Mon bon souvenir à Yves. »

Augustin.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

220…Carnet de Fernand VALATX, des 143 et 70e régiments d’infanterie

 

Tartiers, nord de Soissons, Aisne, 28 mai 1918

« Un obus tombe en plein sur le groupe. 3 tués et 6 blessés.

Vite ! Sac au dos et au trot nous nous replions toujours, c’est affreux, tout le monde fuit, abandonnant des quantités de tout sorte. Notre 75 ne nous soutien plus.

De temps en temps quelques obus qui dégringolent sur notre chemin de retraite, tuant et blessant, qu’on soit abandonné et donnant la panique. Nous sommes lamentables à voir.

Quel désordre, les artilleurs se battent avec nous.

Arrivés à Vauxrezis nous fîmes un peu la pause ; nous étions morts de fatigue et de chaleur… »

 

Le Chemin des Dames, Verdun (2 fois), L’Oise, Fernand combat et coiffe…

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

219…Correspondance de Léon PRÉVOST soldats aux 98e et 16e régiments d’infanterie

 

Lyon, 14 novembre 1914

« Bien chers parents,

Il n’y a encore rien de nouveau ici si ce n’est qu’il en est parti une douzaine ce matin pour leur dépôt et je vous garantis qu’ils ne sont pas partis sans être habillés. On leur a donné un chandail, une ceinture, une chemise, des chaussettes, un cache-nez, un passe montagne et une veste en toile cirée mais elle n’a pas de manches. Avec ça ils n’auront pas froid et ceux qui partent en ont autant. Pour moi, je ne compte pas partir encore.

Je vous embrasse tous. »

Léon

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

218…Carnet de Pons ALBERT, du 114e régiment territorial

 

Carency, Pas de Calais, 13 juin 1915

« Reprise de corvées aux morts. Carency et Neuville. Travail de nuit. Nous enterrons les corps sur place par dix à douze ensembles après identification. Les mouches, en pleine nuit même, nous environnent lorsque nous touchons aux corps. Vers 5 heures, il nous faut cesser par force : marmitage soigné et pluie de balles nous y obligent. Après être restés une heure à cent mètres des lignes, nous partons aux pas de course poursuivis par les obus.

 

Journal de guerre d’un « non-combattant », portant bien près des premières lignes…

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

 

217…Souvenirs, lettres de l’Abbé DURAND Henri, du 410e régiment d’infanterie

 

Somme, 1915

« «Ah ! Chère maman, si vous voyez votre fils ! Je vous prie de croire qu’il est joli, tout de boue habillé. Cela ne fait rien et l’on n’en est pas triste. Puisque nous sommes dans la boue, allons-y sans sourciller et pataugeons en cadence pour la France.

C’est une manière voulue par le bon Dieu d’expier la prédilection de tant de mes compatriotes pour la boue qui souillent le cœur et l’âme. Je vous assure que l’on s’amuse bien et l’on chante d’un cœur joyeux la chanson de Botrel intitulée : Dans la boue »

 

Henri DURAND, frère Sébastien, abbé au 410e RI, ou le sacrifice d’un poilu « ordinaire ».

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

216…Carnet de guerre du soldat FOURNIER Paul du 140ème régiment d’infanterie

 

Lihons, Somme, juin 1915

« Le lendemain de notre arrivée, un jeune lieutenant a été tué. Je suis allé le voir, à l'entrée du village, dans la maison où son corps avait été déposé. Il était étendu, rigide sur des planches, moulé dans sa capote de combat, les jambes guêtrées, un des côtés de la figure complètement emportée par la balle qui était venue le surprendre au créneau où il avait commis l'imprudence de venir regarder.

C’est la première victime de la guerre que je vois de la guerre et je rêve à tout ce que ce jeune corps renfermait d'espérances pour l'avenir.

A dix pas de là, le petit cimetière des soldats tués à l'ennemi. Je vais le parcourir. A chaque tombe, une croix et sur une petite pancarte, un nom et quelques chiffres. Je lis quelques noms…Et pourtant, sur tout cela, le soleil luit joyeux…

Il est déjà grand, ce petit cimetière… »

 

Paul FOURNIER écrit, écrit, écrit …

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

 

215…Carnet de guerre du caporal-clairon Pétrus Joannès PEYROT du 4ème régiment d’infanterie coloniale

 

21 septembre 1918, Serbie

« Journée marquée par l’attaque de la cote 2058 ; l’ordre d’attaque est pour 6 heures, les premières vagues sortent, composées de la 5e et 7e Cie, impossible d’avancer.

Les unités sont prises sous un feu intense de mitrailleuses. Les hommes se replient sous les ordres de leurs chefs. En portant un ordre à la 6e Cie, j’ai un homme de la liaison blessé au pied gauche, un nommé MICHAUD, qui est du canton de Mauprévoir.

Enfin, à 10h50, l’ordre arrive du colonel RONDET d’attaquer coûte que coûte, car paraît-il que les Bulgares continuent leur retraite ; le capitaine MAÏNETTIE commandant le bataillon, donne ses ordres aux agents de liaison de porter l’ordre au lieutenant BOUVIER, un brave de la 5e Cie, à 11h30. »

 

Pétrus Joannès PEYROT, 4e RIC, boulanger de profession, s’est battu contre l’Allemagne du 4 août 1914 au 12 avril 1919. Sur le carnet qu’il a emporté pendant la guerre, il a noté sa campagne en Orient à partir du 25 juillet 1917

 

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

214…Carnet de captivité du Lieutenant Auguste Frédéric THIERRY au 68ème RIT, camp d’Osnabrück

 

25 juin 1918, camp d’Osnabrück, Allemagne

« La journée a été marquée par un petit événement passe et dans le bloc voisin, ou cantonnent des officiers anglais.

Dans une des baraques occupées par eux, un commencement de sape était en construction, 7 ou 8 m avaient été creusés et restait encore 3 à 4 m à creuser pour sortir en dehors du fil barbelé, et par où devait s'enfuir plusieurs officiers.

Ce travail fut découvert par une sentinelle, celle-ci entendant du bruit sous ses pieds, a donné l'alerte au poste, et les officiers anglais ont été surpris dans leur travail, dès le soir les sentinelles étaient doublées. »

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

213…Carnet de guerre du Sergent BERNE 7e régiment du génie d’Avignon, compagnie 15/13

 

9 novembre 1914, secteur du Four-de-Paris :

« Un lieutenant de chasseurs, le fusil à la main, toujours debout, s’avance vers l’aile gauche, pour déplacer une dizaine d’hommes et les porter à la droite. Les autres, ne sachant ce qui arrive en voyant partir les hommes, croient à une retraite, et s’enfuient en sautant par-dessus nos têtes, en arrière, comme des fous.

Les officiers crient, gesticulent, les traitent de lâches, ils essaient de les retenir, rien n’y fait.

Aussitôt, nous nous voyons abandonné, et les boches qui avancent toujours. J’ordonne à mes hommes de sortir vivement de la tranchée et de se replier.

Dans leur précipitation la plupart abandonnent, fusils, pelles, pioches. Il était temps, car trois sapeurs de ma section qui n’ont pas eu le temps de se sauver ont été soit tués soit faits prisonniers. »

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : image004

 

212… Souvenirs de guerre de Victor CHATENAY, sapeur-mineur au 1e génie, puis chauffeur au 9e ETEM

 

Tranchée Mathis, secteur de Carency, Artois, début 1915

« Les inventions que j’ai connues, conçues par des cerveaux de l’arrière pour aider ceux de l’avant à gagner la guerre, étaient rarement des réussites. Je n’ai pas moi-même vu la brouette coupe-réseaux de barbelés en action, mais on disait qu’elle faisait un raffut terrible qui alertait l’ennemi, et qu’il fallait être fort comme un cheval pour la pousser sur un terrain non préparé.

Mais j’ai vu fonctionner le canon porte-amarre : il envoyait un crochet dans les réseaux de barbelés d’en face, puis les arrachait et les tirait à lui au moyen d’un treuil. Certes, il n’y avait plus de barbelés juste devant les tranchées allemandes pendant quelques jours, mais un énorme tas infranchissable était roulé devant nos premières lignes. »

 

Victor CHATENAY a eu une guerre assez extraordinaire, passant de sapeur dans une compagnie disciplinaire, à lieutenant commandant une unité d’ambulancières anglo-américaines. Résistant de la première heure en 39/45, il sera sénateur en 1948 et député en 1951.