Carnet de guerre du clairon Joseph CROUSILLAT

Du 20 août au 12 octobre 1914, jour de sa blessure.

 

 

 

Mise à jour : octobre 2020

Retour accueil

 

Description : 7eRG CROUSILLAT - Copie - Copie

Joseph CROUSILLAT au 7e régiment du génie - 1905

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

Prélude

Christian nous dit en avril 2020 :

 

Le 17 novembre 2004, en visite à Pertuis, ma mère me met ''sous le nez'' un petit carnet à couverture noire de format 9,5x15 :

 « Ce carnet était à Pépé, il est dans mes affaires depuis sa mort... à part ses comptes, l’écriture n’est pas sienne... regarde un peu... », me dit-elle.

Je ramène le carnet à Lacoste et le lendemain, je consulte la ‘pièce’.

Sur la page de garde, la main de mon grand-père a inscrit au crayon papier : ''CROUSILLAT, rue Juiverie''.

Les premiers 2/5ème de l'intérieur du carnet sont noircis, à l'encre violette, d’une main inconnue, de 20 textes de paroles de chansons d'époque comme ''Rentrons Mimi'', ''La jambe en bois'', ''J'ai tant pleuré'', etc.

 

Les derniers 2/5ème sont couverts, toujours de la même graphie inconnue, d'abord de 3 ''blagues'' sur l'amour, puis de 55 ''mots pour rires'' dits ''Loufoqueries entendues au régiment'', encore à l'encre violette et, enfin, les dernières 20 pages où Joseph décline son activité professionnelle d’après guerre. Elles sont constellées de devis et d'adresses (Mrs TIRAT, JOURDAN, ESCOT, route de Grans, etc.), de listes d’éléments de matériaux (murette, plancher, plâtre, boulon, malon, tuile, brique, etc.), de mesures, de croquis et d'opérations. J'y relève la date du 17 juillet 1922.

 

Et le centre du carnet ?

Le dernier cinquième est tout autre : 12 pages écrites par mon grand père... d’abord au crayon à papier puis à l'encre bleu clair... la calligraphie est très petite et fort serrée ; le texte est celui d'une personne qui maîtrise mal l'orthographie et le mode de composition. Mais qu'est-ce ?

Et bien, je vais vous le dire ! La première page est titrée : "Récapitulation du départ de la guerre'' à la suite de laquelle Joseph développe, jour après jour, heure après heure, son premier mois de guerre, puis, il sera blessé !

De toute sa vie, il n'avait rien dit, il n’avait jamais raconté, il n’avait jamais montré ce carnet et personne ne su jamais la souffrance endurée, marchant de droite et de gauche sous les obus, sous la pluie, dans la boue, le ventre criant ''faim !''. C'est écrit ! Il l'avait griffonné au jour le jour.

 

Voilà 12 pages ‘’mémoire’’ sauvées !

Que seraient-elles devenues si je n'avais pas, depuis 1965, travaillé à la mémoire familiale ?

Joseph n’a été soutenu par aucune cellule psychologique qui, aujourd’hui, est mise en place pour le moindre petit ‘’bobo’’. Toute sa vie il a souffert de ne pas avoir pu ou su expulser sa peur, sa faim, sa blessure qui l’ont envahi par surprise... Toute sa vie, il transposa ces trois épreuves par l’anxiété de manquer de nourriture et nous l’avons tous vu presser son estomac blessé par un ulcère.

De Menucourt, le 17 décembre 1942, sa fille Odette, ma mère, lui écrit à Salon : « Papa, comment va ton estomac ? »

Je vous propose donc la transcription ; l’orthographie d’origine a été respectée.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

Introduction

 

Joseph CROUSILLAT est né en mars 1884 à Salon-de-Provence (Bouche du Rhône). Engagé volontaire pour 3 ans, il intègre en  février 1905 le 7e régiment de génie d’Avignon. Sapeur-mineur, puis clairon, il termine son engagement en décembre 1907. Il est maçon. En août 1914, il intègre la compagnie 15/12 (12e compagnie du 15e bataillon) du 7e génie.

La compagnie 15/12 du 7e régiment du génie dépend de la 75e division d’infanterie (75e DI, armée des Alpes). Elle est composée de 4 officiers, de 266 sous-officiers et de 25 chevaux. La 75e DI devait rester dans les Alpes et défendre la frontière italienne. L’Italie déclarant sa neutralité, la 75e DI se dirige vers le front à partir du 20 août.

La compagnie 15/12 du 7e régiment du génie, quant à elle, était restée à Avignon depuis le début de la mobilisation.

 

 

Description : regimentgenie7 15 - Copie

Le clairon Joseph CROUSILLAT certainement durant une période de rappel en 1910 ou 1913

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

 

« Récapitulation du départ de la guerre »

Août 1914

 

 

Jeudi 20 août 1914.

Départ d’Avignon à 5 heures du soir. La musique nous joue huit morceaux avant de démarrer. Nous quittons la gare d’Avignon à 8 heures du soir.

 

1ère halte : le 21, nous arrivons à Givors à 6 heures du matin. J’ai jeté un billet à la sortie du tunnel pour indiquer mon passage aux amis. Nous avons, en cours de route, d‘Avignon à Givors, du café et du rhum au terril.

2ème halte : nous passons à Lyon à 8 heures. Nous voyons l’exposition. J’ai envoyé une carte de la gare de Lyon-Vaise.

3ème halte : nous arrivons à Chalon-sur-Saône à 11 heures du matin. (*)

Nous restons une demi-heure. Nous avons touché du pain et du chocolat de la part de la Croix Rouge et une médaille. (**)

4ème halte : nous arrivons à Is-sur-Tille à 6 heures du soir. Nous changeons de compagnie (***). Nous prenons la compagnie de l’Est.

 

5ème halte : le 22, à 5 heures du matin.

6ème halte : c’est 8 heures du matin, nous arrivons à Dugny. Nous débarquons.

Nous faisons une marche de 2 heures à pieds.

Nous arrivons à Dieue. Nous cantonnons. Nous sommes très bien reçus. Nous commençons d’entendre les canons.

 

(*) : De cette ville, Joseph, envoie une carte postale à Aline à Salon-de-Provence : « Le bonjour de Chalon-sur-Saône. Une caresse à tous. Joseph. »

(**) : Les plaques d'identité : la plaque militaire modèle 1881 complète le livret militaire pour donner l'identité du soldat et a pour vocation de "reconnaître les hommes tués ou grièvement blessés en campagne". Cette plaque/médaille est ovale, 35mm sur 25mm, suspendue à un lacet passant autour du cou.

(***) : Il s’agit de compagnie du train, différente sur l’ensemble du territoire français.

 

Le 23, nous partons pour aller à Rupt-en-Woëvre. Nous avons fait une marche de 3 heures avec la chaleur.

En arrivant, on nous dit : « il faut partir sur la frontière ». Nous sommes plus qu’à 15 km de la frontière.

Alors, il y a contrordre. Nous restons dans ce pays.

Nous mangeons bien. Nous dormons à peu près.

 

Le 24, nous partons à 6 heures du matin.

Nous marchons près de 20 km. Nous commençons à faire la soupe. Elle commence à bouillir lorsqu’un ordre vient qu’il fallait partir de suite. Alors, un coup de pied dans la marmite et filé sans pouvoir manger.

Donc, c’est le 24 août que nous sommes partis à 6 heures du matin. Nous arrivons à 4 km du canon qui bombarde. On fait la pause. Nous nous croyons bien tranquille lorsque 3 cavaliers qui arrivent au grand galop et nous crient :

« Aux armes ! Aux armes ! L’ennemi est dans le village ! ».

Nous y allons tout seul, rien qu’une compagnie. Heureusement que ce n’était qu’une fausse alerte.

Donc, le même jour, on nous conduit tout de suite en première ligne et toujours sans manger, nous sommes six heures du soir.

A 9 heures, devant les obus qui nous mitraillent sans interruption, on se retire. A 9 heures, on rentre dans une forêt épaisse comme une éponge. (*)

On attendait les ordres pour se retirer.

 

(*) : C’est le bois de Buzy (JMO).

 

L’ordre est venu, mais il était 5 heures du matin, le 25.

Donc, nous avons passé la nuit dans cette forêt sans toujours rien manger. Puis, on nous envoie en première ligne.

Là, de 7 heures du matin à 10 heures, ça été une pluie d’obus. Cette journée, nous avons perdu plus de 3 000 hommes hors de combat. Nous avons reculé et nous sommes venus nous réfugier dans le village de Rupt-en-Woëvre. La bataille a eu lieu à .. (?) à 3 km.

Donc, nous avons reculé de 3 km.

Mais cette retraite nous a été favorable car nous étions sacrifiés pour faire avancer l’ennemi afin que les autres, les ont pris par derrière et ont fait plus de 800 prisonniers. Mais, malgré cela, ils ont tué. Beaucoup de pertes. Les voitures qui ramassent les blessés étaient obligées de marcher sur les morts. Donc, nous venons nous retirer dans un petit village que les habitants ont abandonné. (*)

Là, nous mangeons du poulet et du lapin. On fouille dans toutes les maisons. Nous passons une très bonne nuit.

 

(*) : Il s’agit de Ville-en-Woëvre (JMO), où ils touchent leur première nourriture depuis 24 heures. La compagnie n’a perdu aucun homme.

 

Le 26, nous arrivons dans un pays qui est Fresnes-en-Woëvre.

Là, nous sommes tranquilles, nous pensons avoir 2 jours de repos. Au moment où j’écris, je vais regarder les prisonniers qui passent sur la route. On croyait rester. Nous partons.

Nous marchons toute la journée avec la pluie. Nous arrivons. On nous refuse de la paille.

 

 

 

Description : regimentgenie7 18 - Copie

Joseph CROUSILLAT avant la guerre

 

 

Le 27, nous partons pour Thillot, et là, nous restons jusqu’au 28 août.

Nous avons fait un seul repas en deux jours. Nous partons. Nous retournons à Hannonville.

Là, nous passons une journée tranquille de la veille au lendemain 3 heures. Là, j’ai trouvé un souvenir, une médaille.

Donc, nous partons à 3 heures.

 

Nous arrivons à Dommartin à 5 heures ; c’est dimanche, le 30 août.

Nous repartons à 7 heures. Nous marchons toute la nuit.

Nous arrivons à D.  (*). Nous mangeons un bout de pain moisi et des prunes. Nous restons là, 1 heure.

 

(*) : Le JMO indique qu’ils arrivent à Châtillon-sous-les-Côtes, après une marche de nuit, longue et pénible.

 

Nous repartons, il est 6 heures du matin. En route, je trouve le mari de Jeanne.

Nous arrivons à Douaumont à 8 heures du matin. Nous entendons le canon qui gronde. On nous fait coucher dans un bloc. Un obus nous tombe à 20 mètres. On se croit perdu. Les obus tombent sur un village à côté de nous. On les voit qui s’écrase comme une bombe glacée dans un four.

La nuit arrive.

Nous (?) de soif et de faim et de fatigue. Nous n’avons rien pour manger. Je vais chercher de l’eau à plus de trois kilomètres. Nous avons à peine pris l’eau, qu’un obus tombe dans la source et démolit le trou.

En retournant, je vois de mes propres yeux, un soldat qui pose pantalon au pied d’un arbre ; un obus lui tape à un mètre ; nous courrons à son secours ; il ne reste de lui que ses souliers et son sac ; nous avons bien de la peine pour trouver ses restes ; c’est un nommé MAURIN de la Haute-Loire, père de 3 enfants ; nous l’avons enterré sur place. C’est bien triste.

 

Enfin nous arrivons où nous devons coucher dans une grande forêt. Je suis épuisé de fatigue par la charge d’eau et ce que je viens de voir. Je fais un trou dans la terre et m’y couche car les obus tombent toujours... jusqu’à 9 heures.

Les Allemands se doutent que les troupes coucheraient dans la forêt : c’est pour cela qu’ils la bombardent.

A douze heures, on nous réveille et on nous fait retirer, nous disant que l’ennemi s’est retiré. Nous partons donc de la forêt de Douaumont à 4 heures et nous arrivons à St Rémy à 8 heures du soir, crevé de fatigue car nous avons fait dans ce parcours, le même trajet que nous avons fait du 30 au 31 août... et de plus, nous avons été de garde en arrivant, car il y avait, ce qu’il parait, des Allemands dans la contrée.

Donc, notre division, nous tenons deux points de la bataille – 1 : Douaumont – 2 : La côte qui est qu’à 3 km de St-Rémy.

Aujourd’hui, repos bien mérité, le 3 septembre à 1 heure du soir.

 

Le 4, matin, nous partons pour La Croix-sur-Meuse.

Nous arrivons. Il est 11 heures du matin. Nous passons une très bonne journée.

 

Nous repartons le 5 septembre à 4 heures du matin. Nous arrivons à St-Mihiel.

Là, nous avons passé une bonne journée.

 

Le samedi 6, nous partons de St-Mihiel.

Nous marchons jusqu’à midi et nous sommes partis à 3 heures du matin. Je dis, il est midi. Le canon tonne très fort, enfin on ne l’entend que très loin. Nous disant ça ne sera pas pour aujourd’hui. Alors voilà que nous couchons sur l’herbe et la plupart dorment.

Voilà que par un coup inattendu, une quarantaine d’obus nous pleuvent dessus.

Là, çà été une débandade. Les obus nous pleuvent comme de la neige et dans ce moment nous avons perdu un sergent et 3 hommes morts et crois-moi que c’est dur de voir mourir ses camarades et vous disent des paroles à vous crever le cœur ; ce pauvre sergent qui disait :

« Non, je ne veux pas mourir ; que vont devenir ma femme et ma fille ? » (*)

C’est terrible.

 

Donc, je dois mon salut à un petit fossé. Je me suis dit ‘’mourir que mourir’’, t’en vas mourir sur place car à ce moment, crois-moi, que je ne croyais plus voir Salon (-de-Provence) et mes enfants.

Donc, je me couche dans le fossé et je suis resté là, je ne le sais toujours... et, que lorsque je me suis relevé, j’étais complètement enterré de terre et les obus, maintenant, tapaient un peu plus loin car les troupes françaises s’étaient reculées à cette attaque inattendue.

Donc, je file.

Je fais mon possible pour trouver ma compagnie. Il m’a été impossible. J’ai passé la nuit dans la forêt tout seul. Je me disais à chaque instant, je vais voir surgir quelques Allemands.

 

(*) : Il s’agit du sergent Paul DON de Marseille. Il avait 30 ans. Voir sa fiche.

Le JMO précise : « La 1e section est soumise à un feu très violent de l’ennemi pendant le creusement d’une tranchée. Le sergent DOU et 6 sapeurs mineurs sont atteints mortellement, 1 caporal et 6 sapeurs-mineurs sont plus ou moins grièvement blessés ». Secteur de Heippes (Meuse)

 

Enfin, le jour arrive (7 septembre).

Il me tarde et là, je fais mon possible pour retrouver mes camarades.

Je les trouve : il est 3 heures du soir. Il n’y a pas même un quart d’heure que je suis arrivé que l’on nous fait coucher dans une tranchée et voilà que là, nous avons pendant 2 heures, reçu une pluie d’obus terrible. Tous ceux … (4-5 mots ?).

Là, nous avons perdu encore 3 hommes.

Moi, toujours pensif, couché dans la tranchée, je souffrais en silence. Je ne me croyais plus en vie. Çà commençait à cesser. Je pars en courant et je vais me coucher dans une toute petite fosse comme un petit ravin creusé par les eaux et je peux vous dire que nous avons resté dans cette fosse à cadavres 2 jours et 3 nuits sans rien manger.

Nous mangions des mûres et du blé. Nous avons envoyé une corvée pour aller chercher de l’eau que nous crevions de soif. Mais personne n’est revenu : deux sont morts et un blessé. Les autres ont été trouvé l’autre moitié de la compagnie pour lui dire notre situation.

Là, nous avons resté toute une journée cernés par les Allemands qui avaient avancés (?) à la hauteur où nous étions. On les entendait parler – si jamais, un de nous avait fait le moindre bruit, nous étions perdus.

Donc, pensez le moment d’angoisse que nous avons enduré.

 

Enfin, le soir, on vient nous délivrer. Tous avaient dit que nous étions prisonniers car je peux te dire que cette bataille a duré de dimanche 6 septembre au dimanche 13.

 

Donc, dans cette semaine, nous avons perdu 29 morts et 35 blessés, dont il y a GAUMARD. Maintenant, nous sommes tranquilles. Nous (?) les Allemands. On reculait de 60 km.

J’oubliais de dire que pendant toute la durée de cette semaine, nous avons couché dehors et de mercredi à dimanche, nous avons eu la pluie sur les reins. Toujours mouillés, de là, nous partons de Pierrefitte où nous avons combattu et nous marchons une partie de la nuit pour venir ici à Tilly-sur-Meuse.

 

Là, nous faisons un point. Nous sommes tranquilles. L’on entend plus les obus et à l’heure où je t’écris sur ce carnet, je suis fatigué légèrement. Je suis couché sur un tas de foin et je me repose bien.

Voilà le résultat d’une terrible bataille le 15 septembre à 3 heures du soir.

 

Nous partons pour aller coucher à Génicourt-sur-Meuse.

Là, nous passons la journée sans rien faire. Nous repartons pour Dieue, il est 6 heures du soir et nous arrivons à 8 heures. Nous travaillons toute la nuit à faire un pont car la Meuse qui monte coupe la communication des deux pays qui sont Ancemont et Dieue.

Là, nous sommes tranquilles. Nous travaillons la nuit comme le jour car le travail presse. Il faut dire que le 2ème génie, l’autre jour, a fait sauter tous les ponts de St-Mihiel à Verdun. Et c’est pour cela que maintenant, nous avons tous ces ponts à refaire.

Et maintenant, nous restons pour surveiller que la rivière n’emporte pas le pont que nous avons fait. La rivière que j’appelle Meuse, est comme le Coulon. (*)

 

Au moment où j’écris ces lignes, il y a deux camarades qui arrivent avec des vaux de lait qu’ils viennent de traire à 50 mètres, car, je dirai que dans les champs, il y a 5 000 vaches ou bœufs qui pâturent pour attendre leur journée de morts pour nous faire manger.

Je termine le dimanche à 7 heures du matin, le 20 septembre 1914. »

(Joseph CROUSILLAT)

 

(*) : Cours d’eau du Vaucluse, de sa région, souvent à sec l’été.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

Il est blessé le 14 octobre 1914 par balle au genou droit, durant l’attaque de Saint-Mihiel.

Il écrira à son épouse, une carte ‘’correspondance militaire’’ d’un des hôpitaux de Neufchâteau (Vosges) le 14 octobre suivant, sur laquelle il écrit :

« … je suis blessé et je te prie de ne pas te chagriner car… »

 

 

 

La carte du 14 octobre – Cliquer dessus pour agrandir

 

 

 

Description : 7eRG CROUSILLAT2 - Copie

 

 

Soigné, il est proposé aux services auxiliaires par la commission de réforme en juillet 1915. Détaché dans des usines (papeterie, fonderie…), il intègre finalement le 97e régiment d’infanterie en juin 1918. Repart au front, et est libéré en mars 1919.

 

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

Je désire contacter le propriétaire du carnet de Joseph CROUSILLAT

Voir sa fiche matriculaire

Voir des photos de soldats du 7e génie

Vers d’autres témoignages de guerre 14/18

Suivre sur Twitter la publication en instantané de photos de soldats 14/18

Retour accueil