Les Fraternisations durant 14-18

 

Mise à jour : octobre 2011

Me contacter pour une erreur sur cette page

 

 

6..Secteur de la 24e division d’infanterie

Secteur est de Reims, novembre 1914

 

 

 

En novembre 1914, la 24e division d’infanterie se positionnait dans la Marne, à l’est de Reims.

La 24e DI comprenait les 47e brigade (50 et 108e RI) et 48e brigade d’infanterie (100 et 126e RI)

J’ai donc « fouillé » dans tous les JMO (Journaux de Marches et Opérations) des unités ; Voici ce que j’y ai déniché 

 

JMO de la 24e division d’Infanterie

26 novembre 1914

« Journée sans incident….25 Polonais envoyés par le général de division sont arrivés au 50e RI, avec mission d’adresser des proclamations aux Polonais des tranchées allemandes, pour les inviter à déserter. » »

« Au 100e RI, le colonel Néral envoie un compte rendu du capitaine DO, dans lequel il est mentionné que les Allemands ont envoyés une lettre francophile ainsi que des journaux. »

« Ordre a été donné de ne pas répondre et de redoubler de vigilance. »

« De notre côté, le 100e a fait porter quelques proclamations rédigées en allemands. » 

 

 

1

 

 

JMO de la 47e brigade (50e et 108e RI)

 

Les faits ne sont pas relatés dans le journal de la 47e BI

  

Journal du 50e régiment d’infanterie

Les faits ne sont pas relatés dans le journal de la 50e RI, par contre l’épisode des Polonais y est indiqué.

 

 

1

 

 

Journal du 108e régiment d’infanterie

 

Les faits ne sont pas relatés dans le journal de la 50e RI

 

Journal de la 48e brigade (100e et 126e RI)

27 novembre 1914

« Aucun incident important à signaler »

De toutes parts, l’ennemi parait vouloir tenter des pourparlers, il appelle « camarade ». Il offre des cigarettes, du saucisson, mais ne parle pas de se rendre. »

(…)

 

 

 

Journal du 100e régiment d’infanterie

26, 27 novembre 1914

« Un fait nouveau s’est produit :

Une conversation a été engagée de tranchée à tranchée entre Français et Allemands. Kamerad ! Kamerad ! »

« Quelques audacieux sortent sans arme de part et d’autres ; on veut enterrer les morts qui se trouvent entre deux lignes ; de notre côté, tout le monde est sur le qui-vive, les armes dans les créneaux, le doigt sur la détente. »

« Mais un obus de 75 vient, de la façon la plus inopportune, mettre fin à ce petit incident. »

« Herr Major, qui loge en face, honore le colonel d’une lettre en allemand, qui est transmise aussitôt au commandant de la brigade »

« Le colonel met fin immédiatement à ces palabres intempestifs et l’attitude d’hostilité qui convient est reprise des deux côtés »

 

Plus rien les jours suivants

 

 

 

 

 

Journal du 126e régiment d’infanterie

 

27 novembre 1914

(…)

« De toute parts, l’ennemi parait vouloir tenter des pourparler. Il appelle, camarad, il offre des cigarettes, du saucisson, mais ne parle pas de se rendre »

(…)

 

 

 

 

 

 

Voir les nombreux autres cas de fraternisations (5e, 28e, 52e, 53e, 70e divisions d’infanteries, et les écrits des soldats)

 

Retour accueil                Retour page précédente