Carnets de guerre de Louis LECOMTE,

Chef de pièce au 32e régiment d’artillerie

 

Année 1918-1919

 

Mise à jour avril 2014

Retour accueil

 

 

Merci à : Marcelle, Anne, Mireille, Jean-Paul, Gilles, Robert, André, Philippe, Patrick, Alain pour la recopie des carnets et tout particulièrement Philippe, qui à lui seul, a dû recopier plus de 400 pages

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

Retour vers :

ü  1915

ü  1915

ü  1916

ü  1917

 

Janvier 1918 : Marne

 

 

Mardi 1er

Il est tombé un peu de neige cette nuit. Plus froid.

A 9 heures je vais à la messe à Mourmelon-le-Grand.

 

10 heures. Le capitaine réunit la batterie.

Rien de particulier.

Après-midi.

Mercredi 2

Très froid ;

Rien de particulier.

Jeudi 3

Froid et neigeux.

Rien à noter.

Vendredi 4

Très froid. Rien de particulier.

Samedi 5

Neige. Très froid.

Nous changeons de baraquements et déménageons à 100 m !

Dimanche 6

Les Rois.

Je vais à la messe à 9 h00.

 

Après–midi. Camille vient me voir aux camps.

Rien à noter, à part une assez grosse canonnade en fin de journée.

Lundi 7

Commencement du dégel, pluie et verglas toute la journée !!

Le soir, vent du nord et neige

Mardi 8

Froid et neige

Expérience de gaz à Mourmelon.

Mercredi 9

Commencement de dégel.

J’apprends que je suis proposé pour de nouvelles fonctions, le vaguemestre du groupe devant être changé. Demain je commencerai à me mettre au courant.

Jeudi 10

Affreux temps. Dégel, verglas, pluie.

J’ai fait aujourd’hui les fonctions de vaguemestre en second !

Vendredi 11

Neige, rien à noter

Samedi 12

Gelée, rien de particulier.

Dimanche 13

Dégel partiel.

Après demain je commence officiellement mes nouvelles fonctions.

Lundi 14

Neige et verglas, affreux temps.

Je commence à être un peu dégrossi dans mon service !

Mardi 15

Pluie

Ma première journée seule se passe très bien.

Mercredi 16

Bourrasque et pluie !

Rien de particulier.

Mon métier continue à bien marcher.

Jeudi 17

Pluvieux.

Rien de particulier.

Vendredi 18

Gelée. Rien à noter

Samedi 19

Pluvieux et très doux.

Rien de particulier.

Dimanche 20

Assez beau, pas froid.

Je vais à la messe à 9 heures

Lundi 21

Pluie. Rien à noter.

Mardi 22

St Vincent.

Assez beau.

Bruit de départ de permissionnaires pour la fin du mois ?

Mercredi 23

Pluvieux.

Départ de 5 %, 4 % et 4 % (*) les 27- 28 et 29 janvier.

J’apprends que je suis l’avant dernier de la liste !!

Heureuse surprise ! Je ne m’attendais pas à partir aussi tôt.

 

(*) : Taux de permissionnaires

Jeudi 24

Temps assez beau

Mon départ pour le 29 se confirme !

Vendredi 25

Gelée, et temps splendide avec soleil.

Rien de particulier.

Samedi 26

Très beau.

Rien à noter.

Dimanche 27

Gelée et très beau

Messe militaire à 9 heures.

 

Ce soir, 1er départ de 5 %.

Lundi 28

Gelée et très beau.

2è départ de permissionnaires, 4%.

Mardi 29

Je devais partir aujourd’hui, mais je suis retardé de 24 heures.

Le 3e départ étant divisé en deux : 2% ce soir et 2 % demain soir.

Mercredi 30

Beau temps

Je quitte le cantonnement à 20 h pour aller à Bouy, 3 km.

Mon train arrive avec une heure de retard à 23h30. Nous sommes pas mal entassés ! Et je suis debout jusqu’à Vaires-Torcy

Jeudi 31

Froid et couvert.

Je quitte Vaires avec beaucoup de retard, il est environ 8 hres.

L’heure d’arrivée à paris est 6H15, et nous ne sommes à la gare de l’Est

Vers 9 hres.

J’apprends en descendant le raid des gothas sur Paris !

Février 1918 : Marne

Du 1er au 10

Permission.

Temps brumeux, couvert assez froid. Quelques belles journées.

Lundi 11

Froid, assez beau.

À 20 h00, je quitte Romorantin. Arrêt à Vierzon d’où je ne repars qu’à 3h20.

Mardi 12

Assez beau.

Vers 5 heures nous sommes à Orléans.

 

À 14hres à VairesTorcy. Il est prêt de 18heures lorsque j’arrive à Épernay.

Je suis obligé d’y coucher.

Mercredi 13

Pluie

À 7h42, je prends le train et descends à le Mesnil-sur-Oger.

Un peu avant 10 heures je suis à Villeneuve.

Jeudi 14

Couvert et froid.

Je reprends mon service.

Vendredi 15

Gelée et froid. Rien à noter.

Samedi 16

Il a gelé extrêmement fort !! Bise glaciale !

Dimanche 17

Très froid

Rien à noter.

Lundi 18

Gelée et très froid.

Bruit de départ.

Mardi 19

Froid.

Rien à noter.

Mercredi 20

Moins froid.

Départ demain matin pour les 1er et 3e groupes.

Jeudi 21

Pluvieux. Assez beau.

Les batteries quittent leur cantonnement à 11 heures. Je vais chercher mon courrier à Vertus.

Premier groupe à Mareuil-sur-Ay. 3e à Fontenay-sur-Ay ;

Itinéraire : Mesnil-sur Oger, Oiry, Mareuil-sur-Ay, Avenay, Fontaine-sur Ay.

Nous sommes assez mal cantonnés. !

Vendredi 22

Assez beau.

Je prends mon courrier à Mareuil-sur-Ay, où passe à midi une camionnette postale de la division.

Samedi 23

Moins froid et pluvieux.

5 % de permissionnaires tous les 4 jours à partir du 25.

Dimanche 24

Doux et pluvieux.

Les batteries de tir montent avec le matériel pour faire des positions.

Lundi 25

Pluvieux.

Rien de particulier ; 5 % de permissionnaires.

Mardi 26

Assez beau.

Rien à noter.

Mercredi 27

Beau.

Quelques bombardements.

Jeudi 28

Assez beau.

Artillerie ennemie assez active.

Mars 1918 : Marne puis Aisne

Vendredi 1er

Affreux temps, pluie et neige.

5 % de permissionnaires.

Samedi 2

Neige et froid.

Rien à noter.

Dimanche 3

Pluvieux.

Rien à noter.

Lundi 4

Pluvieux.

Rien de particulier.

Mardi 5

Assez beau.

5 % de permissionnaires.

Mercredi 6

Beau.

Rien à noter.

Jeudi 7

Le temps devient meilleur.

Vendredi 8

Froid et beau.

Rien de particulier.

Samedi 9

Gelée et très beau.

5 % de permissionnaires.

Dimanche 10

Très beau.

Rien de particulier.

Lundi 11

Très beau.

Le pourcentage de permissionnaires est porté de 13 à 16 %.

Mardi 12

Très beau.

Rien de particulier.

Mercredi 13

Très beau.

Départ de permissionnaires.

Jeudi 14

Très beau jusqu’au 23 inclus, temps généralement beau, rien de particulier dans le secteur à part quelques canonnades assez soutenues.

Le pourcentage de permissionnaires est ramené à 5 % avec suspension jusqu’au 1er avril.

Bruits de prochaine attaque ennemie.

Dimanche 24

Beau.

Le soir concert de poilus.

Vers la moitié du spectacle, sensationnelle interruption causée par un ordre de mouvement !

Les batteries changent de position pour le rapprocher sensiblement des lignes. Une attaque Boche est attendue demain matin à 5 heures.

Lundi 25

Très beau.

Aucune attaque ennemie n’est venue troubler, ce matin, la tranquillité du secteur. Bruits de départ et d’embarquement. !

Mardi 26

Beau et froid.

En allant vers 10h. Chercher mon courrier à Mareuil-sur-Ay, j’apprends que la division fait mouvement vers l’ouest aujourd’hui.

Vraisemblablement nous allons être dirigés vers le secteur où les Boches déclenchèrent leur colossale offensive du 21.

L’infanterie est transportée par camions, et l’artillerie rejoint par étapes.

 

À 16 heures, nous quittons Fontaine-sur-Ay.

Itinéraire : Avenay, Nanteuil-la-Fosse, Pourcy, Marfaux, Chaumuzy, Sarcy, Poilly, étape.

Très bon cantonnement. Grand camp avec baraquements pour hommes et chevaux. Foyer du soldat.

J’arrive vers 21h30, la colonne seulement à minuit. Environ 32 Kilomètres.

Mercredi 27

Assez beau, froid.

Départ 10H45.

Itinéraire : Faverolles, Savigny-sur-Ardre, Saint Gilles, Fismes.

Bazoches, Courcelles, étape environ 35 kilomètres. Mauvais cantonnement à la ferme de Monthussard.

Je couche sur un dallage de ciment, à peu près sans paille.

Départ du courrier à Braisne.

Jeudi 28

Vent froid, et couvert.

Naturellement depuis avant-hier le courrier n’arrive plus !

Ce matin, je fais partir le mien à Vignolles.

Itinéraire : Braisne, Cuiry-Housse, Septmonts, Noyant- et-Saconin, Vignolles, halte et déjeuner.

Soissons, Ambleny, Maubrun, étape : Assez bon cantonnement (grande route de Soissons, poussière épouvantable ! grosse circulation de camions de toutes sortes ! Quelques-uns transportent des canons d’artillerie lourde .!)

Environ une étape de plus de 30 kilomètres.

Le soir pluie.

Vendredi 29

Pluvieux.

Départ 6H30. Je suis la colonne.

Itinéraire : Vic-sur-Aisne, Bitry, Attichy, Berneuil, Rethondes, le Franc-Port, (arrêt déjeuner) Choisy-au-Bac , Clairoix, Bienville, Coudin, Villers-sur-Coudun, Marquéglise, Ressons-sur-Matz, Cuvilly, étape.

Bivouac dans un champ à l’entrée du pays.

Près de 50 kilomètres.

 

Croisé aujourd’hui, beaucoup de fractions d’unités anglaises qui sont relevées. Rencontré aussi des unités du 5e corps : 113e infanterie, 131e infanterie etc…

Activité d’artillerie assez moyenne.

Je couche dans ma voiture !

Au milieu de la nuit les batteries prennent positions.

Samedi 30

Vent et pluie.

À 6 heures, les échelons vont prendre position dans un bois situé non loin de là, près de Lataule.

Grosse attaque Boche. Les batteries doivent se replier deux ou trois fois.

 

Nous quittons le bois, pour aller bivouaquer à la sortie de Gournay-sur-Aronde.

Un peu d’affolement.

Début 

Il est vrai peu encourageant.

Quelques habitants évacuent les villages sous une pluie diluvienne !! Spectacles poignants... !

Dimanche 31

Pâques

Giboulées.

Cette grande fête passe totalement inaperçue !

Journée plus tranquille. Grosse circulation de troupes et de convois sur toutes les routes.

Avril 1918 Aisne-Marne

 

 

 

Lundi 1er

Assez beau.

À 8 heures, nous rejoignons le bois dans lequel nous étions avant-hier près de Lataule.

 

Dans l'après-midi, marmitage du pays. Quelques victimes.

 

Le soir et toute la nuit, violentes canonnades ! Barrages effrayants !!

Nous sommes entourés de batteries et il est impossible de fermer l’œil.

Mardi 2

Beau.

Rien de particulier.

Mercredi 3

Assez beau.  

à 13 heures 30, nous quittons le bois pour retourner bivouaquer à la sortie de Gournay.

Jeudi 4

Pluie.

Temps affreux !

La situation se stabilise.

Vendredi 5

Assez beau.

Rien à noter.

Samedi 6

Beau.

Canonnades.

Rien de particulier.

Dimanche 7

Pluvieux et froid.

Violentes canonnades.

Rien autre à noter.

Lundi 8

Affreux temps.

Froid, pluie et boue !

Bruits de départ !

Mardi 9

Pluvieux.

Moins froid.

Rien de particulier.

Mercredi 10

Doux et pluvieux.

Nous sommes relevés demain et devons quitter le secteur.

Jeudi 11

Très beau soleil.

Nous quittons Gournay s/Aronde à 6 heures.

Les batteries ont été relevées cette nuit.

 

Itinéraire : Moyenneville, Beaupuits, Grandvillers, Estrées St Denis, Moyvillers, Grandfresnoy, Bazicourt,

St Martin Longueau, Les Ageux, (Poste).

Les Ageux, St Martin Longueau, Bazicourt, Grandfresnoy, Canly, Jonquières, étape.

Bon cantonnement.

Belle journée.

Vendredi 12

Beau et chaud.

Jonquières. Départ 10 heures.

Itinéraire : Canly, Grandfresnoy, Bazicourt, St Martin Longueau, Les Ageux. (Poste partie)

Pont Ste Maxence, Pontpoint, Moru, Rhuis, Verberie, (courrier) Saintines, Béthisy St Pierre, Orrouy, Gilocourt, Bellival, Fresnoy la Rivière, Feigneux. Étape.

Cantonnement assez bon, nous reprenons la route de notre ancien secteur !

Samedi 13

Couvert et frais.

Départ 7 heures.

Itinéraire : Pondron, Le Berval, Vez, Largny, Villers-Cotterêts, Dampleux étape.- Pluie.-

Cantonnement assez bon.

Dimanche 14

Froid et pluvieux.

Itinéraire : Dampleux, Villers-Cotterêts (courrier départ), Fleury, Corcy, St Rémy, Oulchy-la-Ville, Oulchy-le-Château, Armentières. 9ème Bie et 3ème CR ; 7ème et 8ème Bies à Nanteuil.

Lundi 15

Froid et pluvieux.

Itinéraire : Coincy, Beuvardes, Chartèves, Jaulgonne (L'auto postale nous amère enfin du courrier !)

Barcy, Marcilly, Rozay, Passy-sur-Marne, Courcelles, Tréloup, étape. 7è et 8è Bies à Chassins. Fleury-la-Rivière.

Excellent cantonnement. Je couche dans un bon lit.

Mardi 16

Moins froid.

Itinéraire : Tréloup, Dormans, Troissy, Mareuil, Port à Binson, Scilly, Oeuilly, Mareuil, Épernay, Boursault, Damery étape.

Assez bon cantonnement. Gentil pays.

7ème et 8 Bies à Fleury-la-Rivière.

Mercredi 17

Doux et pluvieux.

Itinéraire : Épernay, Aÿ, Mareuil-sur-Aÿ, Bisseuil, Tours-sur-Marne, étape, 7ème et 8ème Bies à Bisseuil.

Jeudi 18

Froid et couvert

Installation.

Nous serons assez bien cantonnés. On ne sait combien de temps nous resterons ici ?

Vendredi 19

Froid

Giboulées de neige. Rien de particulier

Samedi 20

Moins froid

Nous sommes maintenant complètement installés et bien cantonnés.

 

Le soir, concert par la musique du 4ème Z.

 

À 20 heures, retraite.

Dimanche 21

Assez beau

Messe en musique à 9 heures. Bruits de départ ?

Lundi 22

Froid et brumeux

Rien de particulier.

Mardi 23

Beau

Rétablissement des permissions à partir du 25. Il est toujours question de quitter Tours-sur-Marne ces jours-ci.

Mercredi 24

Orageux

Un peu de pluie en fin de journée.

Cette nuit départ de permissionnaires.

Jeudi 25

Assez beau

Les zouaves qui étaient cantonnés avec nous quittent Tours-sur-Marne pour la région de Champigneul, Pocancy.

Départ de permissionnaires.

Vendredi 26

Temps couvert.

Les 7ème et 8ème Bies cantonnées à Bisseuil (2 k.) viennent à Tour.

Samedi 27

Assez beau

Rien de particulier

Dimanche 28

Assez beau.

Pluie en fin de journée

9 heures. Messe.

 

À midi, bruits de départ.

 

Le soir, il a peu près officiel que nous partons demain.

Lundi 29

Pluie toute la journée

Nous quittons Tours-sur-Marne à 8 H 30.

Itinéraire : Bisseuil, Mareuil-sur-Aÿ, Aÿ (courrier) ; déjeuner.-

Dizy, Cunières, Damery, Fleury-la-Rivière, Nanteuil-la-Fosse, Marfaux, étape.

Petit pays à moitié démoli et assez miséreux.

Cantonnement médiocre.

Mardi 30

Couvert

Départ de Marfaux (9H) pour moi 11 heures.

Itinéraire : Chaumuzy, Chambrecy, Ville-en-Tardenois (courrier), Sarcy, Poilly, étape.

Tout le régiment est cantonné dans des baraquements sorte de camp à côté du pays.

Nous avions déjà cantonné ici le 26 mars, en allant dans l'Oise.

Nous sommes bien.

Mai 1918 : Oise puis Reims

 

Mercredi 1

Assez beau

Nous restons à Poilly aujourd'hui.- Hier soir départ de permissionnaires

Jeudi 2

Beau et chaud

Départ : ...H 30 -

Itinéraire : Sarcy, Ville-en-Tardenois, Romigny, Berthenay, Villers-Agron, Nesles (courrier), Fère, Ville-en-Tardenois, Bruyères, Nanteuil N.D., (7 è et 8è Bies), Armentières (9è et CR).

Même cantonnement que le 14 avril.-

Vendredi 3

Beau et chaud

Départ de la colonne à 5 H 15.- Je quitte Armentières à midi ½ seulement, courrier à 15 H à Grand- Rozoy

Itinéraire : Oulchy-le-Château, Grand-Rozoy, Le Plessier-Huleu, St Rémy, Les vallées du Nadon, Corcy, Vouty, Dampleux, étape.

Même cantonnement que le 13 avril.

Samedi 4

Orageux.

Départ 7 heures.

Itinéraire : Villers-Cotterêts (courrier), Vivières, Longavesne, (7e, 8e, et CR), Marival (9e brigade).

Petits pays assez miséreux. Cantonnement médiocre.

Dimanche 5

Il a fait de l’orage cette nuit.

Pluie. Nous restons ici, aujourd’hui et demain.

Lundi 6

Pluvieux.

Nous nous remettons en mouvement demain. Comme hier, courrier à Mortefontaine.

Mardi 7

Assez beau, chaud.

Départ de la colonne à midi.

 

Je quitte Longavesne à 9h30.

Itinéraire : Mortefontaine, Ferme de Pouy, Hautefontaine, Attiches (Courrier), Berneuil, Rethondes (étape)

Mercredi 8

Couvert.

Tout le régiment est cantonné ici. Nous sommes bien. Nous resterions ici 2 ou 3 jours !

Jeudi 9

Ascension.

Beau et chaud.

Je vais à la messe à 9 heures et demie. Rien de particulier.

Vendredi 10

Beau et chaud.

Nous quittons Rethondes demain matin pour nous rendre aux emplacements d’échelons.

Samedi 11

Beau temps.

Je quitte Rethondes après mon courrier de 13h.

Positions d’échelons dans le ravin de Puisaleine (nord-est de Tracy-le-Mont). Les batteries sont à Carlepont.

Nous relevons le 15e régiment d’artillerie.

Très bien installé. Courrier, abris individuels, sapes, etc.

L’eau à 500 mètres. J’ai comme domicile une bonne petite guitoune ! Que je partage avec mon collègue.

Dimanche 12

Il a plu cette nuit, et le temps reste pluvieux toute la journée.

Tout le monde s’installe dans les cantonnements. Le secteur est très calme, on entend seulement une bonne canonnade sur notre gauche.

Lundi 13

Pluie.

Rien à noter.

Mardi 14

Assez beau, rien de particulier.

Mercredi 15

Beau.

Grosse sortie d’avions !

Secteur toujours aussi calme. Visite à la ferme des Quennevières (vestiges historiques, décision du Ministre de la Guerre).

Jeudi 16

Beau et chaud.

Nous avons entendu le ronronnement des avions toute la nuit ! Rien de particulier.

Vendredi 17

Beau temps et très chaud.

À 5 heures, muni d’un casse-croute, je vais à pied faire un pèlerinage à Nampcel revoir le village et le château.

Le village, à part quelques maisons, n’est plus que ruines ! L’église aussi.

Il en va de même du château ! Il n’y a plus aucun civil au village.

La maison du garde et les communs ne sont pas trop abimés. Le château a été incendié et il ne reste rien comme bois ! Pas de trace de plafonds ! Restent la véranda et le mur de façade avec toutes les lucarnes intactes, la tour de l’escalier principal et quelques pans de murs.

Je casse la croute dans la véranda et après avoir fait quelques clichés, rentre à Puisaleine vers 11 heures.

Aviation toujours très active.

Samedi 18

Beau et chaud. Rien de particulier.

Dimanche 19

Très chaud.

On attend la 2e offensive boche ces jours-ci.

Les batteries du groupe commencent d’être sérieusement marmitées !

À enregistrer deux tués l’autre jour, et deux blessés (évacués) aujourd’hui.

Lundi 20

Très beau.

Toujours de grosses sorties d’avions toutes les nuits.

Mardi 21

Très beau.

Rien à noter.

Mercredi 22

Très beau.

Rien de particulier.

Jeudi 23

Moins chaud et couvert.

Secteur toujours aussi calme.

Vendredi 24

Le temps est considérablement rafraichi, mais sans que nous ayons eu d’orage par ici.

Ce matin à 4 heures, violente canonnade dans le secteur ! « Roulement » d’une bonne heure environ !!

Il pleut une bonne partie de l’après-midi.

Samedi 25

Assez beau. Rien de particulier.

Dimanche 26

Beau temps

Aucun changement dans le secteur, rien à noter.

Lundi 27

Couvert.

Violente canonnade dans le secteur à notre droite !

Calme en face de nous.

Mardi 28

Assez beau.

Une attaque boche a été déclenchée hier matin entre Soissons et Reims ; avance assez sensible.

On ne sait encore rien de ce qui s’est passé aujourd’hui ?

Mercredi 29

Frais avec vent.

Nous sommes placés en alerte, et nous nous attendons à déguerpir avant longtemps !

Les permissions sont suspendues.

Jeudi 30

Fête-Dieu. Beau temps.

L’attaque boche se développe rapidement.

 

À 23h30, nous sommes alertés !

Secteur très actif.

Vendredi 31

Beau et chaud.

À 1 heure du matin, les échelons quittent le ravin de Puisaleine pour bivouaquer en forêt de Laigue au carrefour des Plainards.

Journée très active. Bombardement soutenu des arrières.

Situation générale sérieuse !

Nampcel qui était passé aux mains des Boches est repris par nos Coloniaux !

 

Juin 1918 : Oise

Samedi 1er

Beau et chaud

 

Ordre du jour du Général en Chef

« Soldats !

L'ennemi frappe un nouveau coup. Supérieur en nombre pendant ces trois jours, il a pu bousculer nos premières lignes. Mais nos réserves accourent, vous allez briser son élan et riposter !

Debout les héros de la Marne ! Pour vos foyers ! Pour la France !

En avant !! »

31 mai 1918 - Pétain.

 

Journée plus calme que celle d'hier. Notre secteur reste à peu près inchangé.

Aucun renseignement sur la situation générale.

 

À 17h15 nous sommes alertés ; on s'attend à une nouvelle attaque boche.

Quelques heures après tout redevient normal.

Nous sommes toujours dans la forêt de Laigue (carrefour des Plainards) et par cette chaleur, forts bien bivouaqués sous-bois !

Dimanche 2

Beau et chaud

La nuit a été assez calme. La situation reste toujours grave !

Rien de particulier pour nous au cours de la journée.

Grosses canonnades, par intermittence. Aviation ennemie toujours très active, principales routes mitraillées !

Le soir violente canonnade à notre droite.

Lundi 3

Très beau

Nuit assez calme dans notre secteur.

Rien de particulier au cours de la journée.

Mardi 4

Beau temps

Rien de particulier en dehors de quelques canonnades assez violentes prélude de tentatives d'attaques à chaque fois repoussées.

Mercredi 5

Beau

Secteur plus calme.

À mon ancienne batterie 22 chevaux tués ou blessés aux avant-trains.

Un conducteur blessé grièvement, le dernier de ma pièce, qui soit parti avec moi à la mobilisation ! (Décédé le soir même)

Jeudi 6

Beau temps

Aucun changement.

Vendredi 7

Beau temps.

Secteur assez calme.

Samedi 8

Très beau

Rien de particulier à noter.

Dimanche 9

Orageux

Alerte à 2 H.

Nous restons attelés une bonne partie de la matinée.

Violente canonnade à notre gauche de minuit à 7 heures ! Le secteur est copieusement arrosé aussi ! Plusieurs tentatives d'attaques boches sont repoussées. Bombardements des arrières. Les lignes n'ayant pas bougé, nous passons un après-midi assez tranquille.

19 chevaux tués et 2 blessés aux avant-trains de la 8e batterie. 1 homme tué. (*)

 

Le soir, la canonnade recommence vers Montdidier.

 

(*) : THILLIERE Denis Jean, 25 ans, dit BILLEBAUD, 2e canonnier-servant, mort pour la France à Carlepont le 9 juin 1918, tué à l’ennemi. Né à Montceau-les-Mines, le 15 juillet 1892.

Lundi 10    

Beau temps.

L'ennemi a prononcé une attaque hier matin entre Montdidier et Noyon. Une légère avance, plus sensible au centre, marque cette nouvelle action.

En fin de journée, nous sommes alertés.

À 22kms, nous commençons un mouvement de repli, sans grande difficulté.

Mardi 11

Très beau

Par la route de Choisy-au-Bac et le carrefour du Puits d'Orléans nous reculons en forêt de Laigue, de 3kms à peine, pour nous arrêter au carrefour de la Trouée des Bonshommes.

 

Au lever du jour, nous nous transportons carrefour des Princes, et à 10h, nous allons nous fixer au carrefour du « Mont Renard » (route du Franc- Port).

La journée se passe tranquillement.

Pas de courrier ! Après avoir attendu de midi à 21h30.

 

Au milieu de la nuit, 7 ou 8 obus de 130. (0 mètres court et 80 m.long par rapport au bivouac !) coups vraisemblablement destinés à la route.

Mercredi 12

Beau temps.

Violentes canonnades !

Les boches paraissent rencontrer une sérieuse résistance dans leurs entreprises !

Jeudi 13

Beau.

Comme l'autre nuit, il est encore arrivé quelques 130 peu après minuit ! Deux sont tombés à l'entrée d'une cagnia ! Et par miracle les occupants n'ont eu aucun mal.

Aussitôt la soupe du matin, nous nous déplaçons un peu par rapport à l'axe de ce tir, et formons le bivouac à 4 ou 500 m. de là.

Secteur assez calme.

Vendredi 14

Beau et frais.

Nous venons de passer une nuit pénible ! Et notre déplacement d'hier est venu nous placer en face d'une véritable catastrophe !

Les boches ayant effectué des tirs de harcèlement vraisemblablement destinés à la route du Franc-Port, une 1ère série de 8 à 10 obus de 150 atterrissent sans arrêt en plein bivouac ! Une corde de chevaux est couchée presque entièrement en même temps que l'on entend les plaintes de plusieurs hommes blessés !

Pendant cette première suspension de tir, le bivouac est évacué et tout le monde grimpe sur le Mont Renard, avec mille difficultés, car la nuit est tout à fait noire plus encore sous ce bois !

Les blessés, au nombre de 5, dont 2 assez grièvement sont pansés et évacués peu après.

 

À des intervalles irréguliers, et à 7 ou 8 reprises les boches continuent de minuit à 5 hres à arroser cette petite zone de 300 m. sur 100 m. ! Beaucoup de coups tombant à quelques mètres de la route.

Ce marmitage aussi meurtrier qu'inattendu, nous vaut la perte de 80 chevaux (7è. B et CR) dont une quarantaine tués.

Un régiment voisin éprouve de sérieuses pertes aussi et à même plusieurs hommes tués!

 

Nous avons passé une affreuse nuit ! Et tout le monde est encore atterré par cet épouvantable accident !!

Le soir à 20 heures, nous quittons cet emplacement.

Tous les échelons du régiment se déplacent et passent l'Aisne au Franc-Port. Nous allons nous fixer en forêt de Compiègne, route Eugénie, près du carrefour.

Samedi 15

Beau temps

Nous procédons à notre installation, et serons, je crois, très bien.

Le secteur est toujours aussi tranquille. Vraie période d'accalmie.

Dimanche 16

Beau et frais.

Nous continuons d'être tranquilles. À noter seulement le passage de nombreux avions au-dessus de nous, de 22 heures à 1 ou 2h du matin.

Lundi 17

Temps frais.

Rien de particulier.

En fin de journée, bruit de changement de bivouac pour demain !-

Mardi 18

Beau temps

À 13 heures, nous quittons la zone du carrefour pour aller nous fixer près du carrefour Gabriel.

Là, se trouvent déjà les sections de munitions et T.R. (*) d'infanterie.

 

(*) : Train régimentaire

Le train régimentaire : ensemble des moyens d’un régiment destinés à fournir ce qui est nécessaire aux unités pour subsister.

Ce sont des voitures hippomobiles. Voir ici le détail de sa constitution

Mercredi 19

Pluie

Nous sommes dans une belle futaie et très bien. Recommençons à nous installer !!

Jeudi 20

Pluvieux.

Rétablissement des permissions à la date du 21. (8%).

Grosse canonnade très éloignée à notre gauche.

Vendredi 21

Ste Alice.

Couvert et frais.

Ayant constaté hier soir que nous étions bivouaqués tout près de l’allée des « Beaux Monts », je vais me promener ce matin vers l’entrée de Compiègne. J’ai la bonne joie de retrouver quelques coins connus autrefois !

Et notamment la villa « Slomka », rue de l’Aigle.

Magnifiques carrefour en forêt et luxueuses villas ! Tout a bien changé d’aspect. Quelle tristesse !

Samedi 22

Temps couvert et beaucoup de vent. On entend toujours une canonnade assez lointaine.

Dimanche 23

Beau temps.

Rien de particulier.

Lundi 24

Beau et frais.

Rien à noter.

Mardi 25

Beau temps, secteur toujours calme.

Mercredi 26

Beau temps, rien à noter

Jeudi 27

Beau temps, rien à noter

Vendredi 28

Beau temps, rien à noter

Samedi 29

Très beau. Aucun changement dans notre situation.

Dimanche 30

Très beau.

Grosses sorties d’avions boches toutes les nuits ! Beaucoup nous passent au-dessus de la tête et il devient assez difficile de fermer l’œil !

Bombes à quelques centaines de mètres du bivouac !

Juillet 1918 : Oise

Lundi 1er

Très beau.

Rien en dehors des avions nocturnes.

Mardi 2

Très beau.

Rien à noter.

Mercredi 3

Beau et toujours aussi sec.

Jeudi 4

Très beau.

Avons été alertés cette nuit vers minuit (à titre d’exercice !). Restons prêt à atteler jusque vers 3 heures de l’après-midi.

Certaines batteries ayant démonté leurs tentes, puis remonté !

Puis redémonté !

En fin de journée, nous nous réinstallons.

Ce fut un passe-temps pour nous et notre manière de fêter l’indépendance américaine !

Vendredi 5

Très beau.

Rien à noter.

Samedi 6

Beau temps.

Aucun changement dans le secteur.

Dimanche 7

Très beau.

Toujours pas d’eau. Poussière fantastique ! Canonnades dans les secteurs voisins.

Lundi 7

Orageux.

Canonnades.

Mardi 8

Il a plu un peu cette nuit. Temps couvert et plus frais.

Mercredi 9

Averses orageuses.

Tout le nouveau consiste en l’approche de ma permission ! Le 14, si rien ne vient déranger !!

Jeudi 11

Pluvieux.

Rien de particulier.

Vendredi 12

Bruits de relève ! On parle du 14 ou 15.

Nous irions au repos dans la région de Nanteuil-le-Haudouin.

Samedi 13

Assez beau.

Je pars demain en permission.

Le régiment fait mouvement pour aller du côté de Villers-Cotterêts, mais ce ne serait pas pour un repos. On ne sait pas exactement.

Dimanche 14

Beau temps.

Je quitte le bivouac à 5 heures pour aller au train régimentaire, lequel nous emmène à la gare de Verberie. Mon train en part à 11 heures et je suis à Pau le lendemain vers 15 heures.

Du 16 au 25

En permission à Pau-Romorantin.

Vendredi 26

Pluie.

Je quitte Romorantin à 19 heures 30, passant par Vierzon, d’où je ne pars qu’à 4 heures du matin.

Vers 18 heures, le 27, je descends à Verberie. Un chef de détachement nous emmène au centre de ralliement à Saint-Sauveur.

Dimanche 28

Pluvieux.

Vers 10 heures, nous quittons le centre de ralliement pour prendre le train de 11 heures à Verberie. Nous descendons à Survilliers et revenons à Orry-la-Ville.

 

Là, les trains ayant plus de 5 heures de retard, nous n’en repartons qu’à 19 heures pour descendre à Pierrefonds vers 23 heures. Nous couchons sur le dallage de la gare avec portes ouvertes et vitres absentes !

Lundi 29

Beau.

À 6 heures 48, nous prenons le train et descendons à Villers-Cotterêt où nous avons la bonne fortune de trouver le train régimentaire.

Dès lors, nous ne le quittons plus. Après environ 18 kilomètres, nous arrivons aux positions d’échelon entre Chouy et Oulchy-la-Ville.

Mardi 30

Beau et chaud.

La division a bien été engagée dans la contre-offensive française (armée Mangin) qui fut déclenchée trois jours après la grosse offensive allemande du 15 juillet.

La division est partie de Longpont.

 

Depuis quelques jours notre infanterie est relevée. Elle a essuyé paraît-il de sérieuses pertes. Au régiment, quelques pertes aussi à enregistrer.

Mercredi 31

Beau et chaud.

Violentes canonnades.

Août 1918

Jeudi 1er.

Nouvelle attaque française. Les Boches seraient, paraît-il, encore une fois blackboulés !

Beau et chaud.

Vendredi 2.

Assez beau, quelques giboulées.

À 19 heures, nous nous déplaçons pour aller bivouaquer près d’Oulchy-la-Ville (bois de la Baillette).

Samedi 3

Giboulées. Les Boches continuent de reculer. Nos batteries sont placées en réserve. On parle de relève ?

Dimanche 4

Assez beau. On ne sait rien de précis sur la situation.

À 14 heures, les batteries descendent aux positions d’échelon, et demain matin, nous partons vers un autre secteur.

Lundi 5

Pluvieux.

Nous quittons le bois de la Baillette à 5 heures 30.

Itinéraire : route de Soissons (Oulchy-le-Château), le Plessier-Huleu, Corcy, Fleury, Villers-Cotterêts où nous attendons le courrier jusqu’à 15 heures.

Je vais le chercher à Soucy et reviens ensuite au cantonnement à Vivières.

Mardi 6

Pluvieux.

Départ de Vivières à 6 kilomètres.

Itinéraire : Villers-Cotterêts, Crépy-en-Valois, Séry-Magneval, Glaignes, Béthisy-Saint-Martin, Béthisy-Saint-Pierre. Petit pays assez bien.

Bon cantonnement – courrier.

Nous pensions rester ici deux jours mais nous démarrons demain matin.

Mercredi 7

Pluvieux.

Je quitte Béthisy à 8 heures.

Itinéraire : Saint-Sauveur, La Croix-Saint-Ouen, Mercières-aux-Bois (Poste). Courrier. Retour forêt de Compiègne, carrefour Gabriel.

Nous relevons le 208ème qui nous avait lui-même relevés le 14 juillet dernier.

Jeudi 8

Assez beau.

En fin de journée, nous réoccupons exactement notre ancien emplacement d’échelon.

Vendredi 9

Beau temps.

Installations. J’habite à nouveau mon ancien trou.

Samedi 10

Très beau.

Canonnades une bonne partie de la nuit ! Quelques avions boches.

Dimanche 11

Beau et chaud.

Comme la nuit dernière, impossible de fermer l’œil ! Pas un coup de canon boche de toute la journée.

Lundi 12

Très beau.

Nuit calme. Quelques avions boches. Pas d’artillerie boche de toute la journée.

Mardi 13

Beau temps.

Secteur calme. Rien de particulier.

Mercredi 14

Très beau.

Cette nuit, quelques avions boches. Rien à noter.

Jeudi 15

Beau et chaud.

Quelques avions boches cette nuit. Secteur toujours aussi calme.

Vendredi 16

Chaud.

Nuit calme, journée de même.

Samedi 17

Beau temps.

Grosses canonnades à gauche de notre secteur.

Dimanche 18

Couvert et pluvieux.

Canonnades un peu dans toute la région. En fin de journée, bruits de mouvements des échelons ?

Lundi 19

Couvert.

Cette nuit, avions boches, grosse distribution de bombes. Assez loin de nous heureusement ! Canonnades. Violentes canonnades à notre gauche toute la journée.

Mardi 20

Couvert.

Cette nuit, avions boches. Toute la journée, canonnades assez violentes.

Les échelons (3ème groupe) font mouvement demain matin.

Mercredi 21

Très beau et chaud.

À 7 heures, je quitte le carrefour Gabriel et porte mon courrier au secteur de Mercières-au-Bois, de là, par le Franc-Port, Rethondes, Saint-Crespin-aux-Bois, je rejoins le cantonnement.

Nous bivouaquons sur le plateau situé au-dessus des étangs d’Offemont, près du carrefour Sainte-Croix.

Jeudi 22

Très chaud.

Je vais prendre mon courrier au carrefour de la Plaine à Biches. Rien à noter.

Vendredi 23

Il fait une chaleur tropicale !

Nous quittons le bois à 7 heures, par Tracy-le-Mont, Vésigneux, nous grimpons bivouaquer sur la cote 147, située au-dessus du ravin de Bernanval (près de Puisaleine).

Nous sommes assez bien. Au point de vue sécurité : d’excellentes grottes pour coucher.

Samedi 24

Couvert.

Cette nuit à 7 ou 8 mètres sous terre. Aucun bruit de bombe ni de canonnade. Très appréciable !

Dimanche 25

Beau temps.

Nous venons encore de faire une bonne nuit. Bientôt, le 74ème territorial d’infanterie vient nous faire déménager. Déception !

 

Vers 9 heures, j’assiste à la messe que dit un aumônier, près de nous. Nous quittons les grottes cet après-midi à 15 heures.

Par Viezigneux, Ollencourt et la route de Choisy-au-Bac, le groupe arrive dans les environs du carrefour des Plainards, forêt de Laigue. Chacun se met aussitôt à faire son trou !

 

Le soir, vers 22 heures, un ou deux avions boches et, aussitôt, gros orage ! Une fameuse averse ne tarde pas à dégringoler.

J’ai assez de mal à éviter que mon trou se transforme en lac !

Pas d’autre avion le reste de la nuit.

Lundi 26

Giboulées.

Nous nous installons, rien de particulier à noter.

Mardi 27

Assez beau.

Cette nuit, gros déluge de bombes dans toute la région ! Violente canonnade dans le secteur ! Impossible de fermer l’œil !

Journée assez calme.

Mercredi 28

Pluvieux.

Il a plu une partie de la nuit, aucun avion. Bon roupillon !

Action d’artillerie toute la journée. Nos succès se poursuivent sur l’ensemble de front d’une manière presque ininterrompue !

Jeudi 29

Assez beau.

Nuit calme ; Rien de particulier.

Vendredi 30

Assez beau.

Même situation, rien à noter. Bruits de relève d’ici 3 ou 4 jours !

Samedi 31

Pluvieux.

Rien de particulier (Cette nuit, avions boches. Grosse distribution !)

Septembre : Oise

Dimanche 1er

Assez beau.

Cette nuit, nouvelle sortie d’avions boches. Pas de changement dans le secteur.

Lundi 2

Très beau.

Nuit tranquille. Rien à noter.

Mardi 3

Beau et chaud.

Nuit tranquille. Il n’est plus question de relève !

Mercredi 4

Beau et chaud.

Plus d’avions boches la nuit. Les batteries descendent ce soir à 21 heures aux positions d’échelon. On parle d’une reformation de la division sur place !

Jeudi 5

Pluie.

Les batteries sont descendues hier soir.

 

Dans l’après-midi, nous apprenons que demain matin, nous quittons la forêt de Laigue pour aller au repos. Bonne tuile !

Vendredi 6

Beau et chaud.

Je pars pour mon courrier à 9 heures.

Itinéraire : carrefour du Puits d’Orléans, Choisy-au-Bac, Pont de Clairoix, Margny-lès-Compiègne, Venette, Jaux, Rivecourt, Longueil-Sainte-Marie, Chevrières (poste).

 

Après mon courrier, je rejoins le cantonnement du 3ème groupe : Grandfresnoy.

Les 1er et 2ème groupes sont cantonnés à Longueil-Sainte-Marie et les environ.

Village assez fort et bon cantonnement.

Samedi 7

Orageux.

Installation. Je vais chercher mon courrier à Chevrières.

Dimanche 8

Orageux.

Rien de particulier.

Lundi 9

Très frais.

Rien à noter.

Mardi 10

Pluie toute la nuit et la matinée ! Giboulées après-midi.

Rien de particulier.

Mercredi 11

Giboulées.

Rien à noter.

Jeudi 12

Giboulées orageuses. Grêle.

Bruit d’embarquement. En fin de journée, ces bruits se confirment !

Vendredi 13

Beau.

On parle d’embarquement seulement vers dimanche. Rien d’autre à noter.

Samedi 14

Assez beau.

Toujours pas de date connue pour notre embarquement ?

Dimanche 15

Beau et chaud.

La division commence d’embarquer aujourd’hui. Le régiment, demain.

Lundi 16

Orageux.

Cette nuit, avions boches, région de Pont-Sainte-Maxence.

J’embarque demain, le 17 avec le 8ème bataillon à 3 heures du matin. Gare : Longueil-Sainte-Marie.

Mardi 17

Orageux.

Après une journée très chaude, un orage vraiment exceptionnel, qui menaçait depuis 11 heures du soir, éclate vers 1 heure ¾ comme je quitte Grandfresnoy avec la 8ème batterie.

 

La pluie poussée par un vent fantastique. Véritable cyclone.

Les éclairs ininterrompus qui nous aveuglent complètement nous obligent à stopper 10 minutes sur la route !

Quelques voitures sont tournées en travers de la route. D’autres font un demi-tour complet et descendent dans les fossés !

Malgré cela, aucun accident.

 

La pluie nous accompagne jusqu’à Longueil-Sainte-Marie et nous sommes trempés comme des soupes ! Il s’ensuit que l’embarquement est assez long.

Il est presque 8 heures lorsque nous quittons la gare pour la direction de l’Est. On parle de l’Alsace ? Halte-repas vers 15 heures à Nogent-sur-Seine.

Le temps a été assez beau toute la journée.

Mercredi 18

Pluvieux.

Nous faisons une 2ème halte repas à Jussey.

 

À 10 heures 30, nous arrêtons en gare de Belfort, et bientôt nous prenons la ligne du P.L.M. (*) (Dijon) pour descendre à Voujeaucourt vers midi. Nous avons beau temps pour débarquer.

 

Dans le courant de l’après-midi, nous rejoignons nos cantonnements (15 à 18 kms) Allenjoie, Vourvenans, Brognard.

La 7e brigade, l’EM et la CR au 1er village, la 8e brigade au 2ème et la 9e au troisième.

Itinéraire : Voujeaucourt, Audincourt, Exincourt, Etupes, Fesches-le-Châtel, Allenjoie. Partout excellent accueil et bons cantonnements.

 

(*) : Train P.L.M. : Paris-Lyon-Marseille.

Jeudi 19

Assez beau.

On dit déjà que nous n’allons pas rester longtemps ici ! Je vais prendre mon courrier à l’A.C. (Audincourt). Contrée très industrielle, nombreuses usines et gentils pays très animés.

 

(*) : A.C. = Artillerie de Corps (d’armée)

Vendredi 20

Pluie toute la nuit, et qui ne s’arrête qu’à midi !

Je vais chercher mon courrier à Montbéliard, très jolie ville, propre, à une douzaine de kilomètres. Il se confirme que nous montons en position dans un ou deux jours.

Samedi 21

Beau temps.

Courrier comme hier à Montbéliard, où se trouve la division, la poste, et les différents services. Demain, départ des 7e et 9e batteries.

Dimanche 22

Pluie.

Je vais au courrier à Montbéliard. Visite à l’église, très bien.

 

À 17h30, départ des 7e et 9e Batteries.

Lundi 23

Pluie.

À 6h30 l’EM (*) quitte Allenjoie.

Je ramasse mes lettres de Vourvenans de bonne heure et pars vers 11 heures.

Itinéraire : Allenjoie, Fesches-le Châtel, Méziré, Morvillars, Grandvillars (où j’expédie mon courrier par la poste civile) Boron, Vellescot, Chavannes-les- Grands.

Par suite d’un malentendu, il me faut aller à Chavannes-sur-l’Etang pour trouver mon courrier !

Aucun élément du 32e à Chavannes-les-Grands !

Magery, Montreux Jeune, Montreux-Vieux, Chavannes l’Étang, où je n’arrive qu’en fin de journée, après avoir fait une belle étape. Courrier.

Je cantonne à Montreux-Jeune avec le T.R. arrivé là depuis le matin.

La pluie tombe sans arrêt depuis hier !

 

(*) : EC = État-major

Mardi 24

Pluie.

Je vais chercher mon courrier à partir aux échelons.

8e brigade bois de Lutran, EM et PC Manspach ; 7e et 9e à St-Léger 8 km de Montreux-le-Jeune où la CR arrive dans la matinée.

Courrier à la Poste à Petit-Croix, 5km 500 au-delà de Montreux-le-Jeune.

Itinéraire : Montreux-le-Vieux, Montreux-le-Château et Petit-Croix.

 

À 13h30, je distribue mon courrier aux échelons, et rapporte mon courrier à partir.

Depuis midi, la pluie a enfin cessé !

Mercredi 25

Assez beau.

Courrier à Petit-Croix, ce qui me fournit l’occasion de repasser la frontière ! Petit-Croix est le dernier village français !

Montreux-Jeune. Village intact comme tous les pays de la région, assez vivant.

Toute la population est là. Bon accueil et cantonnements assez bons. Tous les chevaux sont à l’abri. Les hommes sont assez bien. Quelques jolies vues surtout vers les montagnes (Vosges). Station de chemins de fers à Montreux-Vieux, ancienne gare frontière, canal du Rhône au Rhin.

Vieilles habitations mais propres, surtout extérieurement. Les gens semblent également très propres.

 

 

Quelques-uns ne parlent pas français.

Jeudi 26

Beau.

Courrier comme précédemment.

Secteur de tout repos. On n’entend pas un coup d’canon !

Vendredi 27

Couvert.

Rien de particulier. La nuit dernière, quelques avions boches dans la région.

Samedi 28

Pluvieux.

Rien de particulier dans le secteur.

Dimanche 29

Beau.

En distribuant mon courrier je pousse jusqu’à Dannemarie, 1800 m de Manspach. Très gentil pays, assez commerçant. Beaucoup de promeneurs.

Quelques concerts militaires dans plusieurs villages.

Lundi 30

Assez beau. Rien à noter.

Octobre 1918

Mardi 1er octobre

Assez beau. Notre secteur reste calme. Rien de particulier à noter.

Mercredi 2

Assez beau, rien de particulier.

Jeudi 3

Pluvieux.

Nous continuerons notre bonne vie de bourgeois !

Vendredi 4

Assez beau, rien de particulier.

Samedi 5

Beau, rien à noter.

Dimanche 6

Beau.

Rien de changé dans notre secteur, le calme subsiste.

Seule, une épidémie de grippe provoque depuis quelques jours de nombreuses évacuations.

Lundi 7

Beau, rien de particulier à noter.

Mardi 8

Pluvieux, rien de particulier.

Mercredi 9

Assez beau.

Secteur toujours aussi calme, continuons notre vie de bourgeois !

Jeudi 10

Beau

Rien à noter.

Vendredi 11

Assez beau.

Rien de particulier.

Samedi 12

Assez beau.

Aucun changement dans notre secteur.

Dimanche 13

Couvert et brumeux.

Visite aux églises de Petit-Croix et Montreux-Vieux. Rien à noter.

Lundi 14

Brumeux.

Rien de particulier.

Mardi 15

Pluvieux.

Situation sans changement.

Mercredi 16

Assez beau.

Rien à noter.

Jeudi 17.

Beau.

Rien de particulier.

Vendredi 18.

Assez beau.

Rien à noter.

Samedi 19

Pluvieux.

La 7e brigade a été relevée hier soir. Toute la batterie en cantonnement à Dannemarie.

Échelon 9e brigade à Altenach.

8e brigade relevée aujourd’hui, cantonnement, y compris l’échelon, à Dannemarie.

Dimanche 20

Le matin pluie, beau temps l’après-midi.

À 9h30, je vais à la messe à Montreux-Jeune.

Lundi 21

Beau.

Rien de particulier. Bruits de départs.

Mardi 22

Assez beau. Le groupe est désigné pour aller effectuer des tirs près de Belfort.

Mercredi 23

Assez beau. Nous quittons Montreux-Jeune demain matin, pour Bavilliers.

Jeudi 24

Pluvieux.

Je pars à 6 heures.

Itinéraire : Montreux-Vieux, Montreux-Château, Bretagne, Grosne, Boron, Granvillars. Poste et courrier.

Morvillars, Moval, Sevenans, Danjoutin, Bavilliers, (EM)

Buc (8e brigade), Urcerey (7e brigade), Arglésans (CR).

Vendredi 25

Assez beau.

Je vais à la poste à Granvillars (triage du courrier de la 9e brigade et de quelques éléments restés en Alsace) ce qui me fait une ballade d’une cinquantaine de kilomètres !

 

Je pars vers 6 heures, et ne finis ma tournée que vers 16 HEURES

Samedi 26

Couvert.

Je retourne à Grandvillars.

Nous sommes assez mal cantonnés, les gens peu accueillants.

Difficultés pour trouver une popote. Je regrette déjà mon lit de Montreux-Jeune !!

Dimanche 27

Beau.

Courrier à Granvillars. Nous commençons les tirs demain.

Lundi 28

Assez beau.

Courrier Granvillars. Rien de particulier.

Mardi 29

Beau.

Je suis rattaché au secteur 101 à Belfort.

La 9 Bie ayant rejoint le groupe à Bavilliers, je ne retourne pas à Grandvillars.

Je vais expédier mon courrier et faire mes opérations.

 

À 10h ½, je rentre déjeuner à Argiésans.

 

À midi ½, je pars pour prendre au passage à Danjoutin, mon courrier apporté par la camionnette allant expédier le courrier en gare de Belfort.

Mercredi 30

Assez beau.

Je retourne à Belfort.

Jeudi 31

Beau.

Rien à noter.

Courrier dans les mêmes conditions.

 

Novembre 1918

Vendredi 1er

Beau

Je vais toujours à Belfort. Artère principale très bien. Quelques monuments assez intéressants. Visite à l'église St Christophe- Bruits de départ.

Samedi 2

Beau.

Les tirs prennent fin et demain nous quittons Argiésians.

Dimanche 3

Très beau.

Départ 7 heures. Itinéraire : Héricourt 

Poste et courrier, Luze, Chagey, Échavanne, Frahier, étape.

Tout le groupe est cantonné ici.

Assez bon cantonnement, nous sommes seulement un peu serrés.-

Lundi 4

Beau.

Nous restons encore aujourd'hui à Frahier. Courrier à Héricourt. Même itinéraire qu'hier sans passer par Échavanne.

Mardi 5

Assez beau.

Le groupe fait mouvement ce matin pour aller à Champagney (11 Kms).

Courrier à Héricourt. Retour par  Luze, Chagey, Échavanne, le Pied des Côtes, le Plin, la Houillère (8è et 9è batteries) Champagney (EM, 7è et CR)

Mercredi 6

Couvert.

Nous restons à Champagney. Cantonnement assez bon.

Pas de courrier.

Jeudi 7

Beau.

Nous restons à Champagney. Courrier à Ronchamp.

Vendredi 8

Départ 7 heures.

Itinéraire : Le Plain, Ronchamp, où je fais partir mon courrier (poste civile) Malbouhans, Mélisey, Belonchamp, Ternuay, étape.

Cantonnement médiocre.

L'Allemagne a envoyé des délégués pour connaître les conditions d'armistice du maréchal FOCH !

Samedi 9

Il a plu une partie de la nuit.

Assez beau. Départ 7 heures.

Itinéraire : N.D.des Etroitures , Servance, la Roche d'Aval, le Haut du Them, Château-Lambert, (fort) plus de 1000 m. d'altitude. Vue magnifique !

Le Thillot, Ramonchamp, Ferdrupt (cantonnement du groupe), Saulx, la Roche, Lette, Rupt.

Retour à Ferdrupt.

Étape très jolie, beaux sites.

Dimanche 10

Beau temps

Nous sommes bien cantonnés.

Le maréchal FOCH a accordé un délai de 72hres aux délégués ennemis pour accepter ou refuser les conditions de l'Armistice.

Expiration du délai : demain lundi 11 nov. 1918 à 11 heures.

Je vais à la Gde- messe à 9 h. à Ferdrupt. Gentille petite église.

LUNDI 11 NOVEMBRE

Signature de l'Armistice avec l'Allemagne !

Beau temps.

Départ de Ferdrupt 6h.

Itinéraire : Saulx, la Roche, Rupt, Maxonchamp, Lépange (là un cycliste nous annonce quasi officiellement la signature de l’armistice !), Remiremont (courrier).

Raon-aux-Bois, Senade, Hadol-Basse.

 

 

 

Décembre 1918

Samedi 7

Beau temps avec soleil.

Courrier dans la matinée.

Dimanche 8

Couvert.

Veille d’une grande fête ! Demain, visite du Président de la République et du Président du Conseil. Toute la ville est magnifiquement pavoisée.

 

À 7 heures 30, je vais à la messe à la cathédrale.

Courrier.

 

Après-midi, concert au grand restaurant de l’Orangerie par la musique du 4ème Zouave. Salle comble ! Programme choisi et magnifiquement exécuté ! Gerbe de fleurs sur la scène.

En fin de concert, « la Madelon » (chantée), Marseillaise !

Applaudissements sans fin ! Promenade après dîner.

Lundi 9

Brumeux et légèrement pluvieux.

Courrier.

 

À 9 heures 30, arrivée du gouvernement français à l’hôtel de ville, foule énorme et très enthousiaste ! Discours de M. POINCARÉ.

 

13 h 30, défilé des troupes place de la République, et des nombreuses sociétés et corporations civiles, chorales, etc, etc.

Drapeaux magnifiques et très riches ! Groupes de cavaliers, conscrits, vétérans, boulangers, étudiants, jardiniers de Robertsau ; Drapeau de la cathédrale (en voiture), corporations ouvrières catholiques, nombreux ecclésiastiques, sociétés de musique, société de gymnastique, etc, etc.

Et rien d’égal aux milliers d’Alsaciennes costumées ! Cortège absolument féérique !

Charmantes jeunes filles aux costumes les plus variés, tous splendides ! Groupes sur toute la longueur du défilé, militaire et civil, sautant et dansant ! Groupes hommes et femmes, costumes anciens.

Groupes de petites filles de 8 à 10 ans.

Enthousiasme indescriptible et foule énorme place de la République, aux terrasses des monuments, dans les arbres, sur des voitures, échelles, etc, etc.

 

Le Gouvernement quitte les tribunes après 1 heure et demie de défilé.

Beaucoup de voitures autos découvertes, et nombreuses Alsaciennes costumées s’accrochant aux marchepieds et voitures en marche, sautant au petit bonheur sur les genoux des généraux et des membres du Gouvernement !!

Visite à Kehl.

 

20 heures, place Kléber, départ de la retraite aux flambeaux. Les rues suffisent à peine à contenir la foule ! Grand brouhaha ! Farandoles, sauteries etc. 1 km de foule derrière chaque musique.

Musique du 4ème Zouave, musique 4ème mixte Nouba, fanfare des chasseurs, du 41ème Régiment d’infanterie ; autre itinéraire, trompettes du 32ème Régiment d’artillerie etc, etc.

 

Magnifiques illuminations. La plus grande effervescence règne partout. Journée mémorable ! Strasbourg, paraît-il, n’a jamais connu de fête aussi grandiose !

Tous les villages des environs étaient présents. Alsaciennes costumées estimées à plus de 25 000 (général Dufieu, 4ème régiment de Zouaves, 4ème régiment mixte, Chasseurs à pied (46ème, 66ème, 69ème bataillons), 132ème d’Infanterie, Fusiliers marins, 2ème et 3ème groupes 32ème RAC, 117ème RAL, Chasseurs d’Afrique, tanks.

Mardi 10

Couvert.

Le courrier n’arrive que l’après-midi. Lendemain de fête, service du dimanche.

Je pars en permission de 20 jours après-demain, 12 décembre.

 

Après-midi, visite à l’horloge de la cathédrale.

Mercredi 11

Couvert.

Je pars demain en permission.

Jeudi 12

Pluie.

Le train de permissionnaires quitte Strasbourg à 8 heures, direction Saales, où nous sommes vers 12 heures.

Là, par suite de changement à dater d’aujourd’hui, les camions qui devaient nous transporter à Saint-Dié ne viennent pas ! 19 km à faire à pied ! Et par quel temps !

 

Retour à Strasbourg par le même train, arrivée à 17 heures 30.

Renseignements au commissariat de la gare. Casse-croûte avec un camarade dans une salle d’attente et à 20 heures, embarquement, en fraude, dans l’express de Paris, direct et sans changement.

Fourgon à bagages. Changement de chef de train à Deutsch-Avricourt.

Avec un retard plus ou moins considérable, nous sommes vers midi…

 

Ainsi s’arrête la retranscription du 11ème et dernier carnet de mon grand-père. À part quelques éléments notés ci-dessous, l’année 1919 ne présente pas un grand intérêt.

Le 3éème RAC stationne en Alsace face à l’Allemagne. Louis profite de son séjour forcé pour visiter Strasbourg, Colmar, Mulhouse et Belfort d’où il repartira pour sa libération. Il assiste à de nombreux concert et bénéficie de plusieurs permissions dont l’une d’entre elles le prive du jour de gloire pour son régiment.

1919

4 janvier 1919

La fourragère (couleur médaille militaire), que nous portons depuis le 22 octobre 18, a été remise hier au régiment par le général de Castelnau.

Sur la place de la République, un bataillon de Zouaves et un bataillon de Chasseurs, avec leurs musiques, rendaient les honneurs.

7 mai

Très beau, soleil magnifique.

À Versailles, présentation des préliminaires de paix aux délégués allemands.

23 juin

Ce soir, à 19 heures, expire le délai accordé à l’Allemagne pour l’acceptation ou le refus du traité de Paix.

24 juin

Grand vent.

Une sonnerie de cloches vers 1 heure du matin, nous a appris que l’Allemagne acceptait les conditions des Alliés.

À 8 heures, les salves sont tirées à la citadelle de Belfort. La ville commence à pavoiser.

14 juillet

Défilé de la Victoire.

En place dès 1 heure 30 du matin ! Plus de 6 heures d’attente.

Beau temps, foule énorme et très beau défilé !

 

Voici les deux dernières pages du 11ème carnet.

Quelle sobriété ! Pas de longues considérations sur ce qu’il a vécu !

Par contre, une calligraphie double de la normale, comme écrasée par le poids de 5 années interminables.

Et ce mot FIN qui symbolise tout ce que nous pouvons imaginer.

Le 22 juillet

Veille d’un « Beau Jour » !

Je quitte Fontainebleau après avoir rendu mes effets et porteur de ma feuille de démobilisation pour le 22ème RAC de Versailles où j’irai demain.

23 juillet

Démobilisation au 23ème d’artillerie à Versailles.

À 15 heures, je suis libre et redevenu civil !!!

 

1.jpg

 

FIN.

 

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

 

1.jpg

Citations obtenues par le 32ème regiment d’artillerie

Ordre n° 573 de la 2ème armée, du 5 janvier 1917.

« Régiment d’artillerie divisionnaire remarquable par son entrain, son endurance, ses belles qualités militaires, techniques et tactiques, sous la vigoureuse impulsion de son chef, le lieutenant-colonel BERANGER, a glorieusement contribué aux succès de l’infanterie qu’il avait pour mission d’appuyer, l’a aidée à briser les attaques ennemies de juin et juillet 1916, lui a ouvert la voie, lorsque celle-ci a enfin pu se porter à l’attaque, les 17 août, 24 octobre et 25 décembre 1916. »

Ordre n° 529 de la 6ème armée, du 13 novembre 1917.

« Régiment d’élite, ayant fait preuve, depuis le début de la campagne, des plus belles qualités militaires et réalisé, en toute circonstances, la liaison la plus intime avec son infanterie. Lors des opérations d’octobre 1917, sous le commandement du chef d’escadron de PREVAL, a puissamment contribué à l’enlèvement du Plateau et du Fort de la Malmaison, grâce à la compétence technique et à la crânerie de ses officiers, à l’endurance, la bravoure, et l’esprit de sacrifice de ses sous-officiers et canonniers. »

Citation obtenue par le 2ème groupe du 32ème régiment d’artillerie

Ordre général n° 1 de la 152ème division, du 17 mai 1915.

« Appelé brusquement à renforcer un groupement surpris par un nuage de gaz asphyxiants, a quitté, en plein jour sa position, sous un tir violent d’artillerie, a franchi 30 kilomètres aux allures vives et repris position le jour même, sous le feu de l’ennemi ; contribua par son tir à arrêter la progression.

S’est maintenu sur sa position, dans une situation particulièrement critique et a largement contribué à la reprise d’un point d’appui important. »

Citation obtenue par le 3ème groupe de 75 du 32ème régiment d’artillerie

Ordre n°25bis du régiment colonial du Maroc, du 7 février 1917.

« Le 24 octobre 1916, sous le commandement du chef d’escadron MIROUEL, et le 15 décembre, sous le commandement du capitaine HAAG, chargé de la préparation et de l’encadrement de l’attaque du régiment colonial du Maroc, a accompli sa mission, d’une façon digne des plus grands éloges et a pris la plus large part aux brillants succès remportés par le régiment. »

Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : Description : feather

 

 

Contacter le dépositaire de ce carnet

Vers d’autres témoignages de guerre 14/18

Retour accueil